Une histoire environnementale des sports d’hiver

Partout en Europe, des stations de sports d’hiver ferment. La faute au dérèglement climatique ? À une mauvaise gestion économique ? Sans doute à la conjonction de ces deux facteurs. Face à ces difficultés aux conséquences économiques et sociales, les collectivités, à l’exemple de la Région Auvergne-Rhône-Alpes ou de départements pyrénéens, promettent de larges crédits pour aider le secteur à « s’adapter » au dérèglement climatique. Rendu responsable de la crise actuelle, le dérèglement obligerait, désormais, à aller vers la diversification des activités, la plurisaisonnalité et l’accélération de l’équipement en neige de culture.

Si ces problèmes nous semblent très contemporains, un regard en arrière permet de constater que bien des enjeux actuels ont en réalité une grande ancienneté, au point d’apparaître comme structurels dans l’économie des sports d’hiver. Dans cette optique, faire une histoire environnementale des sports d’hiver démontre que le changement climatique n’est que le dernier protagoniste d’une catastrophe annoncée.

  • Hagimont S., 2017, Commercialiser la nature et les façons d’être. Une histoire sociale et environnementale du tourisme (Pyrénées, France-Espagne, XIXe-XXe siècles), Thèse d’histoire, Université de Toulouse.

  • La diffusion de cet article s’inscrit dans le cadre d’un partenariat avec le festival L’Histoire à venir.

 

Quelques éléments de constat

Premier élément à retenir, une partie des sites ne sont pas suffisamment enneigés. Les canons à neige ou les grandes liaisons téléportées entre ces domaines non rentables permettent d’entretenir l’espoir d’une économie qui semble, dans bien des sites skiables, en bout de course.

Ces équipements sont coûteux et vont à contre-courant de la sobriété environnementale à laquelle invite la « transition » écologique : ils consomment énormément d’eau (la neige artificielle demande en moyenne 4 000 m3 d’eau par ha et par an, soit, pour la totalité du parc français, la consommation annuelle d’une ville de plus de 200 000 habitants), d’énergie (25 000 kWh chaque année par hectare de piste enneigée artificiellement, l’équivalent d’une ville de 110 000 habitants), dérangent les écosystèmes (le bruit, les terrassements, l’étalement urbain, les câbles aériens), banalisent les paysages.

La mise aux normes et le réinvestissement pour entretenir ces équipements sont justifiés par « l’adaptation au réchauffement climatique », que les sports d’hiver alimentent, et qui accroît à son tour leurs difficultés. En effet, sans froid, il n’y a pas de neige, même artificielle.

Les projections les plus récentes montrent que d’ici 2030-2050, 14 à 25 % des stations auront de grandes difficultés à produire de la neige de culture sur leur domaine, en raison de leur trop faible altitude et de la montée des températures. D’ici 2080-2100, le scénario le plus pessimiste du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) ne présage la survie que de vingt-huit stations alpines tandis que le scénario le plus optimiste (mais déjà improbable) indique qu’il ne sera plus possible de produire suffisamment de neige artificielle au-dessous de 1 800 mètres dans les Pyrénées. Bien peu de stations y survivront. Les immenses investissements mis en œuvre pour « adapter » les stations au changement climatique semblent donc vains à moyen terme.

La force des données économiques immédiates pourrait alors renvoyer les arguments écologiques à une forme d’idéalisme romantique ; sauf que le ski n’est pas rentable à long terme et que nombreuses sont les collectivités menacées par l’endettement et les déficits d’exploitation. Faut-il sacrifier les deniers publics et des espaces naturels par une fuite en avant immobilière, pour que perdurent les retombées sur les territoires alentour des stations (emplois, services divers, commerçants) ? Ou pour le dire autrement, faut-il « tenir » le court terme alors que le long terme est compromis ? Un détour par l’histoire permet de constater combien les Pyrénées sont particulièrement vulnérables face au désastre financier et écologique en cours.

  • Vles V.,  Hatt E., 2019, « Des stations de ski et d’alpinisme confrontées aux enjeux de la transition : changement énergétique et écologique, évolution touristique, requalification urbaine », in Spindler J., PEYPOCH N., dir., Le tourisme hivernal – clé de succès et de développement pour les collectivités de montagne ?, Paris : L’Harmattan.
  • Spandre P., François H., Verfaillie D., Pons M., Vernay M., Lafaysse M., George E., and Morin S., 2018, « Winter tourism and climate change in the Pyrenees and the French Alps: relevance of snowmaking as a technical adaptation », The Cryosphere Discuss, in review 2019..

 

Exploiter la neige malgré ses aléas

CC Wikimedia Commons
Henri Boulanger aka Henri Gray

Dans les années 1900, le développement des sports d’hiver a permis de diversifier l’économie touristique, très forte dans le massif grâce aux stations thermales et aux paysages, mais concentrée en été. La neige en vallée étant aléatoire, on pense donc à se porter en altitude. En 1912 et 1913, l’intervention de la Compagnie des chemins de fer du Midi alliée à des acteurs locaux, permet de créer deux stations en sites « vierges » : Superbagnères et Font-Romeu, à 1 800 mètres d’altitude, au milieu des champs de neige, avec hôtel luxueux, patinoire, pistes de ski de fond et de luge. À Superbagnères, un train à crémaillère relie le plateau à Luchon et est explicitement pensé pour remonter les skieurs.

Tout est pensé afin de maximiser l’exploitation des désirs sportifs, esthétiques et sanitaires de neige, d’air et de paysages. La confiance dans cette économie naissante n’est toutefois pas aveugle : conscients des aléas de l’enneigement, les investisseurs misent sur un fonctionnement « quatre saisons », grâce au golf, à la randonnée ou aux cures d’air le reste de l’année.

Une fois l’emballement passé, ces stations restent relativement isolées jusqu’à 1945. L’aléa neigeux, la lourdeur des investissements pour désenclaver les champs de neige avant l’essor automobile, la difficulté des sports d’hiver avant la diffusion du ski alpin et des téléskis (1934) font que ce marché tarde à séduire les investisseurs et que les sports d’hiver se concentrent sur les villages de vallée existants.

Il faut réellement attendre la Libération pour que des projets en sites vierges émergent à nouveau (à l’exemple de Courchevel). L’État met dès lors l’équipement des stations hivernales dans chacun de ses Plans, avec des crédits, des inventaires et des aides techniques de plus en plus importants. Dans les Pyrénées, dès août 1945, les ingénieurs de l’État invitent à privilégier la saison estivale plutôt que l’hiver, car le climat incertain se conjugue avec la faiblesse des bons domaines (deux à trois, au plus). Pour eux, les investissements seraient forcément lourds et donc non rentables.

Les collectivités territoriales ne l’entendent toutefois pas ainsi : plusieurs entreprennent de lancer leur station. Le couple Luchon-Superbagnères sert de modèle parce que l’urbanisation du plateau, initialement prévue, a été bloqué, permettant à Luchon de concentrer l’essentiel des retombées. Des collectivités s’en inspirent pour établir des téléphériques vers des domaines skiables, tout en limitant les urbanisations d’altitude, afin de concentrer les retombées sur les villages existants en vallée.

Autour de 1960, l’échec économique de ces initiatives est patent. Les communes, toujours soucieuses de développer la saison hivernale, changent de stratégie et ouvrent les estives aux investisseurs, tentant d’adapter le modèle alpin de stations d’altitude au cœur des champs de neige reliées par la route. Malheureusement, les études préalables sur les conditions d’enneigement ne sont pas réalisées. Les services des Ponts et Chaussées avertissent des catastrophes à venir mais, concentrés sur la transformation des Alpes en « premier domaine skiable du monde », ils ne proposent pas de modèle d’aménagement hivernal alternatif pour les Pyrénées.

  • Hagimont S., 2018, « Aménager et exploiter la montagne sportive hivernale. La Société des chemins de fer et hôtels de montagne aux Pyrénées (1911-1982) », Entreprises & Histoire, 93, 27-46.


L’hégémonie imaginaire des sports d’hiver

Dans le même temps, le discours public sur l’économie montagnarde se focalise sur les sports d’hiver qui s’imposent, par mimétisme, comme la meilleure – si ce n’est la seule – opportunité pour endiguer la désertification. Le contexte est en effet à la crise des activités agricoles, à la fin des travaux hydroélectriques et aux premières menaces de désindustrialisation des vallées.

