Lutter en commun

Le mouvement des « gilets jaunes » est un phénomène inédit en France, tant par son ampleur que par sa durée. De multiples analyses ont souligné sa capacité à faire naître de nouvelles pratiques de solidarité parmi celles et ceux qui y participent. Sur les ronds-points, dans les manifestations ou au travers des cagnottes ouvertes en ligne, les personnes impliquées font l’expérience d’une lutte sociale partagée, de ses espoirs et de ses désillusions, de ses gestes d’entraide et de ses désaccords potentiels. L’engagement prolongé, de semaine en semaine, dans un conflit sans précédent a forgé de nouveaux collectifs militants, beaucoup plus fluides et instables que toutes les formes antérieures, mais dont les liens se sont resserrés à mesure que le mouvement s’inscrivait dans la durée.

Très rapidement, l’orientation politique de la mobilisation s’est focalisée sur les choix stratégiques à mener, sur la pertinence de ses modalités d’action, sur l’opportunité ou non de nouer des alliances voire d’opérer des « convergences ». Toutes ces femmes et ces hommes que l’on disait éloignées ou dégoutées de la politique, irrémédiablement séparées par la fragmentation du marché du travail et l’éclatement de la classe ouvrière, ont fait cause commune, sans que cela n’élimine les sources de divergence ou d’antagonisme.

Leur mouvement révèle en creux la disparition d’un monde ancien, celui des solidarités ouvrières, qui avait permis aux classes populaires d’occuper une place de choix dans l’histoire politique et sociale du XXe siècle. L’érosion des syndicats, l’affaissement des collectifs militants, la désagrégation des mondes ouvriers, ont emporté avec eux une certaine conception de la solidarité militante née à la fin du XIXe siècle. C’est à la genèse de ce mouvement, aux causes de son effondrement et, qui sait, à sa possible résurgence sous de nouvelles formes, qu’est consacré le livre La Lutte et l’Entraide. L’âge des solidarités ouvrières (Seuil), récemment publié.  


  • La diffusion de cet article s’inscrit dans le cadre d’un partenariat avec le festival L’Histoire à venir.

S’émanciper par la coopération internationale

Tout commence dans les années 1860, à une époque de forte mobilité des personnes, des informations, des marchandises et du capital, ce que les historiens n’hésitent pas à désigner sous le terme de « mondialisation ». Les ouvriers et les classes populaires n’ont bien sûr pas attendu cette décennie pour se faire entendre, comme l’illustrent les mouvements de contestation apparus en France et en Angleterre dès les débuts du XIXe siècle. Mais le contexte qui s’ouvre alors est inédit : un peu partout en Europe, les contraintes politiques se desserrent, les ouvriers commencent à s’organiser collectivement, même lorsque leurs associations ne jouissent pas encore d’une reconnaissance officielle. La « classe » ouvrière est encore fragmentée, avec en son sein des travailleurs qui s’identifient d’abord à leurs métiers ou à leurs localités. Faire éclore un mouvement collectif suppose de dépasser les particularismes, d’apprendre à se connaître et à dialoguer, d’inventer des modalités d’action qui soient respectueuses de la liberté de chacun, tout en contribuant à l’émancipation de tous.

Lorsqu’ils fondent l’Association internationale des Travailleurs (plus tard connue sous le nom de « Première Internationale »), en septembre 1864, les militants réunis à Londres (des exilés politiques, des syndicalistes anglais et français, des socialistes et des anarchistes) ont tout à inventer. Leur tâche est immense : construire des liens de solidarité entre des ouvriers qui le plus souvent s’ignorent, dont les droits sont encore bafoués, à une époque où les associations ouvrières sont embryonnaires, sauf en Angleterre (où les trades unions sont autorisés depuis 1824).

L’ambition de l’Association est cependant claire : l’émancipation des travailleurs n’a aucune chance d’aboutir si elle ne repose pas sur un effort de coopération internationale. Cet objectif n’est pas seulement le fruit d’un vœu pieux ou de bons sentiments ; c’est d’abord une nécessité stratégique, nourrie par l’analyse du capitalisme et de son mode de fonctionnement, que Karl Marx et d’autres sont en train de populariser. Ces ouvriers, très attachés à la mobilité, savent aussi que les migrations peuvent être un facteur de concurrence, si les employeurs en profitent pour tirer les salaires vers le bas. Il n’est pas rare, dès cette époque, que les patrons anglais fassent appel à une main-d’œuvre temporaire, venue du continent, pour briser les grèves.

Il faut donc s’unir par-delà les frontières pour défendre les droits et la dignité des travailleurs. L’originalité de l’Association internationale est de vouloir construire une véritable « solidarité universelle ». Les ouvrières et les ouvriers, issus de métiers très différents (typographes, bronziers, cigariers, mineurs, etc.), sont invités à la rejoindre : des sections se forment au niveau local, dans de nombreux pays, et se mettent en relation avec le Conseil général qui siège à Londres.

En quelques années seulement, des dizaines de milliers d’ouvriers adhèrent à cette nouvelle organisation, quand bien même ses leaders et ses intentions restent encore mal connus. Les congrès annuels de l’Association, ses journaux et ses brochures, ses assemblées locales sont autant d’occasions pour échanger, clarifier des positions politiques et idéologiques, débattre des combats à venir. Faut-il favoriser l’émancipation des travailleurs par la constitution d’une puissante organisation internationale ? Quelle place accorder aux coopératives ouvrières, aux sociétés de crédit ou aux « sociétés de résistance » (autre nom des syndicats) dans ce projet ? L’objectif est-il de renverser le capitalisme par la collectivisation des moyens de production, ou de prendre le pouvoir par les urnes ? Autant de questions qui sont abordées à une échelle européenne.

