L’avenir d’Israël. Peuple juif, État juif et démocratie

On se souvient de l’exceptionnel succès éditorial du livre de Shlomo Sand, Comment le peuple juif fut inventé, publié en 2008. Dans cet ouvrage, l’historien israélien analyse la théorie sioniste de l’exil et du retour comme une construction idéologique. Il heurte ainsi frontalement les principes constitutifs du sionisme. Dix plus tard, c’est un autre historien israélien, Zeev Sternhell qui, dans un article du quotidien Le Monde (18/02/2018), met l’accent sur le danger que la société israélienne puisse devenir un régime d’apartheid.

Et, de fait, la politique de colonisation, poursuivie depuis plus de cinquante années, en accentue le risque. Il est certainement encore possible d’assurer la pérennité d’Israël, à condition toutefois d’opérer une profonde révision, à l’aune de l’impératif démocratique, de ses fondements et, tout particulièrement, du rôle joué par les notions de peuple juif et d’État juif.

La notion de peuple et son application aux Juifs

Dérivée du grec ethnos, la notion revêt un sens variable selon les époques et les lieux. Tandis qu’en Allemagne, dans les pays slaves et dans l’Europe du nord, l’accent est mis, dès le début du XXe siècle, sur le sentiment d’appartenance à une communauté, en France le critère déterminant de l’ethnie est la communauté linguistique. À l’idée que chaque ethnie est une entité discrète dotée d’une culture, d’une langue, d’une psychologie spécifique, s’oppose une conception, née dans les années 1960, qui considère qu’une ethnie n’existe que dans la confrontation aux autres ethnies. Elle est ainsi une sorte de « signifiant flottant » : rien en soi, sinon ce qu’en font les uns ou les autres.

Pour ce qui est de l’application de la notion à l’existence juive, il convient de rappeler les propos, passés assez inaperçus, du sociologue Raymond Aron dans ses Mémoires (1983) : « Que signifie le “peuple juif” ? Existe-t-il ? Peut-on parler du peuple juif comme on parle du peuple français ? Ou comme on parle du peuple basque ? La seule réponse valable me paraît celle-ci : si l’on parle du “peuple juif”, on emploie la notion de peuple en un sens qui ne vaut que dans ce seul cas » (502-503). Et il poursuivait : « L’histoire a-t-elle fait des communautés juives – ainsi a-t-on pris l’habitude de les nommer – un peuple et un seul ? […] Le plus souvent, à travers le temps, les diverses communautés juives entretinrent des relations, par crainte de persécutions toujours menaçantes, pour ne pas oublier leur foi singulière. Mais ces communautés ne possédaient aucun des traits qui font d’ordinaire un peuple : ni une terre, ni une langue, ni une organisation politique » (ibid.). D’où sa conclusion : « Tout ce que je n’hésite pas à soutenir, au risque de soulever des protestations passionnées, c’est que, si peuple juif il y a, il n’existe pas d’autre peuple du même type que lui » (ibid.).

CC Pixabay Geralt

Cette exceptionnalité est d’ailleurs retenue par plusieurs chercheurs. Ainsi, le sociologue Bruno Karsenti écrit (2012) : « Les juifs sont un peuple sans qu’un État ne valide ou ne sanctionne leur prétention à l’être. […] Une étrangeté à la politique telle que nous la comprenons s’est manifestée depuis que les juifs ont perdu leur souveraineté politique sur leur territoire, un peuple s’est configuré que l’acception politique du mot peuple n’a pas jugé bon de retenir ».

Le débat sur le concept de peuple appliqué aux juifs peut donc recevoir un traitement objectiviste (qu’est-ce qui fait l’unité de ce supposé peuple ?), ou un traitement subjectiviste (l’accent est mis sur la conscience d’appartenance). Or, de ce dernier point de vue, force est de constater que l’auto-désignation en tant que peuple est extrêmement répandue chez les Juifs. Un peuple est alors un ensemble d’individus doués d’un imaginaire partagé et d’une émotionnalité commune reposant l’un et l’autre sur un même corpus mythique fait d’histoire, de légendes et de poésies. L’objectiviste répond : comment en observant les modes de vie et les valeurs des ultra-orthodoxes et ceux des juifs athées, va-t-on trouver cette émotionnalité et cet imaginaire communs ? En réalité, selon les circonstances, la conscience d’appartenance s’exprime avec plus ou moins de force. Dans les temps de persécution, cette conscience constitue les Juifs en peuple. Dans les temps où les périls sont faibles, les objectivistes sont, me semble-t-il, mieux entendus.

