Crises économiques, discours et brouhaha

« Oui, mais on disait précisément la même chose avant la crise de 1929. Les années 1920 connurent le plein-emploi, sur fond de croissance insolente et de spéculation boursière, à l’image des années 1990 […] Les autorités politiques et financières martelaient alors le même discours sur la confiance, la croissance, la prospérité durable. Le cycle actuel est similaire » (entretien avec l’économiste James K. Galbraith, Libération, 24/09/2007).

Deux discours sur les crises économiques – l’une du passé, l’autre à-venir – s’entrecroisent dans cet extrait : celui, rassurant, attribué aux autorités politiques et financières et celui, plus pessimiste, formulé par un économiste qui profite d’une critique adressée au premier discours pour construire le sien et renforcer sa sombre expertise. Cet extrait permet d’entrevoir à quel point les crises économiques alimentent une production abondante et hétérogène de discours qui émanent de plusieurs univers de pensée et d’activité. Ces discours se répondent ou s’ignorent, se renforcent ou s’opposent.

Envisager cette production soulève deux difficultés immédiates : celle du discours et celle de la crise. D’un côté, se pose en effet la question de savoir comment ordonner ces innombrables discours, comment notamment identifier ceux qui, dans ce brouhaha, sont légitimes pour convoquer la crise économique et l’inscrire dans des argumentaires. D’un autre côté, on peut se demander à quoi renvoie la crise économique elle-même. Simple instance rhétorique, représentation induite par l’expérience personnelle ou encore réalité collective et extérieure au discours, l’expression « crise économique » traduit une telle diversité de phénomènes et de perceptions qu’il semble difficile de la maintenir au singulier.

 

Quelle mise en discours de la crise ?

La « crise », comme séquence répétée de l’histoire de l’économie, semble être un éternel recommencement. Loin de se limiter à des périodes localisées, à des perturbations intenses et anormales, elle se banalise et devient une représentation ordinaire de la situation économique. Rien d’original ou de subversif dans ce constat : par exemple, dans son ouvrage Le Suicide, le sociologue Émile Durkheim soulignait, à la fin du XIXe siècle, combien dans le monde du commerce et de l’industrie « l’état de crise et d’anomie […] est constant et, pour ainsi dire, normal ».

Dans les discours qui la convoquent, la crise économique est ainsi parfois présentée comme une réalité déjà connue et éprouvée, une réalité extérieure au discours qui contribue à la constituer. Elle introduit immédiatement à une réalité familière. L’usage du terme permet d’asseoir un contexte compris de tous, et de déplier, à partir de lui, points de vue et convictions, constats et préconisations – notamment, dans un cadre politique (programme pour tenter d’en soigner les maux).

Mais parce qu’elle représente des réalités bien différentes en fonction des contextes, elle est aussi régulièrement l’objet du discours. Dans ce cas, elle incarne le résultat, toujours provisoire et à reconstruire, de discours soucieux de l’associer à des réalités et de la réinscrire dans le monde. Ces discours proposent d’établir une définition, d’évaluer une intensité, de la situer dans le temps, d’identifier des origines, d’anticiper des conséquences ou encore de préconiser des remèdes… La mise en mots de la « crise » semble révéler un embarras préalable à un discours qui propose justement de le dissiper. De quoi parle-t-on réellement ? À quelle(s) réalité(s) le discours fait-il référence ?

La science économique, un discours de vérité ?

Formuler des réponses crédibles à ces questions, réponses susceptibles de faire autorité auprès d’un ou plusieurs publics, nécessite de comprendre comment se mesure et se distribue la légitimité des discours formulés. Ces légitimités discursives sont multiples ; elles peuvent dans notre cas s’exprimer dans des sentiments et émotions, des expériences et témoignages, des connaissances et compétences, des statuts et positions sociales, des sensibilités militantes et citoyennes, des postures académiques et dogmatiques… Tous les discours, alors même qu’ils ne s’expriment pas de la même manière, pas plus qu’ils ne poursuivent les mêmes objectifs, peuvent souscrire à une forme de légitimité jugée pertinente dans un contexte précis et, de ce point de vue, profiter d’une crédibilité locale.

Extrait de l’affiche du film La vérité si je mens ! de Thomas Gilou, 1997

Mais la compréhension de la légitimité d’un discours sur la crise économique ne peut pas être réduite à ce premier palier. Une fois appréhendées à une échelle plus globale, celle d’une société et d’une période, on constate à quel point certaines de ces légitimités font davantage autorité que d’autres. Une focale sur l’espace public traditionnel et ses « gardiens » (grands médias, institutions politiques, etc.) rend cette hiérarchie particulièrement apparente. Ici, il devient nécessaire de remettre la notion au singulier, voire de la coupler à celle de « régime de vérité » empruntée à Michel Foucault.

La production discursive de la crise économique y circulant est en effet gouvernée par un régime de vérité, c’est-à-dire, selon Foucault, une « politique générale de la vérité : [des] types de discours qu’elle accueille et fait fonctionner comme vrais ; des mécanismes et des instances qui permettent de distinguer les énoncés vrais ou faux, la manière dont on sanctionne les uns et les autres ; des techniques et des procédures qui sont valorisées pour l’obtention de la vérité ; des experts qui ont la charge de dire ce qui fonctionne comme vrai ». Souscrire à ce régime de vérité, c’est donc convoquer des experts, mettre en œuvre des outils de mesure, présenter des « preuves » autorisant une médiatisation large, voire une récupération politique au nom de représentations prétendument neutres et objectives, parfois même indiscutables, de la crise.

