Peut-on vraiment parler de « génération Erasmus » ?

Erasmus a eu 30 ans en 2017 ! L’anniversaire du programme Communautaire Erasmus (European Region Action Scheme for the Mobility of University Students) a donné lieu à de nombreux articles et émissions dans les médias européens. Les précédents anniversaires et les communiqués de la Commission européenne avaient déjà donné le ton, parlant de « programme populaire », d’une « success story », qui ne connaît pas de « crise », avec des effectifs et un budget toujours croissants. Ce faisant, cette célébration fait quelque peu oublier qu’en chiffre relatif, la mobilité institutionnalisée en Europe ne concerne toujours qu’une minorité d’étudiants (moins de 10 % des inscrits dans l’enseignement supérieur) et une part encore plus infime de la jeunesse européenne. Peut-on dans ce contexte parler de « génération Erasmus », alors que ce programme touche encore aujourd’hui une minorité d’étudiants, d’élèves et de personnel de l’enseignement européen ?

Certes Erasmus+ regroupe depuis 2014 des programmes d’échange qui concernent différents niveaux du système éducatif. Il essaie, en outre, de s’ouvrir à un public moins sélectionné, qui dispose de moins de ressources internationales. Jusqu’en 2013 « Erasmus » était uniquement destiné aux étudiants et aux professionnels de l’Université (Comenius aux collégiens et lycéens, Leonardo da Vinci aux apprentis et Grundtvig aux adultes en formation).

Être mobile de nos jours semble toutefois devenir une injonction à laquelle il faut adhérer. Cet impératif projette sur le plus grand nombre ce qui était plutôt une caractéristique des élites (étudiants qui choisissent de faire un cursus à l’étranger, sans incitation et/ou aides d’institutions locales, étatiques ou supranationales). La mobilité institutionnalisée, à la différence de la mobilité spontanée (plutôt élitiste, car financée par des fonds privés), repose sur des contrats d’échange signés entre institutions. De ce fait tous les étudiants ne se retrouvent pas devant la même offre de mobilité et les universités en relation d’échange ne semblent pas échapper à la règle « qui se ressemble, s’assemble ! »

  • Courty, G. (éd.), 2015, La mobilité dans le système scolaire : une solution à la réussite et à la démocratisation ?, Lille : Presses du septentrion collection Espaces politiques.

Les frontières mouvantes et les objectifs manifestes d’Erasmus

Lors de sa création, en 1987, le programme Erasmus était ouvert aux pays de l’EFTA (European Free Trade Association), c’est-à-dire les pays composant le Marché commun. La commission a ensuite mis en place, en 1990, le programme Tempus, pour développer la coopération éducative avec l’Europe centrale et de l’Est, avant d’ouvrir la coopération avec le Maghreb, l’Afrique, l’Atlantique, l’Amérique et enfin l’Asie. Erasmus Mundus a été mis en œuvre à la rentrée universitaire 2004-2005 et ouvre la mobilité vers de nombreux pays non européens.

Les objectifs du programme Erasmus ont ainsi évolué avec l’ouverture géographique sur ces trois décennies. Le débat sur la contribution de ces actions à la prise de conscience de la citoyenneté européenne n’est apparu que dans un deuxième temps. Aujourd’hui, la Commission européenne semble revenir à une conception plus « adéquationiste » (établissant un rapport nécessaire d’adéquation entre la formation et l’emploi) et économique des bénéfices de la mobilité étudiante. Elle pourrait le cas échéant, se transformer en mobilité des travailleurs, pour ajuster offre et demande de travail en Europe. En effet, la mobilité est souvent également vue comme un moyen de rendre l’Europe attractive dans la compétition mondiale pour attirer les « talents ». C’est dans cette optique qu’Erasmus+ renforce les relations entre les entreprises, les organismes socio-professionnels et les établissements d’enseignement supérieur. La proportion de ceux qui choisissent des stages en entreprise par rapport à un séjour d’études est ainsi allée croissante ces dernières années.

