Relire l’histoire de la Résistance

Comprendre l’évolution de l’histoire de la Résistance en France est plus compliqué qu’il n’y paraît peut-être au premier abord. Il n’a jamais été simple de faire la part entre ce qui relève de la « mémoire » (représentations communes, légendaire et contre-légendes) et ce qui relève de l’histoire, qui suppose regard critique, questionnement, respect et croisement des sources.

 Qu’elles qu’en soient les formes, des enjeux de mémoire n’ont jamais cessé de peser sur elle, mais la Résistance n’est pas seulement une aventure riche en anecdotes glorieuses ou dramatiques, un objet de commémoration et de dévotion, elle est aussi un problème d’histoire. Aujourd’hui, la pérennité de la Résistance en tant que modèle pour les générations à venir et source de réflexion dépend de sa construction en objet d’histoire. C’est là la tâche des historiens, comme des institutions – enseignement, musées et mémoriaux – qui diffusent la connaissance historique et font le lien avec la population.


  • La diffusion de cet article s’inscrit dans le cadre d’un partenariat avec le festival L’Histoire à venir.

Une reconstruction du passé difficile

Chaque construction nationale insiste sur des périodes, des phénomènes politiques ou sociaux qui touchent à l’identité même de la collectivité et des citoyens qui la composent. Ce sont des événements fondateurs tellement liés à un certain état de la mémoire collective qu’ils résonnent forcément avec l’actualité. Comme la Révolution Française, la Résistance, refondatrice de l’identité politique de la France démocratique à la Libération, concentre ces particularités.

De ce fait, l’histoire de la Résistance ne peut être une histoire “ordinaire”. La Résistance est certes un phénomène très court, qui s’étend seulement sur quatre ans, entre la débâcle de juin 1940 et la libération du pays, mais elle est dès l’origine une épopée entretenue par le récit, les commémorations et leurs discours, les diverses mémoires de groupes (partis, syndicats, associations, mais aussi villes et villages) qui y puisent une légitimité.

Elle est devenue une référence obligée pour toutes les familles politiques, non sans instrumentalisation souvent abusive (y compris par celles qui ont le moins de légitimité pour le faire). D’emblée, l’histoire de la Résistance est donc une histoire sacralisée, qui participe d’un patrimoine symbolique, entretenu par des politiques officielles de mémoire, comme en témoignent les cérémonies qui l’entourent et les lieux qui lui ont été consacrés.

Phénomène ramassé dans le temps, la Résistance est un phénomène complexe dans :

  • ses motivations (la patrie, la liberté, l’antifascisme, la sauvegarde personnelle, etc.), dans ses formes (civiles ou militaires),
  • ses objectifs (libération, restauration, révolution),
  • ses composantes (mouvements, réseaux, partis et syndicats, mais aussi la France combattante et son armée grossie des très peu gaullistes militaires d’Afrique du Nord),
  • son évolution,
  • sa géographie.

Ces deux dimensions de temps et d’espace sont essentielles car elles modèlent le phénomène. La Résistance de la zone occupée (en fait des zones occupées) à partir de 1940 n’est pas celle de la zone dite “libre” ou celle de l’Alsace annexée. En outre, le pays est, avec le temps, de plus en plus émietté en micro-régions, souffrant avec une intensité diverse des pénuries, de plus en plus isolées par les difficultés de transport et par la plus ou moins grande prégnance de la Résistance. Autrement dit, la Résistance, pour être appréhendée dans sa totalité, doit être considérée comme un phénomène total, social et culturel, souvent politique et militaire, et comme un processus étalé dans le temps, qui revêt des aspects différenciés selon les régions et selon les milieux. Cette complexité débouche sur des questions fondamentales – une ou des résistances ? Qu’est-ce que résister ? Comment définir un résistant ? – et sur les débats qui n’ont cessé de parcourir ses interprétations ou sa restitution.

