Une histoire par le bas : rendre la parole aux Croquants

Que les campagnes aient rassemblé longtemps la majorité de la population en France comme en Europe, il ne viendrait à personne de le contester. Que les paysans et autres « gens de village », pour reprendre une expression venue du Moyen Âge, aient imprimé leurs marques dans nos paysages, notre sécurité alimentaire, notre patrimoine et nos racines, chacun le conçoit. Que les ruraux aient produit les richesses sur lesquelles les élites ont édifié leur puissance et les pouvoirs publics leurs finances, nul n’en disconviendra. Pourtant, sauf rarissimes exceptions, ils demeurent dans l’anonymat de l’histoire.

C’est à eux que j’aimerais rendre la parole. Ils ne sont pas censés avoir « fait » l’histoire mais l’avoir subie. Or c’est aussi bien comme acteurs que comme sujets que j’ai cherché à les observer. Même s’ils n’étaient pas tous liés à l’agriculture, les gens de la ville les appelaient des « Croquants » ou des « Païsants », comme ceux qui ont soutenu CondéRocroi, en 1643. Ce sont eux que j’ai mis en lumière. Enfin, considérés sous l’angle de l’histoire immobile, ils semblent ne pas avoir eu de repères historiques : c’est à cette privation que j’ai voulu remédier. Comment parvenir à ces objectifs ? Et pour quels résultats ? Telles sont les deux questions qui m’ont guidé.

  • Moriceau J.-M., 2018, La Mémoire des Croquants. Chroniques de la France des campagnes (1435-1652), Paris : Tallandier.
  • Cet article est mis en ligne conjointement par Mondes Sociaux et L’Histoire dans le cadre d’un partenariat de co-publication. 

Modes historiques : d’un angle à un autre

Ces campagnards ont d’abord été considérés comme « classes agricoles » sous l’œil particulier des historiens du droit, dans leurs rapports juridiques avec les maîtres qu’ils servaient. Dans un second temps ils furent examinés par les géographes comme agents de transformation des milieux et des paysages. Ils ont ensuite connu leur heure de gloire avec l’histoire économique et sociale chère aux disciples de Marc Bloch et de Lucien Febvre, entre 1950 et 1980.

CC Wikimedia Commons Gustavb

Depuis, les modes sont passées ailleurs, délaissant les territoires ruraux et les sociétés qui les animaient pour les élites cultivées et les cités, puis les concepts et les problèmes du moment. Plus récemment encore, les curiosités ont favorisé de nouveaux regards autour de l’histoire du genre, de l’histoire globale, de l’histoire « mondiale », décentrant les repères et les inscriptions spatiales pour repenser autrement l’évolution des sociétés humaines.

Et si nous regardions ces anonymes du passé de l’intérieur, et pas seulement d’en haut ? Dans cette perspective, plaçons-nous, autant que possible, au ras du sol pour contribuer à une histoire concrète, « vivante ». Cherchons à rendre compte des réalités sur le terrain, de la matérialité des événements.

Ces réalités sont aussi celles portées par les personnages qui côtoyaient les populations « rustiques ». Le discours d’un seigneur aux États généraux de Tours en 1484, le point de vue d’un curé du Velay, fils et frère de laboureurs, consigné dans son Journal à partir de 1638, le regard quotidien d’un charpentier de Reims sur les paysans et vignerons de la « Montagne » qu’il avait sous les yeux de 1568 à 1626, fournissent des éclairages directs sur le monde rural.

Terrain d’étude : le futur Hexagone, du Moyen Âge à Louis XIV

CC Asap france

La dimension hexagonale est en soi un essai d’histoire globale : la multiplicité des identités régionales et des cloisonnements culturels crée un véritable défi. Considérer ensemble des provinces, des pays et des « petites patries » que le nom du roi de France ne réunit même pas encore, est en soi un exercice de comparaison fructueux, qui est loin d’entraîner un repli historiographique.

Quelle temporalité retenir ? Pour commencer cette entreprise, deux bons siècles m’ont retenu. De la paix d’Arras (1435), qui annonce la fin des dévastations, à l’achèvement de la Fronde (1652), qui marque la dernière opposition féodale à l’émergence d’un État national, les gens de village ont vécu dans un climat d’insécurité chronique. Entre temps, dans le sang et dans la fureur, les campagnes ont été à la merci de la soldatesque.

Des hommes dans leurs repères

Les hommes surgissent dans un véritable mille-feuille géographique, ce qui impose un tour de France pour rencontrer « laboureurs à charrue », « censiers », « ménagers », « casalers », mais aussi « grangers », « closiers », « bordagers », « locatiers », « suitiers », « haricotiers », « manœuvres », vignerons, journaliers, brassiers, hommes de peine, sans négliger, au sommet, les receveurs de dîmes et de droits seigneuriaux et, à la base, le cortège des domestiques agricoles, charretiers, bouviers, bergers, vachers, chevriers, porchers, dindonniers, valets de cour, « chambrières », servantes de ferme, qui s’activaient, durement, dans les exploitations.

Chez ces « pagès » de tout acabit, un kaléidoscope se révèle, jouant plus subtilement que les oppositions binaires. Pour autant, la séparation avec les autres catégories reste ténue : partout nous rencontrons artisans liés à l’agriculture comme à l’industrie, marchands, meuniers, ecclésiastiques, sergents et garde-messiers, agents administratifs, bourgeois, gentilshommes.

CC Pixabay Clker-Free-Vector-Images

Ces hommes surgissent à la lumière des événements qui ont marqué leur existence. Intempéries survenues au mauvais moment, décalages ou inversions des saisons, calamités naturelles (« orvales » ou « vimères ») ; passage de gens de guerre ; arrivée d’agents du fisc ; poussées contagieuses; retentissement de la grande histoire, qu’il s’agisse d’événements politiques nationaux comme un traité de paix, le passage ou la mort d’un grand ; événements locaux, comme ces querelles intestines qui séquencent l’histoire agro-pastorale.

Dans cette trame, les accidents – voire les catastrophes – restent privilégiés car ils assuraient des repères durables fichés dans la mémoire des hommes. Chez les « pauvres gens de villages », les cicatrices font date.

Mais nos témoins perçoivent aussi les moments heureux de leur existence. Leurs écrits signalent, au moins à posteriori, les « bonnes » années. Regardons l’an 1441 (« très plantureux de grains » même si les vins font défaut) mais aussi 1509 (« à l’aoust, jamais à vie d’homme ne fust vu tant de bled ») ou 1525 (« le plus bel aoust que on eust sceu estimer ! »)

Au-delà des aléas, ces hommes ont survécu. Dans ces siècles de fer, le challenge entre « gens qui grognent » (Pierre Goubert) et « gens qui rient » (Emmanuel Le Roy Ladurie), est indéniable. Pour les mêmes individus, l’alternance rebat les cartes et évite de sombrer toujours dans le misérabilisme.

À feu et à sang : la colère de Jacques Bonhomme

CC Pixabay EliElschi

Des « Écorcheurs » aux « Frondeurs », les campagnes sont plongées dans le sang et la fureur. La vision de villages incendiés marque les esprits. En dehors des soldats réguliers – et souvent issus de leurs rangs – des bandits rackettent les campagnes, tenant les bois le jour, et pillant la nuit.

Devant cette menace structurelle, les campagnes sauvent ce qui peut l’être. C’est alors que les villages se fortifient et élisent leur capitaine, s’imposent pour financer la construction de murailles comme Hérouville-en-Vexin en 1588. Toutefois, lorsque survient une armée c’est en ville – ou en forêt – que les villageois se réfugient avec leur bétail et leurs meubles les plus précieux.

Dans ce climat sombre, la révolte gronde : outragés et rançonnés, les « gens de labeur » se font justice eux-mêmes. En 1545, les « gens des champs » capturent, en Poitou, les aventuriers en fuite pour les dépouiller. Ceux du Dijonnais imposent un « péage » aux reîtres de l’électeur Casimir en 1576. En 1652, les paysans du Hurepoix massacrent les Allemands partis fourrager pour l’armée des Princes à Étampes tandis qu’en vallée de Chevreuse, un laboureur au surnom emblématique – Sauvegrain ! – arme une « compagnie de paysans ». La mise à sac des campagnes entraîne la vendetta.

Paroles villageoises et « discours » paysan

Comment faire remonter à la surface les réalités vécues par ces masses oubliées ? Pour aller à la rencontre des gens de la terre, et bâtir une histoire respectueuse des traces qu’ils ont laissées, il importe de descendre jusqu’au substrat documentaire.

CC Wikimedia Commons
David Teniers the Younger

Si la grande majorité des rustres sont restés à l’écart de la culture écrite, leur parole, même déformée et médiatisée, n’est pas étouffée entièrement : les déclarations retranscrites dans les actes administratifs (lettres de rémission, informations aux procès, cahiers de doléances) ou dans les correspondances et les mémoires de ceux qui ont côtoyé les humbles (notaires, curés de campagne, propriétaires) offrent un écho saisissant. Avant la seconde moitié du XVIIe siècle, les simples villageois à avoir tenu la plume régulièrement se comptent sur les doigts des mains. Leur apport est d’autant plus précieux : lisons Louis Bonnard, laboureur à Larajasse dans le Lyonnais des années 1640, François Robert, arpenteur à Couchey, sur la Côte bourguignonne, sous Louis XIII, et cet étonnant Jean Le Coullon, à la fois laboureur et vigneron aux portes de Metz, à Arcy-sur-Moselle, sous François Ier et Henri II.

Au-delà des théories générales ou des modes de pensée du moment, le terreau de l’histoire reste la parole, médiatisée par l’écrit ou l’objet, des générations qui nous ont précédés. De la confrontation des sources d’archives, du surgissement même des témoignages, des éclairages portés sur des réalités parfois insoupçonnées naissent des hypothèses, des angles de recherche ou des suggestions pour l’avenir.

Ouvrir à la curiosité du public les traces des sociétés dont nous sommes issus invite à des approfondissements et à des inflexions. Notre compréhension du passé est à ce prix. À une époque où les vents de l’histoire conduisent à une vision hors sol, il n’est pas inutile de restituer aux campagnes toute la place qu’elles ont tenue.

 

Crédits image à la Une : CC Wikimedia Commons Jean-François Millet et crédits image d’entrée : CC Wikimedia Commons Froissard


Jean-Marc Moriceau

Université de Caen Normandie, Pôle rural (jean-marc.moriceau@unicaen.fr)

More Posts - Website

Jean-Marc Moriceau

Université de Caen Normandie, Pôle rural (jean-marc.moriceau@unicaen.fr)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.