Les pauvres, acteurs discrets de la mondialisation

La mondialisation ne se résume pas au succès de multinationales et à la richesse d’une minorité de nantis. D’autres acteurs sont présents, mais ils restent discrets, souvent invisibles, dans des espaces souvent méconnus ou inattendus. 

Si la mondialisation crée des inégalités, la place qu’elle accorde aux pauvres est souvent expliquée de manière simpliste. Analysée par les uns comme un processus soit inéluctable, soit organisé par la main invisible du marché mondialisé, elle permettrait aux pauvres de se transformer peu à peu en une classe moyenne globale. Pour d’autres, les pauvres seraient avant tout les laissés pour compte de la mondialisation. Si l’on analyse de plus près ces populations définies comme « pauvres », on constate qu’elles sont bel et bien victimes de la mondialisation, en subissant celle-ci. Mais notre approche veille à compléter ce premier constat en essayant de comprendre comment les pauvres, eux aussi, participent, portent et réclament cette mondialisation.

Mais qui sont donc ces pauvres ? Si la pauvreté extrême (moins de 1,9 dollar US par jour et par personne en 2015) est en recul relatif à l’échelle mondiale, elle reste très présente (10% de la population mondiale). Avec un revenu à peine supérieur (2 à 10 dollars US par jour), la classe dite « moyenne », en fait très hétérogène, aspire à consacrer plus de moyens à la santé, à l’éducation et à l’acquisition de biens de consommation. Ainsi, ces populations pauvres, en raison de leur nombre, constituent une masse gigantesque de consommateurs. Leurs capacités d’achat sont certes très inégales, mais elles sont de plus en plus la cible de perspectives d’élargissement du marché. Vendre, c’est identifier, voire créer, un « marché des pauvres » de 4 milliards de consommateurs.

Si la mondialisation parle de classes sociales, elle parle aussi des espaces. Elle se redéfinit et se déploie spatialement, au point de gagner des espaces marginaux et peuplés d’habitants à faible revenu qui, en retour, la subissent, mais aussi la dynamisent et l’influencent. Elle bouscule les limites de la ville, notamment celles de la « ville globale » et de quelques grandes métropoles occidentalisées qui occupent une position centrale dans l’économie globale au détriment d’une multitude d’autres villes.

  • Choplin A., Pliez O., 2018, La mondialisation des pauvres. Loin de Wall Street et de Davos, Paris : La République des Idées/Seuil.

La Méditerranée et la mondialisation discrète

CC Mondes Sociaux

Exemple historique d’espace mondialisé avec son économie de comptoir de type colonial, depuis l’Antiquité grecque, la Méditerranée renouvelle aujourd’hui des réseaux et des nœuds commerciaux multiples qui s’articulent sur d’autres horizons.

Il est en effet devenu banal de rencontrer des négociants algériens en Chine. Cependant, on relèvera que leurs aînés, les « porteurs de cabas », se lançaient dans les années 1980 dans des navettes entre les grandes cités portuaires de l’Europe du Sud (Marseille, Gênes, Barcelone…) et les villes maghrébines qui leur font face. Sur la rive nord de la Méditerranée, un dispositif d’approvisionnement d’abord régional, puis européen, s’est construit afin de répondre à la demande croissante du Sud en produits de consommation.

Dans les années 1990, avec la montée en puissance du transport par conteneurs, émergent de nouveaux opérateurs, de nouveaux lieux. En France, le comptoir marseillais perd son rôle central au profit d’Istanbul qui devient la principale source d’approvisionnement en Méditerranée. En Égypte, des chaînes d’approvisionnement via la Libye et Dubaï remontent jusqu’en Asie Orientale.

À Istanbul, on change d’échelle et de taille. Loin du quartier marseillais de Belsunce et des héritages du passé colonial, les Maghrébins y croisent des ressortissants de l’ex-URSS et du Moyen-Orient. Dans le Golfe arabo-persique, à Dubaï ou à Jeddah, les « petits mondes » d’Istanbul côtoient des asiatiques, notamment des Iraniens et des Indiens, mais aussi des Africains. Ici, le lien étroit entre Islam et commerce est visible et ouvre des horizons territoriaux peu perceptibles en Méditerranée occidentale. Ces phénomènes sont renforcés par les bouleversements géopolitiques induits par le délitement de l’URSS et les attentats du 11 septembre 2001 après lesquels les commerçants arabes disent avoir eu le sentiment de ne plus être les bienvenus aux Etats-Unis et en Europe.

