Comprendre le marché du travail à Bogota à partir de la qualité de l’emploi

Quand on décrit les marchés du travail latino-américains, les oppositions traditionnelles entre travail formel et informel (activité licite non déclarée, réalisée en l’absence de contrat de travail et/ou de sécurité sociale), ou entre salariat et indépendance, viennent directement à l’esprit. Pourtant, de nombreuses transformations et l’existence d’un continuum entre les différents statuts dans l’emploi construit à travers des législations abaissant les protections des salariés formels tout en favorisant l’extension de la couverture sociale aux indépendants informels, ont bouleversé l’efficacité de ces oppositions. Dès lors, la notion de « qualité de l’emploi » s’impose petit à petit comme un outil pertinent pour revisiter le marché du travail urbain.

Bien que ces transformations aient affecté l’ensemble des pays latino-américains entre 1990 et 2010, les pays andins se démarquent quelque peu. Ces derniers, et plus particulièrement le Pérou et la Colombie, s’illustrent par l’introduction continue de politiques de dérégulation jusqu’aux années 2010. Ces politiques ont entrainé une forte hétérogénéité des conditions individuelles et collectives de mise à l’emploi, ainsi qu’une séparation de plus en plus forte entre travailleurs vulnérables et salariés plus protégés.

De nombreux travaux universitaires ont proposé le concept de « travail décent » en avançant la notion de qualité de l’emploi pour pallier les limites des outils utilisés habituellement dans ces pays. Toutefois, cette notion reste discutée en raison de la multiplicité des dimensions qu’elle recouvre. En prenant Bogota, capitale de la Colombie, pour terrain d’étude, l’analyse du marché du travail au prisme de la qualité de l’emploi invite à répondre à deux interrogations dans le contexte colombien : comment appréhender et mesurer la qualité de l’emploi ? La qualité de l’emploi est-elle un outil d’analyse plus pertinent que les instruments classiques ?

De la définition de la qualité de l’emploi à sa mesure

CC Pixabay Coyau

Les travaux d’ordre macro-socioéconomique s’intéressant aux institutions qui structurent le marché du travail ont été les premiers à utiliser une caractérisation multidimensionnelle et plus « qualitative » de l’emploi. Puis d’autres recherches à partir d’un prisme plus micro-socioéconomique, ont associé cette définition aux conditions de vie des individus et des ménages. Deux grandes approches ont été mise en œuvre : d’une part, la qualité de l’emploi a été appréhendée d’un point de vue socio-psychologique à travers la mesure de la satisfaction des individus vis-à-vis de leur activité professionnelle ; d’autre part, on a proposé d’identifier la notion à partir des caractéristiques objectives des emplois (lieu de travail défini et situé hors du ménage, contribution effective à la sécurité sociale, contrat de travail écrit, revenu permettant de subvenir à ses besoins…), variables en fonction du contexte étudié.

Trois conclusions peuvent être tirées de la revue systématique des travaux issus de ces courants. Tout d’abord, les deux façons de considérer la qualité de l’emploi doivent être combinées. Ensuite, les différentes variables sélectionnées (revenu obtenu, cotisations permettant de se protéger contre les risques sociaux, existence d’un contrat de travail) permettant de caractériser statistiquement cette notion doivent être nécessairement adaptées au contexte social et réglementaire étudié. Enfin, six grandes dimensions constituent le socle commun de la définition socio-économique et juridique : le niveau de revenu, les conditions de travail, la sécurité et le statut légal de l’emploi, l’existence et le respect des droits collectifs, la possibilité de concilier vie familiale et vie professionnelle et enfin la satisfaction retirée de son activité.

Quand dans nos propres travaux (2019) nous avons tenté de cerner la notion à partir de données représentatives sur près de 9000 travailleurs de Bogota, nous avons avancé une mesure originale intégrant plus d’une dizaine de variables socioéconomiques et juridiques telles que le revenu, la stabilité dans l’emploi, la complétude du contrat, le lieu d’exercice de l’activité, la durée de travail hebdomadaire, la protection sociale contre les différents risques sociaux (professionnels, maladie et vieillesse), la syndicalisation et la satisfaction vis-à-vis de la situation professionnelle.  

