Mai 1968 dans la BD

En 2018, la France célèbre les 50 ans de mai-juin 1968. Ce mouvement de contestation sociale, politique et culturelle a marqué fortement l’histoire contemporaine et l’imaginaire collectif, au point que certains n’hésitent pas à le qualifier de « mythe ». En tout état de cause, il ne laisse personne indifférent. Il constitue un héritage que chacun, à des degrés divers, s’approprie ou rejette.

Matthew Screech, maître de conférences à la Manchester Metropolitan University, a analysé l’évolution de cette mythologie nationale dans un média particulier, la bande dessinée. Le neuvième art se présente en effet comme un support idéal pour explorer toutes les potentialités narratives, mais aussi fantastiques, d’un événement historique qui a tant marqué les esprits.

Dans son article « The Myth of May 1968 in bandes dessinées », publié en 2017 dans la revue Belphégor, il retrace chronologiquement l’évolution des représentations de Mai 1968, des symboles et des modèles qui lui sont associés. Il explique d’abord où la légende trouve ses sources, principalement dans la mouvance des magazines fondés dans les années 1960, tels Hara-Kiri, donnant naissance à une génération d’auteurs de BD. Les décennies suivantes contribuent à bâtir une mythologie de l’événement, de plus en plus réappropriée sur un ton fantastique. Enfin, viennent les années 2000-2010, période de remise en cause de cette mythologie, avec un regard plus distancié mais où les éléments fantastiques sont toujours présents.

Nous vous proposons de découvrir, avec cet article, l’évolution de cette mythologie que les bédéistes développent, renforcent ou au contraire critiquent et prennent avec recul.

 

Fiche technique

  • Texte/voix/montage : Manon Bril
  • Musique : OOTAM

Crédits image à la Une : CC Flickr Yann Caradec et crédits image d’entrée : CC Flickr IISG


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.