Les grands ensembles ont leurs raisons

En France, entre 1950 et 1970, élus, architectes, entreprises et artisans œuvrent pour loger dans des villes des milliers de familles. Cette démarche, qui donne naissance à ce que l’on a très rapidement appelé les « grands ensembles », est un phénomène d’une ampleur sans précédent dans l’histoire des villes et de l’urbanisme en raison de la quantité de logements construits, du nombre de villes et de personnes concernées et, chose ignorée, de l’originalité de chacune des réalisations : « Nous avons emménagé le 21 mai 1967. Mon mari était rentré du travail un soir en nous annonçant la bonne nouvelle : on nous avait trouvé un logement ! Un quatre pièces, avec beaucoup de lumière et tous les équipements modernes. Trois ans que nous attentions ! ».

Malgré le discrédit qui jette les grands ensembles, dès les années 1970, dans le trouble que nous leur connaissons aujourd’hui, n’oublions pas qu’ils ont permis et qu’ils permettent encore de loger des centaines de milliers de personnes sur tout le territoire français. Avec le temps, l’histoire s’est déformée, le sens modifié et on a tendance à oublier ce qui s’est réellement passé. Un retour en arrière s’impose dans lequel on pourrait bien trouver quelques pistes de réflexion pour l’habitat de demain…

  • Courbebaisse A., 2018, Le sens caché des grands ensembles, Toulouse : PUM, coll. Architectures.

Une pénurie de logements qui dépasse les démolitions de guerre

CC Gallica Villemot, Bernard

On attribue souvent les grands ensembles aux bombardements de la Seconde Guerre mondiale et des démolitions de logements en découlant. Or la situation à l’aune des années 1950 est plus complexe. La France souffre d’un grand déficit dû autant au manque de logements qu’à l’état de vétusté du parc existant. On compte alors 8,5 millions de mal logés, soit 20 % de la population (la Fondation Abbé Pierre estime à 5,8 % la part de mal-logés en France en 2016) ! Quatre logements sur dix n’ont pas l’eau courante, seul un logement sur quatre est équipé d’un WC et 10 % seulement possèdent une douche ou une baignoire).

Cette situation est encore aggravée par la loi de 1918 sur le blocage des loyers – qui n’engage pas les propriétaires des logements à investir dans l’entretien de leur bien – et à laquelle il faut ajouter l’envolée démographique et l’arrivée de populations immigrées ou réfugiées. Espagnols, Italiens, Polonais, Portugais, Maghrébins, etc., ils sont des centaines de milliers à gagner la France tout au long du 20e siècle.

De nombreuses villes sont d’ailleurs peu touchée par les destructions de guerre. Ainsi, à Toulouse, un seul quartier en lien avec la Poudrerie, bombardée dans les années 1940, fait l’objet d’un vaste projet de reconstruction-requalification par le ministère de la Reconstruction et de l’Urbanisme (MRU). Les autres grands ensembles sont la réponse à une pénurie de logements qui dépasse largement le contexte de la Reconstruction.

  • Béringuier C., Boudou A., Jalabert G., 1972, Toulouse Midi-Pyrénées, la transition, Paris : Stock, coll. Villes clés.

 

Le grand ensemble, ni Zone à urbaniser en priorité, ni ville nouvelle

Le grand ensemble naît des aides à la construction dispensées par l’État à partir de 1950. Officiellement, le terme ne sera jamais défini, si ce n’est en 1973, dans la circulaire qui signe l’arrêt des grands ensembles. Si le nombre de logements a parfois été considéré comme un critère, il est trop variable pour être déterminant (un grand ensemble en région parisienne est-il comparable à un grand ensemble à Toulouse, à Marseille ou à Lille ?). Dans ces ensembles, au nombre de logements et aux statuts variés (privés et publics), la participation financière de l’État est par contre une constante.

