La “révolution de velours” arménienne

Ancienne république soviétique, l’Arménie a connu depuis son indépendance une succession de périodes difficiles. Ainsi, pendant les années “sombres et froides”, entre 1992 et 1995, les Arméniens n’ont disposé que d’une heure d’électricité et de chauffage par jour. Par ailleurs, malgré la fin officielle du conflit avec l’Azerbaïdjan en 1994, les tensions persistent sur la question du Karabagh, et l’état de guerre est permanent entre les deux pays. Enfin, le parti républicain est au pouvoir depuis 1999. Nationaliste et conservateur, il a fait de la question du Karabagh sa priorité.

Dans ce contexte, et alors même que la situation est toujours tendue avec leurs voisins, comment les Arméniens ont-ils réussi mener leur “revolution de velours” ? Pour y répondre, il convient de replacer cet évènement dans le contexte des mobilisations populaires en Arménie. Ces dernières sont tout autant une réponse à la corruption des élites politiques et économiques qu’une réaction face à la pauvreté endémique. Ces phénomènes existent à différentes échelles et, de fait, les mobilisations ont eu lieu dans plusieurs villes.

Une longue tradition de manifestations

On a l’habitude d’appeler “révolution de velours”, le mouvement qui a permis de renverser le régime communiste en Tchécoslovaquie à la fin de l’année 1989. Il a été baptisé ainsi en raison du peu de sang versé pour renverser le gouvernement. C’est pour cette même raison que ce nom est utilisé pour évoquer les manifestations d’avril-mai 2018 en Arménie. Pour prendre la mesure de ce phénomène, il faut revenir sur les autres mouvements qui ont secoué le pays durant la période soviétique puis après l’indépendance.

Les manifestations les plus importantes en Arménie soviétique ont eu lieu après la mort de Staline. Les commémorations du cinquantenaire du Génocide des Arméniens, des Grecs pontiques et des Assyriens par exemple eu lieu en 1965 et ont mobilisé plus de cent mille personnes dans les rues de la capitale Érevan. Mais plus que les commémorations, l’imaginaire d’une autre contestation est mobilisé par les manifestants de 2018 : il s’agit du mouvement de 1988.

Le 13 février 1988, une manifestation a lieu à Stepanakert, alors en RSS d’Azerbaïdjan. Les protestataires demandent leur rattachement à la RSS d’Arménie, provoquant des affrontements entre Arméniens et Azéris. Ils atteignent leur paroxysme lors du pogrom anti-arménien du 27 février 1988 dans la ville de Soumgaït, au nord de Bakou et constituent le point de départ du conflit entre les deux anciennes républiques soviétiques.

CC Pixabay Clker-Free-Vector-Images

Parallèlement, les mobilisations continuent en Arménie et prennent de l’ampleur en 1989. Elles s’inscrivent alors dans le cadre des mouvements sociaux liés à la chute de l’URSS. Pour l’anthropologue Harutyun Marutyan, ainsi que pour l’historien Mikayel Zolyan, ces manifestations font partie des « révolutions de velours » ayant entraîné la chute du monde communiste. C’est en ce sens qu’ils qualifient les mobilisations d’avril-mai 2018 de “nouvelle révolution de velours”.

Les souvenirs d’événements plus récents sont aussi mobilisés, au premier chef desquels les manifestations du 1er mars 2008. En février 2008, Serge Sarkissian remporte les élections présidentielles dès le premier tour avec 52% des voix. L’opposition crie à la fraude, et des citoyens descendent dans les rues de la capitale.

Dix personnes perdent la vie lorsque le president sortant décide de faire tirer sur la foule. Cette répression n’empêche pas de nouvelles mobilisations : à l’été 2015, un grand nombre d’habitants d’Erevan proteste contre la hausse des prix de l’électricité.

  • Zolyan M., 2018, “Is 2018 the new 1988 ?” EVN report.
  • Marutyan H., 2018, “The Karabagh Movement or What was happening in Soviet Armenia 30 years ago”. EVN report.
  • Ardillier-Caras F., 2006, “Sud-Caucase : conflit du Karabagh et nettoyage ethnique” Bulletin de l’association des géographes français, n°83-4, pp. 409-432
  • Geukjian O., 2012, Ethnicity, nationalism and conflict in the South Caucasus : Nagorno-Karabakh and the legacy of Soviet nationalities policy, Farnham : Ashgate.

La corruption et la pauvreté

CC Pixabay Clker-Free-Vector-Images

S’inscrivant dans cette tradition contestataire, le soulèvement du mois d’avril 2018 est causé par plusieurs facteurs. Le premier d’entre eux concerne la classe politique. En 2015, le président Serge Sarkissian a organisé un référendum afin de réformer la constitution. Le pays doit passer d’un régime semi-présidentiel à un régime parlementaire, donnant ainsi la plupart des pouvoirs au Premier ministre. Par ailleurs, l’élection au suffrage universel direct du président doit disparaître au profit de son élection par le Parlement.

Serge Sarkissian ayant lui même ayant déjà exercé deux mandats, il ne peut pas se représenter à la présidence. Armen Sarkissian (sans lien de parenté avec son prédécesseur) est élu le 2 mars président de la république et Serge Sarkissian devient son Premier ministre. Par cette manoeuvre, les opposants soupçonnent Serge Sarkissian de vouloir garder le pouvoir à vie.

Au delà des questions institutionnelles, la fraude et la corruption s’invitent aussi à toutes les échelles de gouvernements : l’Arménie a ainsi été classée 110e sur 183 pays par le Corruption Perception Index en 2017. Plusieurs juges ont par exemple été mis en examen en 2017, soupçonnés d’avoir perçu de l’argent en échange d’un verdict.