Une notion pertinente ?

Un premier constat émerge de l’analyse de cet indicateur multidimensionnel de qualité de l’emploi : le marché du travail de Bogota se structure à travers une forte polarisation, opposant deux groupes bien distincts de travailleurs. D’un côté, les travailleurs à leur propre compte, domestiques ou exerçant dans des unités dont la taille reste inférieure à 5 salariés : ils apparaissent en moyenne comme plus vulnérables. D’un autre, les fonctionnaires et les employés du secteur éducatif sont en moyenne beaucoup plus protégés.

Malgré ce constat général, une très faible qualité de l’emploi n’est pas seulement synonyme d’exclusion des droits du travail et du régime de protection sociale. Les travailleurs pourvus de tels emplois sont certes exclus de tout système de retraite ou de protection professionnelle, tandis que près des deux tiers d’entre eux ont un revenu inférieur au salaire minimum et exercent sans le moindre type de contrat. Pourtant, paradoxalement, la grande majorité dispose d’une sécurité sociale, n’occupe qu’un seul emploi, se trouve dans une situation professionnelle qualifiée de « stable » et bénéficie des éléments de base du contrat de travail.

Tous droits réservés Thibault Deguilhem

À l’inverse, les travailleurs pourvus d’emplois de très bonne qualité sont tous couverts contre les risques professionnels, cotisent à un fonds de retraite et disposent d’un contrat de travail complet. Mais seule une petite proportion est syndiquée et moins des deux tiers bénéficient d’une stabilité professionnelle.

Enfin, la plupart des travailleurs informels de la capitale sont dans des situations précaires correspondant à des emplois de très faible qualité. Cette observation réalisée à Bogota confirme l’intuition selon laquelle l’informalité peut être assez largement associée à l’emploi précaire ou vulnérable « subi ». Plus surprenant, près d’un quart des travailleurs formels et plus d’un tiers des salariés se retrouvent parmi les travailleurs ayant un emploi de très faible qualité. Ce constat tend à conforter l’idée que le « choix » de travailler de manière informelle n’est pas la conséquence d’opportunités avantageuses dans l’économie informelle, mais qu’il constitue la seule opportunité d’emploi.

Il n’existe pas non plus de rupture marquée entre la qualité de l’emploi des salariés et celle des indépendants à Bogota. Ce constat s’accorde avec l’idée d’un continuum entre les statuts sur le marché du travail. En définitive, la distinction formel-informel perd considérablement de sa substance sur un marché dans lequel coexistent un processus de « précarisation » de certains travailleurs formels et l’existence d’opportunités d’emploi de meilleure qualité pour certains indépendants.

Ces différentes observations permettent en définitive une certaine réflexion en matière de politiques publiques dans le contexte colombien. La prise en compte d’éléments sociaux et juridiques à travers la notion de qualité de l’emploi, apparaît particulièrement importante pour appréhender la structure du marché à Bogota, où la promotion du travail décent a été mise au cœur de la stratégie de développement municipal entre 2012 et 2016 (« Bogota humana »).

En raison de cet intérêt institutionnel, somme toute assez récent, les résultats présentés pourraient constituer l’un des éléments susceptibles d’accompagner les institutions publiques vers leurs objectifs en matière de travail décent en réorientant les politiques vers une amélioration de la qualité de la « demande » sur le marché du travail à travers la prise en compte des vulnérabilités des travailleurs formels et salariés. Toutefois, les changements politiques intervenus aux dernières élections municipales et l’adoption de la nouvelle stratégie de développement (« Bogota mejor para todos ») en 2017 pourraient venir contrarier cette reconsidération dans la mesure où les objectifs sont aujourd’hui tournés vers une politique de l’offre focalisée sur le capital humain.

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

Crédits image à la Une : CC Pixabay mohamed_hassan et crédits image d’entrée : CC Pixabay Geralt


Thibaud Deguilhem

Université de Bordeaux, UMR-CNRS 5113 GREThA (thibaud.deguilhem@u-bordeaux.fr)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.