Philippe Malrieu. Itinéraire en psychologie d’un enseignant-chercheur occitan

Philippe Malrieu est sans doute le plus occitan des grands psychologues français, ceux qui ont marqué fortement de leur empreinte la psychologie tant sur le plan scientifique qu’institutionnel. Sollicité à diverses reprises pour occuper un poste dans une université parisienne, il a toujours refusé au motif de son attachement profond à l’Occitanie.

Il vient d’ailleurs d’être honoré par l’Université Toulouse – Jean Jaurès (anciennement Université Toulouse 2 — Le Mirail) au sein de laquelle il a effectué l’essentiel de sa carrière. En effet, cette université toulousaine a attribué son nom au bâtiment hébergeant l’UFR de Psychologie ainsi qu’à l’amphithéâtre qu’il abrite.

Mais qui est donc cet homme, cet enseignant-chercheur, ce militant et ce résistant impliqué dans les réseaux clandestins de la Creuse, né à Carcassonne en 1912 et décédé à Toulouse en 2005, à l’âge de 93 ans ? Et quelle est sa contribution à la construction et au développement de sa discipline, la psychologie ?

  • Baubion-Broye A., Dupuy R., Prêteur Y., eds., 2013, Penser la socialisation en psychologie. Actualité de l’œuvre de Philippe Malrieu, Ramonville Saint-Agne : Erès.

Un homme et un chercheur engagé

Tandis que son père, instituteur de l’École publique, est mobilisé sur le front de la guerre de 1914-1918, sa mère, une femme qu’il qualifie lui-même d’aimante, courageuse, attentive, veille à son éducation. Ses études à Carcassonne sont brillantes et lui valent plusieurs récompenses. Au lycée Louis-le-Grand de Paris, il prépare le concours d’entrée à l’École normale supérieure (ENS), réussi en 1931. Son inclination pour la philosophie gagne en ferveur au sein de cet établissement. Sur les conseils de son professeur Jean Cavaillès (philosophe, mathématicien et résistant fusillé par les nazis en avril 1944), il s’intéresse à la phénoménologie de Husserl, ainsi qu’à Heidegger. De ce dernier, il suit même des cours à l’Université de Fribourg… qu’il déserte quand il découvre que le philosophe allemand expose ouvertement, devant son public étudiant, ses affinités avec les contenus et le rituel de l’hitlérisme. D’abord membre des Jeunesses socialistes, il adhère au Parti communiste peu avant la Seconde Guerre mondiale.

CC Mondes Sociaux

Après son agrégation, en 1938, Philippe Malrieu enseigne la philosophie, successivement aux lycées de Colmar (1938-1940) et de Guéret (1940-1947), puis de Montpellier (1947-1951). Dans la cadre de la philosophie (la psychologie n’est pas encore une discipline académique autonome), et avec des ouvertures vers d’autres disciplines, sa culture psychologique s’affirme et s’approfondit. Sa pensée entre en résonance étroite avec les travaux d’Henri Wallon (1879-1962), psychologue et médecin, professeur au Collège de France, auteur de travaux majeurs sur l’évolution de l’enfant. Il s’intéresse également aux recherches d’Ignace Meyerson (1888-1983), le fondateur de la psychologie historique qui occupe alors une place importante dans l’enseignement et la recherche en psychologie et avec lequel il fera bientôt un « bout de chemin » à Toulouse.

Car Meyerson qui enseigne d’abord à Paris, à l’École pratique des hautes études (EPHE) dont il est aussi le directeur-adjoint, est chassé de l’enseignement supérieur lorsque les lois raciales (les « lois scélérates ») s’appliquent aux juifs. Il se réfugie rapidement à Toulouse où il entre dans la Résistance… et où il crée en 1941 la Société toulousaine de psychologie à la Faculté de lettres de Toulouse. Malrieu fréquente les séminaires interdisciplinaires de cette société savante qui réunissent des chercheurs français réputés (historiens, sociologues, linguistes, théologiens, médecins, juristes et psychologues).

Et quand Meyerson, réintégré dans ses fonctions d’universitaire à la Faculté des lettres de Toulouse en 1945, quitte son poste en 1951 pour rejoindre à Paris la 6e section de l’EPHE (où il crée en 1952 le Centre de psychologie comparative), il est nommé chargé d’enseignement en psychologie à la faculté toulousaine. Il y devient professeur en 1955. Dès lors, pleinement reconnu par la communauté universitaire, il contribue fortement à structurer et à développer l’enseignement et la recherche en psychologie.

Il crée l’Institut de Psychologie qu’il dirigera. Avec l’aide de ses collègues, il met en place de nouveaux diplômes en psychopédagogie, psychologie pathologique, psychologie du travail… Il bâtit aussi une équipe, qui constitue en 1967 l’ossature d’un premier laboratoire associé au CNRS (ERA 130). Il deviendra plus tard le laboratoire « Personnalisation et changements sociaux » (LA CNRS n°259). Cette structure, pérenne s’il en est, existe encore aujourd’hui sous une autre forme, et sous l’intitulé « Psychologie de la socialisation — Développement et travail ». Jusqu’à la fin de sa vie, il restera fidèle à ses amis du laboratoire, sa « seconde famille » comme il le répétait lui-même volontiers.