  • Laborie P., Marcot Fr., dir., 2015, Les comportements collectifs en France et dans l’Europe allemande. Historiographie, normes, prismes 1940-1945, Rennes : Presses universitaire de Rennes.
  • Sainclivier J.,Guillon J.-M., Laborie P., dir., 2016, Images des comportements sous l’Occupation. Mémoires, transmissions, idées reçues, Rennes : Presses universitaires de Rennes.<

 

Une histoire partagée pour le meilleur et le moins bon

Histoire “chaude” étant données ses implications, cette histoire est aussi une histoire proche, dont nombre de rescapés ont été très engagés jusqu’aux années 1980 dans la vie du pays. C’est de leurs rangs qu’est sortie la première génération de ses historiens (Henri Michel, Henri Noguères, etc.). Mais son écho, son caractère de légendaire en train de s’établir, son côté aventure personnelle lui donnent aussi une autre caractéristique, celle d’avoir été relatée par des « historiants » de statuts divers – acteurs, journalistes, érudit locaux – avant que des chercheurs s’y attachent.

Bibliographie et filmographie de la Résistance sont donc composées d’innombrables témoignages, récits, compilations – dont le nombre ne cesse d’enfler -, plus ou moins bien documentés. En fin de compte, l’histoire de la Résistance recouvre trois types de reconstructions, avec leur intérêt et leur mérite, mais qui se font parfois concurrence selon la médiatisation dont elles bénéficient :

  • d’une part, la très classique Histoire-récit, insistant sur l’anecdotique, l’événementiel, le spectaculaire. Souvent faite par des journalistes, elle a son utilité pour l’établissement des faits à condition de reposer sur une véritable enquête, car trop souvent elle se contente de compiler les informations bien connues sur les mêmes événements (la bataille du Vercors, la Libération de Paris, etc.) sans apporter aucun élément nouveau, tout en affirmant dévoiler des secrets ou révéler ce qui aurait été oublié.
  • d’autre part, une Histoire-mémoire, fondée sur les souvenirs ou reflétant la mémoire collective, comme c’est souvent le cas pour les monographies locales ou les travaux soutenus par les associations d’anciens résistants (recueils de témoignages en particulier). Cette liaison intime entre les « mémoires » de la Résistance (car il y en a plusieurs selon les appartenances) et l’histoire tient aux origines même de l’histoire de la Résistance. L’apport de cette histoire est indéniable, même si l’on a eu tendance à survaloriser son apport après la Libération ou au moment où l’histoire “orale” était à la mode en France (fin des années 1970-début des années 1980). Le milieu universitaire a pris du recul depuis en prenant conscience que ces représentations a posteriori, à traiter comme tout type de sources, n’apportaient pas “la” vérité, mais seulement – ce qui n’est pas si négligeable – la vérité de son auteur ou d’un collectif au moment de sa production et qu’elles valaient souvent surtout par ce qu’elle disait de la mémoire. Cette prise de distance n’est pas allée sans malentendus avec les anciens résistants qui, parfois, se sont sentis en quelque sorte dépossédés, voire trahis, comprenant mal ce qui était perçu bien à tort comme une remise en cause de leur vérité.
  • enfin l’Histoire-problème, analytique et synthétique, qui est celle des universitaires et des chercheurs et qui s’intègre dans le mouvement général de l’historiographie « savante », avec ses procédures, ses interrogations, défendant plus ou moins bien son autonomie vis-à-vis des autres types d’histoire et vis-à-vis de la pression médiatique qui, de plus en plus, essaye d’imposer son rythme, ses questions, sinon ses obsessions, qui coïncident rarement avec celle des chercheurs. Cette Histoire-problème essaie de dépasser le particulier, néglige souvent l’anecdote, reconsidère l’événement, s’intéresse aux mécanismes, croise les temps, le temps court de la guerre et de la conjoncture, le temps moyen des mouvements sociaux et des débats politiques, le temps long des mentalités. Elle répond à la nécessité de faire entrer l’histoire de la Résistance dans le mouvement de réflexion qui, depuis Les Annales et la “Nouvelle Histoire”, touche toute la discipline.
  • Guillon J.-M., 1995, “La Résistance, 50 ans et 2 000 livres après”, in Guillon J.-M. et Laborie P., dir., 1995, Histoire et Mémoire : la Résistance, Toulouse : Privat, 27-43.

 

Une histoire en prise avec des débats contemporains

Mais, compte tenu de ses caractéristiques, l’histoire de la Résistance, même celle qui se veut la plus savante, est toujours actuelle et en prise avec des débats contemporains. Loin de se « refroidir » avec le temps, comme il est naturel pour la plupart des autres épisodes historiques, le souvenir des années quarante en France n’a cessé d’être réactivé et donc l’histoire d’être interpellée. Elle l’est d’autant plus que, derrière ses interprétations, se trouvent des enjeux de mémoire, parfois des enjeux politiques ou institutionnels, longtemps hérités de la période de la clandestinité, mais aujourd’hui liés aux interprétations divergentes des porteurs de mémoire qui revendiquent cet héritage.