CC Wikimedia Commons Woodennature

Le problème d’aujourd’hui est sans doute que l’intensité des périls est diversement appréciée. Pour beaucoup, Israël est toujours menacé de destruction. Ceci explique que la mise en question de la pertinence de la désignation par le concept de peuple est souvent vécue comme l’expression d’une négation, celle du droit à l’existence indépendante de cet État, négation qui légitimerait les pires extrémismes : détruire ce qui n’existe pas ne saurait constituer un crime, pas même une violence. Mais n’oublions pas non plus qu’à l’inverse l’affirmation d’une spécificité juive a surtout été le fait des antisémites.

Ce concept n’a donc d’importance que politique : en l’appliquant à la collectivité juive, il devient possible de légitimer par l’Histoire la création d’un État juif, tandis que sur la seule base de la communauté de foi cette légitimité s’effondre, une confession religieuse n’étant pas un critère admissible pour justifier l’organisation d’une collectivité en État.

  • Karsenti B., 2012, Moïse et l’idée de peuple. La vérité historique selon Freud, Paris : Éditions du Cerf.
  • Aron R., 1983, Mémoires. 50 ans de réflexion politique, Paris, Julliard.

Refonder le droit à l’existence d’Israël

L’existence d’un État juif permet de « désamorcer une assignation », car elle offre au Juif diasporique un lieu dans le monde où des Juifs peuvent vivre sans que leur spécification comme juifs n’affecte leur qualité d’individus. L’existence de l’État fait bien figure de solution pour la diaspora. Selon Bruno Karsenti (2017), « elle offre à certains individus la possibilité nouvelle de se penser libres comme individus, au lieu même où les vicissitudes de l’histoire les ont jetés, et sans qu’ils aient à quitter ce lieu pour l’être vraiment. Elle leur offre, en corollaire d’une ressource physique toujours disponible – l’abri lors des nuits tourmentées, l’asile de nuit – une ressource mentale permanente ».

Il existe désormais un lieu dans le monde où des Juifs peuvent vivre sans que leur spécification comme Juifs n’affecte leur qualité d’individus. Changement radical que nul ne peut ignorer. D’autant que ce changement affecte également la vie des États. Non que l’antisémitisme soit voué à disparaître. Mais il voit sa cible structurellement en mesure de lui échapper. Ainsi, outre le gain majeur de l’abri possible, existe celui, non mineur, de n’être plus sensible de la même manière au jugement antisémite.

CC Wikimedia Commons, Arthur Balfour, British Academy

Cependant, cette justification soulève une série d’interrogations. Dans la mesure où le droit à l’existence d’Israël ne résulte d’aucune légitimité préalable de quelque nature que ce soit (ni la Bible, ni l’histoire ancienne, ni la Shoah, ni la Déclaration Balfour de 1917, ni le Plan de partage de la Palestine de 1947), seule une transformation de fond en comble de sa définition, de son caractère et de ses pratiques est susceptible de lui fournir une légitimité a posteriori.

Il est courant de subordonner la survie d’Israël à la perpétuation de sa nature juive. Une communauté nationale, dit-on, ne peut faire fi des valeurs et du passé supposés la constituer. Cette thèse communautariennne se pare des vertus de l’évidence : on ne pourrait fonder le vivre ensemble que sur la proximité identitaire (malgré les très nombreuses façons d’être juif, en Israël comme en diaspora). J’entends défendre ici une autre position : la légitimité nationale, tout particulièrement là où est contesté le simple droit à l’existence, peut et doit être justifiée autrement.

Mais dira-t-on si le sionisme n’est plus la source de légitimité d’Israël, comment ce pays pourra-t-il justifier son existence aux yeux du monde ? La réponse n’est certes pas aisée et elle ne le serait pour aucun État confronté à la question de son droit moral à se perpétuer malgré les guerres plus ou moins justes qu’il a conduites. Une esquisse de solution peut être recherchée dans une conception civique de l’appartenance nationale.

Il est parfaitement concevable qu’un citoyen se sente affecté positivement ou négativement par les actes politiques formels accomplis au nom de sa communauté. Songeons au cas d’un orchestre, cité par le philosophe américain John Rawls : c’est la performance réussie de l’orchestre comme tout qui permet à chaque musicien d’éprouver de la fierté, indépendamment de la qualité de la prestation individuelle. Dès lors, dans cette perspective, les citoyens peuvent considérer que vivre au sein d’une communauté injuste diminue la valeur de leur propre vie. Chacun aurait ainsi intérêt personnel à promouvoir la justice. Il me semble que ce sentiment est très largement partagé parmi les opposants israéliens à la politique de colonisation, politique qui, outre les souffrances qu’elle inflige, ruine le sentiment d’appartenir à une communauté juste.

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

Dans une société démocratique pluraliste, l’appartenance nationale ne saurait être réservée aux seuls membres de la culture majoritaire. Elle doit être proposée à tous ceux qui font le choix de la citoyenneté, indépendamment de leurs origines. Ce nationalisme civique est de nature à concilier préservation de l’« ethos national » et attention à la diversité des composantes de la société politique israélienne. Cela impliquerait le courage de renoncer à la Loi du retour qui, en posant une affinité élective avec une catégorie d’hommes, constitue une entorse aux principes démocratiques. Cette renonciation, de surcroît, pourrait faciliter celle au droit systématique au retour des réfugiés palestiniens. Ainsi d’État juif, Israël deviendrait l’État de ses citoyens juifs et arabes, bref l’État des Israéliens. Il contribuerait alors, en se fondant sur la réciprocité de l’hospitalité, à alimenter le doute, proprement cosmopolitique, sur l’ancrage naturel de la distinction entre « nous » et « eux », et donc sur la qualité essentielle des frontières.

  • Policar A., 2018, Comment peut-on être cosmopolite, Lormont : Le Bord de l’eau, à paraître septembre 2018.

Il va sans dire que ceci ne signifie nullement qu’Israël doive cesser d’être un éventuel refuge pour les Juifs persécutés. Une communauté juste ne peut rester insensible à la persécution, et l’histoire et l’identité israéliennes se sont largement construites dans l’attention au désarroi des Juifs de la diaspora. Devenir une « société décente », selon la belle expression d’Avishai Margalit, inspirée de l’écrivain Georges Orwell, exige désormais une semblable attention aux souffrances des Palestiniens.

  • Karsenti B., 2017, La question juive des modernes. Philosophie de l’émancipation, Paris : PUF.

Crédits image à la Une :  CC Wikimedia AnonMoos et crédits image d’entrée : CC Pixabay jwinrott


Alain Policar

Centre de recherches politiques de Sciences Po (Cevipof) (alain.policar@sciencespo.fr)

More Posts - Website

Alain Policar

Centre de recherches politiques de Sciences Po (Cevipof) (alain.policar@sciencespo.fr)

Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. OLIVIER COMTE dit :

    Je ne comprends pas comment les Juifs Français, quand il s’agit d’Israël, quittent la place publique, qu’ils ont toujours enrichie de leurs réflexions, pour s’enfermer dans une forteresse morale d’où ils distribuent les foudres impitoyables d’anathèmes inlassables. Etre un intellectuel devient un vice, les cadavres d’antisémites doivent se réjouir.
    Alain Policar propose des raisonnements construits et il est exécuté sur Tribune Juive par les insultes et, ici, par le raisonnement accusatoire. Son analyse est systématiquement masquée par des déformations inacceptables. Israël n’est pas corrompu par la critique, son existence n’est pas menacée par le discours ou raffermie par les louanges. Il n’existe qu’une seule ignominie inacceptable: le boycott culturel d’une Nation qui célèbre la culture.

    Pour mon petit carré politique, l’existence d’Israël et le statut des territoires occupés devraient servir la paix en restant le témoin de la corruption politique des Etats Arabes qui ont toujours trahi les intérêts des peuples Arabes et des Palestiniens, et qui ne peuvent que dénoncer le droit du vainqueur, pratiqué universellement, afin d’imposer le droit du vaincu. De plus, l’existence d’un Etat Nation du peuple Juif démontre le principe de la souveraineté nationale que l’Union Européenne entend détruire, asservir en Suisse, briser au Royaume Uni.

    Israël n’est pas menacé par de méchants intellectuels qui refusent le légitimisme triomphant. La France est notre préoccupation et elle est menacée par une haine anti-arabe, s’abritant sous la corruption d’une juste lutte contre l’antisémitisme. L’ancien grand rabbin de France, Gilles Bernheim, déclare justement à Actualité Juive (28 juin 2018,p.26):
    « Et les Juifs d’Europe sont déclarés coupables de l’Etat d’Israël sauf à le critiquer, voire à le répudier » Nous subissons cette importation abominable d’un conflit étranger mais nous subissons une importation tout aussi abominable: une nouvelle guerre contre les Musulmans Français qui sont déclarés coupable du terrorisme national et international et sont sommés, à tout moment, et de façon continue, de le condamner et de se justifier. Ces deux mouvements mettent en danger la communauté nationale et menacent la République.

  2. Policar dit :

    Etrange interprétation de mon texte. Ne pourrait-on pas, au contraire, y lire un réel souci de la survie d’Israël ? Je défends une conception laïque et républicaine de l’Etat et il est difficile d’affirmer qu’Israël corresponde à une telle conception.
    Par ailleurs, que vient faire l’antijudaïsme dans cette affaire ?

    • Sebastien dit :

      Cher Monsieur, la France n’est pas le centre du monde. Israël n’est ni laïque ni républicaine. C’est le cas de nombreux pays qui restent pour autant des démocraties dans lesquelles les minorités jouissent des mêmes droits que la population majoritaire, puisque tel semble être votre souci.

      En Israël, le voile ne pose pas de problème. Vous pouvez entendre les appels à la prière sortant du muezzin. Et sur le terrain, qu’il faut connaitre je le conçois, les populations juives et arabes vivent en bonne intelligence.

      Vous avez à cœur la survie d’Israël ? Alors pourquoi ne parlez-vous pas de ceux qui la menacent directement et constamment : les palestiniens ? Abbas est un dictateur qui envoie ses opposants en prison quand il ne les fait pas exécuter pour se maintenir au pouvoir depuis plus de 13 ans. Le Hamas est une organisation terroriste reconnue comme telle par l’UE, qui ne reconnait pas l’existence d’Israël.

      Pourtant, la France se comporte comme si les israéliens avaient un réel partenaire de paix.

      Votre article, qui fait porter l’entière responsabilité du problème sur une seule des parties, perd toute crédibilité. Il est à l’image de la position française que l’on écoute encore, comme on écoute une vieille dame qui perd la tête mais dont le grand âge impose un respect de façade.

      Que vient faire l’antijudaïsme dans cette histoire ? Votre article énumère patiemment les raisons pour lesquelles Israël n’est pas un pays légitime sous sa forme actuelle et vous proposez donc, même ce n’est pas clairement dit, un seul état dans lequel les droits de la minorité juive (puisque les Juifs deviendront automatiquement minoritaires) seront respectés.
      Or vous savez pertinemment que les droits des minorités sont inexistants dans les pays musulmans. Vous savez aussi qu’il n’y a presque plus de Juifs dans les pays musulmans après en avoir été chassés à la création d’Israël.

      Vous proposez donc purement et simplement de rayer de la carte le seul pays dans lequel les Juifs disposent librement de leur destin.

  3. Sebastien dit :

    Il est insupportable pour l’auteur que les Juifs aient un état et y soient majoritaires. Alors il faut saper le fondement d’Israël : le sionisme. Les Juifs ne constituent pas un peuple et par conséquent leurs revendications nationales sont nulles et non avenues. Mais ne nous arrêtons pas en si bon chemin : il faut maintenant noyer cette majorité juive en supprimant la Loi du Retour et en incluant les Palestiniens dans un Israël non défini ici par peur d’aller trop loin. Car il faut que Policar reste présentable et propre sur lui. Loin de lui l’idée de faire disparaître Israël même si tout l’indique.

    Notons l’idée qu’il faudrait inclure les Arabes dans l’état israélien. Policar sera heureux d’apprendre que c’est ce qu’on fait les israéliens depuis la création du pays. Les citoyens Arabes jouissent des mêmes droits que les israéliens et ne souhaiteraient pour rien au monde quitter Israël pour un état Palestinien. Quand les faits dérangent, n’en parlons pas.

    Voici donc un antijudaisme tranquille, pépère, propre sur lui. Un antijudaisme d’intellectuel, tout en théorie venant d’une personne qui ne paiera jamais les conséquences de ces propos.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.