L’enseignement des sciences économiques contre le pluralisme ? Le regard d’un lycéen

L’étudiant désirant s’orienter vers l’économie à la sortie du lycée s’aperçoit, en général très rapidement, que la discipline qu’il s’apprête à découvrir est loin de rendre compte de la diversité des approches avec lesquelles on peut penser et réfléchir la complexité de l’économie. En effet, pourtant adeptes de la libre concurrence dans leurs discours, les économistes qui se réclament de la théorie néoclassique siègent aujourd’hui en maîtres incontestés et incontestables sur la discipline universitaire.

Or s’il y a toujours eu dans l’histoire de l’économie des écoles ayant une diffusion et donc une influence plus fortes que les autres, la situation actuelle apparaît toutefois préoccupante. On peut en effet constater l’absence de plus en plus marquée de pluralisme dans les cours proposés, que cela concerne les courants de pensée, les approches ou les méthodes, et donc le prisme même avec lequel on choisit de se poser comme observateur, penseur ou acteur du monde économique, et plus largement des sociétés humaines. Cette situation n’a pas manqué de faire réagir non seulement à l’intérieur de l’Université, mais aussi en dehors : ainsi, en 2015, un article du Monde Diplomatique n’hésitait pas à parler d’une « police de la pensée à l’Université » (juillet, n°736).

  • Mondes Sociaux met habituellement en ligne des articles de synthèse relatifs à des publications académiques. Les textes sont en général rédigés par des chercheurs, que ceux-ci soient les auteurs des publications, des spécialistes du domaine, des doctorants ou plus rarement des étudiants de master. Le présent article a été proposé par un lycéen d’Uzès (Gard). Notre équipe l’a aidé à le reformuler et a décidé de le publier à titre exceptionnel comme une synthèse, du point de vue d’un futur étudiant, de plusieurs textes et rapports relatifs à l’enseignement universitaire de l’économie.

Un enseignement de moins en moins pluraliste

La situation actuelle est loin de traduire les aspirations de tous les enseignants et de tous les étudiants. Certains d’entre eux s’intéressent à l’histoire de la pensée économique, à la critique des marchés ou encore questionnent la (dé)régulation financière : autant de thèmes peu traités, si ce n’est pas du tout pour certaines universités, par leurs professeurs. L’enquête menée par PEPS Économie (Pour un Enseignement Pluraliste dans le Supérieur en Économie), mouvement regroupant des étudiants en économie (facultés, grandes écoles, classes préparatoires), atteste du décalage entre les intérêts intellectuels des étudiants et les contenus majoritairement enseignés. Une autre raison de cette remise en cause est l’analyse réalisée par l’économie orthodoxe néoclassique sur ces mêmes objets d’étude, alors même qu’ils se sont retrouvés au centre de la crise économico-financière de 2007-2008.

CC Pixabay jerrykimbrell10

Face à une orthodoxie qui semble relativement monolithique, se définit en négatif l’hétérodoxie. Sont qualifiés « hétérodoxes » les post-keynésiens, l’école autrichienne, les institutionnalistes, les régulationnistes, les marxistes, les conventionnalistes et bien d’autres encore. Ainsi, si l’hétérodoxie exprime bien la présence d’une multitude de courants, voire l’abondance d’écoles de pensées en économie, la domination orthodoxe est tellement marquée qu’à l’université, le débat s’efface dans les travaux de recherche et les enseignements. PEPS Économie avance que la situation est en effet loin de refléter la richesse et la complexité des sciences économiques : « En licence d’économie-gestion, la théorie néoclassique est “l’économie”, de manière exclusive (…) D’ailleurs, le mot “néoclassique” apparaît très tard dans la formation d’un économiste. Jusqu’au master, on étudie “l’économie”, “l’économie contemporaine” ou “l’économie moderne”, comme si tous les autres courants appartenaient à l’histoire ou sortent de l’économie ».

Le problème n’est pas tant la théorie néoclassique en elle-même. Il serait le même si on trouvait à cette même place dominante une autre école de pensée. Le problème est donc l’existence d’un système de domination idéologique et institutionnel. Car, ainsi que le souligne le titre d’un ouvrage publié sous la direction d’André Orléan, professeur de sciences économiques, « À quoi servent les économistes s’ils disent tous la même chose ? ».

  • Orléan A., dir., 2015, À quoi servent les économistes s’ils disent tous la même chose ?, Manifeste pour une économie pluraliste, Paris : Les Liens qui Libèrent.
  • PEPS Économie, 2013, « L’enseignement de l’économie dans le supérieur: bilan critique et perspectives », L’Économie Politique, vol.58, n°2, 6-23.
  • Pouch T., Sobel R., 2008, « L’hétérodoxie, quelle hétérodoxie ? », L’Homme et la Société, vol.4, n°170-171, 9-14.

