L’enseignement supérieur et la recherche face à l’évaluation et à la performance

L’évaluation fait partie des traditions, voire des routines universitaires, qu’il s’agisse de porter une appréciation sur la copie d’un étudiant, sur les travaux de chercheurs en vue de leur éventuelle publication, sur le recrutement d’un futur collègue, ou encore sur l’organisation et le fonctionnement de telle ou telle institution universitaire (institut, laboratoire, etc.). Mais alors pourquoi inquiète-t-elle tant les chercheurs et les enseignants-chercheurs ? Tout simplement parce que celle qui s’installe depuis les années 1980 ne ressemble guère à celle qui faisait auparavant partie du paysage académique.

Pour dire les choses autrement, dans le cadre d’un nouveau contexte national et international, on serait en présence d’un « nouvel esprit de l’évaluation (…) incarné et agissant dans et par des discours, des pratiques, des instruments, des acteurs, des institutions, des processus et des relations, qui suscite des critiques et qui a des conséquences ». Telle est du moins la position défendue par un ouvrage coordonné par Christine Barats, Julie Bouchard et Arielle Haakenstad. Les auteurs entendent rendre de compte de la façon dont ce qu’il est convenu d’appeler la « nouvelle gestion publique » (« new public management »), s’est progressivement insinuée dans les relations entre les institutions académiques et d’autres institutions. Mais aussi comment les établissements d’enseignement supérieur et de recherche se sont peu à peu reconfigurés, du moins en partie, sur le modèle de l’entreprise.

Ces transformations, portées et défendues par certains acteurs individuels et collectifs dans et hors l’Université et les organismes de recherche CNRS, INSERM, etc., ont cependant fait l’objet de critiques internes et externes plus ou moins importantes. Une des originalités du livre est de considérer que ces tensions sur la nature et les conséquences de l’évaluation qui s’expriment à travers des discours et des récits ne sont pas extérieurs à elle. Ils contribuent à « fabriquer » l’évaluation et ne sont donc pas sans conséquences sur la manière dont elle fonctionne.

  • Barats C., Bouchard J., Haakenstad A., dir., 2018, Faire et dire l’évaluation. L’enseignement supérieur et la recherche conquis par la performance, Paris : Presses des Mines.

Harmonisation et disparités internationales

Aujourd’hui, l’évaluation se manifeste largement par la prolifération de chiffres (notes, scores, etc.) et d’indicateurs censés traduire la performance des évalués et exprimant la volonté de les mettre en concurrence. C’est vrai en France, mais aussi dans d’autres pays, notamment en Europe. De sorte que toute étude comparative doit s’intéresser à la fois à la dimension historique et à la dimension territoriale.

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

L’approche historique permet de prendre en compte l’évolution de ce phénomène social depuis son émergence dans les années 1980, jusqu’aux années 2000-2010, période au cours de laquelle apparaît, puis s’installe le nouvel esprit de l’évaluation évoqué plus haut. La démarche diachronique met en avant les mutations créées par la diffusion massive et rapide d’un impératif d’évaluation, notamment à travers des décisions publiques, qu’elles soient transnationales (processus de Bologne sur l’espace européen de l’enseignement supérieur, par exemple), ou nationales : révision générale des politiques publiques et réformes de l’Université (notamment, la « loi Pécresse ») en France, protocole d’évaluation néerlandais, Agence nationale pour l’évaluation de l’université et de la recherche en Italie, initiative d’excellence lancée en 2005 en Allemagne…

Bien que les critères d’évaluation, les procédures ainsi que les moyens mis en œuvre varient d’un pays à l’autre, une tendance à l’harmonisation est néanmoins observable. Pour ne citer qu’un exemple, le processus de Bologne, initié en 1998, vise d’une part, à homogénéiser l’enseignement supérieur européen sans pour autant rendre tous les systèmes identiques, d’autre part, à augmenter partout la compétitivité et la qualité des recherches dans un contexte de concurrence mondiale).

CC Pixabay Perlinator

L’approche géographique permet toutefois de relativiser cette tendance. L’étude comparée de plusieurs pays appartenant à plusieurs zones géographiques (Allemagne, Belgique, Chine, France, Italie, Pays-Bas, Royaume-Uni, Norvège et Australie), ainsi que des différentes échelles montrent que pays, régions et établissements n’appliquent pas la même stratégie face à un même objectif et que les résultats varient. Le cas de l’Allemagne offre un bel exemple de ces disparités : la mise en place de l’initiative excellence visant à accroître la compétitivité et la visibilité mondiale des établissements de d’enseignement supérieur et de recherche aurait finalement reproduit des inégalités régionales et avantagé les établissements qui bénéficiaient déjà d’une certaine notoriété. En fin de compte, il semble que l’harmonisation nationale et européenne des discours autour d’un vocabulaire bien précis (compétitivité, rendement, classement, qualité, performance, etc.) et de ce qu’il sous-tend, se heurte sur le terrain à l’application des nouvelles dynamiques.

Dire l’évaluation

Ces différences dans l’application expriment une tension persistante entre le dire et le faire. Ainsi, le recours de plus en plus fréquent à des experts éloignés de l’approche disciplinaire et de la réalité du terrain donne naissance à l’émission de règles et de critères qui, bien qu’homogènes, ne sont pas toujours aisément applicables ou en accord avec les objectifs de tel laboratoire ou établissement. Le risque est, à terme, de fabriquer des critères d’évaluation abstraits, plus ou moins éloignés de la réalité. Autre exemple, la notion d’« impact des recherches » (leurs effets) que doivent utiliser les experts, reste encore mal définie et peut conduire à des stratégies très différentes selon l’interprétation que l’on en fait. Cette situation place les établissements et leurs différentes composantes dans une constante incertitude face aux objectifs à remplir.

Outre les experts officiels, une autre instance se charge, depuis quelques années, de dire l’évaluation  : les médias. À coup de classements et de palmarès, ils s’imposent en tant que références en la matière, alors même que la pertinence de leur propos et la validité des critères employés sont parfois questionnables. De plus, le support médiatique en lui-même accroît la visibilité de ces classements et leur garantit une certaine notoriété. Il n’y a qu’à observer le désormais célèbre classement de Shanghai (Academic Ranking of World Universities), établi par l’Université Jiao-Tong de Shanghai et qui devait au départ se limiter au seul territoire chinois. Mis en ligne en juin 2003, sa portée médiatique s’accroît fortement à partir de 2007-2008, pour en faire aujourd’hui la référence en matière de classement académique mondial puisque ce sont les « 500 meilleures universités du monde » qui sont désormais hiérarchisées en fonction de critères qui sont loin de faire l’unanimité dans et hors le monde académique.

Et la liberté de l’enseignement et de la recherche dans tout ça ?

L’évaluation a plusieurs objectifs affichés, et notamment la compétitivité, l’innovation, l’excellence et la reconnaissance internationale. Cependant, son développement au cours des dernières années est aussi dû à ce que les spécialistes appellent la « rationalisation de l’action publique », c’est-à-dire la nécessité pour le gouvernement et les institutions publiques de justifier par des critères se voulant « objectifs » l’attribution de financements à tel ou tel établissement, à tel ou tel projet de recherche.

CC Wikimedia Commons Eugène Delacroix

Une des caractéristiques essentielles de ce nouvel esprit de l’évaluation est donc qu’il repose essentiellement sur des indicateurs chiffrés et des éléments de comparaison issus du marketing (benchmarking, par exemple). La performance se calcule avec des notes, des classements, des nombres de citations, des quantifications de publications, etc. Tout se passe comme si le traitement technique supplantait la traditionnelle évaluation par les pairs, largement fondée sur des éléments qualitatifs. Mais alors, on peut se demander si l’on n’est pas en présence d’une « gouvernementalité par les nombres », jadis évoquée par Michel Foucault dans un tout autre domaine ?

Si c’était le cas et si l’on veut bien suivre cet auteur, cela interrogerait la liberté des organismes de recherche et des établissements d’enseignement supérieur. Face aux exigences d’un système alliant impératif de performance et attribution de récompenses (financements, prix scientifiques, etc.), il est en effet à craindre que des laboratoires et des établissements abandonnent des sujets et des supports plus originaux pour se mettre au pas (Marcel Gauchet, « L’autonomie veut dire la mise au pas des universitaires », Le Monde, 22-04-2009). Et que d’autres repensent leurs objectifs initiaux au profit d’une reconfiguration qui les rendrait plus adaptés au système.

Alors que l’évaluation aurait pu provoquer une émulation saine qui stimulerait la recherche et l’innovation, il semble qu’elle induise plutôt l’instauration d’un système normalisé et régulé. Bien qu’ils disposent d’une certaine autonomie dans la mise en place de leurs stratégies, organismes de recherche et établissements doivent faire en sorte sinon de se fondre dans le moule des critères de l’évaluation, du moins de les prendre au sérieux. Une différenciation peut alors donc s’opérer entre ceux qui répondent scrupuleusement aux critères et ceux s’en éloignent plus ou moins ou cherchent à jouer avec eux. Plutôt que d’autonomie, mieux vaut alors parler d’appropriation et d’incorporation d’une norme établie.

*Mondes Sociaux* a publié des articles sur ces thématiques, et notamment :

  • Grossetti M., 2017, « ‘L’excellence’ et ses périmètres », Mondes Sociaux, 4 septembre.
  • Boure R., 2015, « Les modes d’évaluation de l’enseignement supérieur et de la recherche », Mondes Sociaux, 12 mai
  • Boure R., 2015, « Les usines à gaz de l’évaluation », Mondes Sociaux, 1er juin.

Crédits image à la Une : CC Flickr Ecole polytechnique et crédits image d’entrée : CC Pixabay janjf93


Erica N'goala

Lettres Sorbonne Université (ngoala.erica@gmail.com)

More Posts

Erica N'goala

Lettres Sorbonne Université (ngoala.erica@gmail.com)

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 06/06/2018

    […] sur le nombre des fonctionnaires ! CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux CC Pixxabay OpenIcons. L’enseignement supérieur et la recherche face à l’évaluation et à la performance. L’évaluation fait partie des traditions, voire des routines universitaires, qu’il s’agisse […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.