Ignace Meyerson (1888-1983), un psychologue à redécouvrir

Selon le psychologue américain Jerome Seymour Bruner, principal fondateur de la psychologie cognitive, Ignace Meyerson serait « le secret le mieux gardé de France ». C’est en tout cas en ces termes qu’il exprime son regret de ne pas avoir connu plus tôt les travaux du psychologue français.

En effet, ce physiologiste s’est converti à la psychologie. Il ne s’est pas contenté d’œuvrer au développement scientifique et institutionnel de cette discipline en France : il a surtout jeté les bases de la psychologie historique. Il a aussi établi des ponts avec d’autres disciplines et avec leurs membres, éminents ou peu connus. 

Il faut cependant attendre la fin des années 1990 pour que des hommages lui soit rendus. Ouvrages et d’articles dédiés, en tout ou partie, à sa vie et à son œuvre sont alors publiés. Ainsi, grâce à des biographies qui commencent à paraître, on s’est aperçu que le savant a également été un acteur social de son temps profondément impliqué dans une période tragique pour l’humanité, la Seconde guerre mondiale

Le présent article choisit de mettre l’accent sur les éléments saillants de sa biographie et de sa trajectoire intellectuelle. La bibliographie proposée en fin d’article concerne sa contribution et ses apports non seulement à une psychologie scientifique, mais aussi à des disciplines voisines relevant du champ des sciences humaines et sociales.

Les années de formation d’Ignace Meyerson

Ignace Meyerson est né en 1888 à Varsovie, dans une famille juive intellectuelle où le père est médecin. En Pologne, au cours de l’année 1904, des grèves lycéennes et étudiantes protestent contre la russification des établissements d’enseignement et de l’administration. Ces événements se prolongent en 1905 par des manifestations de masse et par des blocages des institutions universitaires. Des condamnations par la justice et des mesures d’exclusion sévères et sans recours poussent alors beaucoup de révoltés à quitter leur pays.

La France est l’une des terres d’accueil des expatriés polonais. Emile Meyerson, philosophe et épistémologue des sciences, choisit de partir pour Paris où il a des amis. Emile est un cousin de la famille, considéré comme oncle car bien plus âgé. Après un séjour de six mois à l’Université allemande d’Heidelberg où il étudie la chimie, le jeune Ignace répond favorablement à l’invitation « d’Oncle Emile » de le rejoindre. Et en 1907, il s’inscrit à Paris, conjointement, en licence de chimie et en médecine.

CC Publicdomainepictures.net George Hodan

Dans l’entourage de son oncle, personnage très actif dans la sphère académique  – Ignace correspondait régulièrement avec de nombreux scientifiques, dont Albert Einstein  –, il rencontre et fréquente des savants et intellectuels républicains laïques, socialistes, progressistes, francs-maçons (…) tels Lucien Herr (bibliothécaire de l’École Normale Supérieure et pionnier du socialisme), Henri Piéron (fondateur de la psychologie scientifique en France), Paul Langevin (physicien, professeur au Collège de France), Charles Seignobos (historien qui occupe alors une place majeure dans sa discipline), Marcel Mauss  (anthropologue, Collège de France) et Georges Dumézil (linguiste et anthropologue), Louis Gernet (spécialiste de la Grèce antique)… Appartient à son premier cercle amical le neurologue, de solide réputation, Louis Lapicque, au laboratoire duquel il est admis comme membre. Avec Lapicque, il contribue à des travaux de recherche de physiologie du système nerveux.

Quand commence la Première guerre mondiale, il se porte volontaire en tant que soldat infirmier, puis médecin auxiliaire. Mais, il est réformé en juillet 1915 à Châlons-sur-Marne et évacué à l’hôpital de Vitry-le-François dans le secteur hospitalier des tétaniques et des typhiques.

