L’inscription sur la Liste UNESCO : une aubaine pour le territoire ?

Comment distinguer un territoire de ses voisins et ainsi attirer des touristes, des industries, des habitants… et des revenus ? Dans le contexte de vaches maigres touchant les collectivités locales, cette question prend une dimension nouvelle. Une réponse parmi les plus recherchées porte le doux nom de labélisation.

Différents labels destinés aux territoires existent et tous sont convoités par les gestionnaires locaux. L’inscription au Patrimoine mondial constitue l’un de ces titres tant désirés par les édiles, et vraisemblablement le plus connu. À côté de la médiatisation accompagnant le site et de sa promotion auprès des professionnels du tourisme, c’est plus globalement le développement socio-économique qui est visé par les porteurs de la candidature auprès de l’UNESCO.

Pourtant, que savons-nous des conséquences socio-spatiales d’un tel label patrimonial ? Peut- on affirmer que les politiques publiques encourageant la préservation du bâti ancien sont profitables en termes d’attractivité, de cohésion sociale, de gains économiques ? Ou au contraire, produisent-elles des effets indésirables comme la gentrification des espaces patrimoniaux, la muséification des quartiers mis en tourisme, la folklorisation et l’uniformisation culturelle… ?

  • Martin E., 2015, Les conséquences socio-spatiales de l’action publique patrimoniale. Le cas de la Cité épiscopale d’Albi inscrite sur la Liste du Patrimoine mondial de l’UNESCO, thèse de doctorat en sociologie, Université Toulouse-2 Jean-Jaurès.

La Cité épiscopale d’Albi : le patrimoine comme label

Le cas de la ville d’Albi permet de répondre à ces questionnements en prenant pour point de départ le moment où sa Cité épiscopale est inscrite sur la Liste du Patrimoine mondial de l’humanité de l’UNESCO en 2010. En effet, cette distinction alimente de nombreuses représentations du territoire albigeois et de son cadre de vie, relayées dans la presse locale et nationale. En parallèle, les gestionnaires locaux s’engagent dans une stratégie de marketing urbain (dépôt d’une marque territoriale, création d’un dispositif d’ambassade territoriale) et les discours prônent « le culte de l’attractivité », conduisant à s’interroger sur la politique urbaine.

Ce travail de recherche en sociologie s’est attaché à comprendre comment les habitants, les commerçants ou encore les touristes perçoivent, au-delà du titre, les politiques urbaines ayant permis l’inscription sur la liste UNESCO. En remettant au cœur du questionnement les personnes concernées par l’action publique et en considérant l’inscription comme un maillon de la politique publique patrimoniale, nous avons interrogé les représentations et les pratiques à l’égard du territoire patrimonialisé.

  • Grossetti M., 2014, « Le culte de l’attractivité », Mondes Sociaux, septembre.

La mobilité plutôt que l’attractivité

Les discours politiques présentent la patrimonialisation comme favorable à la venue de ménages plus fortunés, de commerçants et de visiteurs. En réalité, elle favorise moins l’attractivité du territoire dans son acception multidimensionnelle – supposant la capacité à fixer sur le territoire des ressources multiples – que des dynamiques de mobilité des populations. En effet, si le centre ancien d’Albi est attractif, il attire des ménages peu fortunés, des étudiants et des jeunes couples qui débutent leur itinéraire résidentiel. En ce sens, la stabilité résidentielle des ménages dans le centre ancien est moins importante que dans le reste de la ville. Plus d’un tiers des ménages (35 %) qui privilégient ce quartier sont installés depuis moins de 2 ans, quand 44 % des ménages installés à Albi occupent leur logement depuis plus de 10 ans.

CC Pixabay Dutchpirates

Il faut dire que le parc de logements dans le centre ancien est majoritairement constitué d’appartements (90 %), de petite taille (56 % compte moins de deux pièces), occupés en locatif (84 %). Ce type de structure encourage largement la mobilité des ménages.

Indépendamment de ce paramètre, qu’en est-il de l’attractivité touristique ? Là encore, on constate qu’elle n’est pas pérenne: si l’inscription UNESCO a permis un «coup de projecteur » sur la Cité et a attiré de nombreux visiteurs les mois qui ont suivi l’annonce, les chiffres du comité départemental du tourisme indiquent que cette augmentation ne se poursuit pas dans le temps. Ces visiteurs sont pour la majorité des excursionnistes (67,5 %) qui, par définition, ne viennent que quelques heures dans la ville.

