Réapprendre à aimer l’obscurité

La nuit était autrefois beaucoup plus sombre, y compris dans les villes. Aujourd’hui, il est fréquent et naturel de parcourir la ville de nuit avec autant d’aisance que le jour, notamment en raison de l’éclairage urbain. On ne se rend d’ailleurs même plus compte de sa présence, tant cet éclairage artificiel est devenu partie intégrante de notre quotidien. Pourtant, sa présence n’est pas anodine : la lumière artificielle modifie la vision de la nuit. Elle créée un « entre-deux » favorable au développement de l’attractivité de la ville. Ce rapport à l’obscurité et les représentations qui y sont associées fournissent alors un terrain d’étude fascinant pour la recherche.

La crainte et le danger qu’a longtemps suscité l’obscurité ont poussé les politiques urbaines à éclairer en permanence notre environnement quotidien. Malheureusement, cette politique entraîne de lourdes conséquences sur les écosystèmes. Dans la crise environnementale qui est la nôtre, il n’est plus possible de continuer à éclairer sans réfléchir sur ce coût. Il faut donc déconstruire les rapports que nous entretenons avec l’obscurité et la lumière.

Pour y parvenir, il est urgent de comprendre les conséquences de la lumière sur le paysage et d’offrir des outils de réflexion à l’échelle de la ville, afin d’améliorer la qualité des cadres de vie, au-delà des besoins sécuritaires, économiques, marketings et politiques. Les chercheurs proposent ainsi dépasser la représentation binaire lumière/obscurité, parce qu’elles limitent trop les potentialités des aménagements. Ce n’est pas parce qu’il fait noir, qu’il n’y a rien à voir !

  • Cette émission d’Avides de Recherches s’inscrit dans le cadre d’une collaboration avec le Quai des Savoirs (Toulouse), autour de l’exposition « Luminopolis ».

Fiche technique

Musique : Otaam

Texte, voix : Manon Bril

Cadrage : Barthelemy Dexpax

Crédits image à la Une : CC Pixabay GDJ et crédits image d’entrée : CC Pexels Joseph Thomas


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.