Les enfants d’agriculteurs sont-ils opprimés ?

Lorsque l’on est fils ou fille d’agriculteur, on entend d’abord parler des pratiques de ses parents. C’est normal : la famille constitue le premier cadre de socialisation. Les pratiques sont donc racontées à travers les difficultés du métier et la fierté à l’exercer. À l’opposé, s’il est question d’agriculture en dehors de ce milieu, c’est généralement en rapport avec des représentations bucoliques du passé, la pollution, les pesticides, les OGM ou le mal-être animal.

La socialisation familiale n’est toutefois pas la seule que reçoivent les enfants : une socialisation en complète une autre. À celle qui se fait dans le cadre de la famille –donc au-delà des parents, parfois lors de vacances chez des grands-parents ou chez des oncles ou tantes pratiquant l’agriculture – suit celle de l’école.

Les agriculteurs ne représentant plus que 3% de la population active, le nombre des enfants d’agriculteurs a donc fortement baissé au sein des écoles et collèges, y compris ruraux. Il y a donc de moins en moins de chances que les enfants parlent spontanément entre eux d’une agriculture vécue au quotidien. La visite à la ferme pédagogique reste encore un moyen de découvrir le milieu agricole mais cette agriculture d’animation n’a que peu à voir avec l’agriculture de production…

Le lycée offre néanmoins la possibilité de poursuivre des études dans un lycée agricole puisque le ministère de l’agriculture supervise un système d’enseignement de second degré spécifique, en partie public, en partie privé. Est-ce à dire que ces lycées garantissent la transmission des pratiques agricoles ?

En réalité, les filières préparant à la profession agricole dans les lycées du même nom sont devenues minoritaires et ont cédé la place aux filières préparant au travail en entreprise agroalimentaire, à l’aménagement des parcs et jardins, aux services aux personnes en milieu rural, etc. Confrontés à ce constat, quels sont les enfants d’agriculteurs qui étudient dans ces lycées agricoles et qu’apprennent-ils dans un contexte politique où le ministère de l’agriculture promeut de plus en plus officiellement une agriculture écologique ?

Clivages entre jeunes dans les lycées agricoles

Tous droits réservés Philippe Sahuc

Pour étudier ce paradoxe, il est nécessaire de passer du temps auprès de jeunes scolarisés dans des lycées agricoles. L’enquête s’est donc déroulée sur toute une année scolaire, l’enquêteur assistant aux cours et aux activités extrascolaires proposées aux élèves internes. Ce travail s’effectue en 2006 , au moment où la réforme de la Politique agricole commune européenne instaure la protection de l’environnement et commence à faire évoluer l’agriculture française via son ministère, et par extension, l’enseignement agricole. En partant d’une démarche ethnologique, l’enquête a permis de partager les temps de vie des lycéens et lycéennes agricoles, tout en observant et saisissant chaque occasion de se faire expliquer les ressentis et le sens perçu de ce qui est vécu en commun.

Les cours liés aux techniques agricoles ont été l’occasion d’un premier constat : il existe un clivage entre l’engagement des enfants de familles agricoles et celui des enfants issus d’autres familles. Les seconds observent de loin tandis que les premiers se montrent toujours prêts à refaire les gestes appris dans la famille, mais surtout de la façon dont cela se fait dans ce cadre, en refusant les perspectives d’évolution. Toutefois, au quotidien, la cohabitation ne donne guère lieu à des frictions.

Pourtant, l’examen d’un questionnaire a fait apparaître des tensions entre le groupe des fils d’agriculteurs se destinant à devenir agriculteurs et une partie des autres lycéens et lycéennes, préparant par exemple un bac technologique intégrant la question environnementale ou bien un bac scientifique général. Les enfants d’agriculteurs sont perçus comme peu participant à la vie culturelle du lycée et fermés d’esprit voire intolérants et racistes.

Or ces derniers ne sont-ils pas surtout en désarroi face à la diminution du soutien public à l’agriculture dite conventionnelle ? Se sentant déjugés, les fils d’agriculteurs voulant devenir agriculteurs regrettent à leur tour que les autres se sentent « au-dessus » d’eux. Ces attitudes mettent en évidence l’absence d’échange positif entre les deux groupes et une certaine marginalisation des repreneurs de fermes. Jusqu’à devenir des opprimés dans les lycées pourtant dit agricoles ?

Stratégies éducatives des familles d’agriculteurs

CC SVG Silh

Le monde agricole se compose-t-il d’une seule classe sociale ou de plusieurs ? Vieille discussion au sein des sociologues ruraux. Aujourd’hui, les écarts de revenus et de modes de vie sont tellement importants, de même que les différences d’identité entre le « petit paysan » et « l’entrepreneur agricole », que l’on ne peut qu’envisager l’existence de différents groupes au sein du monde agricole. Comment les classifier ?

