Allemagne : au secours, la Heimat revient !

La Heimat est une passion allemande, ancienne et continue. « Pays, région ou lieu, où on [est né et] a grandi ou bien où l’on se sent comme chez soi grâce à des séjours répétés » selon le dictionnaire Duden, Heimat est le plus souvent traduit en français par « petite patrie » ou « foyer ».

Dans Heimat, il y a Heim, dont la signification est proche de l’anglais home : c’est la maison, la maisonnée. Pour un Allemand, la Heimat est d’abord le lieu qu’il habite et au sein duquel il est en familiarité avec les gens et les choses. Elle est souvent associée à un passé, mais peut également être une communauté de pensée et de sentiments, tissée par des liens d’affinité. A contrario, ne pas en avoir, c’est être heimatlos, c’est-à-dire apatride, voire sans racines.

La Heimat fait depuis quelques années un retour tonitruant dans la culture et la politique allemandes. Au milieu des années 1980, la diffusion de la Trilogie Heimat d’Edgar Reitz avait beaucoup contribué à en populariser le contenu. Mais depuis lors celui-ci a connu de nombreuses dérives. Certains observateurs s’inquiètent à présent de voir le terme utilisé par « de mauvaises personnes au mauvais moment et au mauvais endroit ou, au mieux, de manière irrationnelle et contradictoire » (Johannes Schneider, Die Zeit, 9 octobre 2017). Ces craintes ne paraissent pas infondées : elle est bien devenue un bric-à-brac commercial et médiatique, tiré à hue et à dia.

  • Weissberg G., 2018, Heimat. La petite maison dans la patrie, Paris : L’Harmattan.
  • Krug N., 2018, Heimat. Loin de mon pays, l’Allemagne, Paris : Gallimard.
  • Türcke Ch., 2015, Heimat. Eine Rehabilierung, Zu Klampen Verlag.
  • Blicke P., 2004, Heimat. A Critical Theory of the German Idea of Homeland, Raleigh, NC : Camden House.

 

Le marketing de la Heimat

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

Elle est en premier lieu instrumentalisée à des fins commerciales. Le club de football de Munich (FC Bayern-Munich) le montre en utilisant depuis plusieurs années une affiche représentant les joueurs Franck Ribéry et Xabi Alonso en chemise à carreaux et culotte de cuir, une chope de bière à la main et une bratwurst (saucisse emblématique de la gastronomie bavaroise) dans l’autre ! Elle proclame ainsi que soutenir le club, c’est être bavarois (et inversement) ! Le groupe musical Die Heimatdamisch offre un deuxième exemple : ses membres, vêtus de costumes traditionnels bavarois (dirndl pour l’une et culottes de peau et chapeaux à plumets pour les autres) reprennent avec succès des standards internationaux comme le Highway to Hell du groupe de hard rock AC/DC. Inspiration globale, adaptation locale, la Heimat est donc glocale, à son corps défendant.

La marque Unsere Heimatdu groupe agro-alimentaire Edeka exploite de son côté une autre de ses valeurs supposées. Elle se veut« proche » des consommateurs et présente ses produits comme authentiques et savoureux car dotés d’une Regionalität. L’entreprise, qui compte 44 000 salariés, n’a pourtant rien de local. Sa Region Süd-West recouvre en effet la totalité des länder de Bade-Wurtemberg et de Sarre, une partie de la Rhénanie, de la Hesse et de la Bavière. Ce sont au bas mot 16 millions d’habitants qui sont desservis par quatre grands centres logistiques d’où partent chaque jour des centaines de camions !

En racontant l’opposition entre deux bourgs d’une région viticole de Souabe, le film d’U. Grote Die Kirche bleibt im Dorf (L’église reste au centre du village) constitue un cas de détournement tout aussi étonnant. Son succès a entraîné une suite tout aussi déjantée (Täterätätä) et donné naissance à une série dominicale (Die Kirche) Dans tous les cas, la Heimat est assumée et revendiquée, avec ce qu’il faut d’autodérision et de second degré. Une Semaine de la Heimat sur la Südwest Rundfunk a prolongé ce que certains n’ont pas hésité à appeler « le revival souabe ».

Affiche de la série Heidi de Isao Takahata (1974)

Le succès de ces productions peut être rapproché de celui de plusieurs séries télévisées comme Schwarzwaldklinik (La clinique de la Forêt-Noire) qui dépasse désormais la centaine d’épisodes et des nombreuses séries criminelles qui exploitent cette veine. La série Tatort (Le lieu du crime) inscrit par exemple ses scenarii dans des villes comme Cologne ou Wiesbaden (et plus récemment Dresde et Weimar), pour revisiter le patrimoine local et produire une série de cartes postales. Profitant de cette vogue, certains films de Heimat tournés après-guerre sont également recyclés : Geierwally (2005) de Peter Sämann ou Heidi (2015) d’Alan Gspann en sont l’un et l’autre à leur quatrième remake.