L’arme des solidarités

En tant qu’institution, l’Association internationale des Travailleurs échoue assez vite, puisqu’elle disparaît dès les années 1870, minée par des rivalités idéologiques et des querelles de personnes. Mais ses acquis sont pérennes. C’est en effet à la fin des années 1860 qu’apparaissent un peu partout les premières chambres syndicales, tandis que les grèves se multiplient, avant de connaître leur apogée au tournant du siècle.

Peu à peu, ces luttes sociales bénéficient de la mise au point de pratiques de solidarité qui donnent aux collectifs ouvriers les moyens de leurs ambitions. Lorsque des grèves sont lancées, des souscriptions sont ouvertes pour collecter des fonds, auprès des ouvriers d’autres métiers, d’autres villes, voire d’autres pays. L’argent et les dons reçus sont utilisés pour ouvrir des soupes populaires, verser une aide aux familles des grévistes, couvrir les frais de justice des militants poursuivis. Plus les ouvriers sont solidaires, plus ils peuvent tenir longtemps face aux patrons, dans ce qui s’apparente à une véritable guerre d’usure.

La solidarité déborde du seul cadre de la grève. Le désir d’émancipation implique que les ouvriers puissent se réapproprier les ressources dont ils sont privés par leurs employeurs. Aux patrons qui veulent fixer la main-d’œuvre et décider seuls des services (logements, école, jardins) mis à la disposition des ouvriers (selon le modèle du paternalisme industriel, très en vogue jusqu’à la fin du XIXe siècle), ces derniers opposent leur volonté de créer et gérer eux-mêmes des sociétés de secours mutuels, des coopératives de production et de consommation, des caisses de prêt solidaire.

Le combat pour les droits et la dignité suppose de se protéger collectivement face aux risques de l’existence. C’est pourquoi, dans de nombreux pays, les syndicats sont à la fin du XIXe siècle bien plus que de simples « agences de grève », comme aiment à les décrire leurs adversaires. Ils sont un lieu collectif où chacun peut trouver une aide et une protection : en échange de leurs cotisations, les militants reçoivent des secours en cas de chômage ou de maladie, mais aussi lorsqu’ils doivent se déplacer pour aller chercher du travail. À une époque où la protection sociale est quasiment inexistante, l’autogestion est essentielle pour la survie économique et la défense collective des droits.  

Dilemmes d’hier et d’aujourd’hui

Le monde des solidarités ouvrières n’a toutefois jamais eu l’évidence ou l’homogénéité qu’on lui prête parfois de manière rétrospective. La solidarité a toujours été un combat, pavé de bonnes intentions mais aussi d’intérêts bien compris ou de conflits latents.

Au XIXe siècle, lorsque les ouvriers anglais consentent à soutenir leurs frères du continent, ou lorsque les ouvriers étatsuniens des Chevaliers du Travail (une organisation fondée en 1869) promeuvent la « solidarité à distance », ils le font dans l’espoir que la combativité syndicale puisse aider les ouvriers des pays les moins avancés à obtenir de meilleures conditions de travail là où ils sont, plutôt que de migrer vers d’autres contrées. La question des migrations devient très clivante au tournant du XXe siècle. Lors des congrès de la Deuxième Internationale, fondée en 1889, les représentants politiques et syndicaux des pays d’immigration (États-Unis, Argentine, Australie) vont même jusqu’à remettre en cause le principe de la libre circulation des travailleurs, au nom de la défense de leurs acquis sociaux.

La « classe ouvrière » n’a jamais été non plus un bloc homogène sur le plan sociologique. D’abord réservés aux ouvriers les plus qualifiés, souvent des hommes bénéficiant d’une forte autonomie professionnelle, les syndicats se tournent peu à peu vers les travailleurs de la grande industrie, les femmes et les ouvriers agricoles. Le syndicalisme de masse s’affirme seulement au début du XXe siècle, à une époque où les solidarités militantes nourrissent l’espoir d’un monde plus juste et moins inégalitaire, en particulier en Angleterre, en Suède ou en Allemagne  Mais chaque étape de cette expansion invite à réinterroger les principes d’organisation, à débattre de la légitimité du recours à la « grève générale » et à confronter les cultures militantes.

Les pratiques de solidarité inventées entre les années 1860 et la Première Guerre mondiale ont permis au mouvement ouvrier de s’unifier et de s’affirmer comme un acteur social de premier plan tout au long du XXe siècle. Les ruptures des années 1970-1980, avec la crise économique, les chocs technologiques, la mondialisation néolibérale et l’effondrement du bloc soviétique, ont considérablement fragilisé cet édifice, tout comme l’horizon internationaliste qui lui donnait sens.

Pourtant, les dilemmes auxquels nous faisons face aujourd’hui sont proches de ceux qui avaient motivé la fondation de la Première Internationale. Comment lutter contre les effets inégalitaires de la mondialisation, autrement que par le repli ou le chacun pour soi ? L’internationalisme reste, encore et toujours, un projet d’avenir.

Crédits image en CC : SVG Silh, Patrick Mignard pour Mondes Sociaux, OpenClipart-Vectors, dono.be ; tous droits réservés cnt solidarité ouvrière


Nicolas Delalande

Sciences Po, Centre d’histoire de Sciences Po (nicolas.delalande@sciencespo.fr)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.