Harrison White, itinéraire d’un physicien vers les sciences sociales

Harrison White est une figure importante de la sociologie nord-américaine contemporaine. Il est surtout connu en France pour sa contribution à l’étude des réseaux sociaux et ses travaux de sociologie économique, notamment sur les marchés. Mais on connaît mal le parcours de ce sociologue reconnu, membre de la National Academy of Sciences et de l’Académie américaine des arts et des sciences, dont ce texte résume les principales étapes.

Harrison Colyar White naît à Washington le 21 mars 1930. Elève brillant, il a deux ans d’avance lorsqu’en 1945 il est sélectionné pour intégrer le Massachussetts Institute of Technology (MIT). Sa jeunesse et ses facilités intellectuelles lui laissent le loisir de suivre des cours de littérature et de lire abondamment. Parmi ces activités périphériques à sa formation en sciences de la matière et en ingénierie, figure la rencontre avec le sociologue tchèque Karl Deutsch, qui lui suggère de se tourner vers les sciences sociales, lui proposant d’utiliser une bourse de la Fondation Ford pour compléter sa formation après sa thèse de physique, soutenue en 1955.

Un de ses professeurs l’oriente vers Marion Levy, un sociologue élève de Talcott Parsons et théoricien de la modernisation. Il passe ensuite un an au Center for Advanced Study in the Behavioural Sciences de l’Université de Stanford. Après une année universitaire à l’Université Johns Hopkins (1955-1956), il est recruté à l’Université Carnegie Mellon. Puis en 1959, il est sollicité pour rejoindre l’Université de Chicago comme « associate professor », occasion de travailler enfin dans un département de sociologie. Il y rencontre de nombreux sociologues, dont Everett Hughes. En 1960, il soutient sa thèse de sociologie et débute une longue carrière dans cette discipline.

Modélisation de la parenté et émergence de la notion d’équivalence structurelle

CC Wikimedia Commons Richardfabi

C’est durant son séjour à Chicago qu’il rédige son premier ouvrage An Anatomy of Kinship. Mathematical Models for Structures of Cumulated Roles (1963), un modèle algébrique des liens de parenté. La parenté y est formalisée comme un réseau et une matrice. Il esquisse l’idée d’équivalence structurale (des personnes ayant la même position dans la structure ont des rôles sociaux similaires).

C’est très exactement cette idée qui sera reprise et développée dans l’article écrit en 1970 en collaboration avec de François Lorrain. Elle est ultérieurement revisitée dans l’article qu’il co- écrit en 1976 avec Scott Boorman et Ronald Breiger qui lui donne un cadre plus général.

Les recherches sur l’explicitation des formes de l’équivalence structurale se sont poursuivies très activement et font encore l’objet de nombreuses publications.

  • White H. C., 1963, An Anatomy of Kinship. Mathematical Models for Structures of Cumulated Roles,
    N.J. : Prentice-Hall, Englewood Cliffs.
  • Lorrain F., White H. C., 1970, « Structural Equivalence of Individuals in Social Networks », The American Journal of Sociology, 81-4, 730-780.
  • Boorman S. A., Breiger, R., White H. C. 1976, « Social Structure from Multiple Network, II Role Structures », The American Journal of Sociology, 81-4, 1384-1446.

L’analyse des réseaux sociaux et la nouvelle sociologie économique

En 1963, Harrison White est recruté à Harvard comme professeur assistant. Devant faire des cours de sociologie générale, il parcourt les ouvrages classiques de la discipline. Écartant la plupart des penseurs dominants de la période, notamment Talcott Parsons, alors professeur dans la même université, il trouve l’ouvrage de l’anthropologue britannique Elizabeth Bott, Family and Social Network (1957), qui le passionne. C’est le moment où il commence à systématiser ses travaux sur les réseaux.

En parallèle, il entreprend avec son épouse Cynthia, historienne de l’art, un travail sur les impressionnistes. S’appuyant sur les sources disponibles à la bibliothèque de Harvard, ils reconstituent les réseaux d’artistes, de galeristes et de marchands d’art et analysent le passage du « système des Beaux-Arts » (les œuvres y sont évaluées selon des critères académiques) au système « marchand-critique » dans lequel les artistes s’affranchissent des contraintes académiques en s’appuyant sur d’autres canaux de diffusion, cette évolution s’accompagnant de l’émergence du courant impressionniste. Cet ouvrage a influencé la sociologue française Raymonde Moulin et à travers elle la sociologie de l’art en France.

