Être frères. Luc et Christian Boltanski

La fratrie est une figure symbolique ancestrale. Le fratricide marque notamment le commencement des récits bibliques, tel un acte fondateur : Caïn tue Abel par dépit, Ésaü vend son droit d’aînesse contre un plat de lentilles et le rusé David tue d’un coup de fronde Goliath, son colosse de frère. De même, le meurtre du frère est une figure de la psychanalyse.

Mais à côté de la fascination pour le fratricide, le visage de l’amour fraternel, même s’il n’exclut pas jalousie et ressentiment, colères et bagarres, peut faire tout autant l’objet d’un questionnement. Si de fait on naît frère par la filiation parentale, on ne s’en réclame pas nécessairement et surtout on n’en acquiert pas forcément les attributs identitaires et affectifs.

Se donner pour objectif de suivre le parcours de deux frères était donc tentant, surtout lorsqu’il s’agit de deux personnalités — Luc et Christian Boltanski — dont la notoriété dans leur domaine respectif — la sociologie et l’art — est largement acquise.

  • Sauvageot A., 2018, Luc et Christian Boltanski, Fraternité, Éditions Bruxelles : La Lettre volée.

Une proximité à travers deux parcours

Luc, l’aîné, est sociologue. Directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS), ses travaux ont marqué un tournant décisif dans l’histoire de la discipline. Après avoir travaillé pendant près de vingt ans dans l’équipe de Pierre Bourdieu, il rompt avec la sociologie structuraliste à la suite de l’un de ses écrits majeurs, Les cadres. La formation d’un groupe social, 1992. Il se rend compte que les individus, loin d’être soumis aux déterminismes qui pèsent sur eux, développent une réflexivité critique dont ils usent pour dépasser les positions qui leur sont assignées.

Par la suite, la réalisation d’une œuvre monumentale, en collaboration avec Ève Chiaparello —Le nouvel esprit du capitalisme, 1999 –, qui se veut une dénonciation du néolibéralisme, en fait l’un des pionniers d’une sociologie pragmatique critique. Fort nombreux sont ses ouvrages ultérieurs, soucieux de redonner aux individus leur capacité de se livrer à la critique et de ce fait de performer le social lui-même. En s’intéressant tout autant à l’intimité des personnes — La condition fœtale, Une sociologie de l’avortement et de l’engendrement, 2004 — qu’à l’action des groupes, en se tenant au plus près de ce que disent et font les individus, il tente de contribuer au renouvèlement des pratiques de l’émancipation.

Entretien de Laure Adler s’entretient avec Luc Boltanski

Christian est artiste plasticien, professeur à l’École supérieure des beaux-arts de Paris. Ses œuvres ont marqué l’histoire de l’art contemporain. D’abord attaché à faire revivre les « souvenirs de son enfance » à travers de nombreux films et installations, il s’achemine ensuite, en privilégiant la photographie, vers des œuvres minimalistes très sombres — les Archives, 1987, Les Tombes, 1991, Menschlich, 1998 — à l’intérieur desquelles s’esquisse l’ombre de la Shoah.

L’installation Personnes dans le cadre de l’exposition Monumenta (nef du Grand Palais à Paris), est vécue comme un événement culturel qui suscite de nombreux débats. La vision de la vaste surface où sont étendus sur le sol des vêtements usagés est accompagnée par le grondement sourd de plusieurs centaines de battements de cœur de personnes différentes et du mouvement incessant du crochet d’une énorme grue rouge qui pioche au hasard dans une montagne de vêtements de dix mètres de haut pour les rejeter avec indifférence sur le même tas. L’œuvre est exemplaire de l’obsession de l’artiste : le passage entre « être » et « ne plus être », entre personnes et personne, entre chacun et tous.

CC Flickr Jean-Pierre Dalbéra

Cette présentation rapide du sociologue et du plasticien satisfait aux étiquettes d’usage, mais elle laisse dans l’ombre ce qui fait de chacun des créateurs singuliers. À côté de ses travaux scientifiques, Luc Boltanski écrit et publie recueils de poèmes, pièces de théâtre et opéra, ce qui le projette dans l’univers artistique. Et Christian Boltanski, même s’il prétend n’avoir guère étudié et ne jamais lire, s’interroge sur les énigmes du social, de l’Histoire et de l’existence, expose ses doutes et ses interrogations et à ce titre emprunte la démarche du philosophe.

