Mark Granovetter : les institutions et l’activité économique

Professeur de sociologie à l’Université américaine de Stanford, Mark Granovetter est une figure majeure de la « nouvelle sociologie économique ». A l’occasion de la publication récente d’un de ses ouvrages, Society and Economy, ce texte présente certains de ses apports les plus importants à l’analyse des activités économiques.

La « nouvelle sociologie économique » est un courant de recherche porté depuis les années 1980 par des sociologues qui considèrent qu’il faut étudier les activités économiques en mobilisant les ressources des sciences sociales dans leur ensemble, et notamment l’analyse des  réseaux sociaux. Ce projet intellectuel est né en effet au sein du petit groupe d’analystes de réseaux rassemblés à Harvard autour de Harrison White. Ce dernier s’était lancé dans une théorisation des marchés à partir des réseaux de liens entre les entreprises, leurs fournisseurs et sous-traitants.

Parmi ces chercheurs, Mark Granovetter est rapidement apparu comme une référence centrale, avec une thèse remarquable sur le marché du travail (1974), un article majeur sur la force des liens faibles (1975), et surtout un article sur l’encastrement des activités économiques dans les structures sociales publié en 1985, dont l’impact a été considérable sur l’ensemble des sciences sociales. Il d’ailleurs été rapidement considéré comme le manifeste de la nouvelle sociologie économique.

  • Granovetter M., 2017, Society and Economy. Framework and Principles, Cambridge (Mass.): Harvard University Press.
  • Granovetter M., 1985, “Economic Action and Social Structure: The Problem of Embeddedness”, The American Journal of Sociology, 91-3, 481-510.
  • Granovetter M., 1974, Getting a Job. A Study of Contacts and Careers, Cambridge (Mass.): Harvard University Press.
  • Granovetter M., 1973, “The strength of weak ties”, The American Journal of Sociology, 78, 1360-1380.

 

Les réseaux comme niveau intermédiaire du monde social

Dans son article sur l’encastrement (embeddedness), il critique aussi bien les théories individualistes du courant standard que les approches économiques « institutionnalistes » ou la théorie des coûts de transaction à partir d’une position qui est celle des sociologues gravitant autour de Harrisson White à cette époque : « Les acteurs [individuels] n’agissent ni ne décident comme des atomes en dehors de tout contexte social, pas plus qu’ils n’adhèrent servilement à des destins écrits pour eux par l’intersection des catégories sociales auxquelles ils appartiennent. Leurs tentatives d’actions intentionnelles sont plutôt encastrées dans le système concret des relations sociales ». Ces phrases clés sont reprises mot pour mot 32 ans plus tard dans son dernier ouvrage précité, Society and Economy.

CC Flickr Marco Verch

Cette position n’est pas spécifique au débat sur les théories de l’activité économique. Elle relève en fait des sciences sociales en général. Elle consiste à récuser aussi bien les approches individualistes que celles (dites « holistes ») qui partent d’une conception globale de l’ensemble social pour en déduire les comportements individuels. A ces deux approches, comme la plupart des spécialistes des réseaux sociaux, Mark Granovetter oppose le niveau des relations interpersonnelles et des réseaux qu’elles constituent, réseaux qui sont pour lui la structure sociale de niveau intermédiaire qui relie l’action individuelle à des cadres plus macrosociaux.

Il a beaucoup écrit depuis 1985, exploré les débuts de l’industrie électrique aux États-Unis, le fonctionnement de la Silicon Valley et bien d’autres sujets. Mais il avait annoncé dès le début des années 1990 le projet de Society and Economy dont le titre inverse intentionnellement les termes de l’ouvrage classique du sociologue allemand Max Weber. Plus de vingt ans après l’évocation du projet, la partie théorique est parue en 2017, un ouvrage à venir devant présenter des études de cas plus empiriques.

Société et économie

Dans l’introduction, l’auteur présente son projet comme dépassant la seule sociologie économique : « j’espère contribuer à une compréhension de l’économie d’une manière qui transcende les frontières disciplinaires et qui, par conséquent, ne se soucie guère de l’origine intellectuelle des idées utiles ». Il distingue trois niveaux de phénomènes économiques à expliquer : l’action économique individuelle ; les modèles d’action au-delà du niveau des individus ; les institutions économiques.

CC Wikimedia Commons Martin Grandjean

Les réseaux sociaux font le lien entre ces niveaux de déploiement des phénomènes : « Je vais essayer de comprendre comment les niveaux micro et macro de l’analyse sont liés et comment ce que certains ont appelé un niveau d’analyse « méso » est critique pour comprendre la dynamique de telles relations. Ce n’est qu’en raison de la criticité de ce niveau moyen d’analyse que les « réseaux sociaux » occupent parfois une place centrale dans mon argumentation. Je tiens à souligner qu’il ne s’agit pas d’un concept causal privilégié et qu’ils n’ont qu’une valeur explicative modeste dans la plupart des situations ». Les réseaux ne constituent donc pas une « dernière instance », ils sont ce qui fait lien entre les niveaux micro et macro.

Les trois chapitres qui suivent abordent des aspects que l’auteur considère comme importants pour la compréhension des activités économiques (les constructions mentales, la confiance et le pouvoir) avant de traiter la question centrale des institutions dans les deux derniers chapitres.

Institutions

Poursuivant la progression de l’analyse vers des niveaux d’analyse au-delà du niveau des individus, des petits groupes ou des communautés autonomes, les deux derniers chapitres du livre traitent des institutions, définies comme « des ensembles de modèles [patterns] persistants qui définissent comment certaines actions sociales spécifiques sont et devraient être menées ». Le terme « pattern » est assez large et peut inclure des règles formelles (le droit, par exemple) autant que des normes plus implicites.

Revenant vers sa discipline à cette occasion, il rappelle que « La sociologie en tant que discipline (…) met l’accent sur tous les aspects majeurs de la vie sociale, économiques, politiques, sociaux, religieux/idéologiques et autres, et elle suppose qu’aucun de ces aspects n’a de priorité causale (…) une telle revendication de priorité (….) [renoncerait] à la flexibilité intellectuelle et analytique nécessaire pour expliquer la vie sociale. Les institutions qui influent sur l’économie ne sont jamais purement économiques ».

CC Pxhere mohamed hassan

Discutant les diverses façons de définir les institutions, il évoque les travaux de Luc Boltanski et Laurent Thévenot, déjà évoqués dans les chapitres précédents et dont il semble à certains égards assez proche. Cependant, il refuse de définir une typologie d’institutions ou des critères standards comme ces auteurs l’ont fait avec leurs six « cités » : « Dans des contextes donnés, nous pouvons voir empiriquement comment les activités sont regroupées et nous pouvons prendre ces groupements concrets comme point de départ pour l’analyse. Il ne s’agit pas seulement d’un critère ad hoc, mais cela correspond à ma préférence pour une vision pragmatique de l’action humaine qui considère les gens comme résolvant des problèmes et n’étant pas enfermés dans un ensemble particulier de logiques institutionnelles ».

Après avoir discuté les définitions des institutions et proposé sa conception très empiriste, il aborde enfin la question du lien entre ces institutions et l’action individuelle. Pour lui, les individus arbitrent entre les différentes institutions présentes dans les situations concrètes, « les domaines institutionnels sont entrelacés, et les acteurs ne sont pas infiniment intelligents dans l’imagination de solutions abstraites, mais gravitent plutôt vers des modèles familiers d’autres domaines de leur vie. Ainsi, l’innovation et l’invention naissent rarement de novo, mais sont construites avec des matériaux qui existent déjà ».

A partir de quelques l’exemple, dont celui de l’industrie électrique, il est conduit à présenter un modèle de l’action. Celle-ci est contrainte par des configurations qui produisent un ensemble restreint de possibilités relativement équivalentes sur lesquelles les acteurs, s’appuyant sur leurs ressources et leurs réseaux, peuvent peser pour privilégier l’une ou l’autre : « Comment (…) pouvons-nous trouver une position qui concilie le besoin d’accommoder l’action de résolution de problèmes (dans la tradition pragmatiste) et ne pas surestimer la cohérence des institutions (…) ? Je soutiens que la façon de résoudre ce dilemme est de déterminer pour un pays ou une région quels sont les cadres alternatifs ou « logiques » que les acteurs sont susceptibles de choisir dans l’organisation de l’activité économique et qui semblent conceptuellement disponibles, de déterminer dans quelle mesure ils sont séparés et autonomes les uns des autres ou se chevauchent, d’expliquer comment cette gamme particulière ou « menu » d’options est née, et de théoriser le processus par lequel les acteurs élaborent à partir de ces matériaux disponibles des solutions pour les problèmes économiques auxquels ils sont confrontés — c’est-à-dire, de comprendre ce qui dans l’environnement social et économique incite les acteurs à aller vers le cadre et les logiques qu’ils utilisent ».

CC Pixabay Clker-Free-Vector-Images

Mais il ne s’agit pas pour autant de céder à une sorte d’historicisme radical : « il y a un danger à théoriser de tels menus, qui est celui de tomber dans l’historicisme, où chaque cas est unique et où tout peut arriver. Pour éviter cela, nous devons expliquer où les menus institutionnels trouvent leur origine et pourquoi ».

Sciences sociales de l’activité économique

Mark Granovetter développe dans ce livre les idées qu’il défend depuis longtemps, avec des éclaircissements, des compléments, notamment sur les institutions, et la présentation d’un cadre d’ensemble qui devrait être extrêmement précieux pour tous ceux qui effectuent des recherches sur les activités économiques.

Ce rapide compte-rendu s’est centré sur la question des institutions qui semble être l’une des principales avancées de l’ouvrage par rapport aux travaux antérieurs de l’auteur. Les institutions apparaissent comme des constructions émergentes, plus ou moins stabilisées et pérennes, intégrant les effets d’actions multiples (dont bien sûr celle des instances politiques) qui contribuent à cadrer les activités économiques. Celles-ci ne peuvent être comprises sans ces effets de cadrage qui impliquent de rendre compte des structures sociales et de leur construction historique.

Cela esquisse les contours de ce pourrait être une science sociale des activités économiques qui ne se limiterait pas aux théories économiques, mais intégrerait les apports de la sociologie, de l’histoire et des autres sciences des activités humaines.

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

Crédits image d’entrée et image à la Une : CC Mondes Sociaux


Michel Grossetti

LISST-CERS (michel.grossetti@univ-tlse2.fr)

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Pelatan dit :

    Un sociologue américain de Standford dans le site « sms.hypotheses » ??..noon, vous rigolez !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.