L’arbitre de rugby dans la presse sportive

En France, comme dans plusieurs pays anglo-saxons, le rugby fait désormais partie des sports les plus médiatisés. Ses joueurs, ses entraîneurs, ses publics et quelquefois ses dirigeants sont régulièrement placés sous les feux des projecteurs des médias généralistes ou spécialisés. Mais un de ses acteurs majeurs, l’arbitre, ne bénéficie pas du même type de traitement médiatique, alors même que l’arbitrage fournit depuis toujours aux commentateurs sportifs (et aux supporters) des motifs pour discourir sans fin sur les jugements, décisions et évaluations de « l’homme en noir ». Autrement dit, sur un ensemble de considérations qui renvoient au droit, à la justice, à la morale et aux valeurs. Excusez du peu !

Pour notre part, nous nous sommes intéressées au traitement réservé aux arbitres dans L’Équipe, seul quotidien sportif français, et Midi Olympique, principal hebdomadaire du rugby, au cours des quatre dernières coupes du monde (2003, 2007, 2011, 2015). Cette approche a permis d’abord de déconstruire le lieu commun concernant la surmédiatisation de l’arbitrage : dans ces journaux, les Unes sur les arbitres sont rares et on a estimé à moins de 1 % la couverture médiatique consacrée à l’arbitrage. Elle a permis ensuite de décrypter la scénarisation journalistique de l’arbitrage : elle repose surtout sur des témoignages et des faits à partir desquels des « événements dramatiques » (brutalité non sanctionnée, essai refusé, etc.) ont pu advenir, qui tendent à établir la preuve d’une injustice et à étiqueter péjorativement son auteur.

En tout état de cause, les positions journalistiques sur la performance arbitrale sont bien tranchées : l’arbitre doit non seulement garantir l’ordre et l’autorité afin que le match se déroule selon les règles de ce sport de combat, mais encore rendre la justice. S’il y parvient mal ou n’y arrive pas, il est responsable, coupable et/ou repentant. De figure de l’ordre, il devient un quasi-déviant dont la réputation est susceptible d’être entachée.

Quelques principes relatifs au traitement médiatique des arbitres

En matière d’arbitrage, la démarche journalistique consiste généralement à relayer la parole de divers témoins et plus particulièrement les commentaires de joueurs, d’entraîneurs et de sélectionneurs, c’est-à-dire d’acteurs de terrain « impliqués » et majoritairement enclins à porter des jugements négatifs sur l’arbitrage. L’Équipe a parfois recours à d’anciens arbitres qui peuvent alors jouer le rôle de porte-parole, de pédagogues, d’« experts légitimes » (Charaudeau, 1997) pour juger de la conformité aux règles des positions ou décisions arbitrales. À quelques exceptions près (entretien avec l’arbitre anglais Wayne Barnes, L’Équipe, 17 septembre 2007), les médias n’offrent pas de tribunes aux arbitres officiant lors des coupes du monde. Ainsi, ceux qui s’expriment sur l’arbitrage ne sont majoritairement pas des spécialistes de la question.

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

Par ailleurs, l’arbitrage est miné par une multitude de points de vue et d’attaques fondés sur des faits – souvent des actions de jeu – observés dans des conditions différentes de la réalité. Trois matrices de jeu cristallisent la plupart des critiques : la pénalité, la mêlée et le plaquage. Mais chaque décision arbitrale peut être perçue comme une position partisane ou un signe d’incompétence. Et dans les deux cas, l’arbitre est soupçonné, voire discrédité : derrière le commentateur, le supporter ne dort souvent que d’un œil… Les journalistes peuvent en outre dénoncer l’incohérence des décisions et la variabilité des sanctions qu’ils associent souvent à l’origine géographique des arbitres : pas encore universel comme le football, le rugby ne se pratique, ni ne s’arbitre, tout à fait de la même manière dans l’hémisphère Nord et l’hémisphère Sud. Ils véhiculent enfin des discours contradictoires dans lesquels les arbitres sont qualifiés de « trop » ou « pas assez » sévères.