  • White C., White H.C., 1991, La carrière des peintres au XIXe siècle : du système académique au marché des impressionnistes, Paris : Flammarion.

À Harvard, ses cours sur les réseaux attirent des étudiants souvent formés aux mathématiques. Au fil des années figureront entre autres parmi les jeunes chercheurs dont il dirige ou co- dirige la thèse des auteurs comme Mark Granovette, Barry Wellman, ou John Padgett.

White et ses étudiants contribuent fortement à jeter les bases du développement de ce qui est devenu par la suite l’« Analyse des réseaux sociaux » (ARS), un ensemble de méthodes et de techniques d’analyse plus ou moins stabilisées au fil des années. D’autres chercheurs s’y associent, notamment à l’Université de Chicago (James Coleman et son disciple Ronald Burt, Nan Lin) et en Californie (Claude Fischer, Linton Freeman).

CC Wikipedia Martin Grandjean

Les chercheurs de Harvard ont abordé des domaines très variés, mais c’est l’activité économique qui les mobilise le plus fortement. White a des discussions avancées avec des économistes modélisateurs, notamment Kenneth Arrow. Il participe avec eux à des séminaires. À l’occasion d’une discussion avec moi lors de l’un de ses séjours à Toulouse entre 2005 et 2007, il évoquait la réticence de ces économistes à discuter leurs postulats de base, réticence qu’il jugeait très regrettable.

Son travail en sociologie économique se situe en fait d’emblée à l’écart du courant économique dominant. Il construit une théorie des marchés à partir de ses recherches sur l’équivalence structurelle. Dans cette théorie, des entreprises en situation d’équivalence structurelle stable finissent par constituer une forme collective, un marché, et par remplacer leurs relations avec leurs clients et leurs fournisseurs par une sorte de lien générique. Elles ne s’ajustent plus individuellement à la demande mais se concentrent sur la surveillance de leurs concurrents auxquels elles s’ajustent en permanence pour conserver leur position, un peu comme le feraient des poissons d’un même banc ou des oiseaux migrateurs qui volent ensemble.

Très mathématisé et difficile d’accès, publié dans une revue de sociologie, l’article « Where Do Markets Come From ? » n’a pas un impact très important sur le moment. Cependant, il signale une nouvelle ambition des sociologues en ce qui concerne l’étude des activités économiques : s’attaquer aux questions les plus centrales et non plus s’en tenir à des travaux sur l’organisation du travail ou sur les carrières. White reprendra et développera sa théorie dans un ouvrage.

  • White H.C., 1981, « Where Do Markets Come From ? », The American Journal of Sociology, 87, 983- 38.
  • White H.C., 2002, Markets from Networks. Socioeconomic Models of Production, Princeton-Oxford : Princeton University Press.

À sa suite, plusieurs de ses étudiants de thèse s’engagent dans des recherches sur les activités économiques, avec des travaux de terrain et un style d’écriture plus classiquement sociologique. Parmi ces étudiants figure, entre autres, Mark Granovetter, auteur d’une thèse sur l’importance des réseaux sociaux dans le marché du travail. Ce dernier publie une douzaine d’années plus tard un article discutant frontalement les thèses des économistes, aussi bien les théories individualistes du courant standard que les approches institutionnalistes et la théorie des coûts de transaction. Il formule sa position ainsi : « Les acteurs [individuels] n’agissent ni ne décident comme des atomes en dehors de tout contexte social, pas plus qu’ils n’adhèrent servilement à des destins écrits pour eux par l’intersection des catégories sociales auxquelles ils appartiennent. Leurs tentatives d’actions intentionnelles sont plutôt encastrées dans le système concret des relations sociales ».

CC Pixabay Freecliparts

Cette position n’est pas spécifique au débat sur les théories de l’activité économique, elle relève des sciences sociales en général. Elle consiste à récuser aussi bien les approches individualistes que celles (dites « holistes ») qui partent d’une conception globale de l’ensemble social pour en déduire les comportements individuels. À ces deux approches, comme la plupart des spécialistes des réseaux sociaux proches de White, Granovetter oppose le niveau des relations interpersonnelles et des réseaux qu’elles constituent, réseaux qui constituent pour lui la structure sociale fondamentale, et qui sont, pour les individus, des ressources autant que des contraintes.

Pour White, l’encastrement défini par Granovetter ne prend pas suffisamment en compte ces effets d’émergence de réalités sociales de niveau plus macro, considérant que l’encastrement n’est pas seulement un état de fait, mais que c’est également un processus, tout comme sa réciproque, le découplage.

