Saint-Auvent, le pèlerinage des tsiganes du Limousin

C’est bien connu et d’ailleurs très médiatisé, les Saintes-Maries-de-la-Mer (Camargue) accueillent plusieurs fois par an des pèlerinages de Gitans, Manouches, Roms et Tsiganes vénérant Sara la Noire, leur sainte. Mais que savez-vous du pèlerinage des « gens du voyage » organisé chaque année au centre de la France pour honorer le « Devel » (Dieu en manouche) et la « Petite Sainte » (Marie) ?

C’est en effet dans le Limousin, près du petit village de Saint-Auvent, sur le bord de la rivière Gorre, au sanctuaire de Notre-Dame-de-la-Paix qui imite la grotte de Lourdes, que se déroule chaque lundi de Pâques un pèlerinage dit « des gens du voyage », que la plupart des participants préfèrent appeler « pèlerinage manouche ». Les familles manouches ou de voyageurs demeurées catholiques, souvent implantées de longue date dans la région, s’y retrouvent pour une journée à la fois cultuelle, festive et conviviale, animée au son des guitares par une figure d’aumônier hors du commun.

Le film Au nom du Devel et de la Petite Sainte accompagne toute la journée de pèlerinage conduite tambour battant par Jean Nicolas, diacre de l’aumônerie des gens du voyage, accompagné de trois jeunes musiciens. Le programme, animé de chants spécifiques aux pèlerinages gitans de France (Lourdes, Port-des-Barques, etc.), est intense et associe des séquences qui se répètent d’une année sur l’autre : messe en plein air devant la grotte, baptêmes dans la rivière, chemin de croix, célébration finale de la « Petite Sainte », etc. Il comporte aussi deux séquences réinventées chaque année par les pèlerins eux-mêmes : un geste de pardon le matin et un geste de résurrection l’après-midi, qui investissent les éléments et les objets naturels (l’eau de la rivière, les arbres des bois avoisinants, le feu, etc.).

Nous avons tenté de saisir l’émotion qui se dégage de ce rassemblement modeste, d’une grande simplicité et bon enfant. Une émotion forte, mais aussi lourde de toutes les difficultés — pour l’essentiel liées à l’image négative dont la communauté est l’objet — qui pèsent sur participants et que ces derniers expriment au détour d’une station du chemin de croix. Aussi avons-nous choisi de donner une place importante aux interviews des acteurs du pèlerinage, profitant du grand pique-nique de midi et d’autres moments de pause. Nous leur avons demandé d’une part, ce qui les retient une journée durant, souvent dans les conditions climatiques précaires dans le froid printemps limousin, en ces lieux modestes, peu aménagés, retirés, presque sauvages, et d’autre part, ce qu’ils cherchent à dire en proposant chaque année de nouvelles performances de piété collective.

Fiche technique

Type de film et année : Documentaire, 2018

Production : Labex SMS Mondes Sociaux

Auteur : Jean-Pierre Cavaillé (LISST-CAS, EHESS)

Réalisation : Jean-Pierre Cavaillé

Prise de vue : Jean-Louis Cros et Richard Léonard

Montage : Jean-Louis Cros

Format : HD 16/9, couleur, sonore

Langue : français, manouche

Durée : 52 minutes

Crédits image à la Une : CC Wikimedia Vincent Van Gogh et crédits image d’entrée : CC Wikimedia Commons Fiore S. Barbato


Jean-Pierre Cavaillé

Université Toulouse Jean Jaurès, LISST-Cas (cavaille@ehess.fr)

More Posts

Jean-Pierre Cavaillé

Université Toulouse Jean Jaurès, LISST-Cas (cavaille@ehess.fr)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.