Les récriminations à l’encontre de certaines figures de l’arbitrage donnent un bon aperçu des charges retenues et de la manière de les énoncer. Dans Midi Olympique, les arbitres Paddy O’Brien (Nouvelle-Zélande) et Waynes Barnes sont surtout remarqués pour les dix et huit cartons qu’ils ont respectivement distribués au début des mondiaux de 2003 et 2007. Le néo-zélandais Paul Honiss est critiqué, en 2007, pour « ses conduites de matchs vraiment ‘décalées’ vis-à-vis des équipes françaises ». En 2011, dans le compte-rendu de la finale opposant la France à la Nouvelle-Zélande, l’arbitre sud-africain Craig Joubert est ouvertement accusé, au regard des pénalités infligées à chaque équipe, d’avoir été très clément envers les All Blacks (sur les plaquages et les touches notamment) et excessivement sévère envers les français.

Pour sa part, L’Équipe se focalise de façon négative sur Craig Joubert en 2015 pour la pénalité accordée à l’Australie en quarts de finale contre l’Écosse, mais aussi en 2011 pour la finale (Nouvelle-Zélande-France) et la demi-finale (Australie-Nouvelle-Zélande) au cours de laquelle il aurait été trop sévère avec les Australiens. La coupe du monde 2007 est marquée selon le média par le zèle, inutile pour le journaliste, du britannique Chris White (recours à la vidéo pour valider un essai portugais face aux All Blacks). Par ailleurs, toujours en 2007, le média souligne la fébrilité de l’irlandais Alain Rolland sur certaines mêlées du match Australie-Angleterre et insiste fortement sur les « trois erreurs » d’arbitrage de Barnes lors du quart de finale Nouvelle-Zélande/France.

On notera enfin que, dans ces deux journaux sportifs, la présomption d’innocence ou l’irresponsabilité des arbitres ne sont presque jamais discutées et que l’on trouve rarement des remarques sur les contestations abusives (de plus en plus fréquentes) ou infondées de l’arbitrage.

CC Pixabay Hirobi

Les médias remettent ainsi en cause la contribution des arbitres à l’ordre et la justice. Ils vont parfois plus loin en rappelant que l’application et l’interprétation des règles (complexes) du rugby, tout autant que les décisions ou les punitions peuvent générer des violences physiques ou verbales (entre joueurs, des supporters vis-à-vis de l’arbitre, etc.) et mettre en péril l’idéal sportif par hypothèse tourné vers la performance (Ehrenberg, 1995). Car l’arbitrage est un élément constitutif de la performance sportive en ce qu’il l’établit. Et l’arbitre de haut niveau doit lui aussi produire une performance puisque, à l’instar des joueurs, il s’inscrit totalement dans un système compétitif.

Puisque les arbitres sont qualifiés/disqualifiés par des acteurs n’appartenant pas à leur groupe, il faut alors s’interroger sur les réactions du corps arbitral et de ses instances représentatives.

  • Charaudeau P., 1997, Le discours d’information médiatique. La construction du miroir social, Paris : Nathan.
  • Ehrenberg A., 1995, Le culte de la performance, Paris : Pluriel.

Sans commentaire, 100 conséquences ?

Les critiques des médias n’engendrent pas ou peu de riposte de la part des arbitres ou des institutions référentes. Les arbitres incriminés ne cherchent ni à démentir, ni à se défendre, compte tenu du devoir de réserve qui leur est imposé, tandis que les instances ne semblent pas adopter de stratégie de communication. Probablement instauré pour préserver les arbitres et prendre de la distance par rapport aux débats trop passionnés, le devoir de réserve et son efficacité supposée intriguent parce qu’en se murant dans le silence, les intéressés valident, d’une certaine façon, les critiques des médias. Des chercheurs ont déjà bien montré que la répétition de discours négatifs comporte le risque de leur donner une valeur de vérité absolue auprès du lectorat (Delforce, Noyer, 1999).

