Mai-juin 1968 en France : mémoires plurielles, histoire méconnue ?

Comme l’ont rappelé Pierre Nora et d’autres historiens, la mémoire et son processus de « mise en histoire » sont l’objet de luttes incessantes, de désirs de reconnaissance et de combats. Toutefois, certains conflits demeurent difficiles à pacifier, surtout ceux qui ont entraîné dans l’opinion publique des oppositions très tranchées, à l’image de mai-juin 1968.

2018 marque la commémoration du cinquantenaire d’un événement pouvant être considéré comme le plus grand mouvement de masse de l’histoire de France, et plus largement d’une partie du monde. Nous proposons ici de revenir sur la manière dont s’est construite au plan national, la mémoire de cet événement. Nous souhaitons particulièrement insister sur le rôle joué par les salariés français au cours de cette période. Leur place a été progressivement oubliée au profit des étudiants. Il faut dire qu’au moment même où le « continent ouvrier est devenu un non-sens » (Zancarini-Fournel, Delacroix), on ne saurait trop rappeler l’importance qu’a eu le mouvement ouvrier sur le cours du XXe siècle.

  • Cet article est mis en ligne conjointement par Mondes Sociaux et Entre Temps (Collège de France) dans le cadre d’un partenariat de co-publication (Entre Temps sera disponible à partir d’octobre 2018).

L’instrumentalisation de mémoires concurrentes ?

Conflit emblématique, il a laissé des traces profondes dans les imaginaires politiques, sa portée et son retentissement à court, moyen et long termes, en faisant un objet d’histoire passionnel, souvent instrumentalisé. En dépit des travaux récents des historiens, un survol rapide de la bibliographie suffit à montrer combien le prisme a été déformé. Si l’élan social de mai-juin 1968 a largement impacté le monde du travail, avec plus de 6 millions de salariés grévistes, le souvenir laissé dans la mémoire collective s’est progressivement dilué à mesure que le secteur tertiaire se développait.

Pour des raisons diverses, certains acteurs cherchent à amoindrir la portée sociale de l’événement, à en détourner le sens ou à en masquer les caractères les plus saillants ; d’autres, au contraire, s’efforcent d’en sélectionner des parties dans le but de servir une idéologie, célébrant tour à tour ce qui leur apparaît être un progrès – ou un recul – politique, économique, social ou culturel. Ce constat a amené Boris Gobille à parler d’une volonté de « capturer l’héritage de 1968 » (France Culture, 19 janvier 2018). Le phénomène est particulièrement marquant en raison de la nette asymétrie qui s’est développée entre une mémoire étudiante et sociétale triomphante et une mémoire sociale et salariale progressivement gommée des consciences. Inédit dans son importance, le mouvement social présente ainsi le paradoxe d’avoir été privé de suites mémorielles.

CC Flickr Yann Caradec

D’aucuns avancent les termes de refoulement et d’amnésie collective pour désigner le processus ayant conduit à vider l’événement de sa substance sociale. Une des causes identifiées pour expliquer ce procédé d’exclusion est l’enlisement de la société française dans la crise économique à partir des chocs pétroliers de 1973 et 1979. La volonté d’utiliser ce biais mémoriel pour masquer le tournant libéral, qui s’accompagne d’une progressive remise en cause des acquis sociaux, n’y est sans doute pas étrangère. Pour autant, il semble que les pouvoirs publics s’y intéressent désormais, manifestant la volonté d’organiser des commémorations à l’occasion du cinquantenaire.

1968-2007 : une mémoire étudiante et sociétale triomphante

Dès la fin des événements, des chercheurs s’en saisissent et tentent d’en comprendre la signification : Michel de Certeau évoque la « prise de parole » massive durant ces journées, Raymond Aron critique durement la crise traversée jusqu’au plus haut niveau de l’État, Edgar Morin, Claude Lefort et Jean-Marc Coudray livrent à une analyse à chaud de l’événement, et Alain Touraine s’intéresse au versant ouvrier. Dans les années suivantes, si la conflictualité sociale tend à s’accroître avec l’émergence de nouveaux acteurs, l’émiettement et la diversification des luttes (OS, immigrations, femmes, etc.), l’épisode tend paradoxalement à voir sa part étudiante survalorisée au détriment de la part salariale. Pourtant, ils sont des millions à s’être mobilisés plusieurs semaines durant.