CC Wikimedia Commons MNXANL

C’est dans ce contexte que la ville chinoise de Yiwu monte en puissance. Fondé sur le « modèle de Wenzhou » qui devint le modèle économique officiel de la Chine durant les années 1990, Yiwu se situe à 2 heures de train au sud de Shanghai dans la province côtière du Zhejiang. Depuis 1991, elle est le plus important marché de gros de la République Populaire de Chine (RPC) et depuis 2002, un an après l’entrée de la Chine dans l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC), le plus grand marché de gros du monde dans le secteur des « menus articles ».

Depuis une dizaine d’années, de nombreux observateurs célèbrent la renaissance des Routes de la Soie, une hypothèse évocatrice et séduisante, amplifiée par le lancement du méga-projet OBOR (One belt, One Road), lancé à l’automne 2013 par le Président chinois Xi Jinping. Il vise la mise en place de corridors maritimes et ferroviaires entre la Chine, l’Asie, l’Afrique et l’Europe. Dans cette nouvelle étape, les Etats et les institutions internationales élaborent des stratégies économiques qui pourraient s’inscrire dans le sillon du capital économique et culturel construit par deux générations d’entrepreneurs-migrants. Mais il semble plutôt que les initiatives émanant du haut entravent, plus qu’elles n’aident, ce qui est déjà construit et qui fonctionne, souvent discrètement et aux marges de l’action des Etats et des grands groupes industriels mondiaux.

Les mondialisations africaines

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

L’Afrique de l’Ouest a longtemps été perçue comme « en retard » dans l’intégration au monde global. C’est mal connaître l’histoire de l’Afrique, de l’esclavage à la colonisation. Aujourd’hui, la région apparaît comme un marché de commercialisation de produits consommés massivement par des millions de pauvres. L’intensité des échanges et les changements sont particulièrement visibles le long de l’axe routier d’Accra (Ghana) à Lagos (Nigeria) où, sur près de 500 kms, plus de 25 millions d’habitants vivent, circulent, consomment et construisent. Ce corridor urbain est appelé à devenir la plus grande concentration urbaine d’Afrique d’ici 50 ans.

Dans cette partie du monde, le ciment est le marqueur de l’urbanisation. Villes et campagnes en voie d’urbanisation se succèdent, couleur gris-ciment. Le ciment est omniprésent matériellement, mais aussi économiquement. Comme les cours de la bourse pour les grands de ce monde, le prix fluctuant du ciment est écrit quotidiennement sur les devantures des innombrables revendeurs. Ce prix atteste de la bonne santé de l’économie. Enfin, le ciment a une valeur symbolique. Synonyme d’ascension sociale, la réussite d’un individu se mesure au nombre de tonnes de ciment coulé.

Anticipant ces nouvelles frontières du capitalisme et du ciment, les grands groupes ont investi le marché ouest-africain. LafargeHolcim et Heidelberg prônent les bienfaits du ciment, industrie qui permettrait d’offrir des emplois, de produire des logements à bas coût et de sortir de la pauvreté. La Banque Mondiale encourage cette production locale, levier de développement. Les levées de boucliers contre les ouvertures de cimenteries sont rares, alors que l’on sait que l’industrie cimentière a un impact éminemment négatif sur le changement climatique (7% des émissions mondiales).

Mais dans cette course à la bétonisation de l’Afrique, les grandes compagnies européennes sont largement concurrencées par Aliko Dangote, 1ère fortune africaine, 100ème mondiale. Ce dernier a réussi à faire du Nigeria un pays excédentaire en ciment et par conséquent un pays exportateur. Ses camions chargés de ciment circulent du Nigeria jusqu’au Ghana en traversant Bénin et Togo. Depuis Tema, le port d’Accra au Ghana, le ciment est réexporté vers le Burkina Faso et le Mali, pays où il est plus cher. Aliko Dangote profite de la crise économique nigériane pour se redéployer dans la sous-région. Il joue pour cela sur les différentiels de prix, et il bénéficie des accords douaniers de la Communauté Economique des Etats d’Afrique de l’Ouest – CEDEAO – et surtout du soutien politique de l’Etat nigérian.