CC Pixabay Felipeblasco

Au fondement de ce régime de vérité, capable d’influencer tous les discours et d’être la seule encore légitime dans l’espace public traditionnel, se loge désormais la science économique. Le degré de spécialisation du vocabulaire, les données chiffrées et les modélisations que réclame le gouvernement de l’économie, les infographies et autres schémas imposent une légitimité nécessairement adossée à des savoirs et savoir-faire produits par cette discipline académique. Cette dernière représente l’attelage « savoir-pouvoir » le plus influent, le support d’un discours légitime dès lors qu’il traite de la crise économique – et ce quel que soit son champ initial. Et alors même que les « crises » ont la capacité d’ébranler cette verticalité, d’en fragiliser les bases, on constate la permanence, voire le renforcement du régime de vérité économique.

  • Foucault M., 2001, Dits et écrits, vol.2 1976-1988, Paris : Gallimard.

Quels discours des hommes politiques et de la presse ?

Ce dossier de la revue Mots. Les langages du politique ne souhaite pas donner à la science économique l’exclusivité de la production des discours sur la crise. Mais il ne cherche pas non plus à nier son rôle ou à refuser de le penser.

Ainsi, autour de la crise des subprimes, sont simplement étudiés d’autres discours qui composent avec ce régime de vérité en aménageant des traductions rhétoriques et lexicales, en valorisant certaines légitimités qui leur sont propres.

Au premier rang figurent ceux portés par les hommes politiques et la presse. Ces deux types de discours, parmi les plus légitimes dans l’espace public traditionnel, illustrent clairement un rapport ambivalent au régime de vérité économique. D’un côté en effet, les emprunts et les renvois à ce langage sont nombreux et contribuent à crédibiliser les propos tenus. Il suffit, pour s’en convaincre, de constater à quel point les figures de l’expertise mobilisées dans les articles journalistiques relèvent majoritairement d’une doxa économique qui – pour reprendre les termes de l’économiste Bernard Maris (sous le pseudonyme d’Oncle Bernard dans Charlie Hebdo) – tourne en boucle dans les salons, les hautes sphères ou à la télévision.

CC Pixabay Clker-Free-Vector-Images

D’un autre côté, hommes politiques et journalistes se montrent également soucieux de préserver une forme d’autonomie vis-à-vis de ce langage économique dominant. Les premiers ont ainsi régulièrement recours à des métaphores qui leur permettent de réhabiliter les positions et actions politiques dans un contexte économique hostile. Un des contributeurs (Arthur Borrielo) identifie, par exemple et parmi d’autres registres métaphoriques, le cas d’un chef d’exécutif qui compare la situation de son pays à celle d’un navire en pleine tempête et qui s’attribue dès lors la position d’un capitaine déterminé à mener ce navire à bon port.

Les seconds cherchent parfois à proposer aux publics de « bonnes histoires » journalistiques capables de susciter l’intérêt du lectorat. Dès lors, au cours de leurs enquêtes, ils profitent de certaines sociabilités et sensibilités pour construire des récits susceptibles de redistribuer les voix qui comptent dans l’espace médiatique. Les journalistes contribuent ainsi à faire d’acteurs et de discours que rien ne prédestinait à être relayés dans les grands médias des symboles de la crise. L’intense couverture journalistique de la fermeture d’une usine du groupe MOLEX en 2008 à Villemur-sur-Tarn en est une illustration convaincante. Olivier Baisnée et Frédéric Nicolas montrent en effet comment le discours des salariés de cette entreprise rurale va être relayé par et dans les presses régionale et nationale et comment cette lutte des classes locale va accéder au statut d’événement médiatique.

Les contributions réunies par Mots. Les Langages du politique dans le dossier que la revue consacre aux Discours de la crise économique permettent d’esquisser la multiplicité des ordres du discours situés en deçà du régime de vérité évoqué supra, et de le faire en empruntant tout autant aux sciences du discours qu’à la sociologie et à la science politique. Ce faisant, elles dévoilent des configurations discursives complexes qui ne sacrifient aucun des ordres, du plus global aux plus locaux, clarifiant ainsi certaines des manières de dire la crise économique dans l’espace public.

Crédits images à la Une : CC Pixabay Geralt et crédits image d’entrée : CC Pxhere


Roland Canu et Valérie Bonnet

Roland Canu, Université Toulouse Jean Jaurès, UMR 5044 CERTOP (canuroland@gmail.com) et Valérie Bonnet, Université Toulouse 3 – Paul Sabatier, LERASS (valerie.bonnet@iut-tlse3.fr, )

More Posts

Roland Canu et Valérie Bonnet

Roland Canu, Université Toulouse Jean Jaurès, UMR 5044 CERTOP (canuroland@gmail.com) et Valérie Bonnet, Université Toulouse 3 – Paul Sabatier, LERASS (valerie.bonnet@iut-tlse3.fr, )

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *