Archéologie de la Seconde Guerre mondiale et mémoire

Lorsque l’on évoque l’archéologie, on pense d’abord aux ruines antiques, aux grottes préhistoriques ou encore aux squelettes de dinosaures. Et pourtant, les archéologues travaillent aussi sur des vestiges datant de moins d’un siècle ?

Ainsi, par exemple, surtout depuis les années 2010, les vestiges des deux guerres mondiales sont entrés dans leurs préoccupations scientifiques. La multiplication de fouilles de ce type a montré que la méthode scientifique archéologique était tout à fait pertinente pour étudier une histoire que l’on jugeait, jusques là, trop récente pour s’accommoder d’une approche archéologique.

On vous propose ici de découvrir une fouille pionnière en la matière : celle menée sur un avion de guerre écrasé en Meurthe-et-Moselle, près de la ville de Nancy. Pour cela, on s’appuiera sur un article très récent de Jean-Pierre Legendre, conservateur en chef du Patrimoine, dans la revue In Situ, Revue des Patrimoines.

Lorsque des travaux sont menés dans la région de Fléville-devant-Nancy, en juin 1997, des débris métalliques sont mis à jour. La nouvelle attire les badauds et chacun y va de sa petite histoire, racontant comment un avion allemand pour les uns, américain pour les autres, s’est écrasé là pendant la Seconde Guerre mondiale. La municipalité décide alors de contacter le Service régional d’Archéologie de Lorraine et des fouilles sont entreprises.

Grâce à l’archéologie, l’avion écrasé en ce lieu est identifié et les circonstances de son crash scrupuleusement reconstituées : c’est le bombardier Lancaster RA 502 de la Royal Air Force qui s’est écrasé dans la nuit du 1er au 2 février 1945 alors qu’il rentrait d’une mission au-dessus de l’Allemagne. De plus, Jean-Pierre Legendre revient sur l’expérience particulière que représentent ces fouilles pour les archéologues, qui ont plutôt l’habitude de traiter un passé lointain et déshumanisé. Cette fois, des survivants de l’accident ont pu être contactés et livrer leurs récits. En outre, un mémorial a été mis en place et des liens forts ont été tissés.

Selon Jean-Pierre Legendre, « Cet exemple illustre bien les particularités de l’archéologie du passé récent, qui est susceptible d’exhumer, au sens propre comme au sens figuré, des fragments de la mémoire collective ou individuelle ».

  • Legendre J.-P., 2018, « Un exemple d’archéologie de l’aéronautique : la fouille de l’épave du bombardier de Fléville-devant-Nancy (Meurthe-et-Moselle) », In Situ, Revue des patrimoines, n°35.

Fiche technique

Texte, voix et prise de vue : Manon Bril

Crédits image à la Une : CC Pixabay

Musique : OTAAM

Crédits image à la Une : CC Pixabay Bodsa et crédits image d’entrée : CC Pixabay Succo


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.