Accéder par le numérique aux services financiers en Afrique

Le développement d’Internet et de la téléphonie mobile dans les pays en développement a eu un impact considérable sur la fourniture de services financiers aux catégories sociales à faible revenu. Aujourd’hui, l’une des activités à la mode dans l’univers des transactions électroniques consiste à offrir des services bancaires et de paiement via internet ou via le téléphone portable — le mobile-banking.

C’est essentiellement ce dernier qui a retenu l’attention des experts. Son taux d’adoption est en effet largement supérieur à celui d’Internet dans les pays du Sud, notamment en Afrique subsaharienne, où les marges de développement de l’activité financière sont évidemment bien plus larges que dans les pays du Nord.

Une innovation technique ou financière ?

Il s’agit davantage d’une innovation technique que financière. Le m-banking lui-même n’est pas un produit financier, mais plutôt un canal nouveau de distribution de services financiers. Ce qui est inédit, c’est le canal par lequel on fournit ces services financiers : le téléphone portable.

CC Pixabay jeffjacobs1990

Le terme est défini différemment selon les contextes et les auteurs. Au sens strict, celui-ci désigne l’offre de services financiers formels à travers le téléphone portable ; au sens large, cela peut intégrer les services de paiement (m-payment), de transferts (m-transferts), les services de banque par internet (i-banking) et autres services rendus par le téléphone portable. Bien des chercheurs et professionnels estiment que cette innovation va révolutionner les transactions bancaires, d’autant plus que ce canal est largement moins coûteux que la banque.

Depuis le succès du M-Pesa, l’emblématique plateforme de téléphonie mobile au Kenya, l’usage du téléphone portable pour promouvoir l’accès des populations à faible revenu aux services financiers occupe une place incontournable dans les stratégies nationales et internationales d’inclusion financière (accès aux services financiers au profit des catégories exclues). L’ampleur de l’exclusion financière dans les pays en développement est la première explication à cet engouement autour du mobile-banking. En effet, plus de la moitié de la population mondiale des jeunes n’a pas accès aux services financiers formels et ce, malgré les efforts considérables faits pour accroître la portée des banques, des assurances et des institutions de microfinance.

Qui sont les usagers ?

De nombreuses études empiriques ont été conduites ces dernières années sur ce sujet. Mais ces travaux se concentrent davantage les facteurs techniques d’adoption (qualité des plateformes, facilité d’usage, compatibilité, etc.), négligeant largement le rôle des facteurs socioéconomiques. Or, au-delà des facteurs purement techniques, les caractéristiques socioéconomiques comme le genre, le niveau de ressources, le niveau d’instruction, le type d’activité économique menée sont autant de facteurs importants dans la dynamique d’adoption. Pour pallier ce manque, nous avons conduit une étude économétrique sur les déterminants socioéconomiques de l’adoption du m-banking au Sénégal.

CC Pixabay OpenClipart-Vectors

L’objet de cet article était de mettre en évidence les facteurs socioéconomiques qui expliquent l’adoption du dispositif à partir de données collectées sur les ménages dans la banlieue de Dakar. Nous avons utilisé les données d’une enquête que nous avons menée en 2011 avec le CRES (Consortium pour la recherche économique et sociale). Nous avons essayé d’estimer l’impact des facteurs socioéconomiques sur la probabilité d’adoption. La particularité de cette contribution par rapport aux travaux existants consiste à considérer l’adoption du comme un processus en trois phases : connaissance, possession (adoption partielle) et utilisation (adoption totale).

  • World Bank, 2014, Financial Inclusion, Global Finance Development Report
  • Ky Y. Fall F. et Birba O., 2013, « Adoption and impact of using mobile banking on the well-being of Households: the case of the Dakar suburbs », Rapport de recherche du CRES.

Les phases de l’adoption

En effet, avant d’adopter réellement (adoption totale), il faut disposer de la technologie (adoption partielle). Ceux qui utilisent cette innovation sont ceux qui disposent d’un compte m-banking. De même, ceux qui disposent d’un compte sont censés avoir pris connaissance de l’existence et de l’utilité de cette innovation.

Au Sénégal, certains individus connaissent le dispositif et son utilité, sans disposer pour autant de compte (en particulier Orange-money ou Yobantel). D’autres connaissent l’innovation, disposent d’un compte mais ne s’en servent jamais pour leurs transactions.

CC Pixabay Geralt

En réalité, beaucoup de gens ouvrent un compte m-banking  pour profiter des avantages collatéraux associés à cette innovation. En effet, Orange (le premier opérateur mobile du pays) offre chaque semaine des promotions de recharges téléphoniques (à 100%) au profit des détenteurs d’un compte Orange-money, ce qui incite fortement les populations à détenir un tel compte. Certains individus, en revanche, disposent d’un compte et s’en servent réellement pour faire des transactions financières ou de paiement. Ces différents profils ou rapports au m-banking peuvent découler de caractéristiques socioéconomiques distinctes. Or, la littérature empirique a largement négligé ce fait, ce qui a motivé notre démarche.