Si dès 1978, Alain Delale et Gilles Ragache tentent de replacer l’événement dans ses contextes pluriels (politique, économique et social) afin de mieux comprendre « la France de 1968 » et les raisons d’une puissante vague de contestation, le déclin du paradigme ouvrier, qui s’accélère sous le septennat de Valéry Giscard d’Estaing (1974-1981), vient renforcer l’oubli relatif dans lequel tombe la grève dans le courant de la décennie suivante. En 1988, la publication du best-seller Générations contribue à accroître la déformation de l’événement dans la mémoire collective, en centrant le propos sur le milieu estudiantin, principalement parisien, dont les aventures sont narrées de manière épique.

À l’occasion du XXe anniversaire, les historiens font une entrée discrète dans le débat. Antoine Prost déplore la quasi-absence d’étude historienne sur la question dans un numéro du Mouvement Social consacré à la dimension internationale de l’événement. Il faut attendre la décennie suivante pour voir les recherches prendre de la vigueur et appréhender l’événement de manière plus nuancée. Les analyses ne se limitent pas à l’épisode en lui-même, mais ils le réinscrivent dans une temporalité plus large. Mai 68 l’héritage impossible ou La pensée Anti-68, concourent à une meilleure connaissance de la façon dont la société française a absorbé cet événement et quels sens elle lui a donnés a posteriori. Dans leur sillage, Les années 1968 : le temps de la contestation, participe aussi de cette approche avec le souci de décloisonner l’objet d’études de ses frontières traditionnelles.

Ainsi, trois décennies auront été nécessaires pour assister à une première vague de « mise en histoire » de mai-juin 1968. Il est particulièrement frappant de constater le schématisme, voire le manichéisme, qui ont longtemps caractérisé le rapport que l’opinion publique a entretenu avec cette période mouvementée et porteuse d’importantes aspirations politiques et sociales. Comme si les représentations successives de « Mai 68 » de ceux qui avaient cherché à le tirer de tel ou tel côté avaient dépassé l’événement.

2008-2017 : redécouverte de la décennie 1968 et de son versant social

CC Flickr Yann Caradec

Loin de tenir aux acquis de la période précédente, les chercheurs poursuivent leurs travaux, souvent avec la volonté de se libérer des carcans idéologiques exercés par des hommes politiques ou par d’anciens soixante-huitards. Le 40e anniversaire est l’occasion pour les historiens d’affirmer que pour mai 1968, « le temps de l’histoire » (Laurent Jalabert) est arrivé et que « l’élan historien » doit se poursuivre (Nicolas Hatzfeld). En 2008, Michelle Zancarini-Fournel souligne ainsi leur volonté d’inscrire l’événement dans le cadre plus large des années 1960 et 1970, tout en réinsufflant la question sociale au cœur de l’événement.

Jusqu’à cette date, on ne comptait en effet qu’un faible nombre d’études relatives à la part salariale. L’ouvrage de Xavier Vigna sur l’insubordination ouvrière dans les « années 1968 » (1962-1978), permet d’amorcer une relecture historique originale. À rebours des idées dominantes qui tendaient à réduire l’épisode à un événement ponctuel, l’historien appelle à l’inverse à en faire un pivot central entre les deux décennies. Ce travail montre la pertinence de repenser la portée de l’événement au sein de la société en associant les différents niveaux d’analyse. Il importe aussi de préciser que des ouvrages récents privilégient une approche portant sur des villes (Nantes, Lyon, Marseille, Toulouse) ou sur certains départements (Maine-et-Loire, Haute-Garonne).

*Mondes Sociaux* a publié un article sur cette thématique :

  • Juilliet C., 2016, « ‘Mai-juin 68 : Sud-Aviation Toulouse occupée…», Mondes Sociaux, 3 mai.