Proches et différents, ces frères focalisent et monopolisent l’attention dans leur domaine respectif, tout en portant une famille moins visible et pourtant étonnante dont chaque membre — grands-parents, père, mère, frères, sœur, enfants et neveu — est la pièce d’un immense puzzle bigarré. Côté maternel, une famille provinciale, bourgeoise et catholique, engoncée dans ses principes et préjugés. Côté paternel, une famille juive immigrée d’Odessa, ralliée au catholicisme et à l’identité française. Les parents ont fait de ce métissage religieux et social leur culture assumée, ouverte, chaleureuse, solidaire. La mère est écrivain, entre fiction romanesque et réalité sociale drue, le père médecin à l’hôpital Laennec.

CC Pixabay 13smok

Sans être étanches, les parcours de Luc et Christian, se croisent sans cesse à travers leurs interrogations existentielles : l’individuel et le collectif, l’illusion et la réalité, la critique et la dérision, l’amour et la justice, l’absence et la mémoire, le religieux et la mort. Mais aussi avec le souci de la fraternité. Fraternité entre eux, fraternité avec tout un chacun, fraternité au-delà des frontières, un art et une pensée de la fraternité.

Cette proximité s’exprime dans leurs nombreuses collaborations. Les illustrations que Christian propose à Luc lors de la publication de l’un de ses recueils de poèmes — À l’instant, 2003 — en sont un exemple. Les fragments photographiques de « l’instant » sont à l’image ce que sont les mots du texte : des bribes de vécus singuliers qui célèbrent une commune humanité. Il en est de même pour la publication des Limbes (2006), ces poèmes que Luc consacre « aux voix innombrables » en attente d’être reconnues, auxquels Christian associe des photographies qui se perdent dans leur anonymat.

Héritage familial et constructions singulières

Le partage de cet humanisme toujours présent dans leurs travaux, le doivent-ils au fait d’être frères, d’avoir joué et dormi dans le même espace, d’avoir pris leurs repas ensemble jusque tard dans l’adolescence ? Est-ce l’intimité domestique, rendue nécessaire tant par la clandestinité d’une famille juive pendant l’Occupation que par le soutien apporté à une mère infirme, qui a nourri cette fratitude ? Le néologisme de fratitude est ici proposé pour inclure dans le concept de fratrie, qui désigne un état de fait, une attitude, une propension à vivre la fratrie en terme de fraternité choisie.

Parler de frères dont les itinéraires sont dissemblables, ne serait-ce qu’en raison de leur insertion dans des mondes contrastés, revenait à chercher un lot commun — leur famille — à même de comprendre leur proximité. La thèse qui a le plus longuement prévalu est celle de la reproduction sociale, mise en avant par Pierre Bourdieu à propos de la transmission, par lhabitus, d’un capital économique, social et culturel dont la famille est la principale médiatrice. La question ne peut pas ne pas être posée à propos de Luc et Christian dont on peut présupposer qu’ils sont les « héritiers » de la famille Boltanski, à la fois ouverte et soudée. Mais l’enjeu ici est plutôt de considérer dans leur parcours respectif ce que des situations, des rencontres, des liens, des divergences et des événements ont fait d’eux ce qu’ils sont devenus.

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

Même si elle suit souvent des chemins en partie tracés, la biographie est un enchaînement d’événements parmi lesquels les rencontres, les succès et les échecs, les problèmes de santé, les déplacements, etc. peuvent pour l’entourage paraître aléatoires, voire imprévisibles. Car un parcours de vie est ponctué d’événements successifs factuels ou affectifs, de moments ou de tournants décisifs. C’est ce qui fait d’une biographie un parcours singulier, tributaire des interactions entre situations externes et options personnelles, contraintes et choix, déterminisme et individualisme. Les données biographiques se partagent entre prévisibilité et imprévisibilité, réversibilité et irréversibilité, temps courts et temps longs qui affectent les trajets de chacun.