Par ailleurs, depuis l’arrivée au pouvoir de Serge Sarkissian, le taux de pauvreté a augmenté, passant de 27,6% en 2008 à 29,8% en 2016 ; le revenu par habitant à quant à lui stagné autour des 4000$ par habitant et par an sur les dix dernières années. Le salaire minimum est fixé à 55 000 drams (environ 100 euros), quand le prix moyen du pain est autour de 100 drams (à Erevan) et celui du KwH de 40 drams. Ramené au coût de la vie en France, c’est comme si la baguette et l’électricité coûtaient respectivement deux fois et six fois plus cher.

CC Wikimedia Commons Way Out Alliance for Way Out Alliance

La classe politique inamovible, la pauvreté et la corruption généralisée sont à l’origine des manifestations de 2018, dirigées notamment par Nikol Pashinyan, le chef de file de l’opposition. Celui-ci fait partie d’une coalition de trois différents partis, appelée “Yelk” en arménien, l’alliance pour le départ. Elle est constituée de trois partis politiques : le parti du Contrat civil, à la tête duquel figure Nikol Pashinyan, Lusavor et le parti de la République, notamment formé d’anciens membres du parti républicain. Nikol Pashinyan est un ancien journaliste, devenu très critique à l’égard du gouvernement à partir du mandat de Robert Kotcharian (1998-2008). Il fait partie des manifestants de 2008 contre l’élection de Serge Sarkissian. Élu député de l’opposition depuis 2012, il est libéral et pro-démocratie.

  • Ter Minassian V., 2018, Arménie : chronique de la IIIe République, Paris : l’Harmattan

Fédérer et occuper l’espace

Après l’élection de Serge Sarkissian au poste de Premier ministre, les manifestations prennent de l’ampleur et le nombre de manifestants augmente constamment. Le 21 avril, Nikol Pashinyan rencontre Armen Sarkissian afin de trouver une issue à la crise. Un accord est conclu : Nikol Pashinyan doit rencontrer Serge Sarkissian le lendemain.

L’opposant politique demande au Premier ministre de démissionner et de mettre en place les conditions d’un transfert pacifique du pouvoir. Serge Sarkissian lui répond qu’il ne s’agit pas d’un dialogue, mais d’un ultimatum. Il continue en déclarant : “vous n’avez pas retenu les leçons du 1er mars”, sous-entendu les manifestations du 1er mars 2008. Une heure après cette entrevue, Nikol Pashinyan et deux de ses soutiens, Sasun Mikaelyan et Ararat Mirzoyan sont arrêtés et placés en détention.

CC Pixabay ID 472301

Les manifestations prennent alors une ampleur inédite en terme de nombre et d’espace occupé. Le 22 avril, des manifestations ont lieu dans les principales villes du pays, comme Vanadzor ou Gyumri. Face à la contestation, Serge Sarkissian présente sa demission le lendemain. De nouvelles élections sont organisées le 1er mai, mais Nikol Pashinyan ne parvient pas à réunir les 53 voix nécessaires pour être élu au poste de Premier ministre par les parlementaires. Un nouveau tour est organisé la semaine suivante, et, après des tractations avec le Parti républicain, le leader de la contestation récolte 59 voix, six de plus que la majorité requise.

Prendre pour objet d’étude ces mouvements de contestation permet de révéler les stratégies mises en place par les opposants au pouvoir en place. Comme bien des mouvements sociaux, elles concernent avant tout des zones urbaines, tout en ne restant pas cantonnées à la capitale.

Par ailleurs, la jeunesse est extrêmement mobilisée. Nombreux sont en effet les lycéens ou étudiants qui se rendent dans les manifestations après leurs cours. Cette génération, qui n’a pas connu la période soviétique, qui a accès a Internet, a en effet grandi entourée du spectre de la guerre, dans une Arménie de plus en plus pauvre et inégalitaire.

La place occupée par les femmes est aussi été très importante et révélatrice des enjeux sociétaux. On a pu observer des pancartes comme celle reprise par Georgia Today le 27 avril, annonçant fièrement “Women belongs to the kitchen revolution”. Rédigée en anglais, cette pancarte est autant destinée à être lue par des manifestants arméniens ou par le gouvernement, que par la communauté internationale.

Cet exemple met en évidence l’imbriquement des mouvements dans la révolution de velours. Il ne s’agit pas uniquement d’un mouvement de rejet envers Serge Sarkissian, mais au contraire d’un mouvement plus large, visant a mettre fin à “un système” social et politique. En cela, pour des spécialistes du Caucase comme Gaidz Minassian, professeur à Sciences-po Paris la nouvelle révolution de velours marque la sortie de l’Arménie de l’ère post-soviétique.

  • Minassian G., 2018, “Arménie : sortir du post- soviétisme ?”, Le Monde, 28 avril 2018

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

Crédits image à la Une : CC Max Pixel et crédits image d’entrée : CC SVG Silh


Élodie Gavrilof

Université de recherche Paris-Sciences-et-Lettres, EHESS (egavrilof@me.com)

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 20/12/2018

    […] La “révolution de velours” arménienne. Ancienne république soviétique, l’Arménie a connu depuis son indépendance une succession de périodes difficiles. Ainsi, pendant les années “sombres et froides”, entre 1992 et 1995, les Arméniens n’ont disposé que d’une heure d’électricité et de chauffage par jour. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.