Athéna, déesse grecque au service de la France

C’est bien connu, les dieux et déesses antiques ont souvent été « récupérés » à des fins politiques. Athéna, fille de Zeus et de Métis, déesse grecque de la sagesse, de la stratégie militaire, et de la raison n’a pas échappé à cette destinée.

C’est ce que montre Manon Champier, docteure en histoire contemporaine de l’Université Toulouse – Jean Jaurès. Elle a soutenu en juillet 2018 sa thèse sur l’utilisation de la déesse antique Athéna dans l’imagerie officielle du XIXe siècle en France. L’imagerie officielle c’est tout simplement toutes les images produites par ou pour l’Etat : monnaies, timbres, sceaux, façades de monuments publics, bustes de mairie etc.

L’Antiquité est en effet un passé prestigieux et « utile » à l’époque contemporaine, car elle charrie avec elle un ensemble de valeurs et de modèles desquels tout le monde peut et/ou veut se réclamer : la démocratie, l’empire ou la république, les beaux-arts ou la philosophie.

L’empan chronologique étudié va de la Révolution à la Première Guerre mondiale, permettant ainsi d’inclure dans la recherche de très grandes fluctuations politiques. En effet, sur cette période, des régimes profondément différents se succèdent en France : monarchies, empires et républiques. Autant de variations idéales pour étudier les fluctuations du discours politique par l’image. Or il se trouve que toutes les tendances politiques et tous les régimes utilisent la déesse Athéna, incarnation de la sagesse et figure guerrière, selon des modalités toutefois variables.

Pour les mettre à jour, Manon Champier a rassemblé un catalogue d’environ 500 images, qu’elle a analysées en fonction des grandes thématiques associées à la déesse, déroulant une argumentation visant à démontrer son pouvoir légitimateur pour ces régimes souvent instables. Sur les traces des recherches de Maurice Agulhon, elle a souligné l’influence de cette figure sur l’allégorie de la République et la concurrence qu’elle a pu faire à la personnification de la Liberté, au bonnet phrygien, avant que celle-ci ne soit définitivement retenue par les républicains comme effigie pour incarner Marianne.

  • Champier M., 2018, L’invention d’Athéna. La réception d’une déesse antique dans l’imagerie officielle et la mise en scène du pouvoir du grand XIXe siècle français (1789-1914), Université Toulouse – Jean Jaurès, sous la direction de Patrick Cabanel et d’Adeline Grand-Clément, juillet.

 

Fiche technique

  • Texte/Voix/Montage : Manon Bril
  • Image : Théo Drieu
  • Musique : OTAAM

Crédits image à la Une : CC Wikimedia Commons Davide Mauro et crédits image d’entrée : CC Piq tiger079


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.