Des travaux de référence en psychologie et en éducation

L’œuvre qu’en une cinquantaine d’années Philippe Malrieu a édifiée est vaste. Elle est multiple, tant par ses thèmes, que par ses publications scientifiques (livres, articles, communications), ses cours, ses conférences…

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

Ses premières recherches sont rattachées à ses deux thèses d’État soutenues en1950. Elles s’intéressent à la vie affective, aux émotions, à la construction de la personnalité de l’enfant, aux rapports entre langage et intelligence ; mais également à l’origine des attitudes temporelles, c’est-à-dire à la manière dont l’enfant « domestique la durée », et par ses activités se situe, peu à peu, dans le temps. Des recherches postérieures font l’objet d’ouvrages, selon nous, majeurs. Et par exemple, celui qui examine les fonctions de l’imaginaire dans les fictions enfantines, les rêves, les mythes et l’art.

Un des axes principaux et constants de ses travaux concerne les liens entre les processus de socialisation et de personnalisation tout au long de la vie. Le chapitre dense, co-écrit avec son épouse Suzanne, publié dans le Traité de psychologie de l’enfant (1970) nous instruit clairement sur la conception originale de la socialisation et du développement individuel qu’il a défendue dans les controverses scientifiques auxquelles il a pris part. En quelques citations puisées dans ses recherches nous indiquerons infra des points saillants de cette conception. C’est que Philippe Malrieu, à l’instar d’Henri Wallon et aussi de Jean Piaget (1896-1980), cherche à relier le psychologique et le social dans le cours complexe du développement de l’enfant. Il réfute vigoureusement les conceptions héritées de traditions philosophiques qui définissent les conduites par des « fonctions-facultés » séparées les unes des autres et considérées isolément (la perception, la motricité, les émotions, la mémoire, l’intelligence, etc.), alors que la genèse de ces conduites suppose des rapports entre elles, des étayages mutuels et des oppositions.

Il insiste régulièrement dans ses travaux sur la nécessité de reconnaître que « toute conduite humaine s’effectue en fonction des réactions de l’entourage humain, s’inscrit dans des processus de communication, eux-mêmes en interconstruction avec des normes sociales ». Plus précisément, il part de la constatation que « les individus agissent dans une pluralité de formations sociales (groupes, institutions). Chacune de ces formations vise à les adapter à ses exigences au travers de processus de conditionnement, d’imitation, d’identification, de contrainte, d’imposition idéologique (…) Mais il existe entre les formations sociales une disparité qui divise les acteurs entre eux et au fond d’eux-mêmes, et les oblige à chercher la maîtrise de ces discordances. La socialisation ne peut se concevoir en dehors d’un effort pour concilier dans le temps de vie (sur des périodes plus ou moins longues) l’ensemble des activités proposées à l’individu par ses multiples groupes d’appartenance » (Dynamiques sociales et changements personnels, 1989).

CC Pixabay 455992

De la sorte, on peut comprendre que si la socialisation est plurielle, elle est aussi source de conflits ou de tensions : par exemple, au niveau de l’enfant entre les normes et les valeurs de l’éducation familiale et celles de l’éducation particulière du milieu scolaire, ou entre les attitudes et les attentes des parents à l’égard de l’enfant. Dès la naissance, chacun est confronté à ces conflits et tensions. Leur impact et leur signification pour l’individu, les moyens ou les stratégies qu’il tente de s’approprier et de mettre en œuvre pour les dépasser sont des moments importants de la personnalisation. Par ce terme, Malrieu désigne en fait le versant subjectif de la socialisation : ce par quoi est constituée et s’affirme la singularité de l’individu au cours de sa propre histoire, impliqué à la fois dans le réseau de ses relations aux autres (partenaires, alliés, adversaires, etc.) et dans un monde social structuré par des groupes et des institutions (famille, école, milieux de travail, de culture, de loisir, etc.).

C’est l’une des originalités de la pensée de Malrieu que d’avoir explicité le rôle des conflits dans la socialisation des conduites de l’enfance jusqu’à la maturité. En ce sens, il n’est pas éloigné du psychanalyste Daniel Lagache (1903-1972), aujourd’hui injustement oublié, et de son approche clinique des phénomènes psychiques. En effet, pour ce dernier, « la vie est une succession de conflits, d’essais et d’erreurs, de désadaptations et de réadaptations » (L’unité de la psychologie, 1949). Dans un autre ouvrage, avec l’appui d’arguments en faveur de la psychologie et de la méthode cliniques, Lagache souligne : « Il n’est pas anormal d’avoir peur, d’avoir mal. Ce qui caractérise la maladie c’est la chronicité des conflits ». Ceux-ci sont, ainsi que leur résolution, des objets centraux de la psychologie.

