Préparer ses vieux jours ou pas : quelques facteurs explicatifs

Dans le contexte actuel de vieillissement de la population, journaux et magazines regorgent de conseils pour « planifier sa retraite » et « préparer ses vieux jours ». S’il est admis que la préparation des vieux jours améliore le sentiment de bien-être quelques années plus tard, les connaissances sur cette préparation restent néanmoins assez limitées. Quels sont les facteurs explicatifs de cette préparation au niveau individuel ?

La plupart des études sur la préparation des vieux jours se concentrent sur son aspect financier, et en particulier sur l’achat d’une assurance dépendance, laissant de côté d’autres aspects comme le maintien de la vie sociale ou l’adaptation du domicile. En outre, il n’existe pas à ma connaissance de travaux qui décriraient précisément les attentes individuelles en termes de services (professionnels) favorisant le « bien vieillir » en France.

Dans deux articles récents, j’essaie de combler ces lacunes en analysant les activités de préparation des vieux jours et les attentes de services. Après avoir décrit cette préparation et ces attentes, je tente de mettre au jour certains facteurs explicatifs, en portant une attention particulière au rôle des préférences et des anticipations. Les préférences recouvrent le degré de prévoyance des individus, c’est-à-dire leur préférence pour le futur par rapport à une vie au jour le jour, leur aversion au risque et leur degré d’altruisme ou leur sens de la solidarité. Les anticipations concernent l’anticipation de la dépendance d’une part, et l’espérance de vie anticipée d’autre part. Anticiper la dépendance s’oppose à une attitude de déni de la dépendance (ne pas vouloir en entendre parler) et à la myopie (absence d’anticipation qui n’est pas pour autant du déni).

CC Pixabay SimonRei

Un certain nombre d’hypothèses sont testées dans mes analyses. Première hypothèse : plus un individu est prévoyant et plus il devrait préparer ses vieux jours. Deuxième hypothèse : le degré d’altruisme d’un individu vis-à-vis des membres de sa famille devrait avoir un effet positif sur sa préparation et ses attentes. En effet, l’absence de préparation des vieux jours d’un individu et le manque de services pourraient alourdir le fardeau pesant sur sa famille.

Parce qu’il tient compte de ce potentiel effet négatif sur son entourage, un individu plus altruiste devrait mieux préparer sa vieillesse et exprimer des attentes plus fortes. Troisième hypothèse : la myopie et le déni devraient réduire les activités de préparation ainsi que les attentes. Dernière hypothèse : l’espérance de vie anticipée devrait avoir un effet positif sur la préparation des vieux jours, puisqu’un individu qui vit plus longtemps tire un plus grand bénéfice de ses efforts de préparation.

  • Apouey BH, 2018, “Preparation for old age in France: The roles of preferences and expectations”, The Journal of the Economics of Ageing, vol. 12, pp. 15-23.
  • Apouey BH, 2018, « Les attentes en termes de services pour les seniors : le rôle de l’altruisme et de l’anticipation de la dépendance ». Revue française d’économie.

Enquête sur les adhérents d’une mutuelle

Les données sont tirées d’une enquête menée en 2016 auprès de 1769 adhérents d’une mutuelle. L’échantillon est représentatif des adhérents de la mutuelle et les données complètes comprennent des individus âgés de 40 à 84 ans. En plus des informations classiques sur le genre, l’âge, la situation familiale et la position sociale des individus, un certain nombre de questions me permettent de mesurer le degré de prévoyance et d’altruisme des enquêtés. Pour évaluer l’anticipation de la dépendance, l’enquête leur demande s’ils envisagent de devenir dépendants un jour, ou au contraire s’ils ne veulent pas entendre parler de la dépendance (le « déni »), ou encore s’ils n’envisagent pas la dépendance mais sans être dans le déni (la « myopie »).

CC Wikimedia Commons Cdehedouville

Mesurer la préparation générale des vieux jours s’effectue en demandant aux enquêtés s’ils ont le sentiment de préparer, ou d’avoir préparé, leurs vieux jours. Les enquêtés sont ensuite interrogés sur huit activités précises de préparation (préparation financière, achat d’une assurance dépendance, adaptation du logement, etc.). Enfin, pour ce qui a trait aux services, ils sont interrogés sur l’utilité de créer ou développer sept types de services (services relatifs à la vie sociale, services d’accompagnement des aidants familiaux et non-professionnels, services à domicile pour les personnes dépendantes, etc.). Qu’en ressort-il ?

À la question subjective de savoir s’ils ont le sentiment de préparer leurs vieux jours, la moitié des enquêtés répond positivement. Certaines activités de préparation sont plutôt courantes (efforts pour maintenir des liens sociaux), alors que d’autres sont plus rares (souscription d’une assurance dépendance). Par ailleurs, mes résultats montrent que les attentes de services sont très fortes, puisque chacun des services proposés est jugé utile par au moins 79% des interrogés. Le taux le plus fort est observé pour les services à domicile pour personnes dépendantes, qui sont jugés utiles par 91% de l’échantillon. Enfin, environ deux tiers des enquêtés pensent qu’ils pourraient devenir dépendants un jour.

L’influence des facteurs démographiques et sociaux

CC Pixabay mohamed_hassan

La seconde partie de mes analyses tente de mettre au jour certains des facteurs explicatifs de la préparation et des attentes. Il apparaît que dans un certain nombre de domaines, les femmes préparent davantage leurs vieux jours que les hommes. Ce point est cohérent avec le résultat habituel selon lequel les femmes adoptent plus souvent que les hommes des comportements bénéfiques à la santé.

De façon plus profonde, ces écarts entre hommes et femmes s’expliquent certainement par des différences de socialisation entre genres. En outre, plus un individu est âgé et plus il est susceptible de préparer ses vieux jours, ce qui pourrait simplement indiquer que les besoins de préparation croissent avec l’âge.

La situation familiale joue également un rôle. En effet, par comparaison avec une vie maritale, vivre seul a un effet négatif sur la probabilité de préparer ses vieux jours. En outre, plus un individu a un nombre élevé d’enfants et plus ses attentes de services (dans certains domaines) sont faibles. Ce résultat laisse penser que pour les interrogés, il existe un certain degré de substitution entre les services professionnels et les services rendus par les enfants.

En général, un statut socioéconomique plus élevé va de pair avec une meilleure préparation des vieux jours, ce qui pourrait s’expliquer par le coût financier de la préparation. En revanche, le statut social n’a que peu d’effet sur les attentes de services, qui sont aussi fortes dans les milieux favorisés que défavorisés.

Prévoyance, altruisme et déni

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

Parmi les facteurs explicatifs de la préparation des vieux jours, mes travaux s’intéressent en particulier aux préférences et aux anticipations. L’analyse souligne que la prévoyance possède un effet fort et quasi systématique sur les variables de préparation. En d’autres termes, les individus qui vivent au jour le jour préparent moins leurs vieux jours.

On observe aussi un lien marqué entre altruisme ou solidarité d’une part et attentes de services d’autre part. Par exemple, en scindant les enquêtés en deux groupes, avec d’un côté les individus peu solidaires et de l’autre les individus très solidaires (du point de vue de la solidarité familiale), j’observe que 76% des individus peu solidaires jugent les services d’adaptation du domicile utiles, contre 85% des personnes très solidaires. Ce lien est confirmé par l’analyse économétrique, tout en étant cohérent avec un résultat antérieur sur l’importance de l’altruisme dans la décision de souscrire une assurance dépendance. Il pourrait signifier que les individus altruistes souhaitent protéger leurs proches des effets négatifs liés à la dégradation de leur état de santé.

De leur côté, myopie et le déni ont un effet négatif fort sur la préparation des vieux jours et sur les attentes. Par rapport à une situation d’anticipation de la dépendance, être myope fait baisser la probabilité de préparer ses vieux jours de façon générale de 23% et celle d’adapter son domicile de 38%. De même, par rapport à une situation d’anticipation de la dépendance, être dans le déni va de pair avec une probabilité significativement plus faible de préparer ses vieux jours. Enfin, la préparation des vieux jours se renforce à mesure que l’espérance de vie anticipée s’allonge, conformément à mon hypothèse de départ.

Mes travaux présentent deux limites claires. En premier lieu, les données ne sont pas parfaitement représentatives de la population française. En particulier, les adhérents de la mutuelle vivent dans des zones plus rurales que la population générale. De plus, l’enquête ne couvre pas le « grand âge » puisqu’elle ne contient pas de personnes de plus de 85 ans. Or il est fort probable que ces aînés aient des attentes différentes de celles de personnes plus jeunes.

Néanmoins, mes résultats permettent d’enrichir les connaissances en soulignant le rôle joué par le degré de prévoyance, le niveau d’altruisme et les anticipations, en complément de facteurs classiques comme le genre, l’âge ou le statut socioéconomique. Pour comprendre la préparation des vieux jours et proposer des services appropriés, il semble donc nécessaire de se pencher en amont sur la formation des préférences et des anticipations au cours de la vie.

  • L’auteure est seule responsable de l’analyse et de l’interprétation des résultats de l’enquête, que ne partagent pas forcément Harmonie Mutuelle, la chaire TDTE et FYM Etudes.

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

Crédits image à la Une : CC Pixabay SimonRei et crédits image d’entrée : tous droits réservés Les vieux fourneaux


Bénédicte Apouey

Paris School of Economics – CNRS (benedicte.apouey@psemail.eu)

More Posts - Website

Bénédicte Apouey

Paris School of Economics – CNRS (benedicte.apouey@psemail.eu)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.