Une lecture géographique de Marcel Proust

La littérature offre aux géographes un terrain d’étude infini. En effet, souvent les romanciers mettent en scène dans leurs récits des lieux, des territoires, des espaces auxquels ils confèrent des caractéristiques particulières. L’analyse de la création romanesque fait l’objet depuis quelques décennies d’une rencontre entre géographes et littéraires.

L’on parle alors de « géographie littéraire », branche commune au sein de laquelle la question de la représentation des lieux et de l’espace fait l’objet d’études qui s’intéressent à l’imaginaire géographique tel qu’il est produit par certains romans.

Tout le monde connaît l’œuvre immense de Marcel Proust : À la recherche du temps perdu. À première vue, la question de l’espace semble ne pas être la préoccupation principale du romancier. Pourtant le géographe peut déceler dans ce cycle romanesque une conception de l’espace qui mérite une attention particulière et dont l’éclairage permet de mieux cerner la complexité de cette œuvre passée à la postérité.

 

Les deux « côtés » de Combray : du topos à la chôra

Marcel, le narrateur de la “Recherche“, débute son récit en évoquant Combray, toponyme inventé, lieu de son enfance : « Car il y avait autour de Combray deux “côtés” pour les promenades, et si opposés qu’on ne sortait pas en effet de chez nous par la même porte, quand on voulait aller d’un côté ou de l’autre : le côté de Méséglise-la-Vineuse, qu’on appelait aussi le côté de chez Swann parce qu’on passait devant la propriété de M. Swann pour aller par là, et le côté de Guermantes. » Du côté de chez Swann, p. 211.

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

Le narrateur a une vision discontinue de l’espace. Il applique à Combray, et aux autres lieux présents dans la Recherche, un imaginaire géographique qui sépare. Sa représentation de l’espace est celle d’une fermeture, d’une opposition entre les lieux. Or il est singulier de constater à quel point cette conception de l’espace correspond exactement à la conception du temps qu’il développe également au début de son récit : la vie fixe des moments qui ne sont pas reliés entre eux, qui sont uniques, indépendants les uns des autres.

En géographie, la question du lieu est fondamentale. Le lieu est l’endroit où s’opère une relation singulière entre des sociétés et un espace. Parfois cette relation singulière peut s’opérer directement entre un homme et une portion d’espace (les lieux de notre enfance, la chambre où l’on a passé du temps, un appartement, une maison, une ville, etc.) et faire l’objet d’un récit romanesque comme avec la Recherche. Or il existe deux conceptions du lieu, fondamentales, distinctes et complémentaires. D’une part, la notion de lieu renvoie à un endroit localisable, cartographiable, à sa dimension physique : on parle alors de son topos. D’autre part, le lieu se caractérise aussi par sa dimension sensible, existentielle : on parle alors de sa chôra. Paris, par exemple, n’est pas seulement une ville physiquement localisée dans l’espace (i.e. son topos), c’est aussi une capitale qui rayonne à l’échelle mondiale, qui a une histoire, qui véhicule des représentations différentes, et où des personnes se croisent, la font exister, etc. (i.e. sa chôra).

Dans son récit, Marcel Proust appose ainsi au topos de Combray une vision discontinue, deux « côtés » qui s’opposent et qui participent donc de sa chôra. Nous avons ici affaire à une conception singulière de l’espace et d’un lieu en particulier, une représentation qui met en scène un imaginaire géographique. Pour autant, cette vision discontinue qui sépare au lieu de relier, n’est pas définitive. En effet, le romancier réalise petit à petit que les lieux peuvent être reliés, ne sont pas si éloignés les uns des autres, autrement dit qu’ils relèvent davantage d’une conception de l’espace qui relie et non qui sépare.

Les lieux reliés (« transversales »)

CC Pixabay ArtsyBee

Différentes rencontres amènent finalement Marcel Proust à concevoir autrement sa géographie. Évoquant dans l’avant-dernier volume de son cycle romanesque une promenade avec Gilberte, un amour ancien, celle-ci lui explique quelque chose qui modifie profondément son regard : « “Si vous voulez, nous pourrons tout de même sortir un après-midi et nous pourrons alors aller à Guermantes, en prenant par Méséglise, c’est la plus jolie façon”, phrase qui en bouleversant toutes les idées de mon enfance m’apprit que les deux côtés n’étaient pas aussi inconciliables que j’avais cru. » Albertine Disparue, p. 269.

Proust réalise que la partition de Combray en deux côtés n’est qu’une construction de son esprit, une représentation qui n’a pas lieu d’être : si le topos de Combray est toujours le même, sa chôra a donc changé. Augustin Berque a d’ailleurs créé le concept de “chorésie” pour exprimer notamment ce processus par lequel un même topos peut, avec le temps, s’inscrire dans une chôra différente.

