Questionner la proximité

La proximité est désormais reconnue à l’échelle internationale par les chercheurs, les décideurs politiques et les professionnels comme un outil pertinent d’analyse de la dimension territoriale des phénomènes économiques et sociaux. Mais sait-on que cette notion est développée et popularisée par des chercheurs réunis depuis 25 ans dans le groupe « Dynamiques de proximité » ?

Dès le départ, ce groupe se donne comme perspective centrale d’établir des ponts solides entre l’économie industrielle (recherches sur l’innovation, la production…) et l’économie spatiale et régionale, en considérant qu’un croisement d’approches qui s’ignoraient encore serait fertile. Il s’agit pour ce collectif de chercheurs en sciences sociales d’intégrer le rôle de l’espace dans l’analyse, en le considérant non pas comme obstacle, mais comme une ressource.

De façon plus explicite, il veut se saisir des enjeux sociétaux et empiriques du moment, sur la toile de fond de la fin annoncée des « Trente Glorieuses ». L’État centralisateur s’interroge sur sa politique d’aménagement du territoire, plus descendante (top down) qu’ascendante (bottom up), et sur l’utilité même d’une intervention. On annonce la « mort de la distance » avec l’arrivée des « individus connectés » et des Technologies de l’information et de la communication (TIC) qui semblent la supprimer, accélérant un mouvement très profond de délocalisations, même dans les industries de hautes technologies.

Dès lors il s’agit de répondre à une question centrale pour les décideurs politiques, qui cèdent facilement à la mode des clusters (réseaux d’entreprises) et des parcs scientifiques qui réunissent des acteurs de la recherche et de l’innovation : faut-il être proche pour innover ? Existe-il une « bonne distance », « une bonne proximité » ? D’ailleurs de quelles proximités parle-t-on ? Géographiques, sociales, cognitives ?

A ces questionnements s’additionnent des préoccupations concernant la vie quotidienne des citoyens. Les déplacements travail-domicile par tous moyens de transport et le développement des mobilités, en général, sont mis à l’agenda du groupe, avec la question du travail et du salariat et de leurs transformations dans le développement territorial. 25 ans plus tard, peut-on dire que les objectifs initiaux ont été atteints ?

 

Une meilleure compréhension des relations espace/économie

CC Pxhere mohamed hassan

Les analyses industrielles et de l’innovation ont montré qu’il n’est pas indifférent d’être situé plus ou moins près de ses concurrents, de ses fournisseurs ou des participants d’un réseau de collaboration, par exemple. La prise en compte de ces dimensions a permis de traiter de la question entrepreneuriale et de montrer que l’espace compte (« space matters ») dans ce cas.

Rapidement, cette idée a débordé le cadre de départ en économie de la production pour s’étendre et s’imposer vers d’autres disciplines, comme la sociologie et, un peu plus tard, les sciences de gestion. L’analyse des réseaux d’acteurs et de leur positionnement social s’est avérée indispensable, par exemple à travers les études menées au sein des technopoles ou des firmes high tech. En effet, dans ces structures, les liens de connaissance, familiaux ou culturels, continuent à jouer un rôle essentiel en dépit du caractère innovant des activités. Pour la gestion, si l’espace est longtemps resté « un impensé », les travaux de l’école de la Proximité ont proposé une grille conceptuelle utile à la compréhension des diverses stratégies de localisation des organisations.

Les développements thématiques se sont révélés tout aussi importants, avec les approches d’aménagement du territoire centrées sur la négociation environnementale, mais aussi les conflits d’usage et de l’espace donnant à voir les dimensions négatives et subies de la proximité géographique. Ou bien encore, dans les recherches sur le travail et les rapports salariaux, ainsi que dans les approches d’écologie industrielle et territoriale. Plus récemment, enfin, c’est l’ouverture aux problématiques de développement territorial qui marque une nouvelle extension du champ de l’analyse.

Il en découle une clarification générale des liens entre espace et proximité. La proximité s’avère plurifactorielle et s’abolit souvent des localisations : on peut être proche tout en étant à distance, par l’intermédiaire des communications, ou rester proche de sa famille habitant dans un autre pays. L’espace n’est donc pas un simple support, mais un assemblage de ressources auquel les proximités donnent accès. Et il est également un vecteur de leur processus de construction, voire de spécification. En partie créé par les acteurs, sa maitrise et sa puissance de contrainte dépendent largement du jeu des proximités, ainsi que de leurs mobilisations par des groupes d’acteurs qui agissent localement ou à distance.

Une nouvelle vision de la question territoriale

Les travaux ont également permis des apports importants sur la question territoriale. Les recherches sur les relations firmes-territoires ont montré que ces derniers ne sont pas des entités closes. Leurs connexions externes reposent sur des proximités non-géographiques ou organisées, maîtrisées en général par un nombre réduit d’agents, publics ou privés, qui assurent l’articulation entre des ensembles locaux et des circuits globaux. Le territoire est donc un construit, susceptible d’effondrement, de fractionnement ou d’éclatement, mais aussi de reconfiguration et de renouveau selon les proximités qui pourront y être activées.

CC Wikimedia Commons FCK-Iceman

Il en résulte une variété de définitions des dimensions de la proximité, qui n’est pas un désordre théorique. Elle permet au contraire de capter la complexité du monde social et de ses relations à l’espace. Au cours du temps, deux grandes familles ont émergé et se sont imposées dans la littérature. D’une part, la définition des 5 grandes catégories de proximités (Ecole Hollandaise), qui constitue la base de nombreuses recherches appliquées menées dans le domaine des relations d’innovation et de technologie. De l’autre, celle retenue par différents auteurs francophones, avec deux grandes proximités, géographiques et organisées, elles-mêmes divisées en sous catégories (Ecole française).