CC Pixabay ElisaRiva

Au-delà, Malrieu a élaboré un modèle d’analyse qui unit étroitement psychologie du développement individuel et psychologie sociale. Certains auteurs, tel Frédéric Fruteau de Laclos, bons connaisseurs de son œuvre, ont même parlé de « psychologie sociale génétique » (Fruteau de Laclos, 2012, La psychologie des philosophes de Bergson à Vernant, Paris : PUF). On l’a suggéré, la personnalisation s’effectue en réponse aux épreuves individuelles et sociales que le sujet est mis en demeure d’affronter et qui sont souvent pour lui, sources d’angoisse, de division et d’aliénation. Aliéné est l’individu dont le développement psychologique subit des blocages dus, notamment, à des contradictions au sein des institutions et entre ces dernières.

Philippe Malrieu a partagé avec Meyerson la conception d’une psychologie qui s’attache à l’étude de « ce qui est spécifiquement humain en l’Homme ». Il a ainsi montré que les rapports évolutifs des individus avec autrui, dans leurs milieux et leurs parcours d’existence sont étroitement couplés avec des rapports aux œuvres. Selon ces deux auteurs, les œuvres sont les techniques et les outils, les sciences, les arts, les religions, les langages, etc. Elles sont les faits, les constructions des hommes. Imaginées, créées et transformées par eux, elles sont transmises à leurs pairs et aux générations ultérieures.

Par l’intermédiaire des œuvres et par les pratiques associées à leur usage, la socialisation se situe conjointement dans des histoires singulières et dans « l’histoire longue » chère à l’historien Fernand Braudel. Le dernier livre de Philipe Malrieu publié en 2003 constitue une synthèse étoffée de ses réflexions théoriques et méthodologiques sur les processus de personnalisation, un versant de la socialisation. Il les identifie en s’appuyant sur des récits de vie, des autobiographies de personnes d’univers très divers (travail, « malgré soi » sur le front en 1914-1918, militantisme politique, création littéraire, dires d’un criminel de guerre nazi, etc.).

Les autobiographies, à ses yeux, peuvent permettre d’atteindre « les causes et les raisons que les gens ont d’être ce qu’ils sont » comme l’écrit Pierre Bourdieu dans son adresse au lecteur, au tout début de La misère du monde (1993). Celles que Malrieu a utilisées amènent à découvrir « les interrogations majeures sur ces raisons d’être sur deux plans dont il faut saisir les interactions : celui de la recherche par le sujet de ses buts de vie, multiples et concurrents ; celui de sa réflexion sur le cours de l’histoire dans lequel il perçoit l’inscription de sa vie », et cherche à lui donner sens.

Depuis 2014, plus de 100 publications de Philippe Malrieu sont mises en ligne sur la plateforme Hal-SHS, collection POPS, sous le titre Philippe Malrieu : ses écrits en psychologie. Entre 2014 et décembre 2017, 69 000 téléchargements ont été comptabilisés, en provenance de 123 pays (France : 28 500, États-Unis : 13 600, Chine : 3 500, etc.).

Bibliographie sélective

  • Malrieu P., 2003, La construction du sens dans les dires autobiographiques, Toulouse :  Eres, Coll. Poche-Société.
  • Malrieu P., 1998, « Chapitre VII. La recherche des ‘vraies valeurs’ », in Barbier J.-M., Galatanu O., dir., Action, affects et transformation de soi, Paris : Presses Universitaires de France, 149-172.
  • Malrieu P., Baubion-Broye A., Hajjar V., 1991, « Le rôle des œuvres dans la socialisation de l’enfant et de l’adolescent », in La socialisation de l’enfance à l’adolescence, Paris : Presses Universitaires de France, Coll. Psychologie d’aujourd’hui, 163-192.
  • Malrieu P., dir., 1989, Dynamiques sociales et changements personnels, Paris : CNRS Éditions.
  • Malrieu P., 1987, Le projet personnel et l’innovation sociale, Paris : CNRS Éditions.
  • Malrieu P., Malrieu S., Widlöcher D., 1973,« La formation de la personnalité», in Gratiot-Alphandéry H., Zazzo R., dir., Traité de psychologie de l’enfant, vol.5, Paris : Presses Universitaires de France.
  • Malrieu P., Malrieu S., 1973, « La socialisation », in Gratiot-Alphandéry H., Zazzo R., dir., Traité de psychologie de l’enfant, vol.5, Paris : Presses Universitaires de France.
  • Malrieu P., 1956, La vie affective de l’enfant, Paris : Éditions du Scarabée.
  • Malrieu P., 1953, Les origines de la conscience du temps. Les attitudes temporelles de l’enfant, Paris : Presses Universitaires de France.
  • Malrieu P., 1952, « Les émotions et la personnalité de l’enfant », in Études de psychologie et de philosophie, XII, Paris : Librairie philosophique.

Crédits image à la Une : CC Mondes Sociaux et crédits image d’entrée : CC Wikimedia Commons Dcoetzee


Alain Baubion-Broye

Université Toulouse Jean Jaurès, Psychologie de la socialisation – Développement et travail (alain.baubion-broye@univ-tlse2.fr)

More Posts

Alain Baubion-Broye

Université Toulouse Jean Jaurès, Psychologie de la socialisation – Développement et travail (alain.baubion-broye@univ-tlse2.fr)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.