De graves conséquences sur la démographie des enseignants

Les données issues des enquêtes de PEPS Économie, mais aussi de l’Association française d’économie politique (AFEP), rendent compte de manière préoccupante de l’avenir incertain d’une recherche et d’un enseignement pluralistes. Sur le recrutement des nouveaux professeurs d’abord : selon l’AFEP, ceux défendant une approche hétérodoxe ne représentent que 6 des 120 recrutés entre 2005 et 2011, soit 5 %. Sans professeurs, ces cours subissent une forte diminution. Les analyses fournies par PEPS Économie permettent d’en prendre la mesure. Lors des trois premières années dans l’enseignement supérieur (correspondant à une licence), l’objet d’étude de l’histoire de la pensée et des faits économiques ne constituerait seulement que 1,7 % de l’ensemble des cours proposés. Quant aux problèmes économiques contemporains, ils représenteraient 1,6 %.

La perpétuation de cette école de pensée tient à l’accès, pour les économistes de ce courant, au poste de professeur d’université. Ce statut permet de diriger des jurys du concours d’agrégation du supérieur, ainsi que des équipes de recherche et des masters, d’encadrer des thèses (puis d’en présider les jurys) et des habilitations à diriger les recherches. Les professeurs s’occupent aussi de la direction des revues publiant les travaux de recherche ainsi que de celle de divers comités scientifiques. Enfin, ils participent avec les maîtres de conférences, à la sélection et à la promotion des futurs enseignants. Et cela a de fortes répercussions sur la démographie de la section 05 « Sciences économiques » du Conseil national des universités (CNU) rassemblant les économistes et qui joue un rôle majeur dans la recrutement et la promotion des universitaires. Ainsi, se met en place un système de reproduction de la pensée qui conduit à un effacement encore plus important de théories déjà sous-représentées.

CC Mondes Sociaux

Un des critères retenus pour le recrutement et la promotion des enseignants est leur faculté à publier leurs articles dans des revues scientifiques figurant dans les classements établis par la discipline. Ces revues sont censées exprimer l’excellence. Or, cette sélection fondée sur une hiérarchie des revues qui impose une définition normative de ce à quoi doit tendre et correspondre un économiste, ne présente pas toujours une garantie ni de la qualité de l’article, ni de la qualité de la revue. C’est en fait davantage la forme qui prévaut, le fait de publier dans telle revue classée à tel rang, que le contenu du travail de recherche réalisé. Conséquence : l’hétérodoxie ne trouve pas à se faire entendre dans nombre de ces revues, qui ouvrent davantage leurs pages aux penseurs orthodoxes. Permettre une réelle prise en compte du pluralisme des théories économiques dans l’enseignement du supérieur passe donc, comme le préconise le Rapport Hautcoeur, par « renoncer à l’idée d’une hiérarchisation unique et mono-disciplinaire des revues et productions scientifiques ».

  • Hautcoeur P.-C., 2014, L’avenir des sciences économiques à l’Université en France, rapport au ministre de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche et à la secrétaire d’État à l’Enseignement supérieur et à la Recherche.
  • AFEP, 2013, Évolution des recrutements des professeurs de sciences économiques depuis 2000. La fin du pluralisme, Note, septembre.

CC Pixabay OpenClipart-Vectors

Le nombre d’enseignants hétérodoxes va décroissant dans les amphithéâtres et ceux qui ont réussi à passer entre les mailles du filet de la sélection pour devenir professeur d’université ou maître de conférences sont de fait soumis à la pression et aux contraintes du courant hégémonique. Ils éprouvent des difficultés pour se faire entendre, tant dans l’Université qu’à son extérieur. La place pour représenter les sciences économiques et pour parler en leur nom est laissée sans guère d’opposition aux orthodoxes. Ces derniers parviennent alors à imposer l’idée selon laquelle l’enseignement ne peut être accessible à toutes les écoles de pensée. Et de ce fait, ils dictent une définition incontournable de l’économie, tout comme ils lui ont assigné son caractère scientifique il y a près de 150 ans. En développant une économie imperméable à la pénétration des sciences sociales (sociologie, anthropologie, histoire…), ils produisent une économie plus mathématique, plus rationnelle, plus maximisatrice, plus « scientifique » en somme.

