Quand la série Black Mirror raconte l’homme « augmenté » par le numérique…

La question des post-humains, posée entre autres par le rôle des nouvelles technologies dans la transformation de l’humain, occupe autant les auteurs de science-fiction que les chercheurs. Que va devenir l’humanité dans le futur, pourquoi et comment sera-t-elle augmentée, transformée, voire dépassée ? Ces interrogations font désormais partie de l’ordinaire de nombreuses disciplines scientifiques.

Les sciences humaines et sociales sont également concernées. Elles s’intéressent même à la manière dont les œuvres de fiction y réfléchissent. La tentation était alors forte de braquer le projecteur sur Black Mirror. Cette célèbre série télévisée britannique, d’abord diffusée par Channel 4, puis à partir de 2016 sur Netflix (et en France, dès 2014, sur France 4), fait le récit d’une société future dans laquelle une utopie fondée sur le progrès technologique se révèle dangereuse pour l’humanité.

David Roche, professeur d’études cinématographiques à l’Université Toulouse-2-Jean Jaurès a publié dans la revue TV/Series, un article analysant comment cette série s’est questionnée sur le devenir de la mémoire humaine à l’ère du numérique. En analysant avec précision certaines scènes clés (épisode 3 de la saison 1), le chercheur décortique minutieusement les procédés cinématographiques pour montrer comment, en inventant des technologies fictives et futuristes, elle invite à réfléchir sur des thématiques déjà anciennes… mais avec un regard plus pessimiste sur l’humain augmenté que les œuvres de science-fiction qui lui servent de modèle. Nous vous proposons de découvrir cette recherche.

Fiche technique

Musique : Otaam

Texte, voix : Manon Bril

Crédits image à la Une : CC Pxhere mohamed hassan et crédits image d’entrée : CC Flickr Lindsay Silveira


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.