Que font les réseaux sociaux aux migrations ?

La complexité des migrations contemporaines suscite un renouveau des études pour cerner dans leurs diverses facettes, à la fois les figures des migrants, les formes territoriales, les temporalités dans leur caractère individuel ou collectif ou encore les modalités du mouvement (circulation, installation, retour, passage…). Dans la mondialisation, ces mutations liées au développement des mobilités des personnes continuent à interroger les Etats-Nations. Ces derniers sont travaillés dans leurs frontières et leurs identités, dans un cadre politique et territorial qui s’endurcit au détriment de la préservation des vies humaines.

Ces transformations créent de nouveaux types de liens sociaux, parfois en réactivent d’anciens, favorisent le développement de nouvelles stratégies migratoires et de nouveaux parcours. Elles poussent à la diversification des pratiques, des représentations et des appropriations spatiales à différentes échelles, depuis celle de la rue et des quartiers jusqu’à celle des métropoles. Le croisement de ces échelles favorise la compréhension de situations porteuses de changements pour les sociétés.

Sciences sociales et migrations

Régulièrement reprise en sciences sociales et particulièrement dans les travaux en lien avec les migrations, la notion de réseau est souvent utilisée comme un mot-clé, parfois même comme une commodité de langage, pour évoquer des liens sociaux multiformes. Mais elle n’est que rarement questionnée en tant que telle. Or en raison de ses multiples emplois, elle interroge plusieurs traditions de recherche. Et par exemple, les théories de l’intégration (faire de chaque migrant un citoyen),  trop souvent confondues avec l’impératif d’assimilation (il est demandé à chacun-e d’épouser tous les codes français dans l’espace public et dans la sphère privée), ou encore les thèses transnationalistes (cf. infra). En fait, la notion de réseau permet de dépasser l’approche qui se réfère à la seule société du pays d’accueil.

Il ne s’agit pas ici de retracer les nombreux travaux relatifs aux migrations. Dès les années 1990, plusieurs chercheurs ont mis de côté l’approche binaire migrant-e-s/Etat-Nation pour appréhender les mobilités, les circulations (Tarrius, 1992), les initiatives, les espaces traversés (Bredeloup, Pliez, 2005), mais aussi les lieux impactés par les transformations des routes migratoires et, par là même, des trajectoires individuelles ou collectives des migrant-e-s.

CC Flcikr justgrimes

Avec le développement de l’approche transnationale (Glick Schiller, Basch, Szanton-Blanc, 1992), les recherches insistent désormais sur les stratégies déployées par les migrant-e-s qui créent des dynamiques économiques et sociales en vue de transgresser les frontières nationales. Elles mettent aussi l’accent sur la fonction des diasporas au sein de différents pays d’immigration et sur la manière avec laquelle ces groupes sociaux recréent du territoire par le biais de leurs connexions, de leurs imaginaires et de leurs pratiques sociales.

  • Bredeloup S., Pliez O., 2005, « Migrations entre les deux rives du Sahara », Autrepart, n°36, 3-20.
  • Glick Schiller N., Basch L., Blanc-Szanton C., 1992, « Transnationalism : A New Analytic Framework for Understanding Migration », Annals of the New York Academy of Sciences, Vol.645, Issue1, 1-24.
  • Tarrius A., 1992, Les fourmis d’Europe : migrants riches, migrants pauvres et nouvelles villes internationales, Paris : Éditions L’Harmattan.

L’espace, les liens et les réseaux sociaux

Les sciences sociales vont appréhender les espaces des migrations à partir des groupes et la nature des liens qui les unissent, dès les années 1980, avec le concept de « champ migratoire » ou encore en spatialisant les réseaux sociaux sous-jacents, révélant ainsi que les réseaux sociaux sont façonnés par des contextes à la fois sociaux et spatiaux (Doreian, Conti, 2012). Avec la circulation des migrants, ces espaces sont sans cesse transformés, de même que les réseaux associatifs, familiaux, entrepreneuriaux, religieux. L’analyse des réseaux permet alors d’appréhender les  liens construits entre les acteurs et les lieux et territoires traversés et réappropriés.

