Des abeilles et des hommes

Selon Albert Einstein, « Si l’abeille disparaissait de la surface du globe, l’homme n’aurait plus que quatre années à vivre ». Bien qu’aucune source fiable ne confirme son attribution au grand physicien allemand, cette célèbre citation a de quoi faire frémir.

Sans doute à juste titre, car le dernier rapport de l’Intergovernmental Panel on Biodiversity and Ecosystem Services (IPBES) a lancé récemment un cri d’alarme qui a renforcé celui de nombreux chercheurs : la population mondiale d’abeilles ne cesse de décliner. Quel est le rôle des abeilles dans l’écosystème ? Quelles seraient les conséquences d’une disparition de ces insectes sur notre société ?

  • IPBES, 2016. The assessment report of the Intergovernmental Science-Policy Platform on Biodiversity and Ecosystem Services on pollinators, pollination and food production, S. G. Potts, V. Imperatriz-Fonseca & H. T. Ngo, eds., Bonn, Germany.

  • Gallai N. et al., 2009, “Economic valuation of the vulnerability of world agriculture confronted with pollinator decline”, Ecological Economics, 68 (3), 810–821.

Un acteur essentiel dans les écosystèmes

Un écosystème est une unité écologique constituée, dans un milieu naturel, par l’ensemble de ses vivants et de ses constituants non vivants, qui y établissent des interactions multiples. Une forêt, une tourbière, un sol, un agrosystème sont des exemples d’écosystème. La pollinisation est l’un des processus qui permettent ces interactions. La pollinisation est le transfert de pollens d’un gamète mâle à un gamète femelle d’une plante à fleurs de la même espèce, permettant ainsi la reproduction. Il existe plusieurs vecteurs de pollinisation, dont les principaux sont l’autopollinisation, le vent, l’eau et, bien sûr, les insectes. Parmi les insectes pollinisateurs, les plus importants sont les syrphes, les abeilles sauvages et les abeilles domestiques.

Les relations bénéfiques entre les abeilles et les plantes sont mutualistes, puisque ces insectes assurent la reproduction sexuée des plantes en transportant le pollen de fleur en fleur. En échange, les plantes leur procurent des ressources alimentaires, nectar et pollen. Environ 90 % des plantes à fleurs sauvages et 70 % des 124 cultures utilisées dans le monde pour l’alimentation humaine dépendent directement de la pollinisation par les abeilles. 80 % de la pollinisation par les insectes est effectuée par les abeilles au sens large, dont 80 % par l’abeille domestique. Celle-ci est actuellement la principale espèce utilisée à travers le monde pour la pollinisation des cultures. Sa vie en colonie, constituée de dizaines de milliers d’individus, offre une « force de travail » qui est un atout majeur pour polliniser des surfaces où les fleurs sont denses (colza, cultures fruitières…).

Cependant, des études récentes montrent que l’efficacité pollinisatrice d’une butineuse d’abeille domestique est inférieure à celle mesurée chez les abeilles sauvages. Cela a été observé pour les plantes sauvages et pour les plantes cultivées. De plus, la présence d’abeilles sauvages peut compléter et améliorer l’activité pollinisatrice des colonies d’abeilles à miel. De nombreuses études montrent très clairement la valeur ajoutée sur les rendements et la qualité des fruits et légumes de la présence d’insectes pollinisateurs sauvages, même lorsque les abeilles mellifères sont présentes en quantité.

Une contribution indispensable au bien-être de l’humanité

Domestiques ou sauvages, les abeilles font partie des écosystèmes. Ainsi toutes les productions issues des interactions entre les abeilles et leur environnement sont appelées « services écosystémiques », c’est-à-dire services offerts par la nature qui bénéficient au bien-être de l’humanité.

Le service le plus connu est celui qui permet la production de miel, de pollen, de cire, de gelée royale ou encore de propolis. Le bénéfice qui en est retiré consiste dans l’apport nutritif de consommer du miel, mais aussi dans une rente financière pour les apiculteurs. En France, la vente de miel rapporte 200 millions d’euros par an (ce chiffre ne concerne que les ventes en petite, moyenne et grande distribution). Or ces produits sont issus d’un processus de transformation effectué au sein de la ruche et ne concernent que l’abeille domestique. Il serait donc bien réducteur de s’arrêter à ce service pour qualifier l’apport des abeilles. En effet, la pollinisation des cultures effectuée par l’ensemble des insectes pollinisateurs permet la production de nourritures ou autres matières premières. À titre de comparaison, la contribution des insectes pollinisateurs sur la production agricole se chiffre à 1,5 milliards d’euro en France et à 153 milliards à l’échelle du monde, ce qui représente à peu près 10 % du PIB agricole mondial.

La dépendance des agricultures vis-à-vis des insectes pollinisateurs est inégalement répartie. Si tous les pays du monde sont dépendants, certains le sont plus que d’autres. Ainsi on observe des régions fortement dépendantes (Amérique du Nord, Europe, Afrique du Nord), en opposition à des régions moins dépendantes (Amérique centrale, Afrique du Sud, Océanie) qui ont des agricultures plus diversifiées et/ou basées sur des cultures qui ne dépendent pas des pollinisateurs.

En effet, toutes les cultures ne dépendent pas des pollinisateurs. La plupart des céréales, des cultures sucrières et des tubercules n’ont pas besoin des abeilles. Les cultures entomophiles sont principalement les fruits (fraises, par exemple), les légumes (courgettes), les fruits à coques (amandes), les épices (noix muscade) et les cultures stimulantes (café, cacao). L’humanité ne mourrait donc pas de faim à la suite d’un déclin total des abeilles, mais les conséquences seraient tout de même non négligeables : en effet, 40 % des nutriments que nous consommons proviennent de cultures qui dépendent des abeilles, dont 90 % des vitamines C.

Les abeilles contribuent donc fortement à notre alimentation, mais aussi à l’équilibre économique de l’agriculture. Il faut ajouter à cela l’apport de ces insectes à la production et reproduction de la faune et de la flore sauvages qui composent nos paysages urbains et ruraux. Les abeilles offrent en fait un service non marchand – le maintien d’écosystèmes – qui, indirectement, va nous offrir d’autres services (par exemple, les aménités apportées par un champ de fleur).

Répartition géographique du ratio de vulnérabilité (contribution des insectes pollinisateurs relativement au PIB agricole par pays). Source : Gallai et al., 2009.

Le déclin des abeilles et ses conséquences

Ces insectes si précieux sont pourtant en déclin. Les experts s’accordent pour dire que les raisons du déclin sont l’intensification de l’agriculture, la destruction des habitats naturels, l’utilisation de produits chimiques (insecticides, herbicides…), les maladies, les espèces invasives comme le frelon asiatique[SU1] et le changement climatique. Toutes ces facteurs sont, en partie, les conséquences de politiques agricoles qui ont privilégié la productivité à la qualité.

Pour comprendre quelles seraient les conséquences réelles d’une disparition des abeilles, prenons l’exemple d’un producteur de fraises qui subit un déficit de pollinisation. Cela va avoir des effets sur ses rendements et va donc augmenter les coûts marginaux de son exploitation. Son profit va diminuer. Mais si le déficit de pollinisateurs concerne non pas un exploitant, mais tout un territoire (voire, la France), alors l’offre de fraises françaises va diminuer. Cela aura pour conséquence une augmentation des prix de marché de la fraise française, ce qui impliquera que les consommateurs payeront plus cher leur produit local ainsi que les fraises importées.

CC Flickr Urban Isthmus

Enfin, si le déficit concerne les exploitants à l’échelle planétaire, c’est l’offre mondiale de fraises qui va diminuer et donc son prix qui explosera. Les conséquences se mesurent en économie par les pertes en surplus du consommateur, ce qui mesure la différence entre le prix maximal que les consommateurs consentent à payer et le prix qu’ils payent réellement. Des auteurs ont estimé ces pertes à plus de 260 milliards d’euros si l’on considère l’impact d’un déclin total des pollinisateurs sur la production de toutes les cultures (Gallai et al. 2009).[SU2]  On peut ajouter à cela les déséquilibres alimentaires qui apparaitraient à cause de la baisse de certains nutriments qui sont fournis par les cultures dépendantes des pollinisateurs.