De sorte que la Recherche fait le récit d’une « chorésie » que le narrateur évoque encore plus efficacement lorsqu’il établit dans le dernier volume la liste des « transversales » qui relient les différentes parties qu’il expose tout au long de son récit : « Déjà entre ces deux routes des transversales s’établissaient. […] Et sans doute tous ces plans différents suivant lesquels le Temps, depuis que je venais de le ressaisir dans cette fête, disposait ma vie, en me faisant songer que, dans un livre qui voudrait en raconter une, il faudrait user, par opposition à la psychologie plane dont on use d’ordinaire, d’une sorte de psychologie dans l’espace […] » Le Temps retrouvé, p. 336.

En somme, la Recherche est un cycle romanesque qui met en scène l’évolution d’une conception discontinue de l’espace, où les lieux sont séparés, vers une conception continue de l’espace, où les lieux sont reliés. Or Marcel Proust multiplie à ce titre les métaphores dans son récit qui, comme nous allons le constater, traduisent par la rhétorique cette complexité d’un espace appréhendé suivant deux conceptions différentes.

Des métaphores pour (d)écrire l’espace

Étymologiquement, métaphore signifie « transport ». Elle permet de relier entre eux deux univers en transférant les caractéristiques de l’un à l’autre. Dans la Recherche, le narrateur multiplie les métaphores pour décrire sa vision de l’espace. Il parle notamment, évoquant les deux « côtés » de Combray, de « vases clos » : « Et cette démarcation était rendue plus absolue encore parce que cette habitude que nous avions de n’aller jamais vers les deux côtés un même jour, dans une seule promenade, mais une fois du côté de Méséglise, une fois du côté de Guermantes, les enfermait pour ainsi dire loin l’un de l’autre, inconnaissables l’un à l’autre, dans les vases clos et sans communication entre eux, d’après-midi différents ». Du côté de chez Swann, p. 213.

CC Pixabay skeeze

L’idée de fermeture ne peut y être plus explicite. Il en est de même s’agissant des « transversales » qui expriment bien, désormais, une conception de l’espace où les lieux sont reliés. D’ailleurs il n’y a pas que l’espace qui, initialement, fasse l’objet d’une représentation qui sépare. Cette dernière est également sociale car à ces deux « côtés » correspondent des sociologies totalement différentes – bourgeoisie / du côté de chez Swann vs noblesse / du côté de Guermantes – qui, elles aussi, feront l’objet de « transversales ». En somme, les mots, les figures de style, la rhétorique permettent d’exprimer avec efficacité des systèmes de représentation, un imaginaire géographique spécifique qui évolue avec le temps.

Or, au sein de la Recherche, il est possible de déceler une métaphore bien particulière, qui résume cet imaginaire géographique. Rejoignant Balbec lors de son premier séjour dans cette cité balnéaire, deuxième haut-lieu proustien après Combray, le narrateur réalise depuis sa chambre une description de la mer en employant une image bien particulière : « les cimes bleues de la mer ». Nous avons affaire ici à une métaphore géographique dans laquelle l’auteur convoque un lexique montagnard pour décrire la mer. Cette métaphore repose sur un effet d’opposition, de contraste évident entre « cimes » et « mer », autrement dit un oxymore. Il est d’ailleurs intéressant de souligner ici comment l’opposition qui est mise en scène, qui frappe l’esprit, l’imagination, n’est pas sans rappeler l’opposition des deux « côtés » de Combray.

Cependant, cette métaphore ne peut être réduite à ce simple fondement oxymorique – qui, vous en conviendrez, vise à relier deux opposés, donc à établir des « transversales ». Elle met également en scène une autre figure de style, peu connue, mais très intéressante pour notre propos. En effet, la position de l’épithète « bleues » est surprenante. Normalement elle devrait se rapporter à « mer » et non pas à « cimes ». La mer est bleue, le ciel est bleu, plus rarement les cimes des montagnes. Le qualificatif « bleues » est donc déplacé de mer vers cimes : on parle alors d’hypallage ou processus d’inversion.

Cet exemple, loin d’être anecdotique et marginal car il se répète à de nombreuses reprises dans le cycle romanesque, illustre au niveau syntaxique et rhétorique ce qu’observe Marcel Proust tout au long de sa vie : les hommes et les femmes, autant que les lieux, ne sont pas enfermés dans des « vases clos », mais peuvent naviguer, se rejoindre, s’inverser parfois, bref, faire l’objet de « transversales ». De sorte que la représentation de l’espace et des lieux du narrateur au début de son récit procède d’un imaginaire géographique qui va évoluer au cours du temps. Le cycle proustien de la Recherche ne se limite donc pas uniquement à une réflexion sur le temps, il s’accompagne incontestablement d’une réflexion sur l’espace.

CC Flickr Gayatri Krishnamoorthy

Crédits image à la Une : CC Pixabay abbiepaulhus


Lionel Dupuy

Université de Pau et des Pays de l'Adour, PASSAGES (lionel.dupuy@univ-pau.fr)

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. MARION Mare dit :

    Merci ! Très belle approche pour faire comprendre la notion de lieu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.