La sexualité à travers les paroles des garçons des années 1968

Le film présenté ici traite d’une histoire de la sexualité des garçons (et des filles) dans la France des années 1950 et 1960, mais une histoire étudiée uniquement à partir de la parole des garçons. En s’appuyant sur les archives du COPES (Centre d’observation public de l’éducation surveillée), le chercheur Régis Révenin met en évidence une grande liberté sexuelle dont bénéficiaient les garçons, bien avant 1968, liberté dont ne disposaient pas les filles.

L’histoire est marquée par un grand fossé entre deux éducations, deux socialisations, celle des femmes et des hommes que soulignait déjà Simone de Beauvoir.

L’historien remet en cause la réelle importance de Mai 68 du point de vue de la libération sexuelle. Il s’appuie sur les archives du COPES pour montrer que cette liberté existait déjà pour les garçons, y compris en matière de pratiques homosexuelles. Lorsqu’elles avaient lieu, ces dernières ne renvoyaient pas forcément à une identité d’homme « gay », n’impliquaient pas automatiquement que le garçon se considère comme un « homosexuel ». L’assignation à une norme hétérosexuel/homosexuel n’était à l’époque déjà pas incontournable (les travaux de Régis Révenin semblent en cela s’inscrire dans une vision très foucaldienne, cf. Histoire de la Sexualité de Michel Foucault).

  • Révenin R., 2015, Une histoire des garçons et des filles. Amour, genre et sexualité dans la France d’après-guerre, Paris : Éditions vendémiaires, Paris.

La construction d’une virilité « entre pairs » était en revanche la norme, virilité dont les preuves étaient à fournir aux autres garçons. Les archives étudiées par Régis Révenin montrent l’existence de viols collectifs et l’absence totale de culpabilité pour les uns, ainsi que le renversement de cette culpabilité du côté de ces filles, traitées de « salopes ». La « libération sexuelle » des années 1968 était presque un argument que les garçons utilisaient pour draguer et coucher. Tout en portant un regard extrêmement normatif sur les filles qui devaient être bonnes ménagères, fidèles (l’infidélité était une qualité virile), bonnes épouses en tous points de vue y compris au lit… Le regard porté par les hommes sur les femmes était réprobateur et s’inscrivait dans une assignation de genre binaire, les filles étaient pour eux soit maman, soit « putain ».

CC Wikimedia COmmons Wellcome Trust

Entravées par une législation qui condamnait les avortements et qui, jusqu’en 1967, interdisait la pilule, les femmes étaient par ailleurs sous l’emprise d’un contrôle social qui leur imposait une préservation de leur « réputation » au risque de devenir « des salopes ».

« Éduquées à être des princesses, les filles pensent que les garçons vont être des princes charmants, mais les garçons sont un peu éduqués comme des porcs ». Cette phrase, de Régis Révenin, dans ce film de janvier 2016, est antérieure à l’explosion de la parole des femmes dénonçant le harcèlement et les violences sexuelles, colère symbolisée en 2017 par #balancetonporc. Mais le constat n’en a que plus de résonnance aujourd’hui. Si les garçons jouissaient d’une grande liberté sexuelle qui n’a pas attendu 1968, sans doute cela invite-t-il à se poser la question plus philosophique du sens du mot « liberté ». Une liberté sexuelle des garçons et non des filles est-elle une « liberté » ou ne s’agit-il pas plutôt de la jouissance d’une situation de « domination » ?

 

Fiche technique

Type de film et année : film-recherche (2016)

Auteure-réalisatrice : Jeanne Menjoulet (CNRS, Centre d’Histoire Sociale du XXème siècle)

Images, son, montage, voix off : Jeanne Menjoulet (CNRS, CHS)

Producteur : CHS (Centre d’Histoire Sociale du XXème siècle)

Durée : 45’

Procédé audiovisuel : prises de vues sur fond bleu (incrustation chromatique au montage)

Photographies : archives du COPES (Ecole Nationale de Protection Judiciaire de la Jeunesse, ENPJJ)

Crédits image à la Une : CC Wikimedia Commons Jugoton et crédits image d’entrée : CC Pixabay LillyCantabile


Jeanne Menjoulet

Centre d'Histoire Sociale du XXe siècle - UMR CNRS / Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (jeanne.menjoulet@univ-paris1.fr )

More Posts - Website

Jeanne Menjoulet

Centre d'Histoire Sociale du XXe siècle - UMR CNRS / Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (jeanne.menjoulet@univ-paris1.fr )

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.