Les situationnistes, ou l’esprit de mai 1968

L’Internationale Situationniste (IS) a la force d’un mythe. Il s’agit dans le film L’Internationale Situationniste – de l’Histoire au mythe de l’histoire d’une organisation et d’un homme, Guy Debord, qui prennent a posteriori l’aspect de pères spirituels de mai-juin 1968. Il s’agit de l’histoire de la construction d’un mouvement subversif, ainsi que de l’édification de son histoire, de sa mémoire, de sa légende. Il s’agit enfin de l’histoire de l’embaumement de contestataires par une société qu’ils étaient censés vouloir renverser.

À bas la société spectaculaire marchande : l’historienne Anna Trespeuch-Berthelot aboutit à un constat : Debord et les Situationnistes sont devenus le symbole de ce que l’on voudrait retenir de mai 1968, c’est-à-dire un esprit de fronde, une spontanéité, une importance donnée à la créativité et une esthétique.

Le mouvement situationniste, créé une dizaine d’années avant 1968, se situe à la confluence des avant-gardes artistiques (Dada, les surréalistes…) et de l’extrême-gauche, qui abhorre à la fois le capitalisme et les régimes autoritaires des pays dits marxistes de l’époque. Si les artistes sont exclus de l’organisation situationniste en 1962, les membres de l’IS n’en gardent pas moins une esthétique, celle du détournement.

Le détournement : au cœur de la démarche artistique et politique situationniste, le détournement consiste à détourner des comics, des publicités, des films ou des photos érotiques. En les récupérant pour leur faire dire autre chose, la question de la place de l’art se pose, tout comme celle de sa commercialisation. Cette esthétique du détournement, c’est aussi ce qu’en ont retenu quelques Anglais, comme Malcolm Mc Larren, qui l’intègrent à l’esthétique du mouvement punk anglais, dix ans après mai 1968.

La théorie : en 1967, Guy Debord théorise « la société du spectacle », Raoul Vaneigem développe un « Traité de savoir-vivre à l’usage des jeunes générations », deux ouvrages qui marquent la maturation de la réflexion théorique situationniste. La diffusion d’une brochure dans le milieu étudiant de l’université de Strasbourg, « De la misère en milieu étudiant considérée sous ses aspects économique, politique, psychologique, sexuel et notamment intellectuel et de quelques moyens pour y remédier», crée une certaine effervescence. Subversifs, radicaux, les Situationnistes dénoncent aussi bien la bohème étudiante que les idoles maoïste, castriste ou l’Oncle Ho.

CC Flickr thierry ehrmann

Mai 1968 : les Situationnistes se comptent toutefois sur les doigts d’une main en mai-juin 1968. René Riesel, notamment, joue un petit rôle. Mais cela sera dans la bataille mémorielle de mai que les Situationnistes interviendront. Ils seront parmi les premiers, à partir de l’automne 1968, à sortir leur récit de 1968.

Une histoire en miroir : l’histoire du mouvement situationniste étudiée par la chercheuse Anna Trespeuch-Berthelot est une histoire en miroir, un miroir qui est celui de son audience, de sa réception par la population française et occidentale. Un miroir que Guy Debord veut contrôler et amplifier. Cette réception par le public progresse lentement. Et c’est au moment où les Situationnistes commencent – enfin – à obtenir un écho dans la presse régionale et nationale, à être lus, à rencontrer un succès auprès de la jeunesse, que leur déclin s’amorce.

Mort et renaissance : au début des années 1970, l’IS échoue à préserver ce qui faisait son originalité, à rester à la confluence des avant-gardes artistiques et des milieux d’extrême-gauche. Debord et l’Italien Sanguinetti publient un livre en 1972 qui est l’acte d’autodissolution du mouvement, et qui rejette tout futur disciple. Cela n’empêchera pas des groupes « pro-situationnistes » de se créer, dans une optique de prolongement de l’œuvre situationniste

La postérité : le rôle de Guy Debord est encore incontournable dans la construction de la postérité situationniste. Jeux de miroir à nouveau, où le contrôle de la mémoire du Situationnisme passe par un contrôle de l’édition, et des historiens. Entre le réel et sa perception, il y a glissement. « Quand la légende devient la réalité, imprimez la légende » (cf. « L’homme qui tua Liberty Valance », film de John Ford, 1962)

Légitimation d’un mouvement subversif : les années 1980, puis 1990 et 2000 ont vu fleurir des expositions à la BNF. Un processus d’académisation et de patrimonialisation s’est enclenché (les archives de Guy Debord sont classées « Trésor national » pour empêcher qu’elles ne rejoignent les fonds de la bibliothèque universitaire de Yale). Un processus de commercialisation se développe parallèlement sur le marché de l’art…

« Nous avons beaucoup d’orgueil, mais pas celui d’être Rembrandt dans un musée », disaient les Situationnistes.

Fiche technique

Type de film et année : Film-recherche (2016)

Auteure-réalisatrice : Jeanne Menjoulet (CNRS, CHS)

Images, son, montage : Jeanne Menjoulet (CNRS, CHS)

Producteur : Centre d‘Histoire Sociale (CHS)

Interrogées tout au long de ce film, l’historienne Anna Trespeuch-Berthelot est l’auteure en 2015 du livre L’Internationale Situationniste, de l’histoire au mythe (1948-2013)

Durée : 54 minutes

Procédé audiovisuel : Prises de vues sur fond bleu (incrustation en chrominance au montage).

Crédits image à la Une : CC Pixabay Esmoth et crédits image d’entrée : tous droits réservés Canal-U


Jeanne Menjoulet

Centre d'Histoire Sociale du XXe siècle - UMR CNRS / Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (jeanne.menjoulet@univ-paris1.fr )

More Posts - Website

Jeanne Menjoulet

Centre d'Histoire Sociale du XXe siècle - UMR CNRS / Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (jeanne.menjoulet@univ-paris1.fr )

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.