Pour y remédier, de nombreuses communes, aiguillées par quelques investisseurs privés, imaginent leurs stations, y compris à basse altitude. Les administrations sont en désaccord entre elles : quand certaines refusent d’appuyer les promoteurs, d’autres financent une partie des aménagements, du ministère de l’Intérieur pour des routes d’accès, au ministère de l’Agriculture qui expérimente des mesures de « revitalisation rurale ».

En Ariège, en 1966, ce dernier appuie ainsi l’agrandissement d’une station sise entre 1 000 et 1 700 mètres d’altitude. Cette déconnexion vis-à-vis de la ressource exploitée rappelle les spéculations minières du XIXe siècle, sauf qu’ici, ce sont les collectivités qui investissent et donc, qui remboursent. En 1969, après deux hivers où la neige a manqué, les services de l’Équipement estiment qu’il n’est plus réaliste d’équiper de domaines au-dessous de 1 800 mètres dans les Pyrénées. Bien des petites stations ont eu néanmoins le temps de naître et plongent dans des difficultés financières (Cambre d’Aze, Artouste, etc.). Toutes ces stations misaient sur leur intégration paysagère, leur cadre forestier, leur taille familiale et leur dynamique immobilière (qui n’a pas eu lieu) pour fonctionner en été comme en hiver. Aucune n’y parvient.

Devant l’anomie de stations en déficit chronique d’exploitation, on en appelle dès la fin des années 1970 et de manière récurrente depuis, à la diversification des activités et à l’étalement saisonnier. Mais les moyens sont accaparés par la poursuite de l’équipement en remontées mécaniques, pour « rester dans la course ».

Bien des stations sont donc déjà en difficulté lorsque se succèdent trois hivers sans neige entre 1988 et 1991. Au même moment, le nombre de skieurs, dont les projections semblaient assurer une croissance infinie, entre en lente récession. La crise est à la fois écologique, morale, politique, économique et sociale. Les collectivités relancent, avec les départements, l’équipement et se tournent, aussi, vers un ersatz : les canons à neige qui permettent de repousser l’échéance.

CC Pixabay Hans

Mais en pleine phase d’investissement, entre 1996 et 1998, les hivers sont à nouveau désastreux. Cette tendance aggrave sans cesse le cercle vicieux des déficits d’exploitation, de l’endettement pour poursuivre l’équipement sportif, financé par une promotion immobilière de moins en moins attractive. Progressivement épuisés, les pouvoirs publics ne peuvent indéfiniment « sauver » les stations malgré les emplois qu’elles procurent : 10 % environ ont arrêté leur activité depuis leur création. 

Une économie de l’incertitude

L’économie des sports d’hiver, au regard de l’immédiateté de ses difficultés, est étonnante. Après les aménagements pionniers, pensés pour assurer la présence de neige, nombre de promoteurs ont oublié l’imprévisibilité de la ressource qu’ils se sont proposé d’exploiter. La chaîne de responsabilités est complexe, allant des espoirs nés de l’aménagement hivernal, à l’absence d’arbitrage à l’échelle des massifs.

Le défaut d’enneigement, annoncé, a immédiatement pesé sur nombre d’exploitations, mais il a été occulté, jusqu’à ce que le changement climatique ne rende la situation intenable. Ce dernier, plus qu’un élément contingent, vient mettre en lumière toute l’ambiguïté d’une économie tournée vers le court terme née de désirs de nature et de grand air, qui a engendré une artificialisation irrémédiable d’espaces fragiles.

Crédits image à la Une : CC Wikimedia Commons Savant-fou et Pixabay Geral ; crédits image d’entrée : CC Pixabay TheDigitalArtist ; crédits thermomètre : CC Pixabay Geralt ; crédits montagne : CC Pixabay Clker-Free-Vector-Images


Steve Hagimont et Vincent Vlès

Université Toulouse Jean Jaurès, FRAMESPA (steve.hagimont@univ-tlse2.fr) et CERTOP (vles.vincent@orange.fr)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.