Filmer la lumière…

La lumière est évidemment incontournable dans le cinéma et il convient de la distinguer de l’éclairage, c’est-à-dire des moyens techniques permettant, par exemple, de valoriser des personnages, de mettre en avant le décor, ou au contraire de relativiser son importance.

Pourtant, y compris dans les publications spécialisées ou « savantes » dédiées au 7ème Art, les notions d’éclairage et de lumière se confondent souvent, comme si le seul but de la lumière était d’éclairer.  

Or la lumière peut aussi être le sujet visé par le réalisateur, ce qu’il veut filmer et mettre en avant. Elle est alors une de ses préoccupations centrales. Elle n’est plus un simple outil, mais une « matière » dont il s’agit d’interroger, par l’image, la nature, la forme et les manifestations. Cela revient à la capter dans un cadre et non à capter la scène ou le décor qu’elle éclaire. Les réalisateurs qui se risquent dans cette voie sont rares. Gaspar Noé ou Bruno Dumont sont de ceux-là.

Mais comment filmer la lumière, comment la représenter pour lui restituer toute sa complexité ? C’est sur ces questions que s’est penchée Eva Pervolovici, réalisatrice et doctorante en cinéma à l’Institut ACTE (Université Paris I Panthéon-Sorbonne). En étudiant plusieurs extraits tirés de films contemporains, elle se propose d’explorer différents usages de la lumière, de la contemplation à la mémoire, de l’érotisme à la mort. Car selon la chercheure, « Il n’y a pas de matière autre que la lumière qui puisse se manifester sous des formes aussi diverses et riches de sens ». En tout état de cause, la lumière est « un défi que le cinéma à venir devra relever ».

  • Cette émission d’Avides de Recherches s’inscrit dans le cadre d’une collaboration avec le Quai des Savoirs (Toulouse), autour de l’exposition « Luminopolis ».

Fiche technique

Musique : Otaam

Texte, voix : Manon Bril

Cadrage : Barthelemy Dexpax 

 

Crédits image à la Une : CC Pixabay azerberjankey et crédits image d’entrée : CC Wikimedia Commons The people from the Tango! project, adapted by notafish – Delphine Ménard


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.