Ces discours médiatiques tendent à s’imposer au grand public, mais on connait mal leurs effets sur les instances de l’arbitrage et sur les superviseurs en charge de l’évaluation des arbitres et autres acteurs qui contribuent à la progression de l’arbitre (et inversement). Dans une société de performance généralisée et au regard de la force des usages des techniques d’information et de communication (télévision, internet…), la mise au ban de certains arbitres liée aux contestations médiatiques ne peut être ignorée. Se pose alors la question du pouvoir des médias dans l’ordonnancement et la hiérarchie de l’arbitrage. Aussi, la transformation des médias en accusateurs et des arbitres en déviants implique de porter une attention particulière à la violence des accusations sur les arbitres ou à la menace que les journalistes font peser sur la carrière de ceux qui sont aux prises avec la stigmatisation : qu’en est-il de l’éthique journalistique que les professionnels des médias évoquent pourtant fréquemment ?

En tout cas, les remises en question des arbitres, le rappel de leurs imperfections (« humaines ») et le ton alarmiste quant aux injustices qu’ils génèrent semblent guidés par des intérêts particuliers qui dépassent la sympathie que les journalistes peuvent éprouver pour l’équipe nationale. Outre leur finalité commerciale (élargir leur audience), ils servent à attirer l’attention sur l’urgence à transformer l’arbitrage. Les médias font d’ailleurs des propositions : visionnage de l’arbitrage par les équipes, arbitrage à trois, modification de certaines règles, augmentation des sanctions, etc. En même temps, ils ont une propension à porter des discours contradictoires ou à brouiller les lignes. Ainsi, l’introduction de la vidéo dans l’arbitrage, initialement défendue par les médias pour apporter une garantie morale, est aujourd’hui largement discutée par eux.

Dans un contexte de mutation/transition (technologique, écologique, etc.) et à une époque où règnent le postulat de transparence et la remise en cause des pratiques (politique, religieuse, économique, journalistique, sportive, etc.), il n’est pas surprenant que les arbitres soient régulièrement contestés dans/par les médias. Mais cette pratique n’autorise pas de retour en arrière, de rectification ou de « réhabilitation » de l’arbitre soupçonné/accusé. Le silence des arbitres consolide les vérités des médias qui ont un accès privilégié à l’espace public. Il peut être considéré comme un frein aux changements médiatiques ou à la production d’autres mises en scène de l’arbitrage.

  • Delforce B, Noyer J., 1999, « Pour une approche discursive des phénomènes de médiatisation : constructivisme et discursivité sociale », Études de Communication, n°22, 13-40.

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

Crédits image à la Une : CC Wikimedia Commons Richard Allport et crédits image d’entrée : CC Wikimedia Commons Markus Schweiss


Fatia Terfous, Géraldine Rix-Lièvre

Université Clermont Auvergne, Laboratoire ACTé (EA 4281) (fatia.terfous@uca.fr et geraldine.rix@uca.fr)

More Posts

Fatia Terfous, Géraldine Rix-Lièvre

Université Clermont Auvergne, Laboratoire ACTé (EA 4281) (fatia.terfous@uca.fr et geraldine.rix@uca.fr)

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. vivamusica dit :

    Très belle analyse. Il serait intéressant (mais la collecte de données est plus complexe) de faire de même sur les commentaires (TV/radio) en direct. il semblerait qu’un tendance à la suspicion soit de vigueur dans ce cas de figure (mais de recul sur l’action et la faute ciblée + un surplus d’émotion de la mission de « faire vivre le match »). A voir également la place de l’arbitre dans le ressentit d’un match sur les réseaux sociaux qui, comme sur le bord du terrain, devient « la bonne excuse » de la mauvaise performance de son équipe.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.