La médecine légale : de l’autopsie à la médecine du vivant ?

Des séries télévisées, des romans policiers et des faits divers judiciaires, on connait les principaux personnages : les inspecteurs de police, les magistrats, les avocats… et les médecins légistes. Leurs fonctions sont à la fois différentes et en partie communes : elles consistent, pour l’essentiel, à dénouer les motifs et les conséquences d’actes délictueux ou criminels qui seront des objets de jugement pour les tribunaux. Pour ces personnages « archétypiques », il s’agit de déterminer, en coopération, les preuves de délits ou de crimes commis (ou subis) par des individus. Car en l’absence de preuves irréfutables, il n’y a pas de vérité possible.

Dans le cours des processus d’investigation, de recherches de preuves, d’expertise, le médecin légiste assume des responsabilités aussi importantes que méconnues. D’où vient sa discipline, la médecine légale ? Dans quels contextes historiques, sociaux, juridiques s’est-elle générée ? Avec quels buts, quelles pratiques et quels acteurs ?

Dans son ouvrage La médecine légale à Toulouse. Origines et évolutions,Louis Arbus offre des informations très précieuses qui permettent de répondre à ces questions. Ce professeur de médecine a consacré sa carrière d’enseignant-chercheur et de praticien hospitalier à la médecine légale. Il appartient à une tradition de médecins qui n’ont pas seulement exercé leur métier « sur le terrain » mais qui, par leurs écrits et leurs conférences, ont voulu rendre compte des évolutions au cours desquelles s’est structuré ce métier.

L’approche historique qu’il a choisie convient parfaitement à ses objectifs : combler les lacunes ou les approximations qui altèrent la connaissance de la médecine légale et étudier les processus de sa constitution et de ses développements comme discipline aussi bien à l’étranger qu’en France, notamment dans les contextes toulousains.



Les débuts de l’institutionnalisation

CC Wikimedia Commons Ji-Elle

De cette discipline, tous les historiens ont retenu que ses fondations sont dues au 16ème siècle à Ambroise Paré, anatomiste, chirurgien du roi et des champs de guerre. A leur instar, Louis Arbus considère qu’Ambroise Paré est « le père de la médecine expérimentale et de la médecine légale ». Il rappelle aussi le rôle aux 15ème et 16ème siècles des médecins et barbiers jurés, et même des matrones dans la conduite des expertises. Il note aussi le procédé habituel de l’autopsie : « un barbier ouvrait le cadavre, un chirurgien ou un compagnon effectuait l’autopsie. Au bout de la table, un médecin commentait et expliquait l’anatomie et les lésions ».

En fait, le rôle des médecins légistes est officiellement reconnu en 1603 par un édit d’Henri IV qui donne naissance au corps des experts judiciaires. Et l’ordonnance criminelle de 1670 généralise l’intervention médico-légale dans les affaires du domaine judiciaire. L’institutionnalisation de la médecine légale est alors en marche.

Mais aider la justice dans la quête de la vérité impose des expertises de qualité, impérativement aptes à livrer les preuves nécessaires, non réfutables, à l’établissement de cette vérité. Les expertises, dominées au 18ème siècle par la réalisation des autopsies, gagnent en rigueur grâce aux progrès de la clinique et de l’anatomie. Tout au long des chapitres de son ouvrage, Louis Arbus étaye sa démonstration à l’aide de nombreux documents d’archives et en référence à des travaux liés la médecine et au droit. Il nous instruit utilement sur les procédures et les habiletés maitrisées mises en actes in situ par les légistes à différents moments de l’histoire.

