L’industrie de la mode et ses précaires

Le monde de la mode, c’est bien sûr le luxe, les paillettes et le glamour, et ses professionnels qui font rêver. Pourtant, la plupart d’entre eux, y compris des « créatifs » (mannequins, photographes, coiffeurs, maquilleurs, stylistes photo…), sont loin de vivre dans les mêmes conditions matérielles que les riches clients des grandes marques. Pour tout dire, ils sont souvent « précaires ».

Pour rendre compte de ce phénomène paradoxal, en tout cas en apparence, Giulia Mensitieri, docteure en Anthropologie sociale et Ethnologie à l’EHESS de Paris, a mené une enquête en suivant de près le quotidien de certains de ces travailleurs créatifs. Nous vous proposons de découvrir en son et en images son article publié dans la revue Terrains/Théories et intitulé « Une précarité glamour : le travail créatif dans la mode ». Elle s’est plus particulièrement intéressée à la production des imaginaires désirables du capitalisme contemporain, aux transformations du travail et aux nouveaux d’assujettissement.

Son enquête a duré deux ans, entre Paris et Bruxelles. Pour entrer dans le milieu hermétique de la mode, elle a suivi notamment Mia, styliste photo italienne. Elle décrit en détail les journées qu’elle a pu observer, analyse ses discours et positionnements et souligne la vie paradoxale qu’elle mène. Le paradoxe entre les journées de luxe vécues dans le travail et la précarité financière génèrent du mal-être, alors même que les travailleurs créatifs s’identifient eux-mêmes à ce monde de rêve. Ils en reproduisent les codes et se mettent en scène comme faisant partie du même milieu que les riches clients des grandes marques.

Fiche technique

Ecriture : Manon Bril

Musique : OTAAM

Crédits image à la Une : CC Flickr Tiomax80 et crédits image d’entrée : CC Pixabay Clker-Free-Vector-Images


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.