Une histoire du Conseil national de la Résistance

Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, la France a été traversée par un vent de réformes sociales comme elle n’en avait jamais connu dans son histoire en si peu de temps (la création de la sécurité sociale par exemple). Ces réformes qui constituent encore aujourd’hui le socle du modèle social français ont une histoire qui plonge ses racines dans la Résistance et dans l’une de ses instances : le Conseil National de la Résistance (CNR). Ce documentaire en retrace l’histoire, une histoire qui remonte aux premières années de l’occupation du pays par les Allemands.

Un Manifeste des douze, signé par douze syndicalistes le 15 novembre 1940, affirme leur volonté d’un syndicalisme libre, à l’opposé de celui promu par le Régime de Vichy. Le texte est cosigné par des dirigeants de la CFTC et de la CGT confédérée. La CGT est en effet divisée depuis 1939, entre une organisation proche de la mouvance socialiste (la CGT confédérée) et une autre, liée au parti communiste (la CGT unitaire). Le rapprochement entre les deux syndicats se négocie dans la clandestinité et aboutit le 17 avril 1943 à une réunion qui scelle la réunification des deux CGT par la signature des Accords du Perreux.

Unité de la Résistance dans un organisme clandestin, le CNR

Les discussions et les tentatives de rapprochement des différentes organisations résistantes, qui avaient eu lieu dès 1942, aboutissent après la libération de l’Afrique du Nord par les Américains. Le risque que celle de la France se fasse à l’enseigne du Général Giraud (considéré comme le dauphin de Pétain), soutenu par les Américains face à de Gaulle, contribue à souder les organisations de la Résistance intérieure. Jean Moulin est délégué par le Général de Gaulle pour mener à bien ces rapprochements. La dynamique aboutit alors à la réunion clandestine du 27 mai 1943 – rue du four à Paris -, durant laquelle est créé le Conseil national de la Résistance, placé sous la présidence de Jean Moulin. Y sont représentés les principaux mouvements de la Résistance (Libération, Combat, Franc-tireur, etc.), les principaux partis politiques ainsi que les organisations syndicales (la CGT réunifiée et la CFTC).

Le Programme du CNR

CC Gallica Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg, NIM14840

Les résistants français souhaitent pour la plupart une France nouvelle à la Libération. Dès le mois de juillet 1943, des discussions sont menées au sein du CNR. Elles aboutissent le 15 mars 1944 à un Programme d’union nationale accepté à l’unanimité, dit « programme d’action de la Résistance ». Ce programme est un programme de très grande réforme.

Une lacune importante dans le programme du CNR : le droit de vote des femmes

Lors des discussions au sein du CNR (dont les membres n’étaient que des hommes), la question du suffrage universel est posée. Le Parti Radical menace de se retirer des discussions sur le programme si celui-ci prévoit l’extension du droit de vote aux femmes. L’historienne Claire Andrieu montre que ce refus du droit de vote des femmes s’était également produit à Alger, au niveau de l’Assemblée consultative mise en place par de Gaulle. Et si finalement à Alger, au mois de mars 1944, le vote des femmes est finalement annoncé, ce n’est que grâce à l’argument de la Résistance repris par Fernand Grenier (communiste) et Robert Prigent (démocrate-chrétien). Leurs discours paraphrasaient en quelque sorte celui d’Olympe de Gouge : « Messieurs, en France Intérieure, les femmes ont le droit d’être torturées pour la Défense nationale, elles doivent avoir également le droit de voter. »

Une légitimité morale

À la Libération, une sorte de rivalité mêlée de complicité s’opère entre le CNR présidé par Louis Saillant, et le Gouvernement Provisoire de la République Française (GPRF) présidé par le Général de Gaulle. La légitimité du CNR repose sur une légitimité morale, celle de ceux qui ont résisté à l’intérieur, et celle de l’unanimité résistante. Les institutions qui se mettent en place sont encore provisoires avant les élections. Comme le souligne Michel Pigenet, le GPRF tire sa légitimité de ce que le CNR lui reconnait son autorité, et inversement.

Jusqu’à la tenue de sa dernière réunion le 16 novembre 1945, le CNR œuvre pour que son Programme, qu’il intitulera Les jours heureux, soit réalisé. Dans cette optique de mobilisation de l’opinion, la convocation d’États Généraux de la Renaissance Française marque en quelque sorte une dernière étape. Et ce travail de popularisation de son programme, à la base comme au sommet de l’État, apparaît décisif. Comme le souligne Louis Saillant, après les élections de novembre 1945, le CNR est au pouvoir, en quelque sorte, dans la mesure où les hommes qui sont au pouvoir réalisent le programme du CNR (du moins en grande partie).

 


Fiche technique

Type de film et année : Film-recherche (2018)

Auteure-réalisatrice : Jeanne Menjoulet (CNRS, CHS)

Images, son, montage : Jeanne Menjoulet (CNRS, CHS)

Producteur : CHS des mondes contemporains

Interviewés dans ce documentaire :

  • L’historienne Claire Andrieu (Science Po CERI, chercheuse associée au CHS), spécialiste de l’histoire de la résistance
  • L’historien Michel Pigenet (CHS), Professeur émérite d’histoire contemporaine, spécialiste de l’histoire sociale
  • Le politologue Jean-Marie Pernot, Chercheur à l’Institut de recherches économiques et sociales
  • André Saillant, le fils de Louis Saillant, le dernier président du CNR
  • Rossana Vaccaro, responsable des archives au CHS, rue Mahler

Les séquences ont été tournées dans les locaux du CHS, rue Pouchet et rue Mahler, à Paris.

Durée : 58’32

Procédé audiovisuel : Prises de vues sur fond bleu (incrustation chromatique au montage)

Photographies et images d’archivesFonds CNR/Saillant,Archives départementales de la Savoie, Archives départementales de l’Ain, Bibliothèque Nationale de France , Bibliothèque municipale de Lyon, Archives municipales d’Ivry, IHS-CGT,Newsreel U.S. Domaine public

Ce film a été réalisé à l’occasion de la parution, aux éditions Codhos, du livre « Les jours heureux – dans les archives Conseil National de la Résistance Louis Saillant », ouvrage collectif dirigé par Michel Pigenet et Rossana Vaccaro.

Ce livre a lui-même été publié à l’occasion du don réalisé par la famille de Louis Saillant au Centre d’Histoire Sociale, permettant ainsi de rendre accessible au public un important fonds d’archives du Conseil national de la Résistance constituées par son dernier président, le Fonds CNR/Louis Saillant.

Musique : Joakim Karud- Remerciements au réalisateur Marcel Trillat (Harmonica, Chant des partisans)

Remerciements à Paul Boulland (voix française d’une archive filmée américaine)

Crédits image à la Une : CC Flickr Kostya Sasquatch et crédits image d’entrée : CC Wikimedia Commons Spectator unknown


Jeanne Menjoulet

Centre d'Histoire Sociale du XXe siècle - UMR CNRS / Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (jeanne.menjoulet@univ-paris1.fr )

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.