CC Pxhere

Pour faire « ensemble », plusieurs bâtiments sont nécessaires ; les barres isolées qu’ont vu pousser la plupart des villes françaises à partir des années 1950, ne seraient donc pas, à proprement parler, des « grands ensembles ». Il faut au minimum trois immeubles qui font l’objet d’une distribution autonome (excluant les îlots insalubres reconstruits des centres villes) et d’une conception unitaire, délimitée dans l’espace et dans le temps. C’est là que diffèrent la plupart des zones à urbaniser en priorité (ZUP), apparues à partir de 1958, et les villes nouvelles aux limites distendues, construites par plusieurs équipes de maîtrise d’œuvre. Nous parlons des Escanaux à Bagnols-sur- Cèze, des villes nouvelles de la couronne parisienne, Évry ou Cergy-Pontoise par exemple, et à Toulouse, du Mirail. Ces projets, souvent sans limites dans l’espace et le temps peuvent compter plusieurs milliers de logements et des centaines de milliers d’habitants. Ils sont davantage conçus pour désengorger la ville existante et ré-orienter la dynamique de peuplement et d’expansion de la ville que pour urbaniser des familles à proximité de leur lieu de travail.

Pour sa part, le grand ensemble a été conçu et construit par une seule équipe d’architectes concepteurs qui, souvent formés à l’École nationale supérieure des beaux-arts (ENSBA), ont reçu un enseignement académique traditionnel dans lequel, un ensemble bâti, quel qu’il soit, se définit par des limites, une entrée et un cœur. Les opérations présentent donc une unité architecturale, donnée par des jeux de rythme des travées répétitives de fenêtres en façade, par la grille structurelle (nez de plancher et tête de voiles béton porteur) visible en façade et systématisée sur tous les immeubles de la cité, par les teintes d’enduit et les menuiseries homogènes, par des portiques qui courent sur les rez-de-chaussée des divers bâtiments.

  • Dufaux F., Fourcaut A., dir., 2004, Le Monde des grands ensembles : France, Allemagne, Pologne, Russie, République tchèque, Bulgarie, Algérie, Corée du Sud, Iran, Italie, Afrique du Sud, Paris : Créaphis Éditions.

 

L’urbanisation des familles

Le grand ensemble est né en fait du besoin des hommes au travail. Et le travail, aux lendemains de la Guerre, c’est surtout l’industrie. Ainsi, par exemple, nombreux sont les employés agricoles qui, ne pouvant plus vivre uniquement du travail de la terre, font les allers-retours à bicyclette jusqu’à l’usine de la ville la plus proche.

CC Pixabay Zorro4

Les entreprises qui souhaitent fidéliser leurs ouvriers entreprennent la construction d’une cité ouvrière, qu’ils souhaitent, à leur image, délibérément moderne. On y retrouve toutes les problématiques sociétales du moment, notamment la recherche d’un hygiénisme fonctionnaliste, concrétisé par l’orientation et l’implantation parallèle des immeubles pour offrir à chacun un maximum d’ensoleillement et une vue dégagée depuis leur salon. Permettre à des familles d’ouvriers d’avoir un logement confortable, c’est encourager leur bien-être au travail et donc un meilleur rendement.

Ces ensembles ont pour but de faire vivre les populations près de leur lieu de travail (la voiture n’étant encore qu’un luxe) et en ville : commerces de proximité, écoles, salle de spectacle, équipements sportifs voire piscine et MJC, les grands ensembles comportent tous les équipements nécessaires à une vie urbaine.

Pour la relance économique, l’État encourage l’application des méthodes de production industrielle au bâtiment. Quoi de mieux, en effet, que de relancer en même temps les secteurs de la production industrielle et du bâtiment ! D’où l’association qui est souvent faite entre grand ensemble et architecture industrialisée ou préfabrication industrielle. Association que nous relativisons volontiers dans certaines villes, dont Toulouse. À Toulouse par exemple, les entreprises et surtout les petites structures familiales composées d’ouvriers qualifiés, ne s’engagent pas sur les sentiers de la préfabrication industrielle qui nécessite un outillage important et coûteux, ainsi que des ouvriers spécialisés. Ce qui n’empêche pas les architectes de jouer de l’esthétique de la série industrielle, à la mode à ce moment-là.

