Les temporalités entrecroisées des réseaux sociaux

Les réseaux sociaux, entendus ici comme des systèmes de relations entre des personnes, supportées ou non par des dispositifs numériques, font désormais l’objet de nombreuses études en sciences sociales). Cependant, ils sont encore trop rarement abordés sous l’angle de leurs temporalités (les manières de vivre et de pratiquer le temps, les rythmes sociaux).

Un récent numéro de la revue Temporalités met en lumière l’apport des perspectives temporelles dans l’analyse des réseaux interpersonnels autour de quatre thèmes :

– l’articulation entre réseaux et temporalités biographiques ;

– les formes de couplage entre les carrières ;

– l’articulation entre les dimensions de l’individu, du groupe et du réseau ;`

– les dynamiques plus globales d’émergence de « mondes » économiques à partir de réseaux.

 

Réseaux et temporalités biographiques

La temporalité sociale qui apparaît comme la plus linéaire, indexée sur la régularité du calendrier, est celle de l’âge des personnes. Pourtant, on sait bien que les effets d’âge se combinent avec des effets de génération et de période, et que le rythme de l’avancée en âge n’est pas régulier. L’article de Renáta Hosnedlová, Michel Grossetti et Benoît Tudoux montre que les évolutions de la taille et de la composition du réseau des plus de 60 ans sont nettement différenciées en fonction de la classe sociale (niveau d’études et profession). Mais elles relèvent aussi qu’elles dépendent du type de relation en question (soutien de base, sociabilité, confidence…). Le vieillissement relationnel est donc nettement différencié socialement.

CC Pxhere

Mais certains événements biographiques moins prévisibles ont des effets propres qui perturbent, accélèrent ou modifient les effets du cycle de vie. L’article de Grégori Akermann, Jean-François Barthe et Adrien Defossez montre que la maladie grave et de longue durée instaure des différenciations très nettes là aussi selon le type de liens : certains sont d’emblée très mobilisés, d’autres non. Surtout, ces différences sont fonction des phases de la maladie, elles-mêmes très contrastées en termes de temporalité (attente de diagnostic, urgence de la chirurgie, durée de la chimiothérapie, attente avant le retour à l’activité…). Le contenu des liens évolue très vite en fonction des besoins d’accès aux ressources, et apparaissent aussi quelques aidants imprévus. Les logiques relationnelles dans ce temps de la maladie deviennent plus rapides, sélectives et transversales aux contextes.

La migration constitue un événement biographique plus radical encore, dans le sens où c’est tout le contexte de vie qui d’un seul coup est modifié. Pour autant, la rupture n’est pas totale, les communications permettent de conserver des liens avec le pays d’origine. Ainsi, Caterina Thomàs-Vanrell montre que ces reconfigurations sont très diverses et liées à des caractéristiques biographiques précédant la migration. Dans certains cas les relations sont très vite renouvelées et localisées dans le pays d’arrivée, dans d’autres la migration réactive certains liens du pays d’origine, dans d’autres encore le réseau se concentre sur les liens les plus anciens indépendamment du pays d’origine. Le réseau témoigne à la fois de l’inertie du milieu d’origine, de la persistance de la structure du réseau et de sa multilocalisation.

Par contraste, les événements conjugaux modifient surtout la structure du réseau personnel. L’article de Claire Bidart montre en effet que l’installation en couple, dans la plupart des cas, produit une centralisation très nette du réseau sur le conjoint.

Pourtant, là aussi, la diversité est importante et socialement différenciée. Il existe en effet bien des cas où cette centralisation soit ne se produit pas, soit se produit partiellement. Le genre et l’origine sociale sont très discriminants. On peut alors penser à des façons différentes de vivre la conjugalité au regard d’une division relative aux entités que l’on considère : dans certains cas, l’unité est le couple qui « ne fait qu’un », dans d’autres, l’individu reste seul maître de ses relations ; dans d’autres enfin, le monde reste partagé entre la famille et les copains, la conjointe en l’occurrence se trouvant cantonnée à la famille. Les temporalités interviennent dans le rythme de ces processus, dans leur réversibilité et leur articulation avec d’autres facteurs sociaux.

Relations dans les carrières professionnelles 

CC Pixabay Conmongt

Laure de Verdalle introduit une dimension relationnelle dans le thème classique des carrières à partir d’une enquête auprès des producteurs de cinéma et des administrateurs de théâtre. Elle montre que dans ces métiers d’organisation d’activités artistiques, les professionnels nouent parfois des relations étroites avec certains artistes, dont le succès ou l’échec devient un aspect de leur propre carrière.

Celle-ci ne peut alors plus se comprendre seulement comme un parcours individuel réalisé au sein de contextes divers. Elle prend pour un temps la forme d’un couplage plus ou moins étroit des parcours, au point de devenir un élément de la carrière commune d’un duo. Ces carrières sont inscrites dans des processus de dépendance réciproque et d’autonomisation qui sont en partie contingents.

Cette dimension relationnelle des carrières est abordée à un niveau plus agrégé par Bastien Bernella et Marie Ferru qui ont recensé les co-auteurs de cinq chimistes émérites de l’Université de Poitiers. Cela leur permet de repérer les moments d’émergence, de renforcement ou d’affaiblissement des relations de ces chimistes avec leurs co-auteurs. La carrière de ces chercheurs apparaît comme un jeu d’associations multiples dont le séquençage commun fait apparaître des régularités avec un centrage initial sur les liens locaux, puis une internationalisation tardive. Bastien Bernela et Marie Ferru mettent en évidence le caractère fortement dépendant des collectifs locaux et nationaux, et des réseaux de relations interpersonnelles, de ces carrières de chercheurs et de l’activité scientifique en général.