Chaque groupe correspond à une gamme de tailles d’exploitations pour une production donnée : on a par exemple besoin de beaucoup plus d’hectares pour être un « gros agriculteur » en céréaliculture qu’en viticulture. De fait, les services officiels de statistiques, que ce soit ceux du ministère l’agriculture ou ceux de l’INSEE, distinguent des petits, des moyens et des gros exploitants agricoles.

En considérant les fiches d’inscription au lycée agricole de l’étude mais aussi celles d’autres lycées de la même région, il apparaît que les enfants d’agriculteurs sont majoritairement des enfants de « moyens agriculteurs », voire de « petits » et que très peu d’entre eux sont des enfants de « gros agriculteurs ». En conséquence, il semblerait que les gros agriculteurs, même quand ils ont des enfants désireux de reprendre l’exploitation familiale, ne les confient pas au lycée agricole. Les stratégies éducatives, sans doute élaborées à partir de discussions entre parents et enfants, plus ou moins équilibrées selon les relations familiales, sont donc différentes entre la grosse agriculture, celle des entrepreneurs agricoles, et la petite et moyenne agriculture.

CC Pixabay OpenClipart-Vectors

Dans le Sud-Ouest de la France, les enfants des gros agriculteurs se retrouvent plutôt dans des écoles préparant au diplôme d’ingénieur agronome, privées ou publiques. Ils s’y retrouvent après une scolarité effectuée dans des lycées d’Education nationale de grandes villes comportant des classes préparatoires aux grandes écoles d’agronomie ou, en tout cas, à la réputation suffisamment établie pour que les dossiers de leurs bons élèves soient facilement acceptés dans les classes préparatoires de la métropole régionale.

Les jeunes et l’agriculture verte

Les études en grande école confèrent de l’assurance à celles et ceux qui s’y trouvent admis ; et si elles ne confèrent pas toujours de véritables compétences techniques pour pratiquer l’agriculture, elles permettent surtout aux futurs agriculteurs la capacité à savoir défendre ses choix de production, quels qu’ils soient. Les « gros agriculteurs » actuels qui ont effectué un tel parcours peuvent ainsi défendre, même esthétiquement s’il le faut, l’usage des pesticides par l’obtention d’une grande parcelle homogène, dont les épis de blé ondulent sous la lune, sans que ne vienne troubler aucune tache de coquelicot.

Mais qu’en est-il aujourd’hui de celles et ceux qui ne peuvent suivre ce parcours ou dont les stratégies familiales conduisent à d’autres choix, comme celui des études en lycée agricole ? L’enquête fait apparaître que certains sont toujours prêts à défendre avec véhémence une agriculture française dite conventionnelle c’est-à-dire sans le label d’agriculture biologique. Le risque est donc de plus en plus grand que leurs arguments ne soient pas reçus par la plus grande partie de la population, qui est, elle, gagnée par le discours de protection de l’environnement.

Pourtant, même si c’est timidement et sans employer le registre passionné des autres enfants d’agriculteurs, certains jeunes en filière de grande culture prônent l’agriculture biologique. Toutefois, et contrairement au début des années 2000, ce n’est pas tant une dichotomie qui apparaît entre les jeunes mais un gradient de positions où le doute par rapport aux pratiques anciennes s’insinue d’un côté et de l’autre, témoignant soit d’un certain intérêt pour les nouvelles pratiques, telle l’agro-écologie, soit de la résignation devant une évolution qu’on se sent obligé de suivre.

En somme, les possibles opprimés par leurs pairs d’hier réagissent avec une certaine souplesse à une évolution qu’ils sentent toutefois plus imposée que désirée.

Crédits image à la Une : CC Pixabay skeeze et crédits image d’entrée : CC Pixabay LillyCantabile


Philippe Sahuc

ENSFEA, UMR EFTS (philippe.sahuc@educagri.fr)

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Corsiglia François dit :

    Erreur de mise à jour : le temps passe et les agriculteurs ne sont plus à 3 % , mais en cette fin 2018 la statistique est déjà tombée à moins de 1 % de la population active: même Michel Serres le sait, mais si les gens d’Hypothèses n’écoutent que les députés et les élus locaux des régions agricoles ils risquent de se « planter », c’est sûr…..en effet, ils récitent encore les statistiques d’il y a dix ans….Juste pour provoquer les scientifiques de Toulouse : 1 %, c’est moins qu’aux USA !! Je sais pas si vous le savez mais notre Ministère de l’Agriculture date grosso modo du début de la 3 éme république, il en a encore quelques traces !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.