Tout en poursuivant avec ses étudiants du moment (ou ses anciens étudiants) des travaux sur l’activité économique, il commence à formaliser une approche générale des phénomènes sociaux.

  • Granovetter M. S., 1974, Getting a Job. A Study of Contacts and Careers, Cambridge (Mass.) : Harvard University Press.
  • Granovetter M. S., 1985, « Economic Action and Social Structure: the Problem of Embeddedness », The American Journal of Sociology, 91-3, 481-510.

Théorie générale

Dans les années 1980, il quitte Harvard pour l’Université d’Arizona, où il reste deux années, puis rejoint l’université de Columbia où il restera jusqu’à la fin de sa carrière. Au début des années 1990, il profite de séjours à l’étranger pour rédiger sa synthèse théorique Identity and Control. A Structural Theory of Social Action (Princeton University Press).

Cette contribution théorique d’une personnalité scientifique réputée est reçue avec scepticisme par la communauté des sociologues américains. Dans sa recension de 1994 pour Social Forces, Andrew Abbott commence par rappeler à quel point le livre a déconcerté et déçu les sociologues américains qui en parlaient entre eux lors de leur congrès de 1993 : un livre de mauvaise poésie, une théorie manquée, loin de ce qu’ils attendaient d’un auteur qui avait, pour reprendre les termes d’Abbott, « initié des révolutions sociologiques, introduit de nouvelles techniques, et formé l’un des meilleurs groupes d’étudiants de la discipline ». Abbott explique ensuite que l’écriture et la structure non conventionnelle de l’ouvrage ont dérouté les lecteurs, mais que si l’on prend le temps de le lire en entier et de l’aborder comme une série d’intuitions, il présente une très grande richesse et une promesse de renouvellement pour les sciences sociales.

CC Pxhere

Poussé par son ancien collaborateur Scott Boorman, puis par moi, qui lui propose fin 2004 d’en faire une version française, il se lance à partir de 2006 dans une réécriture de Identity and Control. Le résultat de ce travail paraît en 2008 avec un nouveau sous-titre, How Social Formations Emerge, qui met davantage l’accent sur les processus que sur la structure. J’ai traduit cette version en français avec Frédéric Godart, l’un des co-auteurs de White dans la version américaine.

Il est des livres de sciences sociales qui éblouissent le lecteur dans un premier temps et le déçoivent au fil des relectures. Identité et Contrôle est tout le contraire : c’est en y revenant sans cesse que l’on en découvre de nouvelles richesses. Le lecteur qui fait cet effort découvre alors ce qui constitue selon Abbott « l’une des œuvres vraiment importantes de ces 40 dernières années », dont la lecture peut transformer profondément sa perception du monde social.

Pour l’anecdote, le 15 Juin 2007, Harrison White s’est vu décerner le titre de Docteur Honoris Causa de l’Université de Toulouse-le Mirail.

  • White H. C., 2011, Identité et contrôle. Une théorie de l’émergence des formations sociales, Paris : Éditions de l’EHESS.

Crédits image à la Une : CC Mondes Sociaux et crédit image d’entrée : CC Pixabay Geralt


Michel Grossetti

LISST-CERS (michel.grossetti@univ-tlse2.fr)

More Posts - Website

Michel Grossetti

LISST-CERS (michel.grossetti@univ-tlse2.fr)

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. 06/06/2018

    […] Harrison White, itinéraire d’un physicien vers les sciences sociales. Harrison White est une figure importante de la sociologie nord-américaine contemporaine. Il est surtout connu en France pour sa contribution à l’étude des réseaux sociaux et ses travaux de sociologie économique, notamment sur les marchés. Mais on connaît mal le parcours de ce sociologue reconnu, membre de la National Academy of Sciences et de l’Académie américaine des arts et des sciences, dont ce texte résume les principales étapes. Harrison Colyar White naît à Washington le 21 mars 1930. Elève brillant, il a deux ans d’avance lorsqu’en 1945 il est sélectionné pour intégrer le Massachussetts Institute of Technology (MIT). […]

  2. 06/06/2018

    […] « Le dompteur des flots », Han Hiue III, Centre d’études sinologiques de Pékin. CC Pxhere. Harrison White, itinéraire d’un physicien vers les sciences sociales. Harrison White est une figure importante de la sociologie nord-américaine contemporaine. Il est […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.