Filmer avec les femmes rurales au Brésil 

Quand on évoque le monde rural brésilien, il est difficile d’échapper aux stéréotypes, notamment ceux concernant les femmes qui y vivent. Ces femmes rurales seraient comme arriérées, passives, analphabètes, vivant en un lieu où certaines réflexions politiques ou égalitaires ne sont pas portées. Or, dans la pratique, rien n’est plus faux : il suffit d’aller à la rencontre de ces femmes pour voir cette représentation voler en éclats. Et c’est tout l’objet de ce film recherche que de le montrer.

Comment, alors qu’on travaille sur la construction d’une « utopie réelle » par des femmes rurales brésiliennes, montrer qu’elles sont les actrices du changement ? Comment ne pas reproduire l’image stigmatisée, l’usurpation de la parole, l’invisibilisation des savoirs, la négation sociale de ces enquêtées dans le processus de recherche ? En tant que féministe, et travaillant avec des féministes, ces questions sont centrales et nous ont porté à penser un film participatif.

En nous appuyant sur la réflexivité féministe et sur des méthodes issues notamment de la Pédagogie des Opprimés de Paulo Freire, il a été question de co-construire et co-produire un film avec le Mouvement de la Femme Travailleuse Rurale du Nordeste (MMTR) au Brésil. Elles sont des agricultrices, artisanes, pêcheuses, etc., noires, indigènes ou quilombolas (descendantes d’esclaves en résistance) réunies au sein de ce mouvement qui veut « rompre avec les mentalités de soumission », les discriminations. Un mouvement de féminisme rural qui promeut l’agroécologie, c’est-à-dire un projet social qui préserve l’environnement, au moyen de pratiques agricoles écologiques mais qui construit aussi des formes d’organisation sociale, économique, politique justes.

Ce film participatif permet ainsi de rompre avec l’usurpation de la parole des femmes rurales : elles portent leur voix, à leur façon, dans leur langue. Il est un outil de diffusion, de conscientisation, de pénétration des milieux traditionnellement niés aux femmes noires et aux femmes rurales.

Mais faire un film n’est pas chose facile ! D’autant plus quand aucune d’entre nous n’a de compétences en la matière. Il s’agit de se former, d’essayer, de faire des erreurs, de se dépasser. Non seulement dans la technique (110 heures de rush pour 45 min de film), mais aussi dans l’écriture du scénario, dans la prise de parole face à la caméra, dans le consensus lorsqu’on est 30 à filmer et à produire le film, dans la représentation et la discussion face à un public au cinéma lors des projections.

Sans financement, auto-produit, réalisé à 100 % par des femmes, Mulheres Rurais em Movimento a été une aventure scientifique, pédagogique, féministe et humaine. Une aventure qui continue et que nous vous proposons de découvrir.

 

La fiche technique

Date : 2016

Durée : 45 mn

Réalisation : Héloïse Prévost et le Mouvement de la Femme Travailleuse Rurale du Nordeste

Image : Héloïse Prévost et le Mouvement de la Femme Travailleuse Rurale du Nordeste

Son et montage : Lucy Mallet-Jemming, Léa-Nunzia Correiras, Héloïse Prévost ; avec la collaboration du MMTR-NE

Production : Héloïse Prévost et le Mouvement de la Femme Travailleuse Rurale du Nordeste

Version : version originale (portugais) sous-titrée en français 

Les prix

  • Vainqueur du Prix du Jury du 13ème Women’s Worlds (WW) Congress – (congrès international et interdisciplinaire de et sur les femmes) et du 11ème Séminaire Fazendo Gênero – Florianópolis, Brésil, 2017
  • Mention Spéciale du Jury citoyen au Festival du film recherche « Sciences en Lumière » (événement co-organisé par le CNRS et l’Université de Lorraine) dans son palmarès 2018

Crédits image à la Une : tous droits réservés Mouvement de la Femme Travailleuse Rurale du Nordeste et crédits image d’entrée : CC Pixabay magdabed


Héloïse Prévost

Université Toulouse Jean Jaurès, LISST-Dynamiques rurales

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 08/03/2019

    […] –       Héloïse Prévost, « Filmer avec les femmes rurales au Brésil » (film). Les femmes rurales brésiliennes seraient passives, analphabètes et éloignées des revendications politiques et égalitaires. Or rien n’est plus faux… https://sms.hypotheses.org/18826 […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.