Il insiste sur l’influence capitale, à la fin du 18ème siècle, de François-Emmanuel Fodéré (1764-1835), professeur de médecine légale à Strasbourg, dans la définition de cette discipline et de ses missions en liaison avec la législation en vigueur. Son livre majeur, Traité de médecine légale et d’hygiène ou de police de santé, est publié en 1798. Il y explicite l’alliance qu’il juge indispensable entre les buts et les moyens de la médecine légale et ceux de l’hygiène. Il prône aussi des règles de prévention pour contrer les facteurs nocifs d’environnement dans la survenue possible des maladies. En outre, il circonscrit les principaux thèmes et objets des enseignements de sa discipline. Ces enseignements universitaires seront institutionnalisés au début du 19ème siècle. Comme l’indique Louis Arbus, « nullement auparavant la médecine légale n’était enseignée dans les facultés ».

Evolutions de la médecine légale et disciplines associées

Venus d’horizons disciplinaires variés (hygiène, anatomie, clinique interne…) ce sont des professeurs spécialistes de valeur qui enseigneront la médecine légale, soucieux de la situer dans les liens qu’elle doit entretenir avec d’autres sciences. C’est en tout cas la position d’Alexandre Lacassagne (1843-1924), professeur de médecine légale à Lyon, par ailleurs co-fondateur de l’anthropologie criminelle. Dans son Précis de médecine légale (1906), il souligne que la médecine légale consiste dans « l’application des sciences telles que la physique, la chimie, la biologie aux recherches de la justice ». Il précise aussi : « A notre époque, le médecin légal doit être savant et artiste ».

CC Pixabay KERBSTONE

Louis Arbus, à sa manière, donne la juste mesure des échanges qui ont existé et qui existent de nos jours encore, entre des disciplines qu’il qualifie d’associées : la médecine sociale, l’hygiène, la psychiatrie, la toxicologie, la criminologie. Il montre comment elles interagissent et se complètent en regard des problématiques spécifiques et étendues de la médecine légale. Il insiste enfin sur le rôle des laboratoires scientifiques d’identité judiciaire et de médecine légale créés à partir des années 1940.

Dans les termes univoques d’une sympathie rétrospective qu’il éprouve pour les médecins légistes du 19ème siècle, il distingue plusieurs d’entre eux qui ont oeuvré pour institutionnaliser et promouvoir les activités médico-légales. Ainsi, évoque-t-il Hippolyte Combes, Séverin Caussé, Tibulle Desbarraux-Bernard, ou encore Gérard Marchant (élève de l’aliéniste Jean-Étienne Esquirol), assassiné en 1881 par l’un de ses patients à l’hôpital psychiatrique de Braqueville (aujourd’hui hôpital Marchant) à Toulouse. S’ajoutent évidemment d’autres spécialistes que le passé récent de la discipline a mémorisés et, parmi eux, certains avec lesquels il a collaboré tels Jean Planques, Pierre Moron…

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

L’ouvrage de Louis Arbus propose pertinemment des biographies professionnelles qui résument les parcours de tous ces médecins légistes. Elles éclairent aussi bien la rigueur méthodique et éthique de leurs interventions que les obstacles qu’ils ont rencontrés, souvent dus aux limites des connaissances scientifiques et techniques de leur époque. Deux affaires très célèbres (Calas et Sirven, 1761) sont largement présentées, documents à l’appui.

Ce n’est pas le moindre intérêt de l’ouvrage de Louis Arbus que de relater plusieurs affaires qui ont marqué leur temps, dans lesquelles médecine et justice ont conjugué leurs efforts pour accéder, avec des fortunes diverses, à la vérité. Ce sont des cas de crimes ou de délits graves, de suicides, d’empoisonnements, de viols, de troubles psychiatriques avérés…. qui constituent les centres de telles affaires. Le lecteur, curieux et attentif, peut y « trouver son compte ». Mais, il peut surtout y trouver des informations précises sur les démarches d’expertise de la médecine légale qu’à rebours des idées toutes faites, sinon des préjugés, l’auteur invite à regarder sur le terrain de l’histoire.

