Bernard Miège, un chercheur critique en information – communication

Initiateur et animateur d’une approche critique communicationnelle depuis les années 1970, Bernard Miège aura, au travers d’une vingtaine d’ouvrages, souvent traduits, marqué de son empreinte le champ des sciences humaines et sociales (SHS). Co-fondateur avec Yves de la Haye d’un laboratoire, le GRESEC, en 1978, il a contribué activement à une aventure intellectuelle et académique peu commune : la fondation (1975), puis la structuration, d’une discipline : les sciences de l’information et de la communication (SIC), actuelle 71ème section du Conseil national des universités (CNU).

Parcourir les publications de Bernard Miège (né en 1941) revient à réaliser un itinéraire intellectuel jalonné par les grandes évolutions de nos sociétés depuis 50 ans, comme il l’indique lui-même : « je me trouve avoir vingt ans avant que ne débutent toutes les modernisations : industrielle, éducative, culturelle, médiatique, religieuse, urbanistique et consommatoire, toutes avec des effets concrets, aisément repérables dans le temps » (2013).

Construire une discipline 

Bernard Miège est non seulement le témoin, mais surtout l’analyste rigoureux et attentif des grandes mutations de la fin du XXe siècle et du début du siècle suivant, marquées par l’émergence spectaculaire des outils et des moyens de communication et de leur informatisation.

Son parcours académique permet de comprendre un tel positionnement. Sa thèse de sciences économiques (1968) portant sur la production culturelle des comités d’entreprise, suivie de plusieurs emplois dans l’action culturelle, lui permettront de prendre la mesure des mutations alors en cours. Il sera par la suite enseignant-chercheur à Renens, puis à Grenoble. Un doctorat d’État sur travaux en Lettres et sciences humaines (Université Bordeaux III, 1979) lui permettra de s’insérer résolument dans l’activité académique et de développer à Grenoble une filière pédagogique et une équipe de recherche qui ont depuis largement fructifié.

Très tôt, dès ses années de formation dans le contexte universitaire et politique parisien des années 1960, il se  focalise sur les évolutions dans le domaine de l’action culturelle et sur l’importance des stratégies industrielles en la matière. Cet intérêt croisé pour les questions d’ordre culturel et socio-économique lui fait prendre conscience des limites des SHS de la période.

Discipline nouvelle dans le paysage académique, distincte des sciences informatiques ou des sciences et technologies de l’information et de la communication avec lesquelles elles partagent quelques objets communs, les SIC représentent en 2018 une communauté riche de plus de 800 enseignants-chercheurs. Elles traitent de multiples questions en lien avec l’information, la communication et les médias. Leur champ est dépeint dans un panorama édité par les directeurs des laboratoires des sciences de l’information et de la communication. Une histoire de la discipline est par ailleurs consultable en ligne.

Le positionnement très net de Bernard Miège en faveur de la structuration disciplinaire des SIC l’amène, avec ses collègues grenoblois, à construire des formations spécialisées. L’obtention de contrats de recherche (le premier sur la communication publique locale) initiera la fondation d’un laboratoire, le GRESEC. Par la suite, il n’a de cesse d’œuvrer à l’essor des formations et des activités de recherche en SIC, tant en France (viala Société Française des Sciences de l’Information et de la Communication – SFSIC – qu’il préside de 1988 à 1992) qu’à l’international. En effet, il prend une part active à l’édification de laboratoires et de filières d’enseignement, notamment en en Afrique francophone et en Amérique Latine, ainsi qu’à la création de la première Chaire UNESCO en communication internationale, toujours active au GRESEC.

Artisan infatigable d’une « recherche à moyenne portée », il a fait preuve au fil des années d’un investissement continu et approfondi, produisant sans relâche des textes essentiels.

Penser les logiques sociales de la communication

L’approche scientifique relative aux SIC est le propos central de La pensée communicationnelle (1995). Il y dresse un panorama général des questions posées par cette discipline, dans ses héritages conceptuels comme dans ses traits spécifiques. Comme à son habitude, il procède par itérations successives pour préciser les enjeux des transformations de l’information et de la communication dans les sociétés contemporaines et évaluer les recherches menées sur ces questions.

Dans la même veine bien que davantage axés sur des questionnements actuels, ses deux autres ouvrages parus en 2004 et 2015 constituent un état des lieux détaillé des questions de recherche en SIC, qui ont selon lui « réussi » en quelque sorte leur projet d’institutionnalisation scientifique en produisant un solide corps de connaissances actualisées et empiriques. Ses réflexions et préconisations dans ces trois ouvrages auront ce faisant produit une véritable épistémologie de la communication.

