Smart specialisation, un concept économique pas si smart que ça ?

Quelquefois des idées, des concepts, issus du monde académique parviennent à retenir l’attention des acteurs de la politique économique. Cela a été le cas des « districts industriels » (Giuseppe Beccatini), des « clusters » (Michael Porter) et des « quartiers créatifs » (Richard Florida). Un nouvel arrivant vient de s’imposer au sein de cette heureuse famille : la « smart specialisation » ou « RIS3 ». Mais de quoi s’agit-il au juste ? Est-ce un concept réellement nouveau ? Son adoption par les décideurs est-elle légitime ? Aura-t-il des retombées économiques et sociales sur les territoires ?

Le concept de « RIS3 » (Research & Innovation Strategy for Smart Specialisation) est développé en 2008 par le Knowledge for Growth Expert Group, comité d’experts académiques convié par Janez Potočnik, Commissaire européen à la Recherche. Aussitôt, l’Union Européenne le met au cœur de sa politique de cohésion territoriale pour la période 2014-2020. En effet, l’attribution des fonds structurels liés à la recherche et développement (R&D), l’innovation, les technologies de l’information et de la communication et le soutien aux petites et moyennes entreprises sont désormais conditionnés par l’existence d’une stratégie régionale de smart specialisation. Entre-temps, ce concept a été approprié par d’autres organisations internationales, telles l’OCDE et la Banque mondiale.

De quoi parle-t-on ?

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

La RIS3 est une stratégie construite sur une logique de définition de priorités pour les politiques régionales. A partir des compétences, ressources et savoir-faire régionaux, et à travers l’implication des acteurs régionaux dans le processus collectif de découverte entrepreneuriale, elle consiste à identifier un nombre limité de secteurs ou activités distinctifs et originaux dans lesquels la région va devoir se spécialiser si elle veut construire un avantage comparatif durable.

Soyons clairs : elle n’est pas une politique industrielle au sens strict, mais plutôt une politique d’innovation (même si les deux sont, ou devraient être, étroitement liées). Cette stratégie se focalise d’abord sur les relations entre, d’un côté, les ressources et les activités déployées en R&D et innovation et, de l’autre, la structure industrielle de l’économie régionale. Les décideurs ne sont pas invités à construire une spécialisation industrielle dans un secteur réputé prometteur, mais à orienter la R&D et l’innovation vers des activités liées à ce secteur.

  • Foray D., David P.A., Hall B., 2009, “Smart Specialisation : The Concept”, in Knowledge for Growth : Prospects for Science, Technology and Innovation, Selected Papers from Research Commissioner Janez Potočnik’s Expert Group, 19-24.

Un changement d’orientation à l’échelle mondiale

Les racines de la RIS3 remontent aux années 1970. A cette époque, les politiques industrielles appliquées depuis la Seconde guerre mondiale (promotion des industries naissantes et protection des activités locales traditionnelles face à la concurrence extérieure) commencent à être remises en cause : les économies stagnent et certains indicateurs suggèrent que la productivité augmente davantage dans les secteurs non protégés.

CC Pixabay ArtsyBee

Un nouveau consensus prônant la neutralité des politiques industrielles et d’innovation s’installe dans les forums politiques internationaux : les bonnes politiques industrielles et d’innovation sont désormais celles qui visent à corriger des défaillances de marché (par exemple, l’imparfaite appropriation des connaissances) tout en demeurant « horizontales » et donc sans favoriser un secteur, une activité ou une technologie. Les politiques ciblant des secteurs précis sont qualifiées de « dangereuses » car elles limitent la concurrence, sont source de distorsions de marché, et nécessitent une expertise (anticiper l’évolution des marchés et technologies, identifier les secteurs prometteurs…) que les acteurs publics ne seraient pas en mesure de posséder.

La smart spécialisation s’éloigne de ce consensus. Son point de départ est la remise en question de la stratégie de neutralité dans la politique industrielle et de R&D, en argumentant que les politiques horizontales sont particulièrement peu efficaces dans un système régional qui se veut intégré. La raison : le comportement fortement mimétique des acteurs en charge de l’élaboration des programmes régionaux.

En effet, inspirées par des succès (Silicon Valley, Boston, Cambridge…), chaque région essaie de promouvoir l’exportation et le développement d’activités industrielles et innovantes dans quelques secteurs de haute technologie à la mode (nanotech, biotech, TIC). Avec de bien piètres résultats : d’une part, les efforts de chacune sont trop faibles pour avoir un impact significatif ; d’autre part, le risque de faire la même chose que la voisine est évidemment fort, alors que la diversité offrirait plus d’alternatives pour construire des complémentarités.

Une stratégie alternative ?

CC Pixabay Clker-Free-Vector-Images

La stratégie de RIS3 apparaît comme une alternative à ces politiques neutres et mimétiques. La logique de priorisation est le premier aspect fondamental de cette stratégie : les régions ne pouvant pas tout faire, il est important de se focaliser sur certains secteurs, activités ou domaines technologiques afin de pouvoir réaliser les gains potentiels d’économie d’échelle et des effets de débordement des connaissances.