À la suite de cet épisode militaire interrompu, il accomplit son internat de médecine psychiatrique à l’Hôpital de La Salpétrière, dans le service du Professeur Chaslin. L’expérience n’est pas, à ses yeux, pleinement satisfaisante car trop monotone et trop routinière. Il s’inscrit alors en licence de philosophie qu’il obtient en 1918. Enfin, par décret du 20 février 1923, il est naturalisé.

Un chercheur engagé sur plusieurs fronts

Selon son élève, devenu son ami fidèle, le spécialiste de la Grèce antique, Jean-Pierre Vernant, c’est dans les années 1920 que les intérêts scientifiques de Meyerson se déplacent tout en s’élargissant. Ils s’orientent « de la physiologie vers la psychologie proprement dite ». Celle-ci est conçue comme l’étude « des traits spécifiques des activités mentales de l’Homme », de ce qu’il a créé, construit, transmis au long de son histoire : des œuvres (outils, langues, religions, arts, systèmes des sciences…) qui marquent l’entrée dans l’humain ». Là, pour la psychologie historique, se trouve la problématique centrale, exposée et densément argumentée dans ses diverses publications ; et notamment dans un article de 1987 repris par l’ouvrage Ecrits1920-1983… vivement conseillé à ceux qui souhaitent étoffer leur connaissance de cette problématique de recherche.

Dans la même période, il collabore avec des institutions importantes. C’est ainsi qu’après avoir été « préparateur », il devient en 1923 directeur-adjoint de L’École Pratique des Hautes Études (EPHE). Il prend également une part, à maints égards décisive, dans l’organisation de la revue de renom international, le Journal de Psychologie Normale et Pathologique fondé en 1904 par Pierre Janet (Collège de France) et Georges Dumas (professeur à la Sorbonne). Il en gravira ensuite tous les échelons de responsabilité pour en assurer la direction en 1962 et jusqu’à sa mort (1983). Il saura réunir autour de ce périodique des chercheurs de plusieurs disciplines tels Pavlov, Mauss, Piaget, Le Corbusier…

CC Wikimedia Commons Jean Siméon Chardin

Avec Paul Guillaume, chercheur spécialiste de la psychologie animale, il mène dans les années 1930 des études de caractère expérimental sur l’usage des instruments chez les singes. Comme Jean-Pierre Vernant l’observe, ces recherches annoncent ses travaux sur « l’entrée dans l’humain » (1980).

En octobre 1940, il quitte Paris pour Toulouse où il est nommé pour enseigner la psychologie expérimentale à la Faculté des Lettres. Il est rapidement « chassé de son poste parce que juif » par l’application des lois raciales antisémites du Régime de Vichy. Mais il persiste, clandestinement, à exercer son métier au moins jusqu’en mai 1941 en donnant des conférences et en rencontrant ses étudiants.

Jean-Pierre Vernant, dans son livre La Traversée des frontières (2004) a rapporté et commenté en des termes brillants et de belle subtilité, des lettres inédites de Meyerson datées de mars 1941. Il y évoque sa détresse, l’impression d’un grand isolement. Ce moment de sa vie est singulièrement difficile. Mais il ne cède pas, ne se résigne pas. Il continue à cultiver en lui la force et « la joie d’être cause », comme il l’écrit. Il tient à conserver avec les autres des liens de fraternité. Dans l’adversité, sa volonté d’agir collectivement apparaît intacte, prête à être relancée à travers des solidarités étroites avec ses pairs…. Il y a, note-t-il dans l’une de ses lettres, « une personnalisation des actes par le don » : « Le vouloir se forme dans le don. On ne sait vraiment vouloir que quand on sent des actes pleinement positifs. Mais les actes pleinement positifs ne sont tels que quand ils vont au-devant des autres ».