Le fait que Luc soit né au début de la guerre (1940) et Christian lors de la Libération, n’est pas anodin. L’un et l’autre ont vécu dans un climat familial différent : pour Luc un père qui disparaît brusquement, les privations et la peur chaque jour présente ; pour Christian, une famille réunie, mais dont les amis proches ne sont pas tous revenus. Que l’un ait poursuivi ses études alors que l’autre se soit arrêté après la classe de première, n’est pas non plus indifférent. De même la naissance de Christophe qui fait de Luc un jeune père de 21 ans ou la rencontre de Christian avec Annette Messager qui resserre entre eux leur insertion dans le monde artistique, introduisent une transformation décisive de leur réalité subjective et objective.

Chaque événement porte en lui sa part relative d’irréversibilité dont on ne peut apprécier l’ampleur qu’après. Chacun de ces événements, si nombreux dans le tumulte de la vie sociale constitue une bifurcation, génératrice de modifications soudaines, imprévues, durables dans situations personnelles et les perspectives de vie (Hélardot, 2010). Au gré de leurs convictions et de leurs affinités, Luc et Christian ont navigué à vue dans les contextes qu’ils ont traversés, portés par leurs émotions et leur subjectivité pour poursuivre leur construction personnelle et leur trajet identitaire. Ils ont fait de multiples choix (publications, partenaires, galeries, etc.), ils ont itinéré et divergé, se sont éloignés et rapprochés. Dans son cheminement créatif, la vie est une suite de divergences qui naissent d’engagements aventureux n’excluant pas les hasards du bricolage et des tâtonnements.

  • Hélardot V., 2010, « Vouloir ce qui arrive ? Les bifurcations biographiques entre logiques structurelles et choix individuels », in Bessin M., Bidart C., Grossetti M., Bifurcations, Paris : La Découverte, 160-167.

Si la postérité ne fera probablement pas des frères Boltanski une figure très médiatisée, leur relation fraternelle attire l’attention, suscite la curiosité, force l’admiration. L’intimité qu’ils ont partagée rue de Grenelle, dormant côte à côte dans leur sac de couchage durant tant d’années, pourrait expliquer la force du lien qui les unit, comme elle aurait pu, tout au contraire, engendrer la revendication d’un « chacun pour soi ».

Ce que disent les poèmes de Luc, ce que laissent entendre les entretiens et les récits de Christian, ce dont témoigne avec humour et tendresse le livre de Christophe Boltanski(lequel ? La cache ?), attestent de la vigueur des sentiments que partageaient les membres de la clique Boltanski, si soudés entre eux que l’auteur de La cache parle de « peuplade ».

CC Mondes Sociaux

  • Boltanski C., La cache, 2015, Paris : Éditions Stock.

Est-ce l’intimité domestique, rendue nécessaire, tant par la clandestinité d’une famille juive pendant l’Occupation que par le soutien apporté à une mère infirme, qui a nourri cette fratitude ? Est-ce celle-ci qui a permis au clan de survivre dans l’harmonie affective ? De même est-ce la force du lien familial qui suscite chez eux une telle appétence pour la fraternité, non pas seulement le sentiment de solidarité dont témoigne leur « faire-ensemble », mais une fraternité toujours reconduite et active pour l’autre, l’étranger, le discriminé ?

Héritage familial ou construction collective d’un groupe que les aspirations des uns et des autres ont soudé ? L’héritage ne saurait être occulté, mais peut ne pas être pensé en termes de décalcomanie, ou de reproduction telle que l’a théorisée Bourdieu précisément parce que l’habitus qu’il a placé au cœur de son système a toutes les apparences d’une clé qui ouvre toutes les portes, un passe-partout en somme.

Crédits image à la Une : CC Pixabay Geralt et crédits image d’entrée : CC Pixabay Clker-Free-Vector-Images


Anne Sauvageot

LISST-CERS (sauvageo@univ-tlse2.fr)

More Posts - Website

Anne Sauvageot

LISST-CERS (sauvageo@univ-tlse2.fr)

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Roger Waltz dit :

    étonné d’apprendre que David et Goliath étaient frères ? (même au sens large…)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.