Les enjeux du patrimoine et de sa conservation

L’incendie passé, de nombreux enjeux pèsent dans la reconstruction de Notre-Dame de Paris. Enjeux culturels, artistiques, esthétiques et bien-sûr politiques. Ces derniers concernent d’abord le choix du mode de financement (public et/ou privé, défiscalisation des dons…). Mais les enjeux se situent aussi dans l’usage politique de l’émotion suscitée par l’incendie et la destruction partielle de cet édifice dont le caractère ancien et exceptionnel est répété en boucle. Le discours fait de la cathédrale un « symbole de la France », voire de « l’identité nationale ».

Le film Patrimoine, une histoire au présent réalisé quelques semaines avant l’incendie vise à permettre de comprendre les enjeux et l’histoire du patrimoine.  Il n’est que peu question directement de la cathédrale de Paris, mais toutes les questions soulevées au sujet de Notre-Dame de Paris sont pourtant abordées.

Sous le mot « patrimoine »

Comme l’indique le mot anglais (« heritage »), la notion de « patrimoine » renvoie à celle d’héritage, de transmission.  Le patrimoine n’existe pas en soi, c’est une notion abstraite, construite, qui, dans un premier temps, se greffe sur certaines constructions ou objets matériels, en fonction de leur valeur esthétique, de leur exceptionnalité, de leur ancienneté ou de leur rareté. Notre-Dame de Paris n’était pas pensée a priori comme un objet patrimonial lorsqu’elle a été construite, rappelle dans le film l’historienne Pascale Goetschel.  

Dans un apparent paradoxe, le patrimoine est un peu le pendant des destructions. « On protège pour pouvoir détruire le reste », dit l’archiviste Yann Potin. Ce n’est pas un hasard si le concept de « patrimoine » est apparu après la Révolution française, dans un 19ème siècle marqué par l’urbanisation et l’industrialisation, synonymes de destructions d’un monde passé.  Le patrimoine est fondamentalement lié à l’idée de préservation dans un contexte de destruction.

Les acteurs du patrimoine

Le patrimoine est aussi la manière dont le présent se représente le passé ou veut se l’inventer. C’est une fabrication du passé.  Une idée-force de ce documentaire est que l’histoire du patrimoine est une celle des rapports au passé dans le présent. C’est donc une façon de faire de l’histoire des présents successifs. Si mémoire et histoire sont antagoniques, on peut penser qu’il existe une troisième dimension qui est le patrimoine, mémoire médiatisée par l’objet matériel.

Paradoxalement, ce ne sont pas les historiens qui sont en charge d’apprécier le caractère historique de monuments « historiques ». Il s’agit plutôt d’une affaire de conservateurs et d’historiens de l’art.  Stéphane Bern, en charge de la Mission Patrimoine de la présidence Macron n’a pas d’expertise particulière, mais l’écrivain Prosper Mérimée, au 19ème siècle, Inspecteur général des monuments historiques, n’était pas non plus historien.

Les architectes quant à eux sont-ils des acteurs du patrimoine alors que leur but n’est  pas de conserver mais au contraire de changer la ville ? A cela est directement liée la question du choix d’une reconstruction à l’identique ou de l’utilisation de matériels nouveaux d’une cathédrale…

Le patrimoine a servi et sert encore à la construction des identités nationales, régionales et locales. Notre-Dame de Paris en est un exemple parfait. L’élaboration de son image de symbole de la « mémoire nationale » se renforce au fil des discours du présent qui façonnent un passé.

 

Fiche technique

Type de film et année : film-recherche (2019)

Auteure-réalisatrice : Jeanne Menjoulet (CNRS, CHS)

Images, son, montage : Jeanne Menjoulet (CNRS, CHS)

Producteur : Centre d’histoire sociale des mondes contemporains (CHS)

Personnes interviewées :

  • Pascale Goetschel (CHS),  professeure à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, historienne spécialiste de l’histoire culturelle
  • Yann Potin, Maître de conférences associé en histoire du droit à l’Université Paris-Nord, également chargé d’études documentaires aux Archives nationales

Les séquences ont été tournées dans les locaux du CHS et au CNRS, rue Pouchet, Paris.

Durée : 1h’06

Procédé audiovisuel : prises de vues sur fond bleu (incrustation chromatique au montage)

Images filmées d’archives :

  • Archives de France 3 Grand Est
  • Archives France 3, Emission « Des racines et des ailes »
  • Ministère de l’Europe et des affaires étrangères
  • MINUSMA
  • Connaissance des Arts
  • iFlyTV
  • Indian Diplomacy
  • Western Armenia TV
  • Association des Musées et établissements patrimoniaux de Nouvelle-Calédonie
  • William Hook
  • Hankschannel
  • USA Reisetipps

Musique : Aaron Kenny
Voix off : Barbara Bonazzi, Paul Boulland

Crédits image à la Une : CC Pixabay AnnaliseArt et PrettySleepy2 ; crédits image d’entrée : cc Pixabay Chetraruc


Jeanne Menjoulet

Centre d'Histoire Sociale du XXe siècle - UMR CNRS / Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (jeanne.menjoulet@univ-paris1.fr )

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.