L’approche par les réseaux sociaux d’immigrants a progressivement supplanté l’approche culturaliste dominante dans les années 1970 en France. Ce courant venu de la sociologie nord-américaine des années 1920, développe l’idée que les migrant-e-s maintiennent des différences culturelles qui les empêcheraient de s’intégrer pleinement).

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

En fait, le concept de « réseau total » a été avancé pour sortir le migrant d’une appartenance communautaire constituée par des membres qui se perçoivent (et sont perçus) comme un « nous » opposé à d’autres « nous ». Car l’analyse par les réseaux ne limite pas les individus à un cercle de relations auquel ils sont censés appartenir. Afin de mieux saisir les liens et les relations des migrant-e-s, les lieux de passage ou d’installation, les dimensions transnationales, multi-locales ou circulaires, des auteurs, et par exemple Georges E. Marcus, ont défini « l’enquête multi-située ».

Cette démarche méthodologique est utile pour comprendre des migrations internationales jusque-là peu étudiées. Mais il demeure un flou sur l’usage du mot « réseau », utilisé souvent comme une métaphore et non comme un outil d’analyse.

  • Doreian P., Conti N., 2012, « Social context, spatial structure and social network structure », Social Networks, 34, 32-46.
  • Marcus G.E., 1995, « Ethnography in/of the world system: The emergence of multi-sited ethnography », Annual Review of Anthropology, 24, 95-117.Pour Georges E. Marcus, l’ethnographie multi-située est une nécessité méthodologique en réponse à la mondialisation. Cette exigence se traduit par une démarche empirique renouvelée, dans laquelle « le » terrain ethnologique éclate dans son unité, car le chercheur est amené à suivre les parcours des individus et des objets. En outre, cette démarche le pousse à se « multi-situer » lui-même, afin d’occuper différentes positions et adopter plusieurs points de vue. Cette proposition théorique et méthodologique se fonde donc sur l’impossibilité, dans un monde en mouvement, de saisir des processus sociaux à partir d’un lieu unique.

 

Les réseaux sociaux, un pari méthodologique

Parallèlement, des anthropologues, psychologues et sociologues ont construit à partir des années 1950 un ensemble de concepts et de méthodes, et conduit des recherches empiriques, constituant progressivement ce que l’on nomme actuellement la sociologie des réseaux sociaux. Parmi ces auteurs, le sociologue américain Mark Granovetter a ainsi développé dès 1973 une théorie connue sous le nom de « force des liens faibles », qui permet de distinguer les liens faibles (en termes de fréquence des interactions, importance des services rendus, intensité émotionnelle et intimité) des liens forts. Quand des chercheur-e-s en migration font référence aux réseaux et qu’ils souhaitent l’appuyer sur des modèles structurants, ils se réfèrent souvent à cette théorie. Les travaux de ce chercheur sur le marché du travail et ceux d’autres auteurs du même courant ont abouti à la définition de « chaînes relationnelles » permettant de saisir l’activation de relations interpersonnelles dans l’accès aux ressources.

CC Pixabay slightly_different

En partant de ces réflexions, les chercheur-e-s ont suivi différentes pistes. Certains ont ainsi élaboré une méthode originale centrée sur les narrations quantifiées (cf. infra) afin de repérer les successions de relations interpersonnelles permettant l’accès aux ressources familiales, amicales, confessionnelles…

La méthode des narrations quantifiées présente l’intérêt d’être « orientée vers la saisie des dynamiques » (Grossetti, 2011). Elle a pour objectif de saisir le processus selon lequel des individus ou des collectifs de petite taille s’inscrivent dans les chaînes relationnelles déjà formées. La notion de chaînes relationnelles permet donc de faire se rencontrer des terrains diversifiés en sciences sociales, en lien avec les questions de migrations locales, nationales et transnationales.

  • Grossetti M., 2011, « Les narrations quantifiées. Une méthode mixte pour étudier des processus sociaux », Terrains et Travaux, n°19, pp. 161-182.