Tant dans ses motivations que dans son contenu, cet ouvrage s’inscrit dans une filiation de recherches et de pratiques qu’à la suite notamment de François-Emmanuel Fodéré, les médecins légistes ont mis en débat, enseignées et diffusées. Le devoir de transmettre qu’ils ont rempli vaut toutefois parce qu’il est couplé à un autre devoir, celui continu de consolider et de renouveler leur discipline à la lumière des progrès scientifiques.

Plusieurs affaires illustrent le propos de l’auteur, dont celle de Guillaume Granié, traitée d’abord par Tibulle Desbarraux-Bernard. Ce médecin légiste a observé régulièrement à la prison de la Conciergerie G. Granié qui avait tué sa femme dans une crise d’extrême jalousie. Le détenu manifesta la volonté de se laisser mourir de faim et de soif. Malgré les injonctions extérieures et les moyens utilisés pour le nourrir (sonde gastrique…), son état se dégrada rapidement jusqu’à la mort. L’autopsie ne révéla rien de particulier. Desbarraux-Bernard conclut alors à un « suicide par abstinence ».

Séverin Caussé réfuta cette conclusion dans sa propre expertise et, en s’appuyant sur les travaux d’Etienne Esquirol (cf. supra), de Philippe Pinel et d’Etienne-Jean Georget que son confrère connaissait mal, il diagnostiqua une « monomanie ». Elle caractérise une personnalité monomaniaque, délirante, violente, anxieuse… Granié avait en fait une peur panique d’être empoisonné. Caussé en tira la conclusion qu’il aurait dû être interné et soigné dans un hôpital psychiatrique… ce qui fit débat.

Etat et perspectives de la médecine légale contemporaine

Historiquement dévolue à l’autopsie et donc aux morts, la médecine légale, dans ses extensions cliniques et scientifiques, s’est affirmée comme une médecine du vivant tournée vers les activités humaines comprises dans leur diversité, mais aussi dans leurs contextes matériels, économiques, culturels. Sa place spécifique dans le système hospitalier et dans la société, ses fonctionnalités lui valent aujourd’hui une franche reconnaissance sociale comme le montre Louis Arbus. D’autant qu’elle continue à innover à travers de nouveaux dispositifs. Ainsi, en sus des fonctions qu’elle assume dans le système hospitalier toulousain, elle a mis en place en 1982, une consultation novatrice – la première en France – pour accueillir et aider les personnes victimes de coups et blessures volontaires. Cette initiative du ressort de la médecine légale du vivant, est la résultante d’une collaboration avec le Service d’Aide aux Victimes d’Information et de Médiation (SAVIM). Un indicateur quantitatif de sa nécessité est le nombre de personnes qu’accueille annuellement le service : il s’élève à 4000.

Qu’en est-t-il des principes et des perspectives actuelles de la médecine légale, notamment à Toulouse ? L’ouvrage de Louis Arbus cède la parole à des pairs universitaires (médecins et juristes). Ce sont, en fait, les auteur.e.s du dernier chapitre. Ils y décrivent et analysent les orientations de la médecine légale, science médicale du vivant dont ils sont garants et responsables dans la structure hospitalière. Par ses visées, ses procédures, ses pratiques concrètes, cette médecine a su s’adapter, s’enrichir de nouveaux savoirs, asseoir sa légitimité en face de nouveaux besoins médicaux et sociétaux auxquels il lui faut répondre.

  • Frexinos J., 2015, Histoire de la médecine à Toulouse de 1229 à nos jours, Toulouse : Privat.
  • Barbot J., 1905, Les chroniques de la Faculté de Médecine de Toulouse, Toulouse : Librairie C. Dirion.

Crédits image à la Une : CC Pixabay OpenClipart-Vectors et crédits image d’entrée : CC Pixabay Clker-Free-Vector-Images


Alain Baubion-Broye

Université Toulouse Jean Jaurès, Psychologie de la socialisation – Développement et travail (alain.baubion-broye@univ-tlse2.fr)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.