  • Graf F., Delemontey Y., 2012, Architecture industrialisée et préfabriquée : connaissance et sauvegarde, Lausanne : Presses Polytechniques et Universitaires Romandes.

 

Quand les cités n’étaient pas des HLM

CC Pxhere

Tout le confort moderne est là : la lumière, l’air, les arbres et le parc pour que les enfants puissent jouer, à la sortie de l’école. Le cheminement piéton est fait de telle sorte que mamans et landaus circulent en toute sécurité, loin des voitures. Des préaux abrités et surélevés, des centres de puériculture, des salles de jeux, de longs mails plantés permettant la continuité entre logements, commerces et écoles, des locaux pour poussettes, des caves ou des celliers font la fierté des habitants. Les espaces verts sont entretenus, plantés, gérés et surveillés au quotidien par un gardien ou un concierge habitant sur place. Responsable de la propreté et du respect des règles de la vie en communauté, il veille sur la dignité de la cité. Les jeunes en mal d’occupation sont mis à contribution pour l’entretien des espaces verts. Les commerçants habitent eux aussi le quartier. On se connaît, on échange, on partage : « La machine à laver, on la louait, une fois par semaine, à plusieurs familles et on la faisait tourner à tour de rôle ».

Les logements sont qualifiés de « luxueux » : cuisine (souvent une véritable pièce dans laquelle on peut manger), plusieurs chambres, une salle de bain, le chauffage central, de nombreux rangements et un séchoir. Celui-ci est tantôt collectif en toiture ou sur le palier, tantôt individuel et alors véritable pièce en plus, annexe de la cuisine ou de la salle d’eau, ventilé naturellement par un claustra. Les logements sont traversant ou dans le cas des tours, possèdent une double orientation. On y trouve encore des salles d’eau éclairées naturellement. Vide-ordures et cheminées, aujourd’hui condamnés, parquet au sol dans les salons finissent d’apporter le confort aux appartements.

Les besoins évoluent, les exigences aussi. Il n’est d’ailleurs pas question d’être nostalgiques d’une époque révolue. Simplement, dans une recherche actuelle de « durabilité », de « vivre ensemble », de « circuit court » et de « convivialité », ne pourrions-nous pas nous plonger un instant dans le récit des anciens pour faire émerger des clés de réussite d’un habitat de demain ? Ecoutons aussi ceux qui se battent au quotidien pour faire vivre leur grand ensemble : associations, repas de quartier, initiatives de jardins partagés, de compost, de ruches, etc. La vie en collectivité nécessite des compromis mais elle offre tant de richesses…

  • Ministère de la Culture et de la Communication, Direction Générale du Patrimoine, 2011, Les grands ensembles, une architecture du XXe siècle, Paris : Dominique Carré Editions.
  • Kaes R., 1963, Vivre dans les grands ensembles, Paris : Éditions Ouvrières.

CC Patrick MIgnard pour Mondes Sociaux

Crédits image à la Une : CC Wikimedia Commons Ville de Vélizy et crédits image d’entrée : CC Pxhere


Audrey Courbebaisse

Laboratoire de Recherche en Architecture (LRA), Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Toulouse (audrey.courbebaisse@hotmail.fr)

More Posts - Website

Audrey Courbebaisse

Laboratoire de Recherche en Architecture (LRA), Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Toulouse (audrey.courbebaisse@hotmail.fr)

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 06/06/2018

    […] Les grands ensembles ont leurs raisons. En France, entre 1950 et 1970, élus, architectes, entreprises et artisans œuvrent pour loger dans des villes des milliers de familles. Cette démarche, qui donne naissance à ce que l’on a très rapidement appelé les « grands ensembles », est un phénomène d’une ampleur sans précédent dans l’histoire des villes et de l’urbanisme en raison de la quantité de logements construits, du nombre de villes et de personnes concernées et, chose ignorée, de l’originalité de chacune des réalisations : « Nous avons emménagé le 21 mai 1967. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.