Réseau social et migration

Les lieux et les réseaux sociaux se déclinent en de multiples formes : comptoirs, places marchandes, passages transfrontaliers, marchés, entreprises, ateliers, objets circulants (images pieuses, par exemple), jusqu’au sein de la sphère privée (chambre, objets du quotidien comme le poste de radio…).

Penser les articulations entre réseau social et migration conduit d’abord à repenser les ressources de la mobilité. Les migrants, pour se déplacer, font appel à divers réseaux depuis le cercle familial, communautaire ou encore confessionnel. Lorsqu’ils s’installent, ils cherchent à avoir accès à des ressources, à un emploi, à un logement évidemment, à une ascension sociale, mais aussi à des ressources spirituelles. Ainsi, les réseaux sont inséparables du déplacement migratoire et s’élaborent simultanément ou par croisement. Ils offrent soit des opportunités de statuts plus élevés, soit la sortie d’un réseau pour entrer dans un autre, soit l’accès à l’entre-soi du réseau pour dépasser les frontières sociales.

CC Pxhere

Il faut aussi penser l’articulation entre réseaux sociaux et compétences acquises, transformées et valorisées par et dans la mobilité internationale. Que ce soit dans les secteurs de l’entreprenariat, du salariat ou de la vie associative, grâce à leurs réseaux, les migrants passent de mobilités ordinaires aux mobilités d’affaire au plus long cours. Ce phénomène éclaire le lien étroit entre réseaux sociaux et réseaux spatiaux ainsi que l’importance des liens faibles qui permettent aux acteurs de se dégager de l’environnement proche pour un destin transnational. Ces manières de faire pour accéder au transnational en passant par des liens faibles sont aussi utilisées par les migrants qualifiés qui souhaitent passer à des relations associatives transnationales formelles.

Toutes ces situations n’effacent pas pour autant la tension possible entre réseau et appartenance. Cela peut alors se manifester par la sortie d’un réseau, en se distanciant du réseau principal pour n’en garder qu’une partie au sein d’un territoire particulier. Les lieux et projets de migrants sont choisis en fonction des ressources. De ce fait, c’est la place accordée aux réseaux communautaires, sous le prisme religieux dans certains cas, médiatique dans d’autres, ou encore en s’appuyant sur des réseaux tissés depuis longtemps, pour circuler au-delà des contraintes géopolitiques, qui influence la cartographie des destinations.

Aujourd’hui, on ne peut plus en rester à l’analyse classique des réseaux d’appartenance familiale ou communautaire. Les réseaux, envisagés dans la pluralité, apparaissent comme des territoires sociaux denses qui sont sans cesse incorporés  aux dynamiques de mobilité, avec pour objectif de partir, d’évoluer socialement et professionnellement, mais aussi d’envisager de mieux revenir ici ou ailleurs.

Crédits image à la Une : CC Wikimedia Commons Martin Grandjean et crédits image d’entrée : CC Pxhere


Hasnia-Sonia Missaoui, Stéphanie Lima, Jérôme Lombard

Hasnia-Sonia Missaoui, Université Toulouse Jean Jaurès, LISST UMR 5193 (hasnia.missaoui@univ-tlse2.fr), Stéphanie Lima, NU Champollion, LISST UMR 5193 (stephanie.lima@univ-jfc.fr), Jérôme Lombard, Univ. Paris 1, UMR Prodig, IRD (Jerome.Lombard@univ-paris1.fr)

More Posts

Hasnia-Sonia Missaoui, Stéphanie Lima, Jérôme Lombard

Hasnia-Sonia Missaoui, Université Toulouse Jean Jaurès, LISST UMR 5193 (hasnia.missaoui@univ-tlse2.fr), Stéphanie Lima, NU Champollion, LISST UMR 5193 (stephanie.lima@univ-jfc.fr), Jérôme Lombard, Univ. Paris 1, UMR Prodig, IRD (Jerome.Lombard@univ-paris1.fr)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.