L’amour en ligne

La France compte 15 millions de célibataires, dont la moitié fréquente plus ou moins régulièrement un site de rencontres. Ainsi, quotidiennement, s’organisent sur Internet des dizaines de milliers de rencontres, qui vont durer quelques heures ou quelques jours, et parfois devenir de vraies relations.

Ce phénomène de société intéresse les sciences humaines et sociales. Pascal Lardellier, professeur de sciences de l’information et de la communication à l’Université de Bourgogne, a mené une recherche socio-historique sur ce qu’il nomme le  « Net sentimental », dans son article  « À corps joie, à cœur perdu », publié dans la Revue des Sciences Sociales. Il interroge différentes dimensions de l’amour en ligne : pourquoi des millions d’hommes et de femmes privilégient-elles par rapport au contact humain ces moyens pourtant lourds et aléatoires pour se rencontrer ? Quelles nouvelles formes de séduction ces pratiques impliquent-elles ? Comment les émotions naissent-elles par-delà l’absence physique de l’autre, doublée de la présence massive des autres ?

Les chemins pour rencontrer l’amour en ligne sont multiples. Ils sont aussi bien souvent l’occasion de flatter l’égo. Et enfin, ils sont fréquemment pavés de déceptions. Nous vous proposons de découvrir dans Avides de Recherche  les principaux points développés par le chercheur.

  • Lardellier P., 2017, « À corps joie, à cœur perdu… Amours, sentimentalité et sexualité à l’ère d’Internet », Revue des Sciences Sociales, n° 58.

Fiche technique

  • Texte/voix : Manon Bril
  • Musique : OTAAM

Crédits image à la Une : CC Pixabay 27707 et image d’entrée : CC Pixabay Geralt


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.