L’UE s’est fixé, à l’horizon 2020, de porter la mobilité des étudiants à 20 %, alors que l’objectif n’était que de 10 % à la création du programme Erasmus. Au-delà de ce chiffre qui donne le cap, il est rarement fait mention du principe de réciprocité qui était à la base des échanges institutionnalisés d’étudiants en Europe. En effet, il existe toujours des déséquilibres importants (même si variables suivant les années) entre les pays essentiellement importateurs et les pays essentiellement exportateurs d’étudiants Erasmus, résultant notamment des suprématies économiques et langagières. La répartition des étudiants fait aussi apparaître que les plus gros bénéficiaires des échanges sont visiblement les étudiants inscrits dans des disciplines de gestion d’entreprises, « business », « management », suivis d’assez près des étudiants en langues. Les étudiants de la catégorie ingénierie et technologie et ceux inscrits dans des filières de sciences sociales peuvent être regroupés en troisième position. Même si des disparités importantes existent selon les pays et les institutions d’enseignement supérieur concernés, il apparaît que les institutions les plus ouvertes à l’international sont aussi souvent les plus sélectives.

Il existe ainsi une surreprésentation significative des catégories sociales favorisées parmi les étudiants Erasmus, et ce de façon d’autant plus nette qu’elle concerne des disciplines universitaires où les langues ne font pas partie des enseignements obligatoires. De plus, les Erasmus inscrits dans des filières non sélectives ont, en moyenne, un parcours scolaire rapide et un capital culturel de type international solide, résultant d’un passé migratoire plus riche que la population « sédentaire ». Bien que légèrement surreprésentées parmi les Erasmus, le fait d’être femme n’augmente pas la propension à partir à l’étranger : un taux de départ féminin sensiblement plus élevé s’explique par les conséquences des choix d’orientation (de nombreuses femmes s’orientent vers les filières langues notamment).

  • Ballatore M., 2010, Erasmus et la mobilité des jeunes européens, Paris : Presses Universitaires de France.

Erasmus… et après ?

La presse relaie abondamment les discours soulignant que les personnes ayant effectué des séjours d’études à l’étranger s’insèrent plus aisément et occupent plus souvent des postes à responsabilité que les sédentaires. Mais est-ce la mobilité, le séjour à l’étranger et/ou les caractéristiques sociales et scolaires de cette population qui rendent leur insertion sur le marché du travail plus aisée ?

CC Pixabay Clker-Free-Vector-Images

La mise en place du programme Erasmus semble avoir donné toute sa consistance à la personnalisation des parcours étudiants, dans un enseignement supérieur européen de plus en plus stratifié. La mobilité internationale s’inscrit dans une tendance plus générale, celle qui voit progressivement « l’excellence » scolaire se construire dans l’ombre d’activités parascolaires onéreuses comme les cours particuliers et les séjours linguistiques. En effet, pour utiliser avec profit les dispositifs de mobilité, il faut encore les connaître, être capable de discuter avec les professionnels qui les font fonctionner, choisir la « bonne » période, la « bonne » destination et souvent faire l’avance des frais occasionnés par le séjour, même si des bourses existent. Au capital économique et compétences cognitives se mêlent ici les compétences sociales. Les résultats des recherches en sciences sociales montrent ainsi que toutes les mobilités n’ont pas la même « rentabilité ». Contrairement à une idée répandue, les mouvements sont aujourd’hui moins valorisés que les destinations pour intégrer les « bonnes filières » ou faire carrière.

  • Draelants H. et Ballatore M., 2014, « Capital culturel et reproduction scolaire. Un bilan critique », Revue française de pédagogie, 186, 115-142.

Par ailleurs, une idée et un chiffre réapparaissent régulièrement dans des communiqués de certains politiques et les éditoriaux de journalistes : l’intérêt du programme Erasmus résiderait davantage dans « l’ouverture d’esprit » qu’il permet, dans la rencontre, que dans l’acquisition de savoirs disciplinaires ou professionnels nouveaux. Les couples « Erasmus » auraient mené à la naissance « d’un million de bébés » ! Que des couples se forment lors des séjours à l’étranger se comprend aisément pour un sociologue qui étudie l’homogamie sociale ou socioprofessionnelle (le fait de choisir son conjoint dans le même groupe social que le sien est courant en Occident). L’amour entre deux personnes n’est pas uniquement le fruit du hasard.

CC Pixabay sarbotde

Plus exactement, ces goûts sont socialement orientés en fonction du milieu : on choisit souvent une personne qui partage un mode de vie similaire, des centres d’intérêt communs, une même façon de s’exprimer, etc. Autant d’éléments qui dépendent en grande partie de l’origine sociale. En dehors des nationalités qui divisent le groupe, les étudiants Erasmus proviennent de milieux sociaux relativement homogènes. De plus, ils restent souvent dans un entre-soi international confortable, assez caractéristique des milieux de cadres expatriés. Ce chiffre (un million de bébé), fantaisiste, repris régulièrement depuis des années repose sur un imaginaire partagé, mais sur aucune analyse statistique sérieuse, car il est difficile de suivre les étudiants Erasmus une fois rentrés dans son pays d’origine respectifs.