Enfin, les conséquences ne s’observeraient pas que sur les marchés. La perte en biodiversité serait terrible. Certains impacts pourraient être invisibles, car la pollinisation est imbriquée avec d’autres processus au sein même des écosystèmes. D’autres seraient plus visibles, car en lien avec l’aménagement paysager et plus particulièrement avec la valeur que l’on donne à l’esthétique des paysages. Parmi les rares travaux existants, des chercheurs anglais ont estimé le consentement à payer pour la protection de ces paysages à 420 millions d’euros.

Les protéger, mais comment ?

En raison de l’importance des abeilles, il est de notre intérêt de les protéger. Pour cela, des propositions très concrètes ont été formulées par les experts ayant travaillé sur le rapport de l’IPBES (cf. encadré).

Concrètement, de nombreux efforts ont été menés en France avec la création, entre autres, de l’action nationale France, terre de pollinisateurs, ou en Europe avec l’interdiction, depuis avril 2018, de trois néonicotinoïdes dangereux. Ces actions impliquent des changements de pratiques qui dépendent fortement de la façon dont des acteurs perçoivent le rôle des abeilles. Ces perceptions sont liées aux informations qu’ils possèdent et qui sont souvent incomplètes. En effet, le rôle effectif joué par les abeilles dans la production des différentes cultures demeure mal apprécié. De même, la contribution des abeilles sauvages (plus efficaces mais plus vulnérables) est encore fortement méconnu.

Pour pallier ce manque, le rôle de la recherche en économie, agronomie, écologie, biologie (…) est de répondre à ces questions en fournissant des nouvelles mesures de la valeur (monétaire ou non), permettant d’informer le public et de faire ainsi évoluer les perceptions.

  • Breeze T.D. et al., 2015, “A stated preference valuation of the non-market benefits of pollination services in the UK”, Ecological Economics, 111, 76–85.
  • Decourtye A., 2018. Les abeilles, des ouvrières agricoles à protéger, Paris : France Agricole.
  • Dicks L. V. et al., 2016, “What governments can do to safeguard pollination services”, Science, 354(6315), 14–15.
  • Actions pour la protection des insectes pollinisateurs (Dicks et al., 2016)
  • Relever les normes réglementaires relatives aux pesticides.
  • Promouvoir la gestion intégrée des ravageurs.
  • Inclure les effets indirects et sublétaux dans les évaluations des risques liés aux OGM.
  • Réglementer le mouvement des pollinisateurs gérés.
  • Développer des incitations, telles que des systèmes d’assurance, pour aider les agriculteurs à bénéficier des services écosystémiques au lieu des produits agrochimiques.
  • Reconnaître la pollinisation comme un intrant agricole dans les services de vulgarisation.
  • Soutenir les systèmes agricoles diversifiés.
  • Conserver et restaurer les « infrastructures vertes » (réseau d’habitats entre lesquels les pollinisateurs peuvent se déplacer) dans les paysages agricoles et urbains.
  • Développer la surveillance à long terme des pollinisateurs et de la pollinisation.
  • Financer des recherches participatives sur l’amélioration des rendements dans l’agriculture biologique, diversifiée et écologiquement intensifiée.

Téléchargez l’article au format PDF


Crédits image à la Une : CC Pixabay PollyDot et crédits image d’entrée : CC Pixabay juliemac814


Nicola Gallai

Ecole Nationale Supérieure de Formation de l’Enseignement Agricole (ENSFEA) et EA 4212 LEREPS (nicola.gallai@educagri.fr)

More Posts - Website

Nicola Gallai

Ecole Nationale Supérieure de Formation de l’Enseignement Agricole (ENSFEA) et EA 4212 LEREPS (nicola.gallai@educagri.fr)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.