L’imprimerie vénitienne à la Renaissance : des étrangers au cœur de la lagune

L’invention de l’imprimerie à la fin du Moyen Âge a façonné nos cultures et nos sociétés. En forgeant de nouvelles manières de diffuser les textes, elle a transformé durablement la réception des savoirs. L’invention de Gutenberg est aussi une industrie et un commerce florissant : une véritable industrie se développe dans les villes européennes, s’appuyant sur les capitaux et les réseaux de grands marchands internationaux.

Venise s’affirme très vite comme la première productrice de livres imprimés au XVe siècle. Ce positionnement permet le développement de l’imprimerie grâce à l’implication de nombreux étrangers à la lagune, Italiens ou non. Les presses vénitiennes constituent une industrie d’étrangers à la conquête du marché européen, et au-delà…

  • Kikuchi C., 2018, La Venise des livres, Paris : Champ Vallon.

Une success-story vénitienne

L’imprimerie arrive à Venise en 1469, quand l’Allemand Johann de Spire imprime ses premiers ouvrages. Après sa mort en 1470, de très nombreux ateliers s’installent dans la lagune : dans les années 1480, plus d’une cinquantaine sont actifs simultanément, réalisant une centaine d’éditions annuelles, parfois plus. Venise dépasse rapidement les villes allemandes, puis Rome, avant d’être rattrapée par Paris à la toute fin du siècle. Si elle perd un peu de son éclat au XVIe siècle, la Sérénissime reste pourtant un centre typographique essentiel, avec des compagnies libraires puissantes irrigant tout le marché européen.

Le succès fulgurant de Venise est d’abord dû à l’implication de marchands allemands issus du grand commerce, qui ont investi leurs réseaux et leurs capitaux dans la nouvelle industrie, formant une communauté importante et structurée. En s’appuyant sur leurs réseaux locaux et leurs liens avec les pays du Nord, les Allemands dominent le marché naissant, en collaboration notamment avec un grand imprimeur d’origine française, Nicolas Jenson. Cependant, l’année 1480 voit le décès de ce dernier et de plusieurs autres membres de la communauté germanique. Ces décès permettent la reprise en main de l’imprimerie vénitienne par des Italiens. Les Vénitiens sont peu présents mais on trouve des libraires et imprimeurs milanais, florentins ou encore originaires du Montferrat. Le succès de l’imprimerie vénitienne, son installation dans la ville, son développement et son rayonnement européen sont donc très largement dus à des artisans, ouvriers, investisseurs ou marchands étrangers.

Italiens ou non, chrétiens ou pas…

CC Wikimedia Commons

Si les chefs d’ateliers italiens sont largement majoritaires dans la dernière décennie du XVe siècle et au début du XVIe siècle, cela ne veut pas dire que les non-Italiens disparaissent de l’imprimerie vénitienne. Les Allemands continuent à être employés dans les presses. Dans le même temps, l’imprimerie en caractères grecs se développe. Son essor est largement du à la présence d’une grande communauté grecque à Venise, issue des migrations due à l’avancée ottomane dans l’Empire byzantin et à la chute de Constantinople en 1453. Zaccaria Calliergis est par exemple le premier imprimeur en grec à Venise et emploie de nombreux Crétois.

Ce marché est rapidement dominé par l’imprimeur humaniste italien Alde Manuce. Son entreprise compte également des membres de la diaspora grecque, sous le contrôle d’investisseurs et de chefs d’atelier italiens. L’imprimerie hébraïque quant à elle est développée à Venise par l’imprimeur allemand Daniel Bomberg, qui s’appuie sur la communauté juive installée à Venise et sur des juifs convertis.

Venise, une ville-monde du livre ?

En tirant partie de des nombreuses communautés étrangères présentes dans la ville – allemande, grecque, juive issue des diasporas sépharade et ashkénaze, mais également arménienne, dalmate, sans compter les communautés italiennes –, l’imprimerie vénitienne s’est fait une spécialité de l’imprimerie en langue étrangère et en caractère non latin, représentant une proportion significative des éditions. Les années 1530 voient même la tentative d’une impression d’un Coran en arabe par Alessandro Paganini – un échec commercial, mais qui témoigne des réseaux sur lesquels les imprimeurs vénitiens comptaient pour commercialiser l’édition dans les pays musulmans.

Surtout, ces communautés permettent aux imprimeurs et libraires de trouver des intermédiaires pour atteindre des marchés lointains. Les presses vénitiennes construisent des réseaux très élaborés dans toute l’Europe et toute la Méditerranée, s’associant avec des marchands et libraires locaux, ou délégant le soin de faire affaires à des représentants qui sillonnent les routes du commerce européen.

CC http://love-communication.eklablog.fr

Cet environnement, à la fois vénitien et transnational, donne lieu de beaux exemples de croisement géographiques et culturels. On a ainsi le cas d’un bréviaire glagolitique – l’alphabet utilisé pour les textes liturgiques dalmates – réalisé avec l’aide d’un clerc issu de l’actuelle Croatie. Originaires de Bologne, les imprimeurs s’appuient sur des Vénitiens installés dans la région et espèrent ainsi diffuser largement les volumes imprimés.