Les études qualitatives montrent par contre que les échanges universitaires sont plutôt l’occasion de pointer des différences entre grandes entités au détriment des ressemblances ou de la pluralité interne. Beaucoup d’Erasmus peinent à dépasser une vision parcellaire de la culture du pays d’accueil, réduite à l’énumération de faits culturels, à une collection de rites, de mythes et de pratiques. Dans les acquis culturels du séjour Erasmus, si nous pouvons les nommer ainsi, ressort ainsi une connaissance mosaïque, qui est cependant rarement dépassée au profit d’une recherche de cohérence, de lien. Les échanges permettent certes de vivre l’altérité, mais tous les étudiants Erasmus sont loin de connaître la société d’accueil dans toute sa diversité/complexité et de posséder la même capacité empathique nécessaire à la compréhension, qui s’acquiert durant la socialisation primaire. Qu’en est-il de l’apprentissage linguistique ? Là aussi peu d’études sur le sujet et beaucoup de fausses évidences.

  • Papatsiba V., 2003, Des étudiants européens. « Erasmus » et l’aventure de l’altérité, Berne : Peter Lang.

Finalement, de la même manière que tous les jeunes européens ne sont pas égaux face à l’offre de mobilité Erasmus et à l’offre d’immersion linguistique dès le plus jeune âge, ils ne le sont pas davantage face à la mobilité professionnelle et face à la valorisation de leur séjour à l’étranger dans leur pays d’origine. Parmi l’ensemble des étudiants mobiles, les termes du « choix » entre trajectoire internationale et retour au pays sont radicalement différents, selon l’âge, la situation familiale, le genre, l’origine géographique et sociale. En réalité, l’étude approfondie des trajectoires de diverses catégories de diplômés européens qui ont choisi de débuter une carrière à l’étranger montre que beaucoup ont été poussés à l’émigration par l’inégalité des conditions offertes, pour un même travail en Europe.

Parfois, ce qui n’était pensé que comme une mobilité temporaire se transforme en émigration ou en une série d’expériences d’expatriations éparses dans l’espace et qui se prolongent dans le temps. La satisfaction largement partagée des débuts de « l’aventure » à l’étranger faiblit alors ; des questions relatives à la gestion, à l’articulation des sphères privée et professionnelle dans un contexte de mobilité surgissent de manière de plus en plus vive dans les propos de ces jeunes européens. Jeunes qui, contrairement à une l’image largement répandue d’un individu bohème ou sans attaches, sont davantage des stratèges et loin d’être indifférents à leurs lieux de travail et de vie. Finalement, comme le souligne la sociologue Claude Attias-Donfut, nommer une génération, n’est-ce pas produire un symbole historique et créer une mémoire, même si cette dernière est plus imaginée que partagée par l’ensemble d’une classe d’âge ?

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

Crédits image à la Une : CC Flickr Denis Bocquet et crédits image d’entrée : affiche du film L’auberge espagnole de Cédric Klapisch, 2002.


Magali Ballatore

Aix-Marseille Université, UMR 7305 LAMES (magali.ballatore@univ-amu.fr)

More Posts - Website

Magali Ballatore

Aix-Marseille Université, UMR 7305 LAMES (magali.ballatore@univ-amu.fr)

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. 03/04/2018

    […] Le régime né d’un coup d’État en 1936 contre une jeune seconde République née en 1931, avait besoin d’une légitimation historique. L’histoire de la guerre civile fut un élément fondamental d’une propagande qui exaltait les victimes du camp franquiste tombées sur le front et stigmatisait le camp des « rouges ». CC Deviant Art Razorblade-13 Producteur : CHS du XXe siècle. Peut-on vraiment parler de « génération Erasmus » ? […]

  2. 03/04/2018

    […] des spécialistes du domaine, des doctorants ou plus rarement des étudiants de master. Peut-on vraiment parler de « génération Erasmus » ? Erasmus a eu 30 ans en 2017 ! L’anniversaire du programme Communautaire Erasmus (European […]

  3. 23/08/2018

    […] l’enseignement supérieur, permet de mettre à distance l’idée d’un groupe Erasmus uniforme. Parler de « génération Erasmus » a également peu de sens, même si aujourd’hui Erasmus+ regroupe plusieurs dispositifs, à différents niveaux éducatifs. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.