Les facteurs qui déterminent l’appropriation

Il ressort de notre étude que l’âge a un poids important sur la méconnaissance du m-banking. En effet, au premier stade du processus d’adoption (stade connaissance), la probabilité de connaître cette innovation pour les personnes qui ont 45 ans et plus est faible. À l’opposé, les autres caractéristiques des personnes enquêtées ne sont pas si déterminantes à ce stade. Par ailleurs, 72% des sujets enquêtés sont informés de l’existence de cette technologie par le biais de la télévision et de la radio, tandis que 21 % le sont à travers les affiches, les journaux ou encore les podiums, montrant ainsi l’efficacité de la télévision et de la radio dans les premiers stades du processus d’adoption.

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

L’étude établit par ailleurs une corrélation entre le niveau d’instruction et la possession du m-banking. Les personnes qui savent lire et écrire ont une probabilité plus forte de le posséder le contrairement à celles qui sont analphabètes ou qui ont un faible niveau d’instruction. Il apparait aussi que les membres d’une tontine (système rotatif d’épargne et de crédit) et les propriétaires de micro-entreprises ont plus intégré cette solution technologique dans la gestion de leurs affaires. Pour les membres de tontine, le téléphone mobile est le moyen de communication le plus utilisé pour la coordination des réunions.

L’étude révèle enfin que l’utilisation réelle de cette technologie est fortement tributaire du niveau d’instruction, du niveau de revenu (salaire) et de l’activité de l’individu. En réalité, ceux qui ont un certain niveau d’étude connaissent mieux l’utilité de cette innovation et l’utilisent plus facilement. En outre, le salaire a une influence positive sur l’utilisation de cette innovation.

Les salariés sont souvent les soutiens de la famille et ont, à ce titre, la responsabilité de la charge familiale. Ils trouvent donc un intérêt manifeste dans l’usage du m-banking qui leur permet d’optimiser les dépenses liées à certains services (paiement des frais de scolarité, des factures d’eau, d’électricité, transfert de fonds, etc.). Les entrepreneurs trouvent aussi un intérêt à s’appuyer sur ce type d’innovation pour se faciliter la gestion des affaires, gagner du temps et aussi réduire certains coûts de transactions.

Une révolution en marche ?

Au-delà des déterminants de l’adoption, cette étude par ailleurs a montré la très faible utilisation du m-banking au Sénégal. En effet, si beaucoup de gens connaissent l’innovation, peu la possèdent, en raison des capacités cognitives que cela requiert et très peu encore l’utilisent du fait de leur niveau de pauvreté. Seuls 16,8% des enquêtés possèdent le dispositif et parmi ces derniers, seuls 11,27% l’utilisent réellement. Cette faible utilisation s’explique également par le manque de confiance et la méconnaissance par la population de l’utilité de cette innovation.

A travers les résultats de cette étude on voit clairement qu’un développement inclusif du mobile-banking nécessite une politique de promotion des revenus. L’usage étant le fait des sujets qui disposent d’un revenu et d’une activité (productive ou commerciale), il existe de ce fait un risque que les plus pauvres soient laissés pour compte dans cette nouvelle forme d’inclusion financière. Cette étude révèle que la télévision et les podiums constituent le principal canal de communication sur ce type d’innovation, ce qui constitue une information très utile d’un point de vue opérationnel. Elle révèle également que les individus qui ouvrent un compte m-banking sont ceux qui disposent d’un certain niveau d’instruction. Ce résultat montre qu’un développement inclusif et une adoption spectaculaire de cette innovation devra s’accompagner d’une politique volontariste envers l’accès à l’éducation pour tous. Dans cette même perspective, des programmes d’éducation financière permettraient naturellement d’accroître le taux d’utilisation de cette innovation. Toutefois, il convient de noter que l’enquête qui a servi à cette étude a été menée entre 2011 et 2012. Depuis lors, les choses ont beaucoup changé. L’usage des paiements électroniques s’est plus banalisé au sein de la société sénégalaise et beaucoup d’autres plateformes de m-banking se sont mises en place.

Crédits image d’entrée : CC Pixabay Rawpixel et crédits image à la Une : CC Pixabay Franciscovenancio


François-Seck Fall

Université Toulouse Jean Jaurès, EA 4212 LEREPS (francois.fall@univ-tlse2.fr)

More Posts - Website

François-Seck Fall

Université Toulouse Jean Jaurès, EA 4212 LEREPS (francois.fall@univ-tlse2.fr)

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. 06/06/2018

    […] sur le nombre des fonctionnaires ! CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux CC Pixxabay OpenIcons. Accéder par le numérique aux services financiers en Afrique. Le développement d’Internet et de la téléphonie mobile dans les pays en développement a eu […]

  2. 06/06/2018

    […] Accéder par le numérique aux services financiers en Afrique. Le développement d’Internet et de la téléphonie mobile dans les pays en développement a eu un impact considérable sur la fourniture de services financiers aux catégories sociales à faible revenu. Aujourd’hui, l’une des activités à la mode dans l’univers des transactions électroniques consiste à offrir des services bancaires et de paiement via internet ou via le téléphone portable — le mobile-banking. C’est essentiellement ce dernier qui a retenu l’attention des experts. Son taux d’adoption est en effet largement supérieur à celui d’Internet dans les pays du Sud, notamment en Afrique subsaharienne, où les marges de développement de l’activité financière sont évidemment bien plus larges que dans les pays du Nord. Une innovation technique ou financière ? Il s’agit davantage d’une innovation technique que financière. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.