En mai 1941, date importante dans son parcours, Meyerson fonde la Société toulousaine d’études psychologiques. Elle constitue un foyer d’intenses échanges et de débats, ouverts à une pléiade de chercheurs de différents horizons. « La pluridisciplinarité est son terrain », comme Françoise Parot l’a souligné dans l’ouvrage dont elle a réuni les textes en 1996 (Pour une psychologie historique-Ecrits en hommage à Ignace Meyerson) : un terrain sur lequel il s’est formé lui-même, celui où il a acquis et multiplié ses savoirs, ses curiosités, ses passions pour l’anthropologie, la philosophie, la sociologie et tout autant pour la littérature, l’art pictural et l’esthétique…

Sous sa responsabilité, la Société toulousaine d’études psychologiques organise en juin 1941 un premier colloque dans l’amphithéâtre Marsan de la Faculté des Lettres de Toulouse sur le thème « L’histoire du travail et ses techniques ». Autour de lui sont réunis, outre Jean-Pierre Vernant – qui enseigne la philosophie dans un lycée toulousain –, de nombreux chercheurs tels le  géographe et  doyen de la Faculté Daniel Faucher, l’historien Marc Bloch, le psychologue Philippe Malrieu qui lui succédera à la Faculté des Lettres ou il développera des structures de formation et de recherche innovantes en psychologie ; ou encore le sociologue du travail Georges Friedmann, le philosophe Charles Lalo, Monseigneur Bruno de Solages, recteur de l’Institut Catholique et résistant, Henri Bégouen (préhistorien), Charles Carmichel (professeur d’électrochimie), Jacques Hadamard (mathématicien), Henri Valois (médecin et anthropologue qui dirigera plus tard le Musée de l’Homme), Raymond Naves (professeur de littérature à la Faculté des Lettres de Toulouse, membre des Forces Françaises Libres dès 1941). Lucien Febvre (historien) et Marcel Mauss (anthropologue) qui ne peuvent franchir la ligne de démarcation envoient leurs communications pour qu’elles soient lues en séance. Le colloque suivant est consacré aux « Ruptures de vie ». Les communications seront publiées ultérieurement dans le Journal de Psychologie Normale et Pathologique (avril-juin 1946).

CC Wikimedia Commons Mu

En novembre 1942, quand l’armée allemande envahit la zone Sud de la France pour l’occuper, Vernant et Meyerson (sous le pseudonyme de Monfort) entrent dans l’Armée Secrète du Sud-Ouest. Vernant (sous le nom de Colonel Berthier) deviendra un haut responsable de la Résistance, et Meyerson assurera pleinement la responsabilité du journal que l’Armée Secrète et des Mouvements Unis de Résistance (MUR) élaborent et diffusent. Leur engagement commun dans la Résistance consolide une amitié que l’un comme l’autre ont estimé indéfectible.

Après la guerre, en 1947, Meyerson soutient sa thèse d’Etat qui sera publiée en 1948 sous le titre Les fonctions psychologiques et les oeuvres. En 1951, de retour à Paris, il occupe le poste de directeur d’études à la 6ème section de l’École Pratique des Hautes Études qui deviendra l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS) en 1975. En 1952, il reçoit le titre de « professeur honoraire de la Faculté des Lettres de l’Université de Toulouse en tant qu’ancien professeur appelé à d’autres fonctions » (décret d’honorariat). En 1953, il fonde à la VIème section de l’EPHE le Centre de psychologie comparative. Son intention initiale, le but et les modalités de fonctionnement du Centre laboratoire s’inspirent, sans conteste, de la Société d’études psychologiques qu’il avait créée à Toulouse en 1941.

Quelques aspects importants de la pensée de Meyerson

Le psychologue cognitiviste Jerome Bruner a justifié et argumenté, s’il en était besoin, sa notoriété internationale par la révélation du « secret » des écrits de Meyerson, presque ignorés en France et à peine connus au-delà des frontières. Il a également souligné la proximité des points de vue scientifiques entre la psychologie historique et la psychologie historico-culturelle, expression selon Bruner plus moderne et plus précise. Il a en outre montré que « c’est à l’extérieur de la psychologie que la pensée de Meyerson a eu le plus d’impact. Avant d’atteindre la psychologie dominante elle-même, elle a atteint les spécialistes des Sciences humaines voisines…. Ainsi Meyerson a-t-il exercé une influence décisive sur les fondateurs de l’École des Annales comme Lucien Febvre et Marc Bloch dont l’intérêt pour le(s) monde(s) construit(s) par l’homme est typiquement meyersonien » (1996). Dans le champ de la psychologie de l’enfant et de l’adolescent, il convient toutefois de souligner que Meyerson a eu une influence sur les orientations de différents travaux de Philippe Malrieu et plus généralement des actuels laboratoires toulousains de psychologie.