Dynamiques entre réseaux et collectifs

L’article de Marion Ink donne à voir les va-et-vient entre logiques relationnelles et logiques de réseaux, dans des temporalités relativement contraintes par l’institution. Un rassemblement temporaire et occasionnel d’étudiants, accueilli en résidence universitaire sur l’année scolaire, donne naissance à un collectif « de fait ». S’y dégagent d’abord des relations très ouvertes fondées sur des interactions de civilité. Puis un réseau émerge avec le soutien des Technologies de l’information et de la communication, mais il est assez vite recomposé par les affinités électives transversales et la création de petits collectifs segmentés. Ces collectifs se réduisent face à l’épreuve des sanctions du groupe, et se voient finalement remis en cause par la phase des adieux qui se veulent généralisés. L’étude précise de ces temporalités permet de dégager des dynamiques relationnelles articulant groupe et réseau.

CC Pixabay gustavorezende

Mais parfois la « grande Histoire » fabrique aussi des collectifs et les recompose. L’article de Paul Nicolas et Virginie Baby-Collin retrace les trajectoires biographiques sur 30 ans d’une cohorte d’enfants exfiltrés du Bengladesh et accueillis par des familles françaises. L’analyse de trois de leurs réseaux personnels permet d’éclairer leurs ancrages pluriels en France, leurs ré-ancrages éventuels là-bas. Elle réinscrit ces réseaux dans le processus d’émergence d’une communauté transnationale issue de cet épisode. Au fil des années, des relations et des alliances familiales ou amoureuses ici et là-bas, scandée par les événements socio-historiques à grande échelle, c’est une vaste fresque qui nous est donnée ici à voir.

Temporalités des réseaux professionnels et structuration des mondes économiques

Catherine Kikuchi a étudié l’émergence du marché lié au développement du livre imprimé à Venise à la fin du XVe siècle. Au début, les imprimeurs ont besoin des grands noms lettrés, dont le prestige légitimait leurs entreprises. Avec le développement de l’imprimerie, les noms d’auteurs contemporains deviennent plus nombreux. Analysant les relations entre les auteurs et les imprimeurs et leurs évolutions au fil des années, elle montre que les imprimeurs acquièrent progressivement une position de plus en plus centrale. De leur côté, les auteurs, engagés dans une concurrence de plus en plus forte pour l’accès aux presses perdent une partie du contrôle sur leurs œuvres.

Une démarche similaire est mise en œuvre pour un tout autre contexte socio-historique par Fabien Foureault dans une étude sur les opérations d’acquisition d’entreprises par endettement (Leveraged Buy-Out) en France dans les années 2000, période où cette activité a connu une croissance rapide. Fabien Foureault a construit une base de données des liens entre les fonds d’investissement, les banques prêteuses et les entreprises cibles des opérations d’acquisition. Ces liens sont situés dans le temps en fonction des dates auxquelles se sont réalisées les opérations. L’analyse de ces données lui permet d’identifier des processus de reproduction en longue durée (hégémonie financière des banques), d’oscillation (concurrence et coopération entre acteurs qui déterminent des cycles de quelques années) et d’événements plus brefs comme les crises.

Enfin, l’article de Pascal Cristofoli et Nicoletta Rolla porte également sur un monde économique particulier, mais relativement plus stable, celui du bâtiment dans le Piémont du XVIIIe siècle. Dans cette période, les entrepreneurs du bâtiment doivent changer fréquemment de lieu d’exercice de leurs activités, au gré des chantiers royaux successifs. S’appuyant sur différents documents, dont les contrats publics, les auteurs observent différentes temporalités : celle des commandes publiques liée à la situation politique, celle des séquences opératoires de chaque chantier, et celle des parcours biographiques et migratoires des artisans et des chefs d’entreprise. Les entrepreneurs composent avec ces temporalités divergentes et avec les incertitudes qui leur sont associées en constituant entre eux, au fil des chantiers et des associations contingentes, des relations durables dont la stabilité est essentielle pour la poursuite de leurs activités.

CC Publicdomainepictures.net mahmoud hassan

Une science sociale attentive à la complexité

Les études de réseaux abordent les structures sociales par un niveau qui est par définition intermédiaire, celui des relations. Ce niveau permet aussi bien de se centrer sur les personnes et leurs parcours que d’aller vers l’analyse d’ensembles massifs. Ces études installent ainsi d’emblée la complexité du monde social au cœur de l’analyse.

Elles mettent également en évidence la complexité des processus sociaux, emboîtés, entrecroisés, synchronisés ou non, divergents ou convergents. En croisant les deux perspectives, on accroît la complexité des objets d’études et la difficulté des analyses, mais on s’approche des réalités vécues par les personnes et donc d’une science sociale plus « ancrée ».

CC Wikimedia Commons Notas de prensa

Crédits image à la Une : CC Wikimedia Commons Martin Grandjean


Claire Bidart, Michel Grossetti

Claire Bidart, LEST, Aix-Marseille Université (claire.bidart@univ-amu.fr) et Michel Grossetti, Université Toulouse Jean Jaurès, LISST-CERS (michel.grossetti@univ-tlse2.fr)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.