Depuis les années 1970-80 qui mettent le régime de Vichy et le génocide au centre des grilles de lecture de la période, domine l’idée d’une France qui aurait été tout entière « de Vichy ». Cette représentation s’est imposée avec, pour corollaire, notamment dans les médias et dans une partie du public qui se veut informé, la relativisation de la Résistance (hors quelques héros isolés, comme le général de Gaulle).

Elle a été suivie par l’émergence d’une vulgate qui assimile volontiers la « Résistance » au “résistancialisme”, soit à une résistance mythifiée, inventée par une France passive, sinon vichyste, qui se serait découverte résistante à la Libération, avec la complicité du général de Gaulle et du parti communiste, qui auraient « fabriqué » une Nation de résistants, permettant ainsi au peuple français de se dédouaner à bon compte. Pierre Laborie n’a cessé de dénoncer cette très libre réinterprétation qui constitue une négation de l’histoire telle que lui et quelques autres ont tenté de la transmettre.

Pour les tenants de ce qu’il qualifiait de doxa, tout une partie des résistants – et non la moindre, de Frenay au giraudisme – est qualifiée, dans un amalgame révélateur, de « vichysto-résistance ». Mais les mêmes n’hésitent pas à promouvoir les « Justes » comme s’ils représentaient la « vraie » et « pure » Résistance, alors qu’il s’agit d’une catégorie fabriquée après coup, très instrumentalisée en France et à l’étranger et très discutable sur un plan historique (car bien plus problématique que celle des résistants) ….

Cette évolution est d’autant plus inquiétante que l’on se trouve aujourd’hui à un moment important, celui de la « fin des témoins » et de la transmission entre générations. C’est pourquoi notre rôle à nous – historiens, musées de la Résistance et autres institutions mémorielles soucieuses de faire comprendre – qui pensons avoir quelques responsabilités et quelques connaissances sur la Résistance est décisif, tant à l’égard de la population que des instances politiques qui la représentent.

  • Douzou L., dir., 2010, Faire l’histoire de la Résistance, Rennes : Presses universitaires de Rennes.

Crédits images en CC : Criminocorpus, Patrick Mignard pour Mondes Sociaux, Pxhere, Clker-Free-Vector-Images,  SVG Silh


Jean-Marie Guillon

Université d’Aix-Marseille, UMR TELEMME (jmguillon@wanadoo.fr)

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Prince Essonne Mfoulou-Zé, citoyen franco-gabonais dit :

    Cet article est très intéressant à plus d’un titre. Il faut croire que la mémoire a souvent tendance à “jouer des tours” à l’histoire. Ceci parce qu’elle est une forme d’idéalisation du passé et qu’à ce titre, la mémoire revisite l’histoire en revêtant cette dernière d’une sorte de parure mythique qui déforment les faits.

    Les sociétés humaines peuvent ainsi construire des légendes qui tissent des lauriers au passé.

    À côté, l’histoire, la vraie, celle qui relate la chronologie des faits, parce qu’elle ravive des blessures et froisse parfois des fiertés, trouve moins d’intérêt aux yeux de veux qui ont la charge de la transmettre.

    Le passé doit, en effet, rester glorieux afin que la société actuelle, en s’identifiant à ce qui flatte l’égo, y puise des modèles de bravoure pour inventer son avenir. Sauf qu’en procédant de la sorte, ce sont des pans entiers de la vérité historique qui se perdent.

    Il en est ainsi de la transmission qui est faite de l’histoire de la Resistance française dont la première bataille a été livrée à Libreville au Gabon où celle-ci a réellement pris naissance. Mais qui s’en souvient aujourd’hui ?

    D’ailleurs, qui en France veut réellement donner toute sa place au rôle de l’Afrique dans les grands moments de l’histoire de la France ?

    Et pourtant ce rôle a été primordial.

  1. 24/05/2019

    […] Education aux médias et à l'internet. Orientation. Féminisme. Relire l’histoire de la Résistance. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.