Les stratégies des lycéens face aux fiches de renseignements scolaires

En France, à la rentrée scolaire, les enseignants demandent souvent à leurs élèves de compléter des fiches de renseignements. Comment les élèves vivent-ils ce moment bien particulier ? Ecrivent-ils, dans ces fiches, « toute la vérité, rien que la vérité » ?

En 1994, Pierre Merle publie une recherche sur les fiches de renseignements que les enseignants demandent parfois aux élèves de compléter en début d’année. L’auteur montre que les informations obtenues peuvent inciter les enseignants à se décharger de la responsabilité de la réussite de leurs élèves ; en effet, des caractéristiques des élèves telles un redoublement, la profession de leurs parents, le niveau que les élèves disent avoir dans la matière, peuvent être perçues comme des facteurs pesant largement sur leur réussite, quelles que soient les pratiques des enseignants. Or, Rosenthal et Jacobson (1968) montrent que le jugement précoce d’un enseignant sur un élève peut influencer sa réussite (c’est l’effet Pygmalion).

L’approche de Goffman (1973) nous conduit à considérer que les élèves, lorsqu’ils ont à se présenter via les fiches de renseignements, cherchent à faire « bonne figure », autrement dit à « préserver leur face », peut-être à donner une image d’eux-mêmes qui ne provoque pas de jugement négatif hâtif de la part de leurs enseignants… Dans quelle mesure les élèves mettent-ils en place des stratégies pour donner une certaine image d’eux à leurs enseignants ? Ces stratégies sont-elles socialement différenciées ?

 

Une majorité de lycéens est gênée de remplir ces fiches

Nous présentons ici les données issues d’une enquête nationale menée à la rentrée 2017. 758 lycéens ont complété un questionnaire. Cet échantillon est quasi-représentatif de la population métropolitaine des lycéens quant aux critères suivants : sexe, public/privé, éducation nationale/enseignement agricole (les filières professionnelles sont légèrement sous-représentées). Sept lycéens issus de l’échantillon (de profils variés, tels que nous les décrirons ensuite) ont répondu à un entretien.

La grande majorité (91%) des lycéens a renseigné au moins une fiche à la rentrée 2017. 10% ont même complété 8 fiches ou plus. En moyenne, chaque lycéen a complété 3,8 fiches (4,1 en filières générales et technologiques, 2,6 en filières professionnelles).

Plus des trois quarts des élèves (77,5%) se disent gênés par tout ou partie des questions posées dans ces fiches :

  • 45% des élèves sont gênés par les questions sur la famille (professions des parents, nombre de frères et sœurs…),
  • 36% des élèves sont gênés par les questions sur leurs projets (scolaire ou professionnel),
  • 24% des élèves sont gênés par les questions sur leurs loisirs, passions, lectures…
  • 21% des élèves sont gênés par les questions sur leur scolarité.

Nous remarquons donc que les questions portant sur la famille sont celles qui dérangent le plus les jeunes, à un âge où la quête d’autonomie est forte.

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

Toute la vérité, rien que la vérité ?

Afin d’estimer dans quelle mesure les élèves cherchaient à « sauver leur face », nous leur avons demandé s’il leur arrivait de ne pas répondre à une question, de cacher quelque chose ou de mentir. Ces stratégies qui consistent à maîtriser les impressions données aux enseignants concernent :

  • 32% des élèves lorsqu’ils répondent aux questions sur leur famille,
  • 17% des élèves lorsqu’ils répondent aux questions sur leurs projets,
  • 16% des élèves lorsqu’ils répondent aux questions sur leurs loisirs,
  • 7% des élèves lorsqu’ils répondent aux questions sur leur scolarité

Une fois encore, nous voyons que c’est au sujet de leur famille que les élèves sont les moins enclins à se dévoiler.

Des profils d’élèves socialement différents                                                                   

CC Pxhere

Les 689 lycéens ayant indiqué avoir complété au moins une fiche ont été classés en 4 profils, au regard de leurs réponses à notre questionnaire :

  • les élèves très connivents : socialement et scolairement très favorisés, ils sont en majorité en série scientifique, ont obtenu le brevet avec mention Très Bien, les professions de leurs parents sont favorisées,
  • les élèves connivents : ils sont en majorité en filière générale, sont 40% à avoir obtenu le brevet avec mention Très Bien, les professions de leurs parents sont favorisées,
  • les élèves peu connivents : ils sont en majorité en filière technologique, ont très rarement obtenu le brevet avec mention Très Bien, les professions de leurs parents sont moyennement favorisées,
  • les élèves très peu connivents : ils sont en majorité en filière professionnelle, ont très rarement obtenu le brevet avec mention Très Bien, les professions de leurs parents sont souvent défavorisées.

Malheureusement sans surprise, ces profils rappellent que les positions scolaires (résultats au brevet, filière) sont fortement en lien avec les professions des parents.