CC Wikimedia Commons ur StaraBlazkova

Il faut dire que dans ces pays, où la grande majorité des citadins n’ont pas accès aux crédits bancaires, l’achat de matériaux est une manière de thésauriser l’argent. Très souvent, une pancarte est brandie au milieu de la parcelle indiquant le nom du propriétaire et à son pied des sacs de ciment ou des briques, indices d’un futur chantier. Une fois la parcelle acquise, commence le chantier qui peut s’étaler sur plusieurs années en fonction des revenus plus ou moins réguliers du propriétaire. Car il ne s’agit pas simplement d’être propriétaire d’une parcelle mais bien de montrer, par la dureté de ce matériau et de la brique, que l’on est respectable. Acquérir des sacs de ciment et construire en béton permettrait de mettre fin à la précarité du bâti, et par extension à la précarité de la ville. Construire en dur symbolise le fait d’être moderne, d’exister et d’être légitime. En ce sens, le ciment matérialiserait le droit d’être en ville et d’y rester… Une première pierre vers un droit à la ville.

Sur et sous les autres mondialisations

CC WIkimedia Commons Photokadaffi

Ciment, jeans, pagnes, fripes… voilà bon nombre de produits qui circulent le long des routes. Et avec eux, les commerçants et acheteurs. Objets et individus relient des lieux dispersés sur toute la planète. Ce sont autant de localités désormais mondialisées qui forment des réseaux spatiaux remettant en cause les jeux d’échelles établies, le local et le global, autant que les niveaux intermédiaires des régions ou des Etats. Elles sont porteuses d’une mondialisation qui se construit dans les interstices de l’économie mondiale la plus visible.

Ainsi, si des lignes de partage disparaissent d’autres, ailleurs, apparaissent, révélant l’importance des ancrages et des disparités spatiales. Sans cesse, les cartes se redessinent. En outre, Internet a bel et bien transformé les modes de vivre, d’être et de consommer, et le commerce devient numérique, y compris pour les achats de gros, comme le prouve la montée en puissance de la plateforme Alibaba.com qui met en contact des grossistes et des acheteurs du monde entier.

Cette mondialisation ne saurait pour autant pas se réduire à des success stories. Les échecs, individuels ou collectifs, les réversibilités des routes, liées aux multiples entraves avec lesquelles les acteurs doivent composer, sont inhérents à ce quotidien. Mais les crises économiques constituent le terreau de nouvelles inventions, de bifurcations, de paris gagnants. Parce que la mondialisation touche des pauvres dans les confins les plus inattendus, on se rend compte qu’être pauvre aujourd’hui, c’est aussi être de plain-pied dans une mondialisation inventive, incarnée et vivante, en la subissant, mais aussi en rêvant, voyageant, « facebookant » ou « whatsappant », et finalement en consommant.

Crédits image à la Une : CC Pixabay wjgomes et crédits image d’entrée : CC Pixabay berkemeyer


Armelle Choplin et Olivier Pliez

Armelle Choplin, Université Paris-Est, Institut de Recherche pour le Développement (armelle.choplin@ird.fr) et Olivier Pliez, Université Toulouse Jean Jaurès, LISST-CIEU (olivier.pliez@univ-tlse2.fr)

More Posts

Armelle Choplin et Olivier Pliez

Armelle Choplin, Université Paris-Est, Institut de Recherche pour le Développement (armelle.choplin@ird.fr) et Olivier Pliez, Université Toulouse Jean Jaurès, LISST-CIEU (olivier.pliez@univ-tlse2.fr)

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Nogo dit :

    Bel article, il me laisse un arrière-gout vraiment anthropologique… Il décrit notre réalité banale en de mot savant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.