Enfin, l’analyse des inventaires commerciaux et les observations de terrain indiquent que les aménagements successifs dans le centre-ville entre la fin des années 1990 et les années 2000 – piétonisation d’une partie du centre ancien, aménagements du parvis de la cathédrale et de la place du Vigan, réhabilitation du marché couvert, implantation du Grand théâtre des Cordeliers – soutiennent l’installation de commerces.

CC Pixabay Clker-Free-Vector-Images

Chaque secteur du centre-ville qui a connu une période de travaux compte, à son issue, un renouvellement du tissu marchand qui n’est pas sans produire dans un même temps une spécialisation commerciale de certaines zones. Les principales artères du cœur de ville sont aussi celles situées à proximité immédiate des monuments les plus notoires ; elles attirent désormais les boutiques destinées aux visiteurs et les franchises. Ainsi, les commerces bénéficient d’une ambiance patrimoniale valorisante en même temps que des flux touristiques. L’inscription UNESCO en 2010 fait figure d’argument supplémentaire pour s’installer dans cet environnement. Cette dynamique repousse dans d’autres rues les cellules marchandes plus mixtes, s’adressant plutôt aux résidents et qui comptent moins sur l’environnement urbain et son ambiance pour attirer des clients.

Si l’environnement patrimonial et la reconnaissance à l’échelle internationale participent au renouvellement incessant des commerces sur le secteur, avec, entre 2002 et 2013 un nombre d’ouvertures (854) qui atteint celui des fermetures (871), ceux-ci contribuent certainement à freiner le phénomène de vacance commerciale observé dans d’autres villes moyennes.

En définitive, que l’on tienne compte des flux résidentiels, touristiques ou marchands, la politique de patrimonialisation induit davantage de mobilité que d’attractivité. Elle procure une ambiance urbaine recherchée par des résidents peu enclins à s’installer durablement et favorise la venue de visiteurs qui ont une expérience touristique ramassée dans le temps et dans l’espace. Elle contribue aussi à l’installation de commerces et à leur distribution peu stabilisée dans le quartier. Finalement, la patrimonialisation agit de façon similaire en termes d’attractivité sur les catégories de publics communément différenciées.

Dépasser l’analyse « local vs touriste »

Pour comprendre l’investissement socio-spatial des individus, les recherches sur le sujet opposent le plus souvent les pratiques des visiteurs à celles des résidents, la présence des visiteurs étant analysée comme rédhibitoire pour les locaux.

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

Pourtant, l’altération du cadre de vie des habitants liée à la présence des visiteurs ne se pose que lorsque des distances culturelles sont identifiées. En réalité, c’est moins le nombre de visiteurs que leur qualité qui importe : le fait qu’ils soient étrangers, qu’ils ne parlent pas la même langue, qu’ils se déplacent en groupe, qu’ils disposent de caractéristiques que la population identifie comme « exotique » nourrit la distance entre locaux et visiteurs. Mais elle n’intervient que rarement : la grande majorité des visiteurs vient en couple (46 %) ou en famille (33 %), passant inaperçue parce qu’elle ressemble aux Albigeois. En conséquence, l’idée de « limite de changements acceptables » ou de de capacité de charge, qui suppose d’identifier le seuil de visiteurs tolérable sur un site du point de vue de la préservation du patrimoine bâti et de la population résidente, est insuffisante. D’ailleurs, la population locale adopte parfois des comportements proches de ceux des visiteurs : c’est le cas quand elle dit venir pour des raisons de promenade (80,2 %), de shopping (73,5 %) et de loisirs (70,7 %).

De même, l’investissement du centre ancien par la population locale ne s’explique pas seulement par la présence ou l’absence de visiteurs. Si cette caractéristique a une incidence certaine, d’autres logiques entrent en jeu pour comprendre la répartition socio-spatiale des populations. Les observations ethnographiques montrent ainsi que les commerces, les aménagements favorables au stationnement, les espaces verts, la minéralité plus ou moins forte des lieux expliquent la manière dont les populations investissent le territoire patrimonial. Pour exemple, les places du Vigan et de Lapérouse, qui disposent toutes deux de brasseries, de jardins publics, et d’un mobilier urbain favorable à l’arrêt sont privilégiées par les locaux au détriment de la place Sainte-Cécile à l’esthétique urbaine plus épurée.