C’est donc par un véritable verrouillage institutionnel que les tenants de l’orthodoxie font progressivement taire toute voix dérogeant aux lois et théorèmes néoclassiques. Or dans l’ensemble des domaines de la recherche, les progrès de la pensée ne sont possibles que par la connexion, la rencontre, l’équilibre entre des points de vue divers et divergents. Comme le relève le Rapport Hautcoeur : « l’histoire des sciences nous enseigne combien les innovations et apports scientifiques importants émergent souvent en dehors des critères dominants ». L’économie, ou plutôt les sciences économiques, telles qu’elles sont enseignées et pratiquées dans l’enseignement supérieur en France, dérogent à ces précautions, au prix d’une perte dans la réflexion, et ce pour l’ensemble de la discipline. Il est sans doute temps de faire évoluer cette dernière…

C’est l’intérêt pour l’économie et pour les sciences sociales, manifesté tant au lycée que dans mes lectures personnelles (journaux, livres spécialisés…), qui m’a poussé à m’intéresser à la façon dont l’économie est aujourd’hui enseignée en France dans le Supérieur et qui m’a fait découvrir qu’elle est en partie déconnectée des autres sciences sociales. Cette situation ne va pas sans me poser un problème quant à ma future orientation dans l’enseignement supérieur car en l’état actuel de mes connaissances, j’ai du mal à comprendre cette séparation…

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

Crédits image à la Une : CC Pixabay Geralt et crédit image d’entrée : CC Pixabay GraphicMama-team


Jules Perez

Classe Terminale, Lycée Charles Gide, Uzès (Gard) (julesperezflaux@yahoo.fr)

More Posts

Jules Perez

Classe Terminale, Lycée Charles Gide, Uzès (Gard) (julesperezflaux@yahoo.fr)

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. CARVIN dit :

    Merci pour ce travail qui m’a aidé dans la réflexion que je mène sur le travail social qui est mon champ d’activité. Formée par la philosophie, l’histoire et la psychologie dans les années 80, j’ai récemment repris mes études pour présenter un DE d’assistante de service social. Que ne fut ma surprise de constater qu’année après année, la réflexion fruit de la critique argumentée, exercice pourtant essentiel de toute évolution, cette réflexion est devenue gênante. Il est demandé aux élèves non d’interroger la pertinence de leur pratique mais d’appliquer, avec le moins de discernement possible, les politiques publiques en matière d’action sociale. Foin de la mise à distance et du questionnement, il suffira de les invoquer de façon redondante tout en ne les pratiquant pas. J’ignore si les tactiques de reproduction ont fonctionné de la même façon que dans le champ des sciences économiques, mais le résultat est à ce point analogique avec le champ de l’action sociale que je n’ai pu que réagir à votre article.

  2. Filatre dit :

    Peut-être est-ce là la rançon d’une trop grande proximité avec le pouvoir politique ou social ? Les anciennes facultés de droit et de médecine ne portent-elles pas depuis longtemps les mêmes tares ? La comparaison de l’IEP et de la fac de droit a beaucoup marqué mes réflexions d’étudiant (il y a longtemps maintenant…). Franchement, la culture générale à la fac de droit était pitoyable par rapport à l’IEP et aux autres facs de sciences-humaines, j’ai peur que cela n’ait pas beaucoup changé… Les cours de droit fait exclusivement par des juristes, un enfermement culturel. Et est-ce que la culture générale scientifique est bonne dans les facs de médecine ? Ce n’est pas une évidence. Ce sont les 2 facs qui tiennent le haut du pavé depuis des siècles.
    En ce qui concerne l’économie, cela me donne l’impression de voir la même chose, mais dans un rythme beaucoup rapide. Les sciences économiques étaient peu de chose au niveau universitaire il y a 100 ans. Quand Pierre Mendès-France est arrivé au Gouvernement, il était le seul à avoir une formation économique…
    On parle beaucoup de l’entrée du privé qui pèse sur l’orientation de la recherche et donc, forcément indirectement, sur les universitaires. Peut-être faut-il aussi s’interroger sur le fonctionnement public et sur les effets pervers de la perte d’autonomie des « mandarins ». Le savoir est d’abord un commun. Il y a quelques bons économistes qui s’intéressent au sujet… écoutons-les davantage.

  1. 03/04/2018

    […] Cela sous-tend une hypothèse implicite faisant porter la responsabilité de la réussite ou de l’échec aux examens uniquement sur les étudiants, plus ou moins armés pour s’affilier au monde universitaire. Mais que sait-on des conditions de vie de ces jeunes et de leurs impacts sur leur parcours à l’université ? Landrier S., Cordazzo P., Guégnard C. (dir.), 2016, Études, galères et réussites. CC Wikimedia Commons Andrew Levine More Posts. L’enseignement des sciences économiques contre le pluralisme ? Le regard d’un lycéen. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.