Sur cette base, la RIS3 ne serait pas vraiment nouvelle car les politiques industrielles du passé ont déjà appliqué la même logique. Elle serait donc contrainte par les mêmes problèmes déjà évoqués car trouver et définir les domaines de spécialisation appropriés est un défi complexe.

Traditionnellement, la question a été résolue en mobilisant des approches « top-down », venues « d’en haut » : par exemple, on peut évoquer des exercices très « scientifiques » de prospection technologique réalisés ou commandés par les acteurs publics. Cependant, ces exercices ont tendance à produire toujours les mêmes classements, sans prendre en compte le contexte et les conditions régionales spécifiques.

Une stratégie un peu nouvelle, malgré tout…

La nouveauté réside d’abord dans les critères de priorisation : il faut être « smart ». Autrement dit, il s’agit d’éviter les approches du type « prêt-à-porter » qui mettent en avant les activités ou les domaines à la mode. La définition des domaines et activités prioritaires doit se fonder sur les compétences régionales existantes et sur la capacité à développer des spécialisations originales, pour constituer des avantages comparatifs durables. Afin de créer un avantage comparatif régional, on ne doit pas identifier les domaines technologiques les plus prometteurs, mais ceux dans lesquels les projets d’innovation et de R&D complètent le mieux les compétences et capacités productives existantes.

CC Pixabay sunilkargwal

Néanmoins, il est vrai que la RIS3 n’est pas la première politique à prendre en compte ces spécificités et que les acteurs politiques n’ont pas toujours été complètement aveugles face aux spécificités territoriales. En fait, la différence la plus significative concerne le processus d’identification et de sélection des futurs domaines prioritaires de spécialisation : le processus de « découverte entrepreneuriale ». C’est une approche « bottom-up » (du bas vers le haut) dans lequel des entrepreneurs (au sens large : entreprises, universités, inventeurs indépendants…) sont au centre du processus de définition des priorités.

Ces acteurs ont des connaissances fondamentales, les connaissances « entrepreneuriales », qui combinent des connaissances scientifiques et techniques avec celles du marché. Ils sont donc mieux situés pour dénicher les domaines dans lesquels la région a le plus de chances de réussir.

La découverte entrepreneuriale est donc conçue comme un processus collectif d’expérimentation. Il est supposé mobiliser les acteurs sur le terrain pour établir des priorités, en réduisant les risques des approches « top-down ». L’acteur public n’est néanmoins pas écarté, puisqu’il garde un rôle proactif pour favoriser cette découverte entrepreneuriale.

Et si c’était trop nouveau ?

CC Pixabay Clker-Free-Vector-Images

Apparue en 2009, la RIS3 se trouve déjà au cœur des politiques de cohésion et d’innovation de l’Union Européenne pour la période 2014-2020. Ainsi, la transition de la conceptualisation à la mise en oeuvre a été très rapide, et peut-être trop rapide.

L’argumentation théorique est séduisante, et des évidences empiriques soutiennent cet argumentaire. Par contre, il n’y a pas eu d’études sur l’application de cette politique dans des régions pilotes. En conséquence, on connaît très peu son impact sur la transformation du profil régional de spécialisation, l’emploi et l’innovation, ainsi que sur les facteurs affectant le processus de découverte entrepreneuriale. De plus, au moment de son adoption, il y a eu un manque d’information et de lignes directrices sur la méthode pour organiser et rendre opérationnel le processus de découverte entrepreneuriale. Enfin, les outils de diagnostic pour évaluer des alternatives émergentes par rapport aux caractéristiques régionales, le potentiel du domaine, et le positionnement d’autres régions demeurent encore rares.

La situation est donc assez paradoxale. Depuis 2014 la Commission a imposé l’adoption d’une stratégie de RIS3 comme précondition à l’accès aux fonds structurels européens. Pour être éligibles à ces financements, les acteurs politiques régionaux sont tenus d’identifier des domaines de spécialisation en se basant sur une évidence empirique solide. Pourtant, la Commission n’a jamais vérifié sa solidité. Une stratégie – il paraît légitime de le penser – pas tout vraiment « smart »…

Crédits image à la Une : CC Mondes Sociaux et crédits image d’entrée : CC Pixabay ElisaRiva


Joan Crespo

Université Toulouse 1 – Capitole,LEREPS EA 4212 ( jcrespo@ut-capitole.fr)

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 20/12/2018

    […] Smart specialisation, un concept économique pas si smart que ça ? Quelquefois des idées, des concepts, issus du monde académique parviennent à retenir l’attention des acteurs de la politique économique. Cela a été le cas des « districts industriels » (Giuseppe Beccatini), des « clusters » (Michael Porter) et des « quartiers créatifs » (Richard Florida). Un nouvel arrivant vient de s’imposer au sein de cette heureuse famille : la « smart specialisation » ou « RIS3 ». Mais de quoi s’agit-il au juste ? Est-ce un concept réellement nouveau ? Son adoption par les décideurs est-elle légitime ? Le concept de « RIS3 » (Research & Innovation Strategy for Smart Specialisation) est développé en 2008 par le Knowledge for Growth Expert Group, comité d’experts académiques convié par Janez Potočnik, Commissaire européen à la Recherche. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.