L’image de couverture de ce livre est également un bel exemple d’entrecroisements géographiques et culturels. L’édition est grecque, imprimée par Alde Manuce, originaire du Latium, éditée grâce à un groupe de lettrés italiens, grecs et allemands, et diffusée en Allemagne grâce aux contacts d’Alde Manuce avec des libraires germaniques. Le volume a été acheté par l’humaniste Willibald Pirckheimer et illustré par son ami Dürer à Nuremberg. Les livres imprimés à Venise sont l’objet d’échanges féconds. Mais la beauté de ces réalisations ponctuelles ne doit pas non plus faire oublier les empêchements que beaucoup d’étrangers présents dans les presses de la ville rencontrent au cours de leur activité.

Les difficultés d’être étranger à Venise

Les étrangers sont présents dans toute la ville et ceux qui sont participent aux activités du livre ne font pas exception. Si libraires et imprimeurs se trouvent disséminés dans le tissu urbain, ils s’établissent surtout dans les quartiers les plus marchands. Mais on observe cependant que certaines nationalités sont plus favorisées que d’autres : il est plus facile aux Florentins ou aux Vénitiens d’accéder aux quartiers les plus prestigieux autour de Saint-Marc et du Rialto, que les Milanais, et surtout les imprimeurs non-italiens qui sont plutôt présents dans les quartiers périphériques. Auto-censure, barrière due aux loyers importants, règlementation tacite ? Toujours est-il que le monde du livre vénitien est moins ouvert aux étrangers qu’il n’y paraît au premier abord.

CC Wikimedia Commons Zscout370

Par ailleurs, apprentis et ouvriers non-Italiens se heurtent à un véritable plafond de verre les empêchant de parvenir à l’indépendance économique. Les Grecs, exilés et chrétiens orthodoxes, comme les Juifs se trouvent souvent dans une position de domination symbolique importante, sous la coupe d’imprimeurs ou de libraires bien insérés dans les réseaux vénitiens.

C’est par exemple le cas de certains juifs convertis, qui restent dans une dépendance économique et sociale importante par rapport à leur patron chrétien, et ce malgré leur conversion. Même les autorités locales, qui pourtant n’empêchent jamais les étrangers d’exercer leur activité dans l’imprimerie vénitienne, favorisent tacitement les Italiens, qui reçoivent davantage de privilèges ; familiers des procédures politiques et administratives des cités italiennes, ils sont plus à même de plaider leur cause auprès de la Sérénissime et obtiennent ainsi de substantiels avantages économiques.

Intégration et sociabilité : la création d’un monde du livre

Malgré ces barrières et ces limites, l’industrie du livre à Venise devient un véritable espace de sociabilité et de collaboration entre des individus d’origines géographiques, sociales et religieuses diverses. Ils s’insèrent dans les réseaux de la ville en profitant des opportunités institutionnelles vénitiennes ; ils participent à des confréries où ils côtoient artisans, marchands et patriciens vénitien ; ils font des legs à diverses institutions charitables. Certains témoignent même d’une intégration post mortem, se faisant enterrer dans des couvents prestigieux ou en vogue chez l’élite vénitienne : ainsi le très calme cloitre du couvant franciscain San Francesco della Vigna accueille de nombreux libraires et imprimeurs à la fin du XVe et au début du XVIe siècle.

Certaines familles connaissent des destins singuliers. Nicolas de Francfort, jeune Allemand arrivé dans les toutes premières années de l’imprimerie à Venise, se marie avec une fille de verrier vénitien et accumule un beau patrimoine immobilier entre Venise et Murano. Il italianise son nom en Niccolò Francoforte et fait oublier ses origines germaniques, tant est si bien qu’il meurt en 1516 comme un vrai Vénitien. Paula de Messine, fille du peintre Antonella de Messine, se marie successivement avec plusieurs imprimeurs allemands. Une de ses petites-filles se marie au début du XVIe siècle avec un fils du patriciat vénitien.

Venise à la fin du Moyen Âge offrait ainsi des passerelles et de modalités d’insertion dans ses réseaux économiques, sociaux et institutionnels. L’imprimerie vénitienne a été construite par des étrangers : ce monde mouvant, jamais exempt de barrières tacites, devient pourtant profondément une part intégrante du paysage vénitien au XVIe siècle et un pôle majeur de la diffusion des textes à la Renaissance.

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

Crédits image à la Une : CC Welovesolo et crédits image d’entrée : CC Théocrite, Idylles : Venise, Alde Manuce, 1496, illustré par Albrecht Dürer, collection de Willibald Pirckheimer, conservé à la National Gallery of Art.


Catherine Kikuchi

Université Versailles Saint-Quentin, laboratoire DYPAC, (catherine.kikuchi@uvsq.fr)

More Posts - Website

Catherine Kikuchi

Université Versailles Saint-Quentin, laboratoire DYPAC, (catherine.kikuchi@uvsq.fr)

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Merci beaucoup pour ce billet synthétique, clair et utile, qui sera une ressource précieuse à donner aux étudiants pour des cours d’histoire du livre à l’époque moderne ! J’avais du mal jusque là à trouver un texte en français qui explique bien les choses : problème désormais résolu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.