Ces déclinaisons de proximités se combinent ou s’opposent plus ou moins harmonieusement selon les actions des acteurs humains, qu’ils agissent en groupe ou à titre individuel. La « grammaire des proximités » offre ainsi une capacité d’explication des problématiques spatiales par mobilisation de ses différentes déclinaisons. Ce pouvoir explicatif provient de la capacité d’un cadre conceptuel « agile » à tenir compte de la complexité et de la diversité du réel, à s’adapter aux faits sans les dénaturer.

Des extensions et des succès inattendus

CC Pixabay kreatikar

Enfin, de nombreux développements importants des analyses de la proximité ont dépassé les objectifs fixés dans l’agenda de départ. C’est le cas des dimensions temporaires de la proximité géographique. Le développement des Technologies de l’information et de la communication (TIC) a permis la naissance de relations à distance, en particulier par le biais des terminaux ou des réseaux sociaux, qui signent l’apparition d’individus doués du don d’ubiquité pouvant agir à deux endroits en même temps. Loin d’en conclure à la mort de la distance et de la géographie, les approches de la proximité, s’appuyant sur de nombreuses études empiriques, ont montré que la proximité géographique continue à compter, souvent par le biais de rencontres temporaires dans des lieux précis. Par ailleurs, les proximités organisées à distance sont également prépondérantes.

Les proximités peuvent en outre être souhaitées ou subies, avec leurs dimensions négatives. Ainsi, des acteurs subissent la proximité géographique d’autres acteurs ou de leurs activités, génératrices de nuisances telles que le bruit, la pollution, l’occupation des sols, la destruction des paysages… Enfin, les effets du pouvoir, ce « banni récalcitrant » cher à l’économiste François Perroux, ont pu être réintroduits. Les proximités permettent en effet tout autant un partage (par exemple de connaissance) qu’une régulation des relations, facilitant ainsi leur contrôle.

Une réussite académique, mais aussi sociétale

Nées dans le contexte de l’essor des dimensions spatiales de l’innovation et de la fin du fordisme a-territorial piloté par des multinationales hors sol, les approches de la proximité proposaient dès le départ une prise en considération de valeurs spatiales et territoriales. Elle n’a fait que s’affirmer depuis, avec l’apparition de nouvelles problématiques comme la traçabilité des produits, les circuits courts, les tiers lieux, les open lab, l’analyse des politiques publiques locales, la e-santé et le parcours patient, l’économie circulaire… Il n’est pas étonnant que le succès sociétal ait été au rendez-vous, et que l’expression même ait provoqué un vif engouement, loin d’être attribuable au seul groupe Dynamiques de proximité bien sûr. On parle de justice de proximité, de police de proximité, de magasins de proximité…, et les hommes politiques se veulent proches de leurs concitoyens.

CC Pixabay Clker-Free-Vector-Images

L’objectif académique de départ a été largement dépassé. Les analyses de la proximité font aujourd’hui partie de la boite à outils de la Science Régionale, qu’elles ont contribué à fortement élargir, et ont perdu le caractère hétérodoxe ou exotique des premières tentatives, comme le prouve le nombre impressionnant d’articles publiés sur la question et de travaux utilisant les méthodologies proposées, ainsi que les ouvrages et manuels qui y font référence comme à une approche reconnue, voire banalisée.         

Elles ont permis d’affirmer internationalement une sensibilité francophone, en s’inscrivant dans la tradition de la recherche française en sciences sociales. Le travail se situe dans la filiation des grands auteurs en économie régionale comme François Perroux, Jacques Boudeville, Philippe Aydalot. Mais une tradition plus large est également convoquée : Pierre Bourdieu (avec la reproduction et la définition des relations sociales et des séparations qu’elle impose), Michel Foucault (avec les dispositifs de gouvernance et leur déclinaison territoriale ou les hétérotopies), Gilles Deleuze (avec la dimension ryzomique des réseaux et la déterritorialisation), ou encore Edgar Morin (avec la complexité et le caractère systémique des relations), souvent cités et aux influences revendiquées, voisinent avec d’autres références étrangères comme celles de Thorstein Veblen, Anthony Giddens, Albert Hirschman ou Harrison White.

Finalement, quelles sont les questions qui n’ont pas encore été couvertes ? Celle de la mesure des proximités reste toujours d’actualité : des avancées méthodologiques sont encore à produire. Une autre limite consiste dans l’insuffisante prise en compte des processus dynamiques. Cette dimension n’est certes pas absente de l’analyse, mais force est de constater que les modélisations (au sens large) dynamiques sont rares. Enfin, on ne peut qu’être frappé par une certaine légèreté générale sur la question de la proximité géographique, trop souvent perdue de vue dans l’analyse. Il est paradoxal qu’un programme de recherche construit sur l’intégration de l’espace dans l’approche économique en vienne à minimiser la place de la variable spatiale…

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

Crédits image à la Une : CC Free Photos and images et crédits image d’entrée : CC Wikimedia Commons Xavax


André Torre, Damien Talbot

André Torre, Université Paris-Saclay, UMR SAD-APT, INRA/Agroparistech (torre@agroparistech.fr) et Damien Talbot, CLeRMa, IAE, Université Clermont Auvergne (damien.talbot@uca.fr)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.