Mais, cette volonté de réintégrer la question sociale dans le puzzle interprétatif ne s’inscrit pas en réaction à l’approche culturelle. Elle s’insère plutôt dans la dynamique historiographique actuelle, visant à privilégier une vision globale de la « culture 68 ». Soucieuse de combiner les approches événementielles, thématiques et la longue durée, ou encore de recourir aux jeux d’échelles, elle veut se détacher des idées-reçues pour appréhender le phénomène contestataire dans sa complexité. Cela est devenu possible grâce à l’accès à des archives de plus en plus diversifiées.

Des travaux préfigurant un cinquantenaire chargé…

Dans la première moitié de 2018, diverses manifestations scientifiques sont prévues sur les « années 1968 » en vue de poursuivre la relecture de la période, à l’échelle française comme à l’échelle internationale. Le 23 mars la journée d’étude Retour aux sources… sur les années 1968, associant historiens, sociologues, documentalistes, journalistes et anciens responsables syndicaux, a croisé les points de vue des sources en amont et en aval de l’événement, tout en élargissant le spectre d’analyse à d’autres dimensions (solidarité internationale et anticoloniale, relations paysans-ouvriers, évolution des courants de pensée, féminisme, etc.). Comme l’explique Émilie Loyer dans son Mai 68 dans le texte, la redécouverte de l’événement au prisme des traces écrites et archives qu’il a laissé, s’avère en effet essentielle pour que le regard soit moins approximatif et maladroit.

CC Mondes Sociaux

Ce processus de décloisonnement doit se poursuivre, notamment les 7 et 8 juin avec la tenue du colloque international Troubler l’ordre. Engagements contestataires, rencontres et décloisonnements sociaux dans les années 1968. Cette rencontre souhaite repenser les événements de 1968 en dépassant une lecture appréhendant les trajectoires des catégories sociales (étudiants, ouvriers, employés, paysans, immigrés, etc.) de manière trop séparée les unes des autres et en le pensant comme un métissage social qui a favorisé des rencontres sociales improbables.

Autre initiative, celle du CHS du XXe siècle, qui organise dans ses locaux parisiens des Débats historiographiques autour des publications récentes consacrées au thème. Parmi les historiens et les historiennes y participant, on retrouve Ludivine Bantigny (1968. De grands soirs en petits matins) ou Boris Gobille (Le Mai 68 des écrivains : crise politique et avant-gardes littéraires). La première, qui ne cache pas sa sympathie pour le mouvement, livre une histoire des sensibilités, des ordinaires et des imaginaires. Elle s’interroge notamment sur « ce qui est éprouvé, imaginé, ressenti », en approchant au plus proche le vécu d’individus et de groupes qui se sont opposés, affrontés ou mêlés dans le contexte de la grève. L’inventivité des acteurs (paysans, ouvriers, policiers, etc.) et la diversité de leurs profils (hommes ou femmes, pour ou contre, etc.) donne à voir une histoire plurielle et pleine des espoirs de ses acteurs aini que des contemporains. C’est à un versant politique et culturel que s’attache le second qui s’intéresse à l’engagement des avant-gardes littéraires dans les événements et à leurs multiples prises de positions vis-à-vis de la contestation en cours.

Ce renouveau historiographique sur les années 1968 ne se limite pas à la France. Il se poursuit aussi à l’étranger, notamment avec des publications outre-Atlantique. À n’en pas douter, les commémorations qui s’engagent seront riches en publications comme en diversité d’analyses et de regards…