Les usages de la Heimat sont désormais si nombreux que celle-ci menace d’être vidée de sens. On lit ainsi, ici ou là, ces titres : « La Heimat et la famille » (colloque de la Fondation Konrad-Adenauer), ou « La foi peut-elle être une Heimat » (site Katholisch.de), ou encore « L’Europe peut-elle être une Heimat ? » (Deutschlandfunk, station de radio publique d’information). Le PDG d’une grande chaîne de distribution (REWE, 330 000 salariés) a même imaginé le supermarché du futur en ces termes : « Ce sera un baume pour l’âme, un lieu où l’on retrouvera son boucher, son boulanger, et les odeurs oubliées de son enfance ». La Heimat sera-t-elle aussi une galerie marchande ?

Les avatars politiques de la Heimat

Les représentations politiques de la Heimat ont également évolué, de façon peut-être moins anecdotique. De plus en plus de personnes, en particulier celles qui ont un passé lié à l’immigration, revendiquent des appartenances multiples et ne se reconnaissent plus dans une Heimat unique.

A contrario, d’autres agitent le spectre d’un « grand remplacement » (Umvölkung) et déclarent se sentir « en exil intérieur » dans leur pays. La Heimat devient alors pour elles le synonyme de Vaterland (la patrie) même si le terme, historiquement marqué, n’est guère utilisé. Le NPD (Parti national-démocrate d’Allemagne) continue d’utiliser le slogan « Par amour pour la Heimat » pour exalter un patriotisme racialisé qui met l’accent sur la « substance du peuple ».

CC Mondes Sociaux

La Heimat de PEGIDA (Patriotes Européens contre l’Islamisation de l’Occident) se pare quant à elle des couleurs de l’Occident et prétend offrir un rempart contre « l’islamisation ». L’AfD (Alternative für Deutschland) lui préfère l’anodin Heim ou le familier Zuhause (A la maison), habituellement martelé sous la forme du slogan « Wir sind Zuhause ! » (On est chez nous !). Pour tous, la Heimat est devenue le cache-sexe d’un chauvinisme allemand d’autant plus insidieux qu’il feint la naïveté. Un slogan de l’association Zukunft Heimat (Avenir Heimat) proclame : « Aimer sa Heimat n’est pas un crime ».

Mais la droite extrême et les populismes n’ont plus le monopole de la Heimat. Certains politiques, pourtant de bords opposés, en revendiquent l’usage après en avoir toutefois revisité le contenu. Dans les pas d’Alexander Van der Bellen, le leader écologiste autrichien devenu Président de la République d’Autriche en 2016, de nombreux responsables écologistes allemands sont passés de la promotion du multikulti (le multiculturel) à celle de la Heimat et enfont désormais le lieu possible de nouvelles solidarités.

Après les Verts, le ministre social-démocrate (SPD) des Affaires Etrangères Sigmar Gabriel prône en 2017 l’ouverture d’un débat sur la Heimat et remet en cause ce qu’il appelle la « culture dominante » coupable d’avoir trop longtemps méprisé cette référence populaire (Der Spiegel, n°5, 2017). Pour lui, c’est l’acceptation sans critique de la mondialisation qui a provoqué une perte de racines, accentué l’insécurité sociale et amené une montée en force des courants populistes et xénophobes.

CC Pixabay OpenClipart-Vectors

Ce débat a débouché sur la création, dans le cadre d’un gouvernement de coalition, d’un Ministère de l’Intérieur, de la Construction et de la Heimat malencontreusement confié à Horst Seehofer, le plus populiste des conservateurs bavarois et le plus opposé à la politique d’accueil des migrants. Ce leader présente la Heimat comme l’aspiration naturelle de chacun de ses concitoyens à « définir ses appartenances au temps de la globalisation » mais soutient dans le même temps que « l’Islam n’appartient pas à l’Allemagne », ce qui n’est pas sans rappeler certaines ses conceptions völkisch qui définissaient l’identité du peuple par le sang (blut) et le sol (boden).

Cependant, malgré les multiples torsions qu’on lui inflige, la Heimat continuera sans doute de cristalliser chez les Allemands un certain nombre d’aspirations collectives et en particulier celle de « faire société ». Mais elle ne peut être passéiste et conflictuelle, enfermée dans une insularité monolingue. Cette Heimat-là, qui se drape de son drapeau national, imbue de sa supériorité est par essence porteuse de violence et de rejet.

Seule une Heimat polytopique, qui tient compte des mobilités de chacun et ne fait pas de l’enracinement son leitmotiv, est porteuse de progrès. Une identité assumée, ferme sur le respect intangible de la personne humaine et les valeurs de la démocratie, lui permettra alors de s’ouvrir à l’altérité et de répondre à la seule question qui importe : qu’est-ce qui, dans ces temps incertains, nous permettra de vivre ensemble ?

  • Stock M., 2011, « Habiter avec l’autre : identités et altérités dans les styles d’habiter polytopiques », Le Sujet dans la Cité, 2011/1, n°2, 54-65.

Crédits image à la Une : CC Wikimedia Commons Kreuzschnabel et crédits image d’entrée : CC PixabaySnap_it


Gabriel Weissberg

ESPE, Université Toulouse Jean Jaurès (gabriel.weissberg@gmail.com)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.