Dissimuler ses origines sociales : le cas des moins connivents

Les élèves les moins connivents sont ceux qui cherchent le plus à maîtriser leur image quand ils doivent donner des renseignements sur leur famille (profession des parents, nombre de frères et sœurs…). En effet, 39% des élèves « très peu connivents » disent ne pas répondre, dissimuler certaines informations voire répondre mensongèrement, contre 26% des élèves « très connivents ».

Cette différence peut s’expliquer par la volonté des élèves peu connivents de ne pas être stigmatisés, de compenser un handicap social perçu. Mais les élèves « très peu connivents », 6 fois moins nombreux que les « très connivents » à appartenir à une catégorie socioprofessionnelle très favorisée, ne mentent même pas 2 fois plus que ces derniers !

Eva (profil « très peu connivent ») nous explique, au sujet de la profession de ses parents : « Je préfère être honnête, ça m’énerve un peu, je me dis que si je mens ça va peut-être se retourner contre moi, on va en parler, je vais me mélanger les pinceaux ». Valentin (profil « connivent »), lui, utilise la stratégie qui consiste à ne mentionner que le secteur professionnel, et non la profession. Cette stratégie aurait pu permettre à Eva de résoudre le dilemme « rester honnête » / « [ne pas] avoir honte qu’on juge [ses] parents ».

Valoriser certains de ses loisirs : le cas des plus connivents

Les lycéens les plus connivents avec la culture scolaire sont ceux qui cherchent le plus à maîtriser leur image quant à leurs loisirs (hobbies, passions, livres ou films préférés…) : c’est le cas de 22% des élèves « très connivents » et de 12% des élèves « très peu connivents ».

CC Pixabay Geralt

Jordan et Eva (profil « très peu connivent ») disent en effet être sincères lorsqu’ils dévoilent leurs loisirs (« ça va, les profs demandent ça pour faire des liens avec le cours », « je dis ce que j’aime »), tandis que des élèves plus connivents disent sélectionner parmi leurs loisirs ceux qu’ils identifient comme les plus proches de la culture professorale : « la prof de français va préférer un film plus ancien plutôt qu’un film plus récent considéré comme moins poétique » (Alexis, profil « très connivent »), « je geeke beaucoup et j’ai pas envie que les profs le sachent » (Bastien, profil « très connivent »), « je lis beaucoup de fantastique, de livres romantiques, Jane Austen, Emily Brontë, ça c’est un peu mieux vu, scolairement parlant, c’est mieux de dire ça qu’une lecture facile » (Chloé, profil « connivent »).

Ces élèves connivents semblent être capables de choisir parmi la variété de leurs loisirs ceux qui donneront la meilleure impression possible aux enseignants : « tant qu’à faire, je vais pas me priver, si ça peut m’aider » (Alexis, profil « très connivent »).

Une double inégalité

Finalement, il ressort de ces résultats une double inégalité : les élèves les plus connivents, les mieux dotés socialement et scolairement, sont également les plus habiles pour donner d’eux-mêmes une image valorisée. Il s’agirait d’une forme de capital culturel incorporé (Bourdieu).

C’est ainsi un cercle vertueux qui s’engage pour les lycéens les plus favorisés, qui, connaissant les codes scolaires et culturels de l’école, savent le mieux se mettre en valeur, et ont ainsi toutes les chances d’être perçus comme ayant un fort potentiel par leurs enseignants, entraînant un effet Pygmalion « socialement construit » et amplifiant les inégalités de départ. Les élèves les moins favorisés, eux, tentent de compenser certains handicaps perçus (principalement liés à la situation familiale) mais ne perçoivent pas toujours que d’autres informations (tels leurs loisirs) peuvent être plus ou moins valorisées par leurs enseignants.

  • Goffman, E., 1973, La mise en scène de la vie quotidienne : la présentation de soi. Paris : Les Editions de Minuit.
  • Merle, P., 1994, « Fiche de renseignements sur l’élève et construction sociale des inégalités scolaires ». Revue Française de Sociologie, 35(4), 561‑591.
  • Rosenthal, R., & Jacobson, L.., 1968, Pygmalion in the classroom ; teacher expectations and pupils’ intellectual deveIopment. New York : Holt, Rinehart and Winston.

Crédits image à la Une : CC Pixabay OpenClipart-Vectors et crédits image d’entrée : CC Pxhere


Audrey Murillo

École nationale supérieure de formation de l’enseignement agricole, EFTS (audrey.murillo@educagri.fr)

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Sahuc dit :

    Super travail de communication en direction du public élargi supposé de Mondes sociaux ! Un petit questionnement toutefois : comme ce qu’est un “profil” n’est pas vraiment expliqué, certains lecteurs et lectrice ne risquent-ils pas de penser que tous les élèves connivents sont censés avoir des parents à profession favorisée, etc. ? Et comme ils pourraient connaître personnellement une exception, discréditer ainsi injustement cette recherche ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.