CC pngtree.com

Ses réflexions se sont poursuivies sous la forme de contenus audiovisuels pédagogiques. Avant la vogue des MOOC (années 2010), Bernard Miège et ses collègues du GRESEC s’étaient prêtés au jeu du cours filmé. L’archive est aujourd’hui intéressante en ce qu’elle révèle son recul sur l’apport spécifique des SIC par rapport aux disciplines voisines. Elle révèle aussi en creux son souci d’une définition précise de l’objet des SIC : penser la médiatisation de la communication, c’est-à-dire la technicisation stratégique des échanges afin de relier des éléments certes pensés par d’autres disciplines, mais de manière disjointe (productions et usages, par exemple).

Dans cette perspective, son œuvre maîtresse est La société conquise par la communication, ouvrage publié initialement en 1989, qui sera suivi de deux autres tomes édités respectivement en 1997 et 2007. Insistons ici sur la démarche : ces ouvrages cherchent à questionner les logiques à la fois sociales et économiques (socio-économiques) de la communication contemporaine, en partant, ainsi qu’il l’indique au début du premier tome d’un « agacement » : constater que le discours sur la communication est capté à la fois par des théories générales prétendant tout expliquer et par des discours d’expertise auréolés par leur prétendue nouveauté.

Si ce premier tome, intitulé « Logiques sociales », vise à identifier les enjeux de l’introduction des techniques de communication dans les différents champs de la société (culture et loisirs, entreprises, éducation, politique…), le deuxième analyse à la fois les reconfigurations industrielles des industries culturelles et les modalités de transformation de l’espace public. Enfin, le troisième tome cherche à qualifier les processus induits par l’adoption généralisée des techniques d’information – communication, ceci sur le temps long, en identifiant plusieurs processus en cours.

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

Ce faisant, Miège replace les évolutions de l’information – communication dans le temps long, mettant en évidence la médiatisation progressive des médiations socio-symboliques par lesquelles les Techniques d’information et de Communication font irruption dans les échanges entre institutions, organisations et individus. Ce phénomène pose la question corrélée des stratégies politico-commerciales portées par les pouvoirs publics et les organisations privées, mais aussi celle des modalités contemporaines de l’espace public, désormais élargi au-delà de la sphère politique et présentant un caractère sociétal plus marqué.

Théoriser les industries culturelles

Si le nom de Bernard Miège est associé aux SIC, il l’est tout autant à la théorie des industries culturelles. La démarche a été enclenchée dès la publication en 1978 d’un ouvrage collectif de référence – Capitalisme et industries culturelles –, dans lequel il a pris une part centrale. Une seconde édition, publié en 1984, comprend une postface dans laquelle il présente des éléments déterminants pour ladite théorie : typologie des produits culturels marchands selon leur reproductibilité, caractère incertain de la valeur d’usage des marchandises culturelles, réflexion sur la phase de conception au sein des filières, et internationalisation de ces marchés.

Nous ne détaillerons pas ici la théorie des industries culturelles (voir sur ce point la synthèse de Pierre Mœglin). Nous dirons simplement qu’elle vise à comprendre comment est produite et diffusée la culture dans nos sociétés, la manière dont elle est stratégiquement conçue, par quels acteurs et dans quelles préconceptions (rôle central des idéologies orientant les politiques publiques et les stratégies économiques). On comprend dès lors que de telles interrogations sont indissociables de celles portant sur l’évolution de l’espace public, thème tout aussi central dans les recherches de Bernard Miège.

Son positionnement sur la question des industries culturelles est subtil car il relève de croisements mesurés entre diverses traditions de recherche : il s’agit ainsi d’une relecture critique des écrits de l’ École de Francfort relatifs à l’industrie culturelle, en important certaines logiques alors entrevues par les philosophes allemands (reproduction en série par exemple) tout en excluant leurs points de vue élitaires. Il s’agit aussi d’un positionnement assumé à la frontière des sciences économiques : « Suis-je avant tout économiste ? Si je ne renie pas la formation reçue, parfois au prix d’efforts ingrats, j’avoue avoir toujours éprouvé les limites de l’économie politique (la discipline était ainsi qualifiée lors de mes études), puis de la science économique universitaires (…) Suis-je un socio-économiste ? C’est incontestablement ce qui me caractérise le plus précisément ». Bernard Miège est donc clairement inclus dans le courant de « l’Économie politique de la communication », champ de recherche ouvert dans le monde anglo-saxon au moment où la théorie des industries culturelles pénétrait en France (années 1960-170). 

CC Flickr Christopher Dombres

La démarche est résolument interdisciplinaire puisqu’elle mêle l’analyse économique à celle des discours et des pratiques communicationnelles. Il s’agit aussi d’une approche critique car elle déconstruit, pour le comprendre, le fonctionnement des institutions contemporaines. Ce faisant, c’est bien une critique du capitalisme qui au cœur de la réflexion. Désormais, la théorie des industries culturelles s’est ouverte aux nouveaux champs imposés par les politiques publiques en la matière, au premier chef les industries créatives. L’ouvrage L’industrialisation des biens symboliques (2013) publié avec Philippe Bouquillion et Pierre Mœglin soulignait les enjeux stratégiques fondamentaux d’un tel projet politico-industriel : justification de nouvelles pratiques économiques, tant en termes de sous-traitance (atomisation de concepteurs précaires travaillant à leur compte) que de management (mise en concurrence de salariés soumis à l’injonction d’être « créatifs » et « innovants »).

L’information – communication au cœur des sociétés contemporaines

Pour (ne pas) conclure sur les apports de Bernard Miège, nous insisterons sur le fait qu’il s’agit d’une démarche de recherche exemplaire, progressivement construite par des références à l’économie, aux pratiques sociales et aux enjeux de l’espace public. Sa volonté de constituer et d’animer des lieux d’échanges scientifiques et méthodologiques, son souci de la diffusion des connaissances (il est l’initiateur et le co-animateur de deux collections des Presses universitaires de Grenoble et il a fondé la revue Les Enjeux de l’Information et de la Communication) et son goût pour le débat scientifique sont bien connus de ses collègues et de ses étudiants.

Il a su produire, selon ses mots, des recherches « à moyenne portée », faites de recul et de souci modélisateur. Ses propositions auront contribué au développement de l’approche communicationnelle critique, positionnement original qui cherche à comprendre en profondeur les stratégies des acteurs et des institutions sur le temps long. Il faut le lire comme un ensemble de propositions et d’outils pour penser les évolutions contemporaines de nos sociétés, au cœur desquelles les techniques d’information et de communication jouent un rôle désormais majeur.

Crédits image à la Une et image d’entrée : CC Mondes Sociaux


Benoit Lafon

GRESEC, Université Grenoble Alpes (benoit.lafon@univ-grenoble-alpes.fr)

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. 08/02/2019

    […] Bernard Miège, un chercheur critique en information – communication. Initiateur et animateur d’une approche critique communicationnelle depuis les années 1970, Bernard Miège aura, au travers d’une vingtaine d’ouvrages, souvent traduits, marqué de son empreinte le champ des sciences humaines et sociales (SHS). Co-fondateur avec Yves de la Haye d’un laboratoire, le GRESEC, en 1978, il a contribué activement à une aventure intellectuelle et académique peu commune : la fondation (1975), puis la structuration, d’une discipline : les sciences de l’information et de la communication (SIC), actuelle 71ème section du Conseil national des universités (CNU). […]

  2. 18/02/2019

    […] La "selfie dysmorphia" (la dysmorphie de l'autoportrait), c’est le fait d’utiliser la chirurgie esthétique pour changer l’aspect de son visage, et ressembler le plus possible aux selfies retouchés avec des programmes comme Snapchat, Instagram ou Facetune. De plus en plus de chirurgiens font face à des patients qui demandent un nez plus fin ou un visage parfaitement symétrique, pour se rapprocher le plus de leur image retouchée. Effacer les imperfections Dans un article publié par le quotidien The Guardian, la jeune Londonienne et star de Snapchat "Anika the Snap Queen” raconte son obsession grandissante pour son image et comment Snapchat – et ses filtres – lui ont permis de corriger des imperfections comme, par exemple, une petite bosse sur le nez. Parfois, ses adeptes lui ont suggéré de se rencontrer en personne. Mediatheque.ch. Bernard Miège, un chercheur critique en information – communication. […]

  3. 19/02/2019

    […] Bernard Miège, un chercheur critique en information – communication. Initiateur et animateur d’une approche critique communicationnelle depuis les années 1970, Bernard Miège aura, au travers d’une vingtaine d’ouvrages, souvent traduits, marqué de son empreinte le champ des sciences humaines et sociales (SHS). Co-fondateur avec Yves de la Haye d’un laboratoire, le GRESEC, en 1978, il a contribué activement à une aventure intellectuelle et académique peu commune : la fondation (1975), puis la structuration, d’une discipline : les sciences de l’information et de la communication (SIC), actuelle 71ème section du Conseil national des universités (CNU). […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.