Dans l’ouvrage de 1996 coordonné par Françoise Parot (cf. supra), plusieurs auteurs ont tracé les lignes directrices de sa pensée et montré sa contribution à une définition originale de la fonction du psychologue. Quelle est donc la tâche du psychologue ? Vernant nous a semblé légitime pour répondre. Dans un rapport de conjoncture scientifique pour le CNRS, il écrit : « la tâche du psychologue, est de retrouver l’homme, ses conduites, ses cadres mentaux dans les grands faits de civilisation (…) ». Il insiste fortement sur l’exigence du travail pluridisciplinaire : « (…) À travers l’histoire des œuvres humaines, leur variété, leurs transformations, le psychologue s’efforce de dégager d’une part, les aspects fondamentaux, les fonctions de base du psychisme humain, d’autre part, les traits particuliers à tel type d’activité à tel moment, les évolutions, les changements, l’apparition de structures du comportement et de fonctions nouvelles ».

La pensée d’Ignace Meyerson est multiple et féconde. Elle a parfois été jugée complexe. Mais elle est incontestablement à découvrir ou à redécouvrir. Créée dans les années 1990 à l’Université Paris 12, une bibliothèque consacrée à son œuvre peut grandement y aider. Elle contient plus de 1200 ouvrages, documents biographiques, dossiers et correspondances personnelles classés par thèmes par Meyerson lui-même. Trois chapitres de l’ouvrage collectif coordonné par Françoise Parot instruisent rigoureusement sur l’histoire et la composition du fonds documentaire. Pour Françoise Parot, cette bibliothèque constitue un véritable trésor. Elle permet d’accéder au « secret » qui a longtemps entouré le travail d’Ignace Meyerson.

  • Fruteau de Laclos F., 2012, La Psychologie des philosophes. De Bergson à Vernant, Paris : PUF.
  • Fruteau de Laclos F., 2007, « Œuvre, fonction et société dans la ‘psychologie historique’ d’Ignace Meyerson », Revue d’Histoire des Sciences Humaines, 17(2), 119-136.
  • Parot F., coord., 1996, Pour une psychologie historique : Écrits en hommage à Ignace Meyerson, Paris : PUF.
  • Bruner J.S., 1996, « Meyerson aujourd’hui : quelques réflexions sur la psychologie culturelle », in Parot F., coord., 1996, Pour une psychologie historique : Écrits en hommage à Ignace Meyerson, Paris : PUF, 193-207.
  • Malrieu P., 1996, « La théorie de la personne d’Ignace Meyerson », in Parot F., coord., 1996, Pour une psychologie historique : Écrits en hommage à Ignace Meyerson, Paris : PUF, 77-93.
  • Meyerson I., 1995, Les fonctions psychologiques et les œuvres, Paris : Albin Michel [1re éd., 1948].
  • Meyerson I., 1987, Écrits (1920-1983) : Pour une psychologie historique, Paris : PUF.
  • Vernant J.-P., 2004, La traversée des frontières, Paris : Seuil, Librairie du XXIè siècle.
  • Vernant J.-P., 1996, « Deux inédits retrouvés dans les archives. ‘Il doit y avoir une histoire de la volonté’ », in Parot F., coord., 1996, Pour une psychologie historique : Écrits en hommage à Ignace Meyerson, Paris : PUF.

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

Crédits images à la Une et image d’entrée : CC Mondes Sociaux


Alain Baubion-Broye

Université Toulouse Jean Jaurès, Psychologie de la socialisation – Développement et travail (alain.baubion-broye@univ-tlse2.fr)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.