Le patrimoine source d’intéressement aux affaires locales ?

CC Pixabay Prawny

Enfin, la patrimonialisation conduit imparfaitement à « l’inclusion sociale » souhaitée par l’UNESCO. Selon l’institution, l’inclusion sociale suppose la prise en compte de tous les habitants et cherche à stimuler l’intérêt de la population locale à l’égard du patrimoine. L’analyse des initiatives de participation – comme le dispositif « d’ambassadeurs albigeois » ou des « États Généraux Albigeois » – révèle qu’elles attirent des individus déjà investis dans les affaires de la cité, souvent membres d’associations culturelles, de défense du cadre de vie, ou de promotion du patrimoine et proches des édiles locaux.

Ces dispositifs ne font donc que renforcer les inégalités d’accès aux questions locales et alimentent « l’entre soi » qui repose sur des réseaux sociaux déjà actifs. Par exemple, parmi la liste des 528 ambassadeurs albigeois, plus d’un quart y adhère à titre personnel. Pourtant, l’analyse plus approfondie de ces particuliers indique que plus de la moitié (59 %) sont porte-parole d’un collectif : on trouve tour à tour des délégués associatifs, des enseignants d’établissements locaux et des employés, élus ou consultants municipaux.

Alors qu’on aurait pu croire que la mise en valeur du patrimoine et plus encore l’inscription UNESCO aient conduit à la démocratisation culturelle en mettant en lumière le patrimoine local, seule une partie de la population – entre un quart et la moitié – dit être venue visiter les principaux monuments de la Cité épiscopale depuis son inscription. L’inscription attire donc ceux qui avaient déjà visité ces monuments et qui sont déjà conquis par le patrimoine local.

En définitive, les conséquences de l’action publique patrimoniale sont plurielles, ambivalentes, parfois même inattendues. En effet, elle conduit à une mobilité plus soutenue sans pourtant parvenir à fixer les populations sur le territoire et produit des pôles distinctifs à l’échelle du centre plus ou moins investis par les locaux. Parallèlement, elle conduit certains d’entre eux à (re)découvrir le quartier, leurs pratiques s’apparentant alors à celles des visiteurs. En somme, la rhétorique du Patrimoine mondial de l’humanité, comme bien commun, transcende les catégories de publics mais produit dans un même temps des inégalités sociales et spatiales en maintenant éloignés des considérations patrimoniales ceux qui ne sont pas disposés à s’y intéresser.

  • Calvignac C., Fijalkow Y., Martin E., 2014, « Être d’un commerce agréable. Réflexions autour de la notion d’ambassade touristique », Mondes du tourisme, n° 9.

 

CC Pixnio

Crédits image à la Une : CC Wikimedia Commons Mouagip et crédits images à la Une : CC Wikimedia Commons Own work


Elsa Martin

CERTOP, Université Toulouse Jean Jaurès (elsa.martin@univ-jfc.fr)

More Posts - Website

Elsa Martin

CERTOP, Université Toulouse Jean Jaurès (elsa.martin@univ-jfc.fr)

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Pelatan François dit :

    Tout ça c’est du pipeau ! une certification n’a d’intérêt en matière de tourisme culturel que si elle est relativement rare, or si ça continue à ce rythme chaque canton de France risque d’avoir, à un titre ou un autre, une inscription sur la liste Unesco…..si elle n’est pas plus ou moins détournée, comme par exemple l’inscription « la valeur sociale du repas gastronomique français » qui a été « magouillée » par les syndicats et les corporations de cuisiniers et de restaurateurs comme  » la Gastronomie française » alors qu’il n’y a même pas une recette de cuisine et une liste de produits alimentaires dans le contenu du rapport final !! Et comme les gens de la Culture sont des gens peu directifs ils ne disent rien lorsque les témoignages dérivent….! et donc ça continue……

  1. 07/02/2018

    […] L’inscription sur la Liste UNESCO : une aubaine pour le territoire. Comment distinguer un territoire de ses voisins et ainsi attirer des touristes, des industries, des habitants… et des revenus ? Dans le contexte de vaches maigres touchant les collectivités locales, cette question prend une dimension nouvelle. Une réponse parmi les plus recherchées porte le doux nom de labélisation. Différents labels destinés aux territoires existent et tous sont convoités par les gestionnaires locaux. L’inscription au Patrimoine mondial constitue l’un de ces titres tant désirés par les édiles, et vraisemblablement le plus connu. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *