Mémoires et actualités de la contraception et de l’avortement en France

Pendant plus d’un siècle, la législation française a réprimé sévèrement la contraception et l’avortement. Cette interdiction, assortie de sanctions, a entraîné de vastes mobilisations avant et après la légalisation relativement récente de la contraception et de l’avortement par les lois Neuwirth (1967), Veil (1974 et 1979) et enfin Roudy (1982).

La contraception et l’avortement sont restés au cœur de l’actualité, en raison de leurs remises en cause régulières, tantôt frontales, tantôt plus feutrées. Revenir sur leur histoire permet de mieux éclairer le présent, comme le souligne l’historienne Bibia Pavard : « Faire l’histoire de la contraception et de l’avortement (…) en France, c’est faire l’histoire de l’un des changements majeurs de la seconde moitié du XXe siècle dans ce pays : celle de l’instauration d’une liberté de procréer ».

  • Pavard B., 2012, Si je veux, quand je veux : contraception et avortement dans la société française, 1956-1979, Rennes :, PUR.

Retour rapide sur l’histoire des mobilisations

Dès le XIXe siècle, les néo-malthusien.nne.s propulsent ces questions sur la scène publique. Ils et elles sont des partisan.ne.s du contrôle des naissances, puisque selon ce courant, la population s’accroîtrait plus rapidement que les ressources disponibles. En France, ce mouvement encourage les prolétaires à ne plus fournir des prostituées, des ouvriers et des soldats à la bourgeoisie : « Assez de chair à plaisir ! de chair à travail ! de chair à canon ! ». Le contrôle des naissances permettrait une revalorisation du milieu prolétarien et l’écroulement de la société bourgeoise. Mais l’avortement ne serait qu’un mal nécessaire visant à répondre aux « déficiences » des moyens contraceptifs de l’époque (coït interrompu, méthodes locales). Toutefois ils ne rencontrent pas les organisations féministes de l’époque qui favorisent le rôle maternel des femmes.

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

À la même période et contrairement aux néo-malthusien.nne.s, les natalistes font de l’avortement un crime contre le fœtus, les femmes, la nation et la race. Selon eux, la législation demeure insuffisante et celles et ceux qui pratiquent l’avortement doivent être sévèrement réprimé.e.s. Ainsi, la loi du 31 juillet 1920 punit « la provocation à l’avortement et la propagande anticonceptionnelle ». Elle est renforcée par la loi du 27 mars 1923 par laquelle l’avortement devient un délit. Cette répression à l’égard de l’avortement et de la contraception est accentuée sous le Régime de Vichy… et perpétuée à la Libération.

Alors que le mouvement néo-malthusien est en perte de vitesse, la question de la contraception revient à l’ordre du jour dans les années 1950 grâce à la création de l’association la Maternité Heureuse (1956), devenue en 1960 le Mouvement français pour le planning familial (MFPF). L’association doit « permettre aux couples, grâce à la contraception, de n’avoir des enfants que lorsqu’ils le désirent » (Le Naour, Valenti, 2003). L’association défend la légalisation des moyens contraceptifs pour mettre fin au «fléau» social et sanitaire que représente l’avortement clandestin. Des centres se développent en région et proposent aux adhérent.e.s des informations diverses et des contraceptifs.

La contraception devient en outre l’un des thèmes centraux de la campagne présidentielle de 1965. Plusieurs propositions de loi en faveur de sa légalisation sont déposées, dont celle du député gaulliste Lucien Neuwirth. La loi Neuwirth sera votée, au milieu de débats très vifs, puis promulguée le 28 décembre 1967. Par la suite, le MFPF initie des débats autour de l’élargissement de l’avortement thérapeutique, légalisé en 1955, uniquement si « la vie de la mère est en danger ».

Université de Tours

À partir des années 1970, le Mouvement de libération des femmes (MLF), apparu le 26 août 1970 aux yeux de l’opinion publique, revendique le « droit des femmes à disposer librement de leur corps » et fait de la contraception et de l’avortement libres et gratuits l’un des enjeux majeurs de la libération des femmes. Quelques-unes de ses militantes s’engagent dès le mois d’avril 1973 aux côtés de partisan.ne.s (groupes, associations, syndicats, organisations politiques de gauche et d’extrême gauche et participant.e.s à titre individuel) dans le Mouvement pour la liberté de l’avortement et de la contraception (MLAC). Ce mouvement défend la libre disposition du corps des femmes et s’inscrit dans la pratique militante des avortements : interruptions de grossesses à l’aide de la méthode Karman, propagande sur les moyens anticonceptionnels, diffusion de films comme Histoires d’A, etc.

La loi Veil, portée par Simone Veil alors ministre de la Santé, est votée le 29 novembre 1974 pour une durée de cinq ans. Elle dépénalise l’avortement dans certaines conditions. Le MLAC lui reproche de ne pas prévoir le remboursement de l’interruption volontaire de grossesse (IVG) et de ne pas concerner les mineures. De nouvelles mobilisations ont lieu un peu partout en France à l’occasion du vote définitif de la loi Veil (1979) et perdurent jusqu’en 1982, date du vote de la loi Roudy (du nom d’Yvette Roudy, ministre des Droits de la femme) prévoyant le remboursement de l’IVG par la Sécurité Sociale.

  • Le Naour J.-Y., Valenti C., 2003, Histoire de l’avortement : XIXe-XXe siècle, Paris : Editions du Seuil.

Actualités de la contraception : de l’émancipation à une contrainte médicalisée ?

CC Pixabay b0red

Jusque dans les années 1970, les français.e.s ont majoritairement recours au coït interrompu comme moyen d’espacer les naissances. Une fois légalisée, la contraception devient médicalisée : certains contraceptifs ont un fonctionnement hormonal ou autre (stérilet dit « dispositif intra-utérin » au cuivre par exemple) nécessitant des prescriptions et/ou des interventions médicales, impliquant un interrogatoire en consultation. Cette médicalisation de la contraception va de pair avec sa féminisation (Ventola 2014). S’il existe officiellement (en plus des méthodes dites naturelles) deux contraceptifs à usage masculin (préservatif et vasectomie), on dénombre une dizaine de contraceptifs à usage féminin, dont plus de la moitié ont un fonctionnement hormonal. Les femmes assument alors largement la charge morale et physique de la gestion contraceptive, qui semble être la condition de la libre disposition de leur corps.

Les recherches sur la contraception permettent en fait de relativiser cette émancipation, puisque la répartition actuelle des contraceptifs et la perception de l’avortement, minimisent le rôle des hommes en cas de grossesses (non prévues) et renforcent l’idée d’une maternité naturelle et responsable. L’avortement reste perçu comme un ultime recours, suite à un « échec » contraceptif. Il est encore largement tabou et stigmatisé et les femmes qui y ont recours sont censées le regretter (Divay, 2004). Pourtant, avorter n’est pas une déviance, puisque plus d’une femme sur trois avorte au moins une fois au cours de sa vie. De même, tous les pays n’opposent pas la contraception et l’avortement, ces pratiques partageant une histoire de luttes communes.

  • Ventola C., 2014, « Prescrire un contraceptif : le rôle de l’institution médicale dans la construction de catégories sexuées », Genre, Sexualité et Société, no12, 2-16.
  • Divay S., 2004, « L’avortement : une déviance légale », Déviance et Société, vol.28, no2, 195-209.

Les françaises avalent « la » pilule ?

En France, « la » pilule (en fait, des dizaines réparties en quatre générations) est le contraceptif demandant le plus d’observance et aussi le plus utilisé/prescrit (Bajos et al., 2014). Or, fin 2012 la pilule est l’objet d’un scandale sanitaire et social : des centaines de femmes portent plainte contre des laboratoires pharmaceutiques en raison de graves effets indésirables dus à une prise de pilules de troisième et quatrième générations. À la suite de la «crise de la pilule», des témoignages fleurissent (notamment #payetonuterus, le tumblr JeNaiPasConsenti) traduisant le constat d’un choix relatif centré sur les pilules et dépeignant des violences médicales et gynécologiques inhérentes aux rendez-vous médicaux associés à une prescription contraceptive.

La parole des usagères continue de se libérer, dénonçant par exemple des effets indésirables d’autres contraceptifs et interrogeant le consentement des femmes aux effets des contraceptifs médicalisés (implant de stérilisation Essure) et des hormones synthétiques (dispositif intra- utérin) mobilisées avec une plus grande prudence dans la recherche pour la contraception à destination des hommes. Le partage de ces expériences montre que les difficultés vécues individuellement traduisent un problème sociétal. Une contraception ne peut être émancipatrice si elle fait l’objet d’imposition.

CC Pixabay uzmashahid

Si le recours à la pilule a baissé suite à ce débat fortement médiatisé, elle reste le contraceptif le plus utilisé/prescrit en France. Ce n’est en revanche pas le cas dans d’autres pays : en Angleterre, la contraception masculine fait partie intégrante du panel contraceptif (Ventola 2014), aux États-Unis la stérilisation est un moyen couramment employé, ou encore au Burkina Faso les méthodes hormonales de long cours sont privilégiées : dispositifs intra- utérin, implant et injections hormonales (Le Guen et al., 2017).

S’il peut y avoir une dimension culturelle dans les choix contraceptifs, les médecins peuvent être influencés par le profil des patientes. Certains alimentent des inégalités d’accès à la contraception selon les âges, les origines ethniques, les diplômes, les ressources financières, etc. Un certain nombre de contraceptifs ne sont toujours pas intégralement, voire pas du tout remboursés.

Scandales sanitaires de contraceptifs médicalisés, mise en évidence de violences gynécologiques, interrogations grandissantes sur la (non-)responsabilité contraceptive des hommes, remise en question perpétuelle du droit fondamental d’accès à l’avortement, sont autant d’enjeux contemporains qui mettent à jour les obstacles et les revers de la contraception dite moderne, et montrent que les luttes pour la contraception et l’avortement sont toujours d’actualité. Comme l’annonçait Simone de Beauvoir : « N’oubliez jamais qu’il suffira d’une crise politique, économique ou religieuse pour que les droits des femmes soient remis en question. Ces droits ne sont jamais acquis. Vous devrez rester vigilantes votre vie durant » (Le deuxième sexe).

Ces thématiques continuent d’ailleurs à faire l’objet d’un intérêt scientifique soutenu, ainsi que le prouve l’organisation par de jeunes chercheur.e.s d’évènements comme le colloque d’Arpège-EFiGiES (Toulouse, 2017), ou encore le colloque international Genre et Contraception (Paris, 2017) à l’occasion des cinquante ans de la loi Neuwirth.

  • Bajos N., Rouzaud-Cornabas M., Panjo H., Bohet A., Moreau C., Équipe FECOND, 2014, « La crise de la pilule en France : vers un nouveau modèle contraceptif ? », Population & Sociétés, no511, 1-4.
  • Le Guen M., Laboratoire junior Contraception&Genre, 2017, « Cinquante ans de contraception légale en France : diffusion, médicalisation, féminisation», Population & Sociétés, n°549.

Crédits image à la Une et d’entrée : Affiches du MLAC, Université de Tours


Leslie Fonquerne et Justine Zeller

Leslie Fonquerne, Université Toulouse Jean Jaurès, CERTOP (leslie.f.31@hotmail.fr) et Justine Zeller, Université Toulouse Jean Jaurès, FRAMESPA (zeller.justine@hotmail.fr),

More Posts

Leslie Fonquerne et Justine Zeller

Leslie Fonquerne, Université Toulouse Jean Jaurès, CERTOP (leslie.f.31@hotmail.fr) et Justine Zeller, Université Toulouse Jean Jaurès, FRAMESPA (zeller.justine@hotmail.fr),

Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. 06/03/2018

    […] Mémoires et actualités de la contraception et de l’avortement en France. Pendant plus d’un siècle, la législation française a réprimé sévèrement la contraception et l’avortement. Cette interdiction, assortie de sanctions, a entraîné de vastes mobilisations avant et après la légalisation relativement récente de la contraception et de l’avortement par les lois Neuwirth (1967), Veil (1974 et 1979) et enfin Roudy (1982). La contraception et l’avortement sont restés au cœur de l’actualité, en raison de leurs remises en cause régulières, tantôt frontales, tantôt plus feutrées. […]

  2. 15/03/2018

    […] Justine, 2018, « Mémoires et actualités de la contraception et de l’avortement en France », Mondes sociaux, 5 mars […]

  3. 01/05/2018

    […] (disponible en replay jusqu’au 4 mai, foncez !). Sur ce même sujet, l’article « Mémoires et actualités de la contraception et de l’avortement en France » publié sur le carnet de Mondes Sociaux par Leslie Fonquerne et Justine Zeller est très […]

  4. 02/07/2018

    […] L. & Zeller J., 2018, « Mémoires et actualités de la contraception et de l’avortement en France », Mondes Sociaux, mars […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.