Quelques références récentes

  • Bantigny L., 2018, 1968, de grands soirs en petits matins, Paris : Le Seuil.
  • Damamme D., Matonti F., Pudal B., dir., 2008, Mai-juin 68, Paris : L’Atelier.
  • Fillieule O., Sommer I., dir., 2018, Marseille années 68, Paris : Les Presses de Science-Po.
  • Gobille B., 2018, Le Mai 68 des écrivains : crise politique et avant-gardes littéraires, Paris : CNRS Éditions.
  • Giraud M.-T., Passerini L., coord., 2008, « Dossier : Mémoires et histoires de 1968 », Le Mouvement Social, n°146, avril-juin.
  • Laval G., 2018, Le Gauchisme flamboyant. L’après 68 à Toulouse, Pau : Éditions Cairn.
  • Loyer É., 2008, Mai 68 dans le texte, Paris : Complexe.
  • Mathieu L., 2018, Lyon en lutte dans les années 68. Lieux et trajectoires de la contestation, Lyon : PUL.
  • Vigna X., 2008, L’insubordination ouvrière dans les années 1968, Rennes : PUR.
  • Zancarini-Fournel M., Artières P., 2008, 68, une histoire collective (1962-1981), Paris : La Découverte.

Crédits image à la Une : CC Flickr Frédéric Bisson et crédits image d’entrée : CC Flickr Yann Caradec


Clair Juilliet et Michaël Llopart

Clair Juilliet et Michaël Llopart, Framespa, Université Toulouse Jean Jaurès (clairjuillet@gmail.com et mika_llopart@hotmail.fr)

More Posts

Clair Juilliet et Michaël Llopart

Clair Juilliet et Michaël Llopart, Framespa, Université Toulouse Jean Jaurès (clairjuillet@gmail.com et mika_llopart@hotmail.fr)

Vous aimerez aussi...

5 réponses

  1. 03/04/2018

    […] Mai-juin 1968 en France : mémoires plurielles, histoire méconnue ? Comme l’ont rappelé Pierre Nora et d’autres historiens, la mémoire et son processus de « mise en histoire » sont l’objet de luttes incessantes, de désirs de reconnaissance et de combats. Toutefois, certains conflits demeurent difficiles à pacifier, surtout ceux qui ont entraîné dans l’opinion publique des oppositions très tranchées, à l’image de mai-juin 1968. 2018 marque la commémoration du cinquantenaire d’un événement pouvant être considéré comme le plus grand mouvement de masse de l’histoire de France, et plus largement d’une partie du monde. Nous proposons ici de revenir sur la manière dont s’est construite au plan national, la mémoire de cet événement. Nous souhaitons particulièrement insister sur le rôle joué par les salariés français au cours de cette période. Leur place a été progressivement oubliée au profit des étudiants. CC Flickr Yann Caradec Á l’occasion du XXe anniversaire, les historiens font une entrée discrète dans le débat. […]

  2. 05/04/2018

    […] Mai-juin 1968 en France : mémoires plurielles, histoire méconnue ? Comme l’ont rappelé Pierre Nora et d’autres historiens, la mémoire et son processus de « mise en histoire » sont l’objet de luttes incessantes, de désirs de reconnaissance et de combats. Toutefois, certains conflits demeurent difficiles à pacifier, surtout ceux qui ont entraîné dans l’opinion publique des oppositions très tranchées, à l’image de mai-juin 1968. 2018 marque la commémoration du cinquantenaire d’un événement pouvant être considéré comme le plus grand mouvement de masse de l’histoire de France, et plus largement d’une partie du monde. Nous proposons ici de revenir sur la manière dont s’est construite au plan national, la mémoire de cet événement. […]

  3. 18/05/2018

    […] C. et Llopart M., Mai-juin 1968 en France : mémoires plurielles, histoire méconnue ?, Mondes Sociaux, mai […]

  4. 06/06/2018

    […] et des relations, qui suscite des critiques et qui a des conséquences ». CC Pixabay Perlinator. Mai-juin 1968 en France : mémoires plurielles, histoire méconnue ? Comme l’ont rappelé Pierre Nora et d’autres historiens, la mémoire et son processus de « […]

  5. 06/06/2018

    […] L’historien remet en cause la réelle importance de Mai 68 du point de vue de la libération sexuelle. Il s’appuie sur les archives du COPES pour montrer que cette liberté existait déjà pour les garçons, y compris en matière de pratiques homosexuelles. Révenin R., 2015, Une histoire des garçons et des filles. CC Wikimedia COmmons Wellcome Trust Le film Une histoire de garçons. Mai-juin 1968